Un monde libre qui ce model suivant vos envies et vos personnages
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Bienvenue au Club Matthew

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
AuteurMessage
Misu

avatar

E-mails : 207

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Dim 05 Aoû 2018, 14:58

Le clubs avait changer du tout au tout. L'ambiance légèrement intime qui se dégageait de chaque table c'était transformer en réunion au bar. Les clientes était installée autours du magnifique meuble de bois. Elle papotait entre elle. Les hôtes encore disponibles entourée les clientes de leurs bon soins. Alekseï était revenu juste à temps pour assisté au changement. Chaque hôtes avait eu une nouvelle mission après la perte de deux des leurs. Maxwell et Thomas faisait comme à l'heure habitude, divertir les clientes pour évité qu'elle remarque les quelques erreurs des deux barmans amateurs. Hayden avait soigneusement choisie les deux remplaçant. Antoine était celui qui était le plus douée pour s’adapter à un nouveau métier. Et le jeune russe qui passait tellement de temps à l'observer qu'on pouvait espéré qu'il est garder quelque réflexe. Le russe se plaça derrière le bar. Échangeant sa place avec le barman qui semblait lui accorder une partie de sa confiance. Le léger geste de confiance réussi à déridé le gamin. Il avait encore du mal à se remettre de ses émotions avec le patron. Cet homme était complètement fou. Le russe descendu les quelques marches pour prendre sa place derrière le bar. Contrairement à Antoine qui semblait s'y amuser comme un enfant, il resta professionnel. Au moins pour rattraper les centimètres qu'il perdait derrière le comptoir. Il avait à peine le visage à la bonne hauteur. Il était fier les deux barman.

« Équipe barmen à l'œuvre ! »

Antoine releva la main tout fier en attendant une réponse de son coéquipier Cet homme était tellement exubérant parfois. Au contraire d'Hugo qui l'était le plus souvent, Antoine savait se montré sérieux quand la situation s'imposer. Quoi que, Hugo aussi savait aussi prendre ses responsabilité quand il n'y avait vraiment plus le choix. La main du russe se releva malgré lui pour venir claquer dans celle de son partenaire. Ainsi, le début du service pouvait commencer. La bonne humeur d'Antoine pouvait motivée tout un régiment de soldat. Alekseï dessina un petit sourire moqueur en prenant très au sérieux sont nouveau rôle. Au contraire d'Antoine qui souhaité montré qu'il était totalement impliquer. Il pris la commande de certaine cliente toute émoustillée par le retour du patron. Heureusement, Hayden avait soigneusement organiser sa relève, ce qui soulagé un peu les deux apprenties. Seulement, l'arrivée d'un nouveau clients chamboula un peu la machine qui commençait relativement à bien tournée. La porte d'entré attira le regard d'Antoine. Évidement, il était comme un chat dont la moindre chose pouvait l’intéresser. Il l'abandonna derrière le comptoir pour venir saluer le nouvel arrivant. D'un demi coup d’œil, Alekseï observer la silhouette frêle de son amis d'enfances.

Evans ne s'entendait pas à glissait sur la deuxième marches. Sa chaussure dérapa légèrement avant de totalement lui faire perdre l'équilibre. Son corps chuta en avant malgré ses veines tentatives pour se rattraper. Il n'était pas nez sous une bonne étoiles. Son regard observa le sinistre sol qui allait l'accueillir dans quelques seconde. Il allait se prendre la honte devant tout le monde. Les clientes allaient bien rigolé, ce ferait un peu plus d'animation. On était pas dans un film, le prince charment n'allait pas arriver pour le rattraper. Et ensuite, Evans avait tellement l'habitude de se prendre les pieds dans tout et n'importe quoi qu'il passait plus de temps sur le sol que debout. Son poids tomba sur celui de quelqu'un assez robuste pour ne pas tomber sous son poids. Sa main se redressa dans les air, rééquilibrant son centre de gravité. Son corps se plaqua contre celui d'un hôte. Il ne s'attendait pas a être récupéré par le prince charment. Son regard se perdu dans le flou du mouvement. Avant d'être soigneusement guider vers le visage de l'hôte. La scène semblait irréelle. Ses yeux papillonnèrent en cherchant à comprendre la situation. Il n'avait pas chuté contre le sol. Ce contre quoi il se reposer maintenant était beaucoup plus confortable. Un rire jovial venu attirée son attention. Son visage se releva vers le son, étonné qu'il n'y en ai qu'un sol.

« Paquet réceptionné ! Oh, je connais cette étiquette ?
- étiquette ? »
arriva-t-il à peine à murmuré dans un souffle coupé.

Le jeune homme lui jeta un regard confus. Étonnée d'avoir était attirés dans ses bras. Son visage se mis à rougir en ce rendant compte que ses yeux l'analyser. Il n'était pas habituée à être fixée aussi longtemps sans être la cible de moquerie. Le doigts d'Antoine releva son minois vers le siens. Rendant encore plus rouges ses joues sous l'effet de la gêne. Ses yeux plongeaient dans ceux de son ''prince charment''. Ayant encore du mal à comprendre comme un être humain pouvait avoir de tel réflexe. D'un geste délicat, il dégagea les mèches de son front. Evan était subjugué. Son corps ne bougeait plus, encore serré contre celui d'Antoine. Ses yeux le fixaient remplis d'admiration sans vraiment comprendre encore très bien ce qui ce passer. Même Aleksei situer au loin avait eu du mal à savoir ce qui c'était passer. Il avait déjà du mal à gérer les quelques commandes de certaines clientes. Heureusement, Maxwell et Thomas attirée beaucoup plus l'attention que le spectacle sur le côté.

« Mes plus humbles salutations damoiseau tombé du nid, ravi de te revoir au club ! »

Le damoiseau en question ne pouvait pas toujours pas bouger. Poser confortablement contre son protecteurs. Il arrivait à peine à faire un signe de salutation au jeune homme qui l'avait sauvé d'une mauvaise chute. Le clin d’œil qu'il lui avait en plus accorder, le paralyser un peu plus. Il ne s'attendait pas à un tel accueil. Lors de sa dernier visite, il c'était pris une sacrée correction de sa part. Il en avait garder un souvenir mémorable. Mais ça ne l'avais pas empêcher de revenir. Étrangement d'ailleurs, mais ça expliquer pourquoi il pouvait être un peu surpris de le revoir. Evans se fit manipulée comme une petit poupée. Il fut remis sur ses jambes tout en restant beaucoup trop proche de l'hôte. Ce dernier semblait apprécier la proximité. Il le taquiner un peu. Touchant sa joue du bout des doigts en parlant d'une voix joyeuse. Il était éblouissant comme hôte. Le gamin le lâcha du regard pour fixé un peu plus les autres personnes présentes. Il était tout seul avoir l'exclusivité d'un seul hôte. Ce qui semblait attirée les foudres d'Alekseï qui galéré un peu beaucoup tout seul derrière son bar adorée. Son amis lui accorda un magnifique sourire gêné en restant concentré sur la proximité d'Antoine :

« Laisse-moi me rappeler, voyons... Mojito, c'est ça ? Ou tu veux de la découverte ?
- Heu… quelques choses de fort »
barbouilla-t-il ayant toujours du mal à comprendre ce qui lui était arriver.

Il se rapprocha du bar avec le barman assistant. Alekseï lui assigna une petite place à l'écart de la foule de clientes. Connaissant son amis par cœur, sachant qu'il voudrait absolument évité la foule de personnes. Antoine lui avait déjà fait un gros accueille. Il allait aussi avoir l'attention du jeune russe qui discuté de temps en temps avec des clientes. Evans se sentait relativement mal à l'aise dans cet endroit finalement. Il avait peut-être mal choisis son jours. D'un coup d’œil inquiet, il fit un léger sourire à Antoine avant de se penché sur le bar pour attirée l'attention d'Alekseï. Ce dernier avait eu du mal à gérer la situation au bar. Il l'ignora superbement, laissant un peu de temps à Antoine de s'en occuper à sa place. Pendant ce temps dans le bureau, Hugo s'était murée dans un profond silence dès l'entré du patron. Laissant seul Alistair avec ses démons. Il était à côté si ça tournée vraiment au vinaigre. Le latino écouté d'une oreille attentive. Le patron était déjà en mode réflexion sur la candidature potentiel du nouvel hôte. Dès le moment où Hayden rentra, ce fut le moments des hostilités. Les deux firent le manège habituelle, rendant Alistair très mal à l'aise. Les questions s'enchaînaient en même temps que les réponses fusait.

« Quelque chose me turlupine, qu'est-ce qui a mené à ton licenciement précédent ?
-... »


Alors qu'Hugo restait parfaitement stoïque sur toute les autres questions. Sauf que cette dernière l'intrigua un peu. C'est vrai que dans toute cette histoire c'était complètement loufoque qu'il finisse par devenir un hôte. Enfin, Alistair y avait témoignée un vive intérêt des le moment où il c'était réellement pris au jeu. Il aurait aimée entrouvrir les yeux pour relever la tête en signe de son intérêt. Mais Alistair l'aurais certainement gronder. Il se contenta d'écouté la suite en se murant dans son silences.

« J'ai été embrigadé dans une relation amoureuse vouée à l'échec, à terme j'ai fini par me renfermer sur moi-même. Après quelques jours, j'ai reçu mon licenciement. »

Hugo se mouva à peine un peu plus dans son coin. Ce genre d'histoire était vraiment les plus sinistre. Les paroles du patron n'était pas plus réconfortante. Les histoire de couple dans le travail était un sujet qui revenait souvent. Chacun avait sa position, Hayden était l'un des plus radical est s'interdisait toute relations avec des collègues ou la famille des collègues, Thomas et Maxwel eux avait prouver que ça ne les déranger pas. Hugo était un peu de ce genre. Il ne s'interdirait pas de sortir avec un collègue mais avec un clients surement. La raison principal était qu'un clients causerait des soucis de jalousie et d'autre tension. Ensuite les clients aimé le plus souvent l'image de l'hôte et non pas la personne tel qu'elle l'était. Malgré tout, l'histoire d'Alistair semblait bien différente. Il ne rentré pas dans les détaillée mais, y avait assez d'information pour donner une idée général de la situation. Le latino redressa un peu sa tête jusqu'à à peine touchée la cuisse d'Alistair. Ce dernier avait repris en main la conversation. Il avait même mis à mal le patron sur de lui. Le barman éclata de rire suite à toute ses question. Réussissant même à faire sourire l'endormis, un peu moqueur face à cette situation. Le petit nouveau était vraiment incroyable.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 221
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Dim 05 Aoû 2018, 23:43

Evans était purement et simplement en état de choc. Son visage était aussi rouge que celui de Thomas après les efforts matinaux, et ses yeux pétillaient d'embarras et d'une affreuse envie de pleurer. En vérité, il semblait réagir avec autant de théâtralité qu'une demoiselle dans une comédie romantique, ce qui ne manqua pas d'arracher un plus large sourire encore à Antoine si ce fut néanmoins possible. Le client bafouilla, se remettant sur ses pieds avec un léger tremblement.

« Heu… quelque chose de fort...
-On va voir pour ça de ce pas, après toi »
, l'invita Antoine avec élégance.

Il se décala, lui indiquant le bar, et voyant Alekseï se diriger vers le côté le moins occupé de celui-ci, il l'approcha de cette place avant de faire le tour du meuble au pas de course. Une cliente l'arrêta avec un sifflement un peu moqueur à l'égard de son attitude "de prince charmant" tel qu'elle le définit, le faisant glousser joyeusement. Il s'arrêta à sa hauteur pour lui prendre la main et mimer le baise-main, remerciant la "princesse" qui ne manqua pas d'éclater de rire, surtout quand Maxwell fit remarquer à Antoine qu'il n'était pas de corvée de divertissement, alimentant ainsi le rire de l'hôte et de la cliente. Il s'empressa de rejoindre Alekseï et Evans, s'emparant d'une carte au passage pour la poser devant le jeune homme avec un sourire rayonnant. Visiblement Alekseï ne parvenait pas à s'occuper à la fois de son ami et du bar, aussi l'hôte s'empressa-t-il, habile de ses mains comme de sa concentration, de donner tous les ingrédients et les verres à sa portée à son collègue tout en parlant toujours aussi naturellement avec le nouveau client embarrassé.

« Ce soir c'est soirée spéciale bar, expliqua-t-il. On vient de la lancer alors la boisson peut mettre un peu plus de temps, notre chef barman est un peu occupé, mais on est de bons apprentis, promis ! »

Il ponctua sa phrase d'un clin d'oeil, finissant de faire glisser habilement un verre vers Alekseï, et s'emparant d'un autre s'appliqua à commencer à concocter une des recettes du barman pour une cliente qui lui avait fait part de sa commande au passage, ce qui ne l'empêcha pas entre deux mesures d'indiquer quelques recommandations sur la carte remplie d'une dizaine de boissons tout au plus :

« Le Last Word revisité de notre club a déjà fait sa petite réputation chez les habitués, mais je peux te conseiller aussi un bon vieux Martini bien corsé. »

Il s'arrêta un bref instant dans sa concoction, se penchant par dessus le bar pour parler à voix basse dans la confidence.

« Et si tu te sens l'âme d'un James Bond, je peux te faire mon incontournable Vodka Martini, si tu gardes le secret auprès des autres clients. »

Il gloussa comme un enfant ayant fini sa diablerie avant de se concentrer sur l'achèvement de son cocktail, répondant d'une voix vivace à une perche que lui tendit une des clientes qui semblait bien le connaître. Il se faisait naturellement sa place dans le club quoiqu'il arrive et ce malgré ses nombreuses absences, il faut dire qu'il ne passait jamais inaperçu avec son punch habituel et ses traits d'esprit. Il releva fièrement son verre pour en admirer la couleur dégradée du cocktail, et avant que son œuvre ne fonde sous ses yeux s'empressa de poser la commande devant sa cliente qui s'émerveilla avec exagération à son plus grand amusement, comme un clin d'oeil discret entre eux-deux. Ses yeux bleus se posèrent à nouveau sur Evans, lui adressant un large sourire en attendant sa réponse. Malgré son habitude à jongler entre les clients, il semblait mettre un point d'honneur à s'assurer que le jeune homme avait tout ce dont il avait besoin dans son coin de bar, séparé des clientes bruyantes par Thomas qui faisait un magnifique mur anti-son par son calme habituel.

Alistair baissa un bref instant la tête vers Hugo : il venait de le sentir relever la tête, ses cheveux frottant contre le tissu de son pantalon et attirant son attention sur celui-ci. Sous sa serviette, il affichait un sourire amusé. D'un côté, il ne pouvait en vouloir à Hugo et Hayden de trouver la situation particulièrement poilante, mais lui ne pouvait se permettre de s'en amuser, puisqu'il était on ne pouvait plus sérieux sur le sujet. Il ramena ses mains devant lui, entre ses genoux, mais au lieu de les croiser puisqu'il tenait toujours les lunettes de Hugo il referma ses pouces et indexes sur les branches croisées de l'accessoire pour ne pas marquer les verres. William rabaissa un regard suppliant sur lui pendant un instant mais finalement soupira longuement. Il ramena sa main dans ses cheveux blonds, faisant danser ses boucles sur son front.

« Je n'ai absolument aucune expérience professionnelle pour ce genre d'entreprise précise. »

La phrase avait été lâchée, il ne pouvait plus faire marche arrière. C'était assez surprenant pour que Alistair, qui se tenait droit comme un piquet jusqu'à présent, en laisse retomber son dos contre le dossier du canapé, le fixant avec toujours autant d'insistance mais une pointe de surprise et de curiosité dans le regard. Le patron releva ses yeux azurs vers son visage, ses traits reprenant la délicatesse du calme olympien dont il savait faire preuve : c'était l'élément qui faisait clairement comprendre qu'il n'était pas n'importe quel patron en vérité.

« Je me nomme William de Ferval. Mon père est responsable de nombreuses entreprises nationales qui ont obtenu une importance capitale économique depuis quelques décennies. Il a prit la suite de son père qui lui-même avait reprit l'affaire montée à l'origine de son propre père.
-J'en ai entendu parler
, confirma Alistair, ce nom est à connaître dans le milieu économique et commercial.
-Cependant
, fit William d'une voix plus forte, si je ne rechigne guère à suivre les pas de ma famille, je n'ai pas le don qu'avaient mes prédécesseurs. »

Alistair releva un sourcil, penchant la tête sur le côté. Il détacha les yeux du visage froid de William quand Hayden passa devant : il s'était discrètement éclipsé vers le mini-frigo, prenant quelques boissons, et les déposa sur la table, devant les trois personnes présentes ; il s'empara de la dernière canette et après un bref regard échangé avec William se permit de s'asseoir à côté de lui, en silence. Le patron poursuivit :

« Mes études me permettent d'établir un plan de gestion de base pour la plupart des entreprises que père m'a présenté, cependant jusqu'à présent je n'ai jamais pu me débrouiller réellement sans les associés qu'il me présentait. Il y a cinq ans cependant, je me suis vu présenter un ultimatum : père me permettait de monter ma réelle entreprise afin de me faire mes propres expériences. Mon avenir dans ses entreprises, et donc mon avenir en tant qu'héritier des actions Ferval, dépend intégralement de ce que j'arriverai à faire avec cette entreprise. »

Il prit délicatement la canette qui était posée devant lui, et l'ouvrit avec un geste demandant de patienter, le temps qu'il se désaltère. Alistair ne détacha pas un seul instant ses yeux de lui : William avait l'allure, et l'histoire également, qui donnait l'impression qu'il refusait qu'un aliment ou un liquide ne touche ses lèvres s'il n'avait pas été auparavant préparé par le plus grand cuisinier qui soit. Cependant, il ouvrait naturellement la canette et la porta à ses lèvres sans la moindre gêne, mais toujours avec cette élégance d'un autre monde. C'était tout à fait irréaliste.

« ... N'ayant jamais réellement vu autre chose que ce que père me présentait, j'ai pris la décision de me lancer dans des recherches pour trouver ma voie. Je suis donc parti en voyage dans d'autres pays où père avait ses affaires, et en ait profité pour visiter d'autres entreprises locales. C'est au détour de quelques pays orientaux que j'ai découvert les clubs d'hôte. J'avais eu à de nombreuses reprises visité les clubs d'hôtesses, mais je ne m'attendais étonnamment pas à tomber sur l'équivalent masculin. Suite à cette découverte, cette idée m'a tourné dans la tête plusieurs mois durant, jusqu'à mon retour. J'ai fini par prendre ma décision, et un soir j'ai contacté Hayden et Maxwell. La semaine qui suivait, nous nous sommes retrouvés à cinq dans un café pour discuter de la mise en place de l'entreprise, avec Thomas, Antoine et Trisha.
-Trisha ?
-L'nom du club est composé des noms des fonda
, coupa Hayden. Maxwell, Antoine, Thomas, Trisha, Edouard et William.
-Trisha était en effet une des fondatrices, elle fut d'une grande aide
, confirma de façon évasive William.
-Et Edouard ? »

William commença à entrouvrir les lèvres, mais il les referma pour darder un regard sur Hayden. Celui-ci s'appliquait à fixer le mur d'en face en finissant sa canette. Le blond sourit légèrement.

« Nous avions besoin de quelqu'un pour la mise en place technique et informatique, déclara-t-il simplement avant de rebondir : C'est ainsi que quelques temps plus tard ouvrit le Club Matthew.
-Et ce sans la moindre expérience réelle
, conclu Alistair.
-Hayden, Maxwell et Antoine sont très expérimentés sur bien des plans, malheureusement cela n'a pas suffit à combler le déficit. »

William fixa honteusement ses pieds, se raclant la gorge comme pour encourager à un changement de sujet. Il sursauta quand soudain Alistair s'empara d'un des documents se trouvant sur la table, et s'élança presque pour le récupérer, en vain car le moustachu se détourna en direction d'Hugo, passant la main au dessus du dossier du canapé pour regarder le document à distance raisonnable du patron qui suait à grosses gouttes.

« Je regardais depuis un moment du coin de l’œil, ceux sont les recettes du mois ?
-Quel outrage !
, s'exclama William avec colère.
-Yup, j'les ai terminées hier 'vec Max, c'pas tip top. »

William lança un regard assassin à Hayden, mais celui-ci secoua la tête à son attention : il ne comptait pas le soutenir sur ce point, quelque chose lui disait pour sa part qu'il était particulièrement important de donner ces documents à Alistair. Alors que ce dernier les lisait avec attention, William porta un regard plus interrogateur sur son barman.

« Hay... ?
-Alice est un économiste, William, 'vec une expérience d'comptable. Y saura bien mieux qu'n'import'qui du club s'charger d'ça.
-Mais ceux sont des documents confidentiels !
-Y l'sont 'partir du moment où j'le décide et où j'les enregistre légal'ment, c'pas l'cas d'ceux-là »
, lui fit le barman en jouant des dents sur sa cigarettes.

Le patron fronça les sourcils, mais finalement soupira et se retourna vers Alistair. Celui-ci plaqua soudain son document sur la table basse, faisant sursauter le blond.

« ... Cela est parfaitement inadmissible.
-Pardon ?
-Vous tenez cette entreprise à perte depuis quatre ans ? Avez-vous donc perdu la tête ?
-Y s'disait qu'ça s'arrang'rai 'vec l'temps.
-Hé !
, protesta William face à la langue déliée du barman.
-La répartition des financements est à la limite du ridicule, vous n'allouez aucune de vos rentrées d'argent à la publicité. Et cette dépense ? Parfaitement injustifiée. »

William rentra la tête dans les épaules. A mesure que Alistair en rajoutait, il se faisait de plus en plus petit, et à la moindre plainte qu'il tentait de soulever, le moustachu s'empressait de lui pointer une nouvelle erreur, tandis qu'Hayden soutenait parfaitement son nouveau collègue en insistant sur l'importance du fait que Will l'écoute : le barman semblait avoir trouvé la personne idéale pour remettre William sur le droit chemin face à ses défauts en gestion d'entreprise, mais cela risquait de prendre de longues heures alors qu'au dehors les hôtes se démenaient avec les clientes au bar. A dire vrai, après quelques minutes, Alistair et William s'étaient déplacés vers l'ordinateur pour commencer à remettre en place certains points de finance et refaire certains documents, tandis qu'Hayden s'était étalé sur le canapé du patron, face à Hugo, fumant tranquillement sa cigarette qu'on avait finit par lui autoriser d'allumer. Il écoutait d'une oreille inattentive les discussions enflammées des deux hommes, mais ses yeux finirent par retomber sur le pauvre hôte aux yeux couverts.

« ... T'as mis tes gouttes ? », lui demanda-t-il à voix basse d'un ton attentif.



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 207

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Mer 31 Oct 2018, 16:27

Evans était confortablement posé sur sa chaise à quelques centimètres de distance des autres clients. Il avait pour lui tout un petit espace priver. Il déposa soigneusement son sac en bandoulière derrière lui appréciant d’avoir à sa disposition tout son matériel. Son corps était légèrement tourné en direction des autres clientes, dans un angle presque égal à celui des barmans. La foule n’était pas trop son fort et il préféré l’éviter au maximum. Beaucoup de chose avait changer depuis sa dernière visite : la première était certainement la plus étonnante son ami d’enfant et son ''prince charment'' était derrière le comptoir à la place de l’armoire à glace, la deuxième il semblait être en manque de personnelle vu que le foufou n’était pas présent avec le moustachu au total ça faisait la moitié du clubs qui n’était pas présent -un peu trop pour que ce soit normal et enfin la dernière chose était le visage d’Antoine tout sourire qui semblait ne jamais le quitter. Il dégageait une incroyable bonne humeur qui semblait contagieuse, mais qui avait surtout étonné plus qu’autre chose son nouveau client. Evans eu du mal à comprendre ce qui se passer pendant les premières minutes de flottement lors de son installation.  

« Ce soir c’est soirée spéciale bar ! On vient de la lancer alors la boisson peut mettre un peu plus de temps, notre chef barman est un peu occupé, mais on est de bons apprentie, promis ! »

Cette petite information eu au moins l’avantage de faire comprendre l’étrange organisation dans le club. Réellement, il avait d’être le seul perturbé par ce changement. Les clientes discutées gaiment avec les deux hôtes chargeaient de les divertir ou plaisantée avec les barmans de fortune. Ça expliquer le comportement assez distant d’Alekseï qui l’avait superbement ignorée après son arriver dans le club. Il ne faisait que de lui glissait quelque regard toujours en le faisant patienté pour entamée une véritable conversation. De ce fait, le pauvre gamin c’était retrouver avec le deuxième barman d’un jour totalement à sa disposition. Contrairement à son meilleur ami, Antoine arrivé parfaitement à discuter avec quelques clientes tout en étant à son entière disposition. Evans écouté attentivement les propositions de son barman/hôte en essayant de ce faire une petite idée de ce qu’il allait boire. Il avait envie de quelque chose d’assez fort déjà pour se donner un peu plus de contenance quand il parlerait avec Alekseï et surtout pour avoir beaucoup de courage.

« Le Last Word revisité de notre club a déjà fait sa petite réputation chez les habitués, mais je peux te conseiller aussi un bon vieux Martini bien corsé ! »

Les propositions étaient assez alléchantes, même si sa connaissance en cocktail était limitée aux grandes classiques qu’on retrouver dans tous les bars. Le Martini lui faisait assez envie mais connaissant sa réputation, ce n’était pas le meilleur cocktail pour essayer d’assoir un peu d’autorité dans la discussion. Plongeait dans ses pensées un peu loufoque, ses yeux restaient fixés sur la silhouette d’Antoine qui continuer de s’activé derrière le bar. L’hôte semblait tout à fait à son aise dans cet environnement même s’il semblait assez petit. Des gestes habiles ou dû moins appliquer pour organisation la préparation du cocktail. Il jeté de temps en temps des petits regards aux notes qu’on lui avait laisser. Lors de sa première visite, il n’avait pas pris le temps de détailler correctement le personnage. Sans vouloir être méchant, c’était certainement le moins particulier du club, il était attrayant avec son corps athlétique, sa bonne humeur mais surtout par son énergie qu’il dégageait   Son sourire amusé sur le visage et tout joyeux quand il revenait vers Evans avec un pétillement dans les yeux :

« Et si tu te sens l’âme d’un James Bond, je peux te faire mon incontournable Vodka Martini, si tu gardes le secret auprès des autres clients
- Je ne suis pas un James Bond dans l’âme mais j’ai très envie de gouter ton cocktail s’il te plait »
répondu-t-il légèrement gêné.

Il était toujours mal à l’idée de commander quelques choses qu’un serveur lui proposer. Principalement par peur, à cause du fait qu’il était facilement influençable et de la fausse impression, très conne de déranger le barman. Il fit un léger sourire, très timide, à Antoine pour le remercier.

« J’imagine que ça risque d’être compliquer de parler discrètement avec Alek ? » demanda-t-il très timidement avec une voix proche du chuchotement.
---
La conversation était assez marrante a écouté. Si au début on aurait pu penser que ça partait mal pour Alistair, la suite de la conversation était nettement à son avantage. Il n’était présent dans l’entreprise depuis quelques jours et c’était déjà assez charger en événement. Entre sa prise de position assez hésitante puis son assurance dans sa prise de position comme hôte et finalement l’arriver magique du patron pour son entretiens « d’embauche ». On passait les étapes marrantes comme la dispute entre Alekseï et les autres, l’arrivé de sa sœur qui avait faire un grand bruit dans la boite et enfin, la séparation des deux amoureux du clubs. Hugo avait encore du mal à s’en remettre même s’il ne pouvait pas réellement y pensés. Ses yeux le faisaient encore extrêmement souffrir malgré la lumière du bureau qui était beaucoup moins vive, surtout après avoir rajouté de quoi filtré les moindres rayons. Son corps ne pouvait plus du tout bouger et rester figé dans la position la plus confortable qu’il avait réussi à trouver. Il était resté à peine coller à Alistair jusqu’à ce dernier ce lève pour faire la morale au patron.

Il n’avait pas ouvert l’œil malgré le fait qu’il était mort de curiosité. Hayden avait su ce montré assez ferme envers le patron pour que le nouveau puisse faire un peu plus que son boulot d’hôte. L’hôte à moustache était d’un naturel sérieux et impliqué faisant preuve d’une grande rigueur dans son boulot mais il avait un toute autre charisme quand il parlait de chiffre et d’économie. C’était intéressant d’écouté sa manière de corrigé son supérieur hiérarchique sans la moindre gêne. Malgré l’importance de ce dernier, Alistair n’avait aucune honte à le faire passer pour un très mauvais gestionnaire contrairement à ses illustres aïeules. D’une voix qu’Hugo commençait à connaître, légèrement blasés et un peu ronchons, Alistair commençait à discuter avec le patron des affaires de l’entreprise. Bien que tout le jargon technique fût bien loin de ses capacités intellectuels, le latino n’avait aucun mal à comprendre que beaucoup de chose était à reprendre. La petite voix amuser d’Hayden qui changeait aussi vite de camps que de chemises appuyer même le nouveau membre du groupe. Il n’y avait réellement aucune raison de paniqué face à cet entretien qui commençait à devenir un cours d’économie pour les nuls.

Malgré son mal de tête, il était assez lucide pour se concentrer sur le moindre son qui lui parvenait. Bien que le latino ne possédé qu’une connaissance vague de ce qui l’entourée, il comprit aisément que la conversation se déplaça un peu plus loin. Il sentit son appuie tête se redresser, laissant quelques cheveux chutés sur le tissu du canapé. L’éloignement de la conversation lui permis de se reposer un peu plus. Le bruit jouant moins sur sa migraine même si la douleur de ses yeux ne faisait que s’intensifié malgré le fait qu’il est réussi à gérer assez rapidement – en vrai, la prochaine fois il ne devait absolument pas attendre d’avoir mal pour se dire que tout allait bien. Son corps se mouva à peine sur le côté, cherchant aux maximums à faire reposer ses yeux. Il n’avait pas trente-six solution à par attendre que la douleur s’en aille d’elle-même. Hugo était content que le rendez-vous ce soit bien passer pour Alistair. C’était le principal, maintenant il pouvait se reposer l’esprit un peu plus en paix même s’il avait appris des choses sur son nouveau collègue plutôt personnel et qui alimenta ses pensées pendant quelques minutes.  

« ... T'as mis tes gouttes ? »

Hugo était à peine surpris que le barman ne se soit pas déplacé avec les deux autres. Il l’avait complètement oubliée et aurait préféré qu’il fasse de même avec lui. Il afficha un sourire légèrement crispé en réfléchissant à sa réponse. Ses gouttes étaient les seuls médicaments qu’il pouvait prendre traité directement sa douleur, soucis, il avait la mauvaise habitude d’oubliée de recharger son sac en boite de médicaments. La dernière fois, le barman avait dû puiser dans sa réserve secrète pour lui en fournir et en avait profité pour lui faire un sermon sur le fait qu’il ne devait pas jouer avec sa santé. Il lâcha un petit rire en répondant au barman :

« Non, faudrait que je regarde dans mon sac ou mon cassier mais, même là je ne suis pas sûr d’en trouver ! »

Sa voix était assez base pour éviter de déranger les deux autres qui s’activé au bureau. Il y avait peu de chance pour qu’ils les entendant. Alistair ne ce laisserait pas déconcentrer aussi facilement pour quelques choses qui n’avait pas rapport avec le boulot. Quand au patron, le latino était certain que son avis ne compté plus du tout depuis le moment où le nouveau avait vu les chiffres de l’entreprise et où Hayden resté pour faire le chaperon d’Alistair en cas de besoin. C’était assez drôle à imaginait et dommage qu’il ne puisse pas le voir en vrai.

« Quand ce sera un peu passer, j’irais récupérer mes lunettes et je pourrais reprendre normalement dans un petit moment ! » fit-il eu un petit air éclat d’auto persuasion dans la voix.

Il était très peu probable que la douleur sans aille aussi gentiment sans traitement même avec des lunettes spécialement conçues pour filtrer toute la lumière environnante. Le fait d’être plongé dans le noir avait à peine diminuer la tension oculaire. Sans ses gouttes, ça allait être compliquer de reprendre le boulot de façon parfaitement normale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 221
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Sam 03 Nov 2018, 23:21

Malgré la présence des clientes, Evans ne semblait pas trop mal à l'aise, en tous cas moins que la dernière fois où il eut semblé particulièrement peureux. Cependant, son regard ne cessait de traîner sur la silhouette d'Alekseï qui avait plus de mal à jongler entre les cocktails et les discussions ; heureusement que son apparence froide et ses silences faisaient partie du charme que les clientes recherchaient chez lui. Son ami se concentra donc sur la seule personne qui était à sa disposition, le jovial Antoine qui était même parvenu à se faire un petit semblant de liberté pour discuter avec lui.

« Je ne suis pas un James Bond dans l'âme mais j'ai très envie de gouter ton cocktail s'il-te-plait... »

La voix était timide et embarrassée, sans doutes Evans ne se sentait malgré tout pas à son aise d'être une exception, si bien qu'il en murmurait comme s'il craignait le regard des autres clientes, clientes qui cependant étaient trop occupées à discuter avec Maxwell et Thomas et ignoraient donc purement et simplement la présence de ce garçon en bout de bar. Antoine cependant n'ignora pas cette gêne, et d'une voix aussi basse lui répondit en gloussant :

« Ca marche, merci de m'aider à m'entraîner ! »

Il exécuta un clin d'œil et se détournant un peu des clientes profita de l'angle caché du bar pour commencer ce cocktail à l'abri des regards pour ne pas créer plus d'embarras pour le pauvre Evans. Il restait cependant partiellement tourné vers lui, attentif à toute interpellation, aussi bien du jeune homme que des autres clientes puisqu'il signa qu'il avait bien entendu la commande d'une cliente qui n'avait pas encore pris sa décision jusqu'à présent. La voix d'Evans vint enfin à résonner, toujours aussi timide et maladroite, mais dans un chuchotement sérieux :

« J'imagine que ça risque d'être compliquer de parler discrètement avec Alek ? »

Antoine glissa un regard vers le garçon tout en achevant son cocktail. Il avait légèrement perdu son sourire, ne voulant pas sembler manquer de sérieux face à la demande du jeune client. Il prit un bref instant pour finir la préparation du jeune homme et ainsi prendre le temps de réfléchir à sa réponse, qu'il lui offrit en même temps que le verre, croisant les bras sur le bar pour se pencher un peu vers lui.

« La soirée est chargée, notre patron est venu pour discuter de l'emploi définitif d'Alistair alors Hayden a dû les accompagner, vu le temps qu'ils mettent ils ne reviendront pas avant un moment. On aura peut-être un peu plus de temps quand on aura fini de servir une première fois tout le monde, mais malgré tout vous ne serez pas en discrétion... »

Il sourit cependant légèrement en se redressant, prenant un autre verre pour commencer la commande qui venait de lui être donnée un peu plus tôt.

« Cependant d'ici deux ou trois heures les clientes devraient sortir petit à petit, c'est généralement le moment qu'on prend pour manger tous ensemble, tu pourras peut-être avoir un moment avec lui. Tu me donneras ton avis sur le cocktail, je pense avoir bien dosé ! »

Nouveau clin d’œil, puis il s'écarta légèrement pour un instant parler avec la cliente qui venait de lui demander un verre, riant un peu avec elle tout en restant à disposition d'Evans à qui il lançait régulièrement des coups d’œil et vers qui il se tournait naturellement dès qu'il avait fini de parler avec une cliente, comme pour ne pas le laisser seul.

De la même façon, Hayden avait porté toute son attention sur Hugo, décidant d'ignorer la discussion entre Alistair et William qui avait dérivé sur des termes techniques d'administration et d'économie que lui-même ne parvenait qu'à peine à interpréter dans le contexte, et encore seulement car il avait longuement rempli nombre de documents administratifs pour le club. Hugo, pour sa part, semblait vouloir se faire oublier et un profond sentiment de nervosité lui échappa quand il eut entendu la voix d'Hayden le questionner. Le barman fronça légèrement les sourcils mais se contenta de mordiller sa cigarette en silence, lui laissant le temps de réfléchir. Il connaissait la réponse, cette grimace à peine contenue sous la serviette qui couvrait ses yeux signifiait purement et simplement qu'il n'avait pas pris son traitement, et qu'il pensait peut-être même pouvoir passer outre. Le rire nerveux qu'il laissa échapper confirmait les doutes de son collègue.

« Non, faudrait que je regarde dans mon sac ou mon casier, mais même là je ne suis pas sûr d’en trouver ! »

Hayden fit claquer sa langue en signe de désaccord et d'exaspération. Comme toujours, Hugo ne prêtait pas attention à sa propre santé. Il s'émerveillait de la gentillesse et de l'altruisme d'autrui, mais il était incapable de s'occuper de lui-même. Rien d'étonnant au fait que sa famille soit très présente même dans sa vie active et que Tamaya vienne le surveiller occasionnellement : il serait incapable de vivre entièrement seul. Ce n'était en soi pas un souci, mais Hayden aurait préféré qu'en contrepartie il accepte de compter un peu plus sur les autres, cependant même cela était à revoir puisqu'il tentait désespérément de fuir le regard de ses collègues quand un problème survenait et passait sous silence tous ses ennuis. Il n'y avait qu'à voir que la plupart des membres du club n'étaient pas réellement au courant à propos de ses yeux, ou en tous cas ne l'étaient que par théories personnelles, Hayden étant le seul à avoir réussi à faire cracher le morceau au latino lorsqu'il avait remarqué sa situation. Si au moins il ne s'était pas bêtement forcé à ouvrir les yeux plus tôt alors qu'il n'avait même pas encore réglé la lumière sur son mode tamisé...

« Quand ce sera un peu passé, j'irais récupérer mes lunettes et je pourrais reprendre normalement dans un petit moment ! »

Cette fois-ci, Hayden se redressa du canapé, et se levant un peu vivement sans dérouler le dos cependant se pencha par dessus Hugo et lui porta une pichenette sur le front. Il parla un poil plus fort, pas assez pour déranger la discussion des deux autres cependant, juste assez pour que malgré sa taille il fut correctement entendu par son jeune ami.

« Puis quoi encore... J'vais j'ter un œil dans tes affaires, sinon j't'apport'rai ma trousse d'secours. Tu t'soignes immédiat'ment et t'es en pause jusqu'au repas, on rest'ra dans la salle d'r'pos pour manger c'soir pis j'verrai t't'à l'heure s'tu t'sens mieux. »

Sur ces mots, il contourna le canapé sur lequel se trouvait le latino et se glissa derrière Alistair et William pour ouvrir le casier d'Hugo. Alistair lui jeta un bref coup d’œil curieux, mais voyant qu'il l'ignorait et surtout que William semblait déjà perdu sans son aide en à peine une seconde et demi il se concentra très vite à nouveau sur l'écran d'ordinateur pour lui donner des directives. Le barman fouilla sans la moindre gêne les affaires de son collègue, sans s'attarder néanmoins sur tout ce qui ne ressemblait pas à l'objet qu'il cherchait, ciblant uniquement les formes et tailles correspondantes. Après une petite minute de recherche vive dans le casier, il referma celui-ci et ouvrit le sien, s'emparant d'une petite trousse blanche pour l'amener sur la table avec un soupir. Alors qu'il cherchait dedans le traitement correspondant, il bougonnait dans un murmure :

« C't'idée d'te bousiller les yeux comm'ça, franch'ment, 'vec d'si beaux yeux... T'pourras pas longtemps admirer les p'tits culs des serveurs s'tu t'comportes comme ça. Manqu'rais plus qu'tu d'viennes aveugle 'vec tout ça. D'jà qu'les lunettes d'soleil en intérieur c'd'jà spécial... Ah ! »

Achevant de râler, il extirpa l'objet cherché de la pochette et le déposa sur la table, faisant exprès de faire du bruit pour que Hugo puisse le localiser à l'ouïe.

« J't'pose ça à côté d'tes lunettes, dès qu'tu t'sens d'retirer la serviette tu t'les passes pis tu t'reposes d'nouveau. J'vais régler les docs avec Alice et l'patron et j'retourn'rais aider les p'tits jeunes. Et n'espère même pas t'glisser hors d'la pièce pour r'tourner bosser dans c't'état ou j'viens m'installer chez toi ce soir ! »

Il ponctua sa menace d'un reniflement menaçant avant de se rassoir, attendant patiemment qu'Alistair et William aient réglé les problèmes de surface et fassent appel à lui pour les documents administratifs. La soirée allait être longue...



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 207

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Lun 12 Nov 2018, 10:27

Le barman d'un jour avait l'air soucieux de ce petit garçon qui semblait être entré dans la cours des grands. Antoine avait cette manière de paraître partout et nul par en même temps qui fasciner Evans. Au moins, ce phénomène avait l'avantage de rapprocher les deux personnes même si le clients, censé ce détendre, avait toujours l'air apeuré sur son village. Déjà parce qu'il était le seul homme parmi un troupeaux de femme et parce qu'il avait l'impression d'être un gay mal assumer avec sa manière de ce comporter (alors que son orientation sexuel n'était pas en cause à ce moment précis de l'histoire). Toute en prenant sa commande, Antoine recommença à lui faire un clin d'oeil. Cette fois-ci, le destinataire resta perplexe face à geste. Si ça trouve, il paniquer pour rien et ce n'était qu'un tic cerveau de la part de l'hôte – enfin, en regardant un peu plus attentivement son comportement, il était claire que ce n'était pas un toc et que ça lui était clairement destinée, faisant rougir de nouveau ses petites pommettes. Antoine avait l'air tout content de sa commande car, il s’activer derrière son bar avec une discrétions impressionnantes Evans était absorbée par se personnage qui semblait tout droit sortir d'un roman fantastique. Oubliant même de jeté des petits regards vers son ami pour essayer d'attirée son attention, mais c'était peine perdu vu qu'il s'occuper littéralement de l'autre côté du bar. Il aller rester avec son prince charmant qui lui servie son verre en même temps que de prendre une petite pause pour se penché sur le bar. Il copier assez bien les mimiques du véritable barman ce qui eu pour réflexe de faire sourire Evans alors qu'il obtenait sa réponse :

« La soirée est chargée, notre patron est venu pour discuter de l'emploi définitif d'Alistair alors Hayden a dû les accompagner, vu le temps qu'ils mettent ils ne reviendront pas avant un moment. On aura peut-être un peu plus de temps quand on aura fini de servir une première fois tout le monde, mais malgré tout vous ne serez pas en discrétion... »

Deux réponse en une, la première donnaient une explication plus profonde sur la raison de cet organisation si particulière. Le retour du patron avait dû être un bouleversement aussi bien pour les clientes, que pour les employés en passant par les affairent courantes qui doivent être vérifié et la seconde lui donner le temps de ce préparé pour trouver les bons mots. Il ne pouvait pas faire passer son message tant qu'ils y avaient des clientes en présence. Il avait beau être un peu maladroit sur les bords, il savait que ce genre de chose ne devait pas ce faire ne présence de personne qui viennent uniquement pour passer un bon moment. Lui aussi aimerait passer un bon moment et évité l'horrible passage où ils allaient se disputée malheureusement, c'était peine perdu connaissant le personnage. Son regard réussi à se décrocher du regard monstrueusement attirant (et particulier) d'Antoine. Ce sourire qu'il arborait fièrement face à la même personne qu'il avait claquer. Ses pupilles tombèrent sur le verre présenté de façon simple mais, jolie. La couleurs du cocktail dans le verre était méchament trompeuse, heureusement que son nez était assez fin pour sentir l'odeur de l'alcool venir lui chatouiller les narines. Son corps se redressa sur son dossier, basculant sur épaules un peu en avant pour essayer d'évité d'attirée l'attention sur son verre. Il n'avait absolument pas fait attention au fait qu'il c'était rapprocher de la même façon d'Antoine. Son visage devenu blanc de surprise en ce rendant compte qu'il n'était pas très loin, sourire au lèvres :

« Cependant d'ici deux ou trois heures les clientes devraient sortir petit à petit, c'est généralement le moment qu'on prend pour manger tous ensemble, tu pourras peut-être avoir un moment avec lui.
- Merci Antoine ! Répondit-il extrêmement timidement pour remercier les bon soin de l'hôte à son égard
- Tu me donneras ton avis sur le cocktail, je pense avoir bien dosé ! »
fit-il tout fier de lui en repartant préparée une commande.

Le clin d’œil eut pour conséquence de l’achevée. Ses joues fut prise par le feu de la gêne et ce transforme presque en tête de tomate. Il n'avait pas encore tremper ses lèvres dans son breuvages qu'il donnait déjà l'impression d'être bourrée. Sa main saisie précautionneusement le verre qu'il commença à siroté en gardant l’œil vif sur tout ce qui l'entourait. Ce n'était pas le genre d'endroit qu'il fréquenté de façon habituelle. Il analyser les clientes, leurs comportement envers les hôtes qui semblait tout aussi irréaliste que les princes charment sortie des livres pour enfants. L'ambiance dans le bar était assez détendu et dénoté de la première impression qu'il avait eu la vieille d'un endroit de loisir pour jeune femme fortuné en recherche d'exotisme. Même si Alekseï lui avait cent fois répété que ce n'était pas organiser comme une maison clause sans coucherie, c'était plus facile de ce faire une idée précise de l'endroit en y rentrant. Une chose assez compliquer à faire quand on se bases uniquement sur l'extérieur avec parfois l'hôte qui attend devant le clubs. Il devait des excuses à tout les membres du clubs, heureusement qu'il ne le prononcera pas à voix haute sinon, il risqué de s’attirer les foudres de toute les personnes présentes. Il porta le verre à ses lèvres pour prendre une gorger de son cocktail. Il allait le faire durée, Antoine avait bien réussi le dosage ce qui faisait qu'il n'était pas trop traite dans le goûts mais n'emporter pas la bouche à cause de l'alcool. Un bon point pour ce bar qui servait, même avec des amateurs, de très bonne boissons à leurs clients.

Pendant toute le début de soirée, Evan resta sagement sur sa chaise comme un enfant apporter par sa mère qui l'aurait déposer dans un coin le temps de réglé ses affaires. Il ne bougeait quasi pas à part pour boire son verre et resté silencieux comme une carpes. Quand Antoine ce tournaient vers lui pour s’assurer que tout va bien, le gamin lui jeté des regards presque surpris de son attention. Il le regardait autant de temps que lui le regardaient puis quand, Antoine retourner à la gestion de ses cocktail, Evan faisait retomber le boue de son nez vers son verre.  Au bout d'un moment, le gamin sortie un carnet avec une porte-mine pour griffonné le temps que le temps passe. Ce rendant bien compte à un moment que ça ne servait à rien de chercher à discuté avec son amis avant le dépars des clientes. De son côte Alekseï ignorait parfaitement les deux garçons qui était à ses côtés. N'ayant même pas eu de réaction face aux comportement très chevaleresque d''Antoine envers Evans. Une cliente ne souhaité pas lui lâcher la jambe malgré, l'attention déjà assez importante de Maxwell à son égards. Le retour du patron avait tout émoustiller le patron qui alimenté la discutions alors que quasiment tout les hôtes chercher à faire changer de sujet. Ils n'avaient même pas le temps pour s’inquiète d'Alistair qui passer son entretiens d'embauche et d’Hugo qui avait soudainement disparut ne même temps que le nouveau.


Ce dernier s'était cachée sous sa  serviette un peu plus en entendant le claque de la langue d'Hayden, visiblement pas ravie d'avoir à faire à un gamin têtu. Hugo ne pouvait même pas enlevé son sourire nerveux qui lui barré le visage. C'était le seul échec du latino dans le clubs, il avait réussi à assez bien cacher la vérité sur son l'état de santé de ses yeux. Maxwell avait complètement zappé le truc en basant ses lunettes comme un accessoire de son personnage, Thomas n'était pas le mieux placé pour chercher à connaître ses yeux sachant que lui même dissimuler soigneusement ses yeux à tous, ce qui attiré beaucoup plus attention que ses pauvres petites lunettes. Pour le reste, Alistair n'en avait certainement rien à faire tendis qu'Antoine chercher sans vraiment s'y impliquer. Le seul qui lui avait casser les pieds était Hayden. Il n'avait pas mis longtemps avant de comprendre la raisons et de voir ses pupilles. Une chose qui avait limite fait fuir Hugo, mais il était rester  en remarquant que le barman n'avait absolument rien dis. Un moment de leurs histoire qui était assez marrant à ce remémorée maintenant que les choses c'était tassé. Enfin, maintenant, il subissait encore les regards plus que paternel d'Hayden  à chaque fois qu'il y avait un rapport avec ses yeux quoi que pas seulement. Hugo l'entendu s'approcher, il mis pas longtemps à savoir pourquoi en sentant l'index du barman s'abattre sur son pauvre front, innocent. C'était sa manière de le corriger tout en  lui faisant la leçon :

« Puis quoi encore... J'vais j'ter un œil dans tes affaires, sinon j't'apport'rai ma trousse d'secours. Tu t'soignes immédiat'ment et t'es en pause jusqu'au repas, on rest'ra dans la salle d'r'pos pour manger c'soir pis j'verrai t't'à l'heure s'tu t'sens mieux. »

Hugo perdu son sourire presque immédiatement quand Hayden pris les choses en mains. Il ne supporter pas être un poids pour les autres et préféré ce débrouiller seul. De toute manière, il pouvait tenir avec un petit peu de repos. Seulement, il avait compris depuis bien longtemps que ça ne servait à rien d'essayer de faire changer d'avis le barman à moins de souhaité ce faire encore plus gronder. De toute manière, il n'était pas non plus en position pour l'en empêcher. Dans un soupir de résignation, il laissa le sous-chef imposer sa sentence, ses bruissements de bas s'éloignèrent du canapé. En quelque seconde, il se retrouvait isolé et se remis à soupirée  par le comportement sur-protecteur d'Hayden à son égard. Sa main revenu se poser sur la serviette pour appuyer très légèrement sur ses paupières. La douleur ne passait pas, mais au moins elle était apaiser par le fait qu'il n'y avait plus de violence par la lumière. Au loin, il arrivait à peine à distinguer le bruit des casiers qui s'ouvre, sans grand étonnement il n'avait rien dans son cassier. Il devait en récupéré dans sa pharmacie pour en ramener avant qu'Hayden viennent en chercher directement chez lui. Il en serait capable et de toute façon, dès le moment où il avait été courant le barman avait demander à avoir quelques cachets en cas de besoins. Une demande qui avait été approuver à unanimité par sa famille et qui avait poussé Hugo à lui expliquer les grande ligne du traitement tout en lui passant les quelques cachet qui devait prendre.

Malgré la distance entre les deux personnages coupée par Alistair et le patron qui continuer à chuchoter en parlent de différentes bases économie, le latino arrivait à entendre quelques râlement du barman. Il entendu deux chose qu'il ne supporter pas entendre et qui pour lui n'allait de toute manière pas dans la même phrase : « beaux yeux ». C'est yeux était tout sauf beau et s'il avait pu les changé ça aurait belle lurette que ça aurait fait. La grimace qu'il tira était dignes d'une série comiques. Son visage était déformer par le dégoût à cet idée que quelqu'un puissent trouver ses yeux comme beau. La salle était assez paisibles comparée à la grande pièces  où les clientes batifoler joyeusement avec les derniers hôtes présent. Alistair se montré assez ferme dans la ponctuation de ses phrase même s'il ne comprenait pas la moitié des éléments techniques. Pour le reste, il n’entends pas grand chose d'autre à part le petit cris d'exclamation quand Hayden sortie victorieusement la dernier fiole qu'il possédé. Enfin, la quantité, il ne le compris quand l'entendant posé l'objet près de lui. Ça n'allait pas suffire, sachant que normalement il fallait une pipette pour chaque œil, mais ce serait toujours mieux qu'attendre que ses yeux s'en remettent tout seul. D'un grand pas, il revenu près de l’aliter en déposant son traitement sur la table en faisant assez de bruit pour qu'Hugo puisse l’attraper sans trop galéré.

« J't'pose ça à côté d'tes lunettes, dès qu'tu t'sens d'retirer la serviette tu t'les passes pis tu t'reposes d'nouveau. J'vais régler les docs avec Alice et l'patron et j'retourn'rais aider les p'tits jeunes. Et n'espère même pas t'glisser hors d'la pièce pour r'tourner bosser dans c't'état ou j'viens m'installer chez toi ce soir !
- C'est bon je serais sage ! »
bougonna-t-il comme un enfant qui venait de ce faire coupé l'herbe sous le pieds.

Impossible de s’enfuir en l'entendant se poser à ses côtés comme un chien de garder dresser à surveiller un criminel. Il n'allait pas se risquer à subir les foudres du barman en faisant une bêtises pareille, même lui avait des limites dans sa connerie. En plus, Hayden était bien capable de venir le chercher par la peau du cul devant les clients pour le ramener dans la pièce privé où il l’enchaînerais jusqu'au moment de rentré chez lui. La dernier phrase le fit évité de pensés à n'importe quels possibles tentatives. Il était hors de question question qu'Hayden viennent squatter, sa mère en serait bien trop heureux et il serait beaucoup trop chiant à faire en sorte qu'Hugo se soigne correctement. Mieux valait faire comme le patron de l'ombre le souhaitée. Son corps se mouvait sur le côté montrant son dos au canapé en face. Sa tête n'était plus près d'exploser mais, ce n'était pas encore le moment où il pourrait ouvrir ses paupières pour y mettre les goûtes. En plus, il n'avait pas le courage d'entrouvrir la paupière. Il resta immobile pendant quelques longues minutes jusqu'à que quelques chose attire son attention ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 221
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Lun 12 Nov 2018, 21:48

De façon fort amusante, la réaction d'Evans avait mis un peu de temps à prendre place face aux gestes de l'apprenti-barman : en effet ce ne fut qu'après ce grand nombre de clins d’œil et d'actions sympathiques et attentionnées qu'enfin le jeune client vira au rouge. Pour ne pas manquer de politesse à son égard, Antoine détourna la tête ; il porta néanmoins sa main à sa bouche, couvrant partiellement ses lèvres de son poignet pour cacher un rire dû à la situation bien cocasse. Il commençait à parfaitement cerner le personnage du jeune homme, maladroit et hésitant, qui doutait de ses propres constatations et craignait le regard d'autrui. Il se rassurait au moins que son propre regard ne semblait pas le terrifier pour le moment, même s'il n'avait pas manqué d'être apeuré comme un chiot lorsqu'il avait remarqué pour la première fois qui l'avait rattrapé. Pouvait-on lui en vouloir après ce qu'il s'était passé lors de leur première rencontre ? Antoine, apparemment, semblait ne pas faire cas de cet événement, comme s'il n'avait jamais eu lieu et qu'il avait simplement reconnu un ami dans la rue.

Dans le bureau, on s'activait tout autant que derrière le bar. Tandis que Antoine et Alekseï jonglaient entre les verres et les clientes avec plus ou moins d'habileté, le russe semblant avoir du mal à consacrer son attention aux personnes présentes bien qu'il sembla aussi appliqué sur ses cocktails que son collègue sans doutes après les longues heures d'observation du travail du véritable barman qui avaient fait de lui un des remplaçants attitré d'Hayden en cas de problèmes, Alistair et William faisaient des acrobaties cérébrales devant des dossiers entiers de documents importants pour le club. Le patron resta longuement dans la chaise principale, suivant les indications d'Alistair et le corrigeant cependant quelques fois sur la nature de l'entreprise, gérant tout ce qui pouvait relever de l'administration pure pendant que son nouvel employer, visiblement validé d'office par l'imposition du barman, se chargeait des chiffres. Après une bonne demi-heure, Hayden se leva enfin du canapé lorsque le blond l'interpella, et le trio changea les positions, le barman prenant place devant le bureau, William penché par dessus son épaule alors que Alistair s'était proposé pour aller reprendre des boissons, sentant que les heures de discussions à venir allaient sans doutes les fatiguer.

Il fallut bien une heure à Hayden pour en finir avec les dossiers qui le concernaient en tant que vice-patron, nouvelle place hiérarchique qui avait été mise en place pour en quelques sortes officialiser sa place de conseiller. Maxwell avait été défini dans les documents temporaires comme directeur des ressources en l'attente de sa propre validation, et finalement William avait décidé de proposer un petit boulot de comptable à Alistair que celui-ci avait accepté avec pour unique condition que son temps soit aménagé en cas de nécessité de gestion importante à ce propos. Lorsque Hayden et William se lancèrent dans leurs dossiers personnels, Alistair resta un moment debout derrière eux, les bras croisés, avant de tenter de retourner s'asseoir. En un échange de regard, William compris de la part d'Hayden qu'il ne fallait pas que Alistair rejoigne Hugo, alors le patron fit mine d'avoir besoin d'une pause et imposa à Alistair de faire son dossier d'employer avec Hayden, forçant donc celui-ci à s'asseoir avec le barman derrière lui pendant que le blond allait s'asseoir en face d'Hugo. En tant que patron, il était évidemment au courant des dossiers de santé de ses employés et ne fut donc pas surpris de voir des médicaments à côté des lunettes du latino.

Il le laissa tranquille, sans chercher à le déranger, pendant que Hayden finissait les derniers réglages avec Alistair. Ils achevèrent très vite leur travail en duo, et finalement le barman annonça qu'il allait finir d'aider Antoine et Alekseï, laissant donc William et Alistair se remettre à la gestion économique de l'entreprise pour rattraper les mois de travail laissé à l'abandon le plus vite possible. Lorsqu'il arriva dans le bar, Alekseï et Antoine avaient fini de servir la première tournée depuis un moment et étaient un peu plus posés, même si gérer les discussions avec les clientes tout en prenant quelques rares commandes les tenaient quand même bien occupés. Il se glissa derrière son établi entre les deux jeunes hommes et attira leur attention en se penchant entre les deux :

« R'passez derrière l'bar, j'm'charge d'la dernière tournée puis on enr'gist'ra les achats pour s'préparer à aller manger dès qu'ça s'calme. On mang'ra ici c'soir, si vous avez b'soin d'une pause v'pouvez aller préparer l'salon privé pour les autres. »

Antoine hocha vivement la tête et donnant son dernier verre il se précipita de l'autre côté du bar au pas de course. Les clientes s'amusèrent à lui lancer chacune une pique à son passage, même les plus timides, et il répondit habilement à chacune comme un jeu de tennis entre lui et les femmes qui rirent aux éclats quand il bondit sur la chaise à côté d'Evans en manquant presque de tomber, sans doutes le faisant exprès puisqu'il se rattrapa habilement en une acrobatie avant d'accorder un grand sourire au jeune homme, les cheveux ébouriffés et les joues rougies par son petit jeu. Il jeta un œil dans la direction d'Alekseï pour s'assurer de ne pas déranger s'il souhaitait rejoindre son ami, et se pressa de se pencher vers le petit chiot apeuré :

« Alors, ce cocktail ? Quand Alekseï partira vers le salon privé tu pourras le rejoindre, je préviendrais Hay, vous aurez un peu de temps avant que les autres arrivent et au pire Alek sait où se déplacer pour être tranquilles. Tu resteras un peu avec nous après le repas ? »

Disant ceci, il lui accorda son sourire le plus rayonnant. Rien d'étonnant à ce que les pourboires laissés individuellement à chaque hôte soient notablement plus élevés concernant Antoine en particulier. Alistair observa les chiffre qu'il obtenait après son calcul avec un air impressionné. Il avait passé quelques années avec ce prince charmant comme partenaire de musique lorsqu'il était au lycée puisque ce dernier était particulièrement ami avec Sophia et avait donc finit par réussir à approcher le glacial fan de jazz, mais même avec toute la volonté du monde il n'aurait pu imaginer que sa popularité atteigne de tels plafonds. En effet il était souvent entouré de filles, assez régulièrement il les présentait comme des amies cependant ; il ne savait pas trop avec combien il avait pu sortir, mais voyant dans quel bar il travaillait il se demandait seulement s'il avait jamais répondu un jour de façon positive à une personne de sexe féminin. C'était une question qu'il n'oserait poser au concerné, mais la curiosité le mènerait sans doutes à questionner Sophia un peu plus tard. Pensant à ceci, il releva la tête vers l'horloge qui se trouvait sur le mur juste au dessus du bureau, sur la droite. William, penché par dessus son épaule, prit un air brièvement surpris avant de suivre son regard : les aiguilles leur indiquèrent qu'ils étaient déjà en train de travailler depuis un bon moment et que Hayden, bien qu'étant partit il y a peu, n'allait pas tarder à venir les chercher pour aller manger tous ensemble avec les autres employés. William abaissa un regard souriant vers son nouveau comptable.

« Faisons une courte pause, je vais demander le menu du soir à notre cher Hay pendant que tu finis ce calcul. »

Sur ces mots, il se redressa et traversa la pièce d'une démarche élégante. Il s'arrêta brièvement pour vérifier si Hugo avait pu prendre son traitement, quitte à le glisser dans sa main s'il y avait nécessité pour le cacher, et se dirigea vers la sortie pour arriver dans le bar alors que Hayden commençait à accepter les paiements de deux clientes. Alistair le regarda partir, se retourna sur son document, et après quelques très courtes minutes se leva à son tour, fermant la session d'ordinateur après enregistrements. Il s'avança vers le canapé où se trouvait Hugo, et se pencha par dessus le dossier pour s'assurer de son état.

« ... Tu as pu te reposer ? »

Il n'osait pas réellement demander ce qui avait pu se passer, cela ne le regardait pas, mais de toute évidence Hugo manquait de la vivacité qu'il avait en temps normal, aussi se demandait-il si les quelques heures précédentes avaient suffit à lui redonner un peu de son rayon de soleil habituel. Il gardait un peu de distance, comme n'osant pas s'imposer d'une quelconque manière, presque gêné par l'état du pauvre hôte.



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 207

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Mar 13 Nov 2018, 14:05

D'un geste assez peu rigoureux, Evans dessiner des petits graphites pendant ses longues minutes d'attentes. Il représentait majoritairement les choses qu'il voyait, le visage d'Antoine en train de sourire à une cliente, le trois quart de la figure d'Alekseï concentré à la préparation de son coktail, le regarder doux de Maxwell envers sa cliente et les ongles trop manucuré d'une femme qui rappé sur le bois vernis du bar. Les dessins étaient crayonner de façon assez claire malgré les nombreux petits traits qui formé les détailles. Il remplis une ou deux pages de cette façon en faisant attention de dissimuler son activité aux regards curieux d'Antoine qui continuer de veiller sur lui malgré son occupation principal. Personne ne faisait réellement attention à lui à part Antoine, ce qui bien mieux que le contraire. Au file du temps, son corps commençait à ce détendre tout en restant pré-cautionnement dans son petit coin. Son sourire se décrispa pour être plus naturel, c'était rare quand personnes ne viennent lui reprocher quelques chose. C'était un moment assez agréable même avec son verre à la James Bonds. Rien chez lui ne pouvait être comparée à un play boy, sûr de lui avec un charisme de fou pour faire tomber toute les femmes à ses pieds, mais ce n'était pas très important quand on pouvait profité d'un cocktail préparé uniquement pour lui. Ce genre de petit détail le touché même si c'était certainement qu'un geste commercial de la part d'Antoine. Faut dire qu'avec leurs rencontre, c'était tout sauf de la bonne image pour leurs clubs, même s'il ce douté que ce dernier avait bien capté son caractère et que même avec toute la méchanceté du monde pour faire en sorte de faire de la mauvaise pub à l’établissement, la seule chose qui serait arrivé est le fait qu'Evans n'y pose plus les pieds.

Le jeune garçon fini de siroté son verre quand le barman apparut près du bar. Il était véritablement gigantesque. Evans était certainement un des seuls qui fit attention à son arriver. Son regard s’entrouvrirent légèrement en le voyant passer près de l'hôte à l'allure de vampire et le dépasser très simplement d'une tête si ce n'est plus. Il était tellement absorber par cette apparition soudaine qu'il oublie complètement de rangé ses affaires. Contrairement à lui, celui qui eut aucun mal à ce faire à ce retour du véritable barman fut Antoine qui bondit comme un cabris hors de sa place pour faire un bain de foule. Il était épuisant à regarder à toujours changé de manière d'être en fonction de ce qu'on lui demander de faire. Le temps de réaction d'Evans, comme toujours particulièrement lent, permis à l'hôte de le rejoindre et de s’asseoir à ses côtes. C'est de manière assez brutal qu'Antoine attire une nouvelle fois l'attention du plus petits. Evans vu au coin de son œil l'hôte bondir sur sa chaise sans faire attention à son équilibre. Il remarqua le déplacement de l'objet et dans un réflexe beaucoup moins classe que ce qu'Antoine avait fait pour lui, son corps plongeant légèrement vers Antoine en laissant son bras en avant pour essayer de l'attraper. Laissant tomber au passage son carnet à dessins sur le comptoir faire. Sa réaction était inutile car avant de sentir tomber Antoine, ce dernier se redressa avec une grande habilité n'ayant nullement besoin d'aide. Evans en fut autant surpris que gêné d'avoir tenté d'intervenir. Ses oreilles se mirent à rougir violemment en voyant le grand sourire tout fier de l'hôte qu'il accordait à son égards alors que son visage resté encore assez pâle à cause de sa frayeur. Le pauvre gamin était tout penaud face à cet énergumène d'hôte :

« Alors, ce cocktail ? Quand Alekseï partira vers le salon privé tu pourras le rejoindre, je préviendrais Hay, vous aurez un peu de temps avant que les autres arrivent et au pire Alek sait où se déplacer pour être tranquilles. Tu resteras un peu avec nous après le repas ? »

Beaucoup trop d'information, en trop peut de temps. Ses yeux restaient quelques seconde fixait face au visage un peu rouge d'Antoine qui l'éblouissait de son sourire. Cet personne n'était pas humaine. Dans un geste assez vif, il récupéra son bras pour reprendre une position assez éloigné de celle de l'hôte. Ses mains ne savait pas vraiment où se plaçait et fini par se poser contre son torse, assez mal à l'aise :

« Le cocktail était très bon !
Fit-il d'une voix assez assumé, mais je n'avais quasiment plus le goût du martini vers la fin de mon verre » le son décliné aux fur et à mesure qu'il donnait son avis.Son regard se tourna en même temps sur le comptoir où son calepin était grand ouvert sur ses derniers dessins. D'un mouvement assez brusque, il referma le livret avant que ça n'attire l'attention d'Antoine pour essayer de lui dissimuler le contenus. Parlant un peu plus fort qu'à son habitude pour essayer de changé de sujet :

« Je ne sais pas, ça dépendra de la réaction d'Alekseï … » Il parlait à rythme assez vite et embarrasser.

Les mots était pauvre pour marquer à quel point il avait honte de ne pas réussir a dissimuler son embarra. Normalement, il subis en essayant de garder aux moins de la contenances face aux personnes qui l'approchaient sinon, il n'aurait jamais pu supporter le regard du barman lors de sa première commande. Le gamin aurait bien aimé l'intervention d'Alekseï qui n'avait visiblement aucun intérêt pour son ami. Le russe depuis l'arriver du barman était retourner auprès d'une cliente qui le sollicité depuis un bon moment. Heureusement, cette dernière semblait ne pas avoir grand chose à lui dire, puis qu'au bout d'un moment, Alek s'éloigna du bar pour partir se dissimuler derrière une porte. Evan jeta un regard à Antoine, ne sachant pas s'il pouvait réellement y aller. Il ne souhaitait pas attirée l'attention sur lui, ni la curiosité des clientes qui de toute manière ne semblait pas ce soucier de ce qui se passait autours d'elles. Une fois l'accord obtenue, il se redressa sur ses pieds, évitant de prendre ses pieds dans la sangle de sac, une grande habitudes chez lui. Son visage ce retourna vers l'hôte avec un sourire plus naturelle mais, qui gardait encore sa timidité vu la rapidité du geste.

« Merci Antoine ! »
fit-il en ce dirigeant vers la petite porte où il disparût à son tours.

Alekseï récupéra son amis rapidement dans la pièce priver. La discutions se transforma en disputes en quelques échanges sans que personne ne s'en doute dans le clubs. Si bien qu'au bout d'un moment, Alekseï partie sur la terrasse suivie d'Evan. Hugo aussi aurait bien aimé fuir loin du bureau du directement. Il était toujours posé sur son canapé malgré les différents allaient retour qui se passait tout autours de lui. Personne ne discuté avec lui pendant un long moment. Hayden l'avait veiller pendant les premières minutes tenant le gamin au calme. Hugo avait peur de faire une bêtises et de ce retrouver avec le barman sur le dos. Il était plus frustré que reposer. Se retournant dans différente positions en cherchant à faire autre chose que se reposer tout en évitant d’abîmée la coiffure qu'Alistair lui avait fait. Ses yeux était une horrible choses, il n'allait pas démordre de cette idée. Malgré, tout au bout d'un moment, le latino finis par rester poser dans une positions. Le bras en dessous du visage pour lui relevait légèrement la tête. Son visage dirigé vers le dossier du canapé. Tout son corps était légèrement enfoncée dans le moelleux des coussins. Il s'était posé à la limite de s'endormir. La douleur commençait lentement à partir, quand il trouver une position qui le soulageait, il n'osait plus trop bouger. Au fur et à mesure du temps, sa douleurs semblait n'être qu'une légère pique de temps en temps. Il devait prendre ses goûts mais, son corps ne souhaité plus bouger d'un centimètre.

« Faisons une courte pause, je vais demander le menu du soir à notre cher Hay pendant que tu finis ce calcul. »

Si le latino possédé des attributs animal, ses oreilles se serait dresser tendis que sa queue aurait battue d'intérêt. Son ventre gargouiller même à l'appel du repas. Ça allait surtout être le moment où il allait pouvoir sortir de sa punition. Son corps se redressa un petit peu tout en restant allongé. Il préféré attendre la voix d'Hayden avant de faire le moindre gestes qui risquer de faire débarquer le barman chez lui. Ses oreilles tiquèrent au dépars d'une personne qui passait près de lui. Le sentant attrapée sa main pour lui glissait une petite fiole dans le creux. Il n'avait pas encore pris le cachet mais, il le ferait avant d'aller manger, quitte à demander de l'aide à Hayden si la douleurs revenait d'un coup pour faire le traite. Il serra le poing en faisant un léger mouvement tête pour remercier le patron, ce doutant qu'Alistair n'aurait sans doute pas compris. L'homme ne resta pas longtemps avant de repartir vers la vie animée. Le claque de la porte et le profond silence qui s'imposa d'un seul coup transforma l'endroit. Les trois gestionnaires n'avait pas particulièrement était bruyant mais, entretenait un bruissements de fond avec leurs échanges sur les pourboires, les taxes et encore bien trop de truc compliquer qu'il serait bien incapable de redonner.

Sa main enleva dans un geste plutôt lent la serviette qui recouvrait ses yeux. Il devait savoir si juste la pauvre lumière du bureau serait supportable avant d'ouvrir ses paupières. Hayden avait du faire attention à laisser la lumière au plus pas possible car il resté les yeux clos dans le noir quasi-complet. Des bruissement de pas se rapprochèrent du canapé. Il resta donc dans sa position, les paupières clause et attentif aux moindre petit son. Rapidement, il compris qu'Alistair s'était poser sur le dossier du canapé. Il y avait un peu la même sensation que quand Hayden le fixé de toute sa hauteur pour vérifié que tout aller bien. C'était assez perturbant sachant qu'il avait très envie d'ouvrir un œil pour voir la tête du nouvelle hôte officiel.

« ... Tu as pu te reposer ?
- Oui !
Répondu-t-il d'une voix pétillante d'amusement sans pour autant levé les yeux vers lui, ce n'est pas trop grave même si ça prend du temps à passer, ne t'inquiète pas !»

Hugo se redressa légère sur ses fesses sans un mouvement brusque. Rasant le dossier jusqu'à venir poser sa tête à la perpendiculaire de ses fesses. Sa joue écraser sur le rebord alors qu'il dessiner un grand sourire. Il lui fallait du temps pour ce remettre debout, sachant que son équilibre allait être impacter les premiers secondes à cause de son cerveau qui mettrait trop de temps à fonctionner. Autant profité d'être légèrement en dessous d'Alistair pour évité qu'il ne pose des questions en changeant de sujet :

« Le patron ne t'as pas trop épuiser ? » se moqua-t-il gentiment en relevant un petit bout de son nez vers lui.

Son geste fut aussi rapide dans un sens que dans l'autre car, il redescendu légèrement son visage avant de s'écarter pour chercher ses lunettes de soleil sur la table. Il avait fait attention à bien cacher la pipette dans sa poche en l'entendant arriver. Sauf que sans ouvrir les yeux c'était un peu compliquer de trouver l'objet de ses recherches. Tout en cherchant discrètement ses lunettes sans donner l'impression qu'il ne voyait rien (pas une très grande réussir), il continuait de faire la conversation :

« D'ailleurs, Félicitation pour ton emplois ! Te voilà officiellement un hôte ! Ponctua-t-il d'un rire jovial en sa direction Faudra que je te trouve un petit cadeau de bienvenue, mais j'ai aucune idée de ce que t'aimerais, t'aime les chocolats ? Quoi que, c'est peut-être trop... »

Son cerveau commençait à surchauffé alors qu'il essayait de trouver une idée original de présent pour fêté une admission dans une entreprises. Il ne fit même pas attention à ce que sa main faisaient sur la table, ce qui pour conséquence de faire tomber ses lunettes sur le sol. Il pesta dans sa barbe avant de se penché pour essayer de les trouvaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 221
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Mar 13 Nov 2018, 16:46

Evans avait totalement été pris par surprise avec l'arrivée d'Antoine. Il avait jeté ce qu'il travaillait plus tôt, un carnet à croquis visiblement - était-il artiste ? - sur le bar et s'était précipité pour tenter de le rattraper. Antoine dû se retenir à grand peine d'en rajouter une couche en se penchant aussi vers lui pour flirter avec le rapprochement physique, mais il n'aurait pas vraiment su comment expliquer à Alekseï que Evans baignait dans son propre sang sous le bar non pas à cause d'une blessure physique mais d'un trop gros choc cérébral. Il se contenta donc de tirer la langue avec amusement, esquissant un "désolé" pour l'avoir surpris au point de le faire virer au blanc, et se redressa bien droit pour le rassurer alors que le garçon reprenait un peu consistance.

« ... Le cocktail était très bon ! Mais je n'avais quasiment plus le goût du Martini vers la fin de mon verre...
-Mh... »


Antoine réfléchit un instant, portant sa main à son menton.

« Pas assez mélangé ? Ou alors j'ai mal dosé la vodka... »

Alors qu'il réfléchissait avec un pétillement de compétition dans le regard, semblant s'amuser à devoir perfectionner ses capacités de barman amateur, il entendit soudain Evans claquer violemment sa main sur le bar : relevant les yeux, il fixa brièvement le carnet que le garçon venait de cacher, et de façon parfaitement innocente tourna la tête vers le chiot apeuré pour lui offrir un sourire doux et aimable, comme si de rien n'était. Sa réaction dénota totalement avec la panique d'Evans :

« Je ne sais pas, ça dépendra de la réaction d'Alekseï !
-Il n'oserait pas te mettre à la porte »
, s'exclama Antoine d'un air incrédule avant de glousser, amusé.

Il resta ainsi parfaitement impassible à la gêne d'Evans. Il n'avait pas regardé dans le carnet de celui-ci, malgré son caractère observateur il n'était pas réellement curieux au point d'outrepasser l'intimité d'autrui. De toutes façons, c'était justement de façon observatrice qu'il avait remarqué que le garçon ne voulait visiblement pas montrer ses croquis, même s'il se doutait de leur nature avec les coups d’œil dissimulés que ce dernier lançait de part et d'autre du bar auparavant ; dans tous les cas, il avait voulu ne pas manquer un seul instant de discrétion en regardant dans le carnet du client, et avait donc totalement ignoré sa présence jusqu'au coup de panique de son possesseur. Il passa totalement outre son embarras ainsi, s'étirant joyeusement avant de bondir de sa chaise : Alekseï avait aussi contourné le bar et ne tarderait pas à les rejoindre, Antoine ne voulait pas être un fardeau pour son compagnon de soirée.

« Pour la note tu viendras me faire signe avant de partir, au pire des cas Alekseï sait où tu habites ! »

Esquissant un sourire sauvage, il ricana un peu curieusement avant que son chuintement ne se transforme à nouveau en rire jovial, comme ne pouvant réellement passer pour un méchant. Lorsque le russe parvint enfin à leur niveau, Evans dirigea un regard embarrassé vers Antoine ; celui-ci se contenta de lui faire un grand sourire et un signe de main pour lui dire à tout à l'heure, rassurant immédiatement le petit chiot qui s'empressa de trotter vers son ami, saluant lui aussi une dernière fois son hôte :

« Merci Antoine ! »

Si elle allait rapidement déchanter dans le salon privé, une certaine bonne humeur se faisait sentir, autant dans le bar que dans le bureau du directeur en contrepartie. Du moins c'est ce que Hugo tenta de faire ressentir à sa réponse à Alistair, ayant enfin retiré la serviette, caché son traitement et lui adressant un grand sourire. Il s'était redressé en entendant la voix du moustachu, et l'épaule écrasée dans le dossier, la joue appuyée sur le coussin, il fit mine de le regarder par en dessous avec un sourire félin, même s'il n'ouvrit pas un seul instant les yeux. Alistair cligna des paupières, intrigué : faisait-il des migraines ?

« Oui ! Ce n'est pas trop grave même si ça prend du temps à passer, ne t'inquiète pas ! »

C'était en vérité le meilleur moyen de l'inquiéter, mais Alistair décida de mettre cette réponse de côté pour se contenter de se redresser un peu, comme sentant finalement que la proximité avec Hugo s'était d'un coup faite sentir. Il détourna les yeux du visage du latino et commença à contourner le canapé alors que Hugo semblait le taquiner de la voix :

« Le patron ne t'a pas trop épuisé ?
-Il est courant que les patrons n'aient aucune notion de l'économie réelle de leur entreprise, mais je dois avouer que l'on a atteint le fond »
, soupira Alistair pour toute réponse.

Hugo sembla en rire, avant de laisser retomber son nez, commençant à chercher ses lunettes. Alistair avait bien fait attention à les placer près de lui à l'origine, mais avec tous ses changements de position et son manque de concentration il ne s'en souvenait visiblement pas. Il était encore à moitié endormi ou quoi ?

« D'ailleurs, félicitations pour ton emploi ! Te voilà officiellement un hôte ! Faudra que je te trouve un petit cadeau de bienvenue, mais j'ai aucune idée de ce que t'aimerais, t'aime les chocolats ? Quoi que, c'est peut-être trop...
-N'en faisons pas trop. En plus cela augmente ma quantité de travail considérablement... Je vais devoir lui apprendre les bases quand il sera présent, ainsi que voir pour lui faire décider d'aménagements pour le club... Vous n'aviez jamais pensé à prendre des uniformes ? »


Alors qu'il finissait sa phrase, un bruit sourd se fit entendre : les lunettes d'Hugo venaient de tomber sur le sol, faisant jurer leur possesseur. Alistair, qui s'était arrêté près des accoudoirs, se baissa, et évitant soigneusement de toucher la main du latino ou de lui donner un coup de boule il attrapa les accessoires et les tendit vers les doigts de l'homme, touchant d'une branche le bout de ses doigts tout en s'assurant de récupérer sa distance de sécurité. Il lui accorda un regard à nouveau inquiet : quoiqu'il en dise, son comportement n'avait rien à voir avec ce à quoi il l'avait habitué jusqu'à présent. Il ne pouvait réellement se résoudre à poser la moindre question cependant, en vérité il ne le connaissait pas assez pour en faire quoique ce soit. Mais à bien y penser, le voir autant porter des lunettes de soleil... Avait-il une déformation, une maladie, quelque chose qui pose problème à ses yeux ? Il se racla la gorge comme pour chasser l'embarras de s'être emporté dans ses questionnements malgré sa volonté de rester platonique et professionnel, changeant de sujet.

« Je ne sais pas quand je vais pouvoir revenir aider en tant qu'hôte ce soir, je ferais mieux de prévenir Maxwell. Cela semble être assez vivant à côté, ils ont l'air de s'en être sortis sans nous pour le moment... »



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 207

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Mar 13 Nov 2018, 22:29

Evans eut un petit sourire jaune en attendant Antoine plaisant au sujet de la note. Ses yeux restèrent quelques secondes traîner sur le visage de l'hôte avant de fuir vers son meilleurs amis. Ce n'était pas le genre de chose qu'on devrait dire aussi naturellement dans cet établissement. Il avait réellement fuit pour aller se dissimuler derrière la porte. Son visage était à peine pris par les rougeurs au niveau des joues et des oreilles. Son corps plaqué contre la porte comme un chiot qui aurait trouver un refuge dans sa niche. Heureusement, le visage assez froid d'un Alekseï surpris eut l'avantage de lui rendre ses couleurs normales. Ils avaient commencé la discutions dans la salle privé où l'hôte c'était activé à mettre les chaises en places et préparé le plus gros des affaires pour passer la pause, au début c'était assez clame mais ça ne dura pas longtemps. Plus ils se parlaient, plus le Russe perdait sa patience  inexistence. Le ton augmentait en proportions jusqu'au moment où l'hôte entraîna son amis sur la petite terrasse pour évité de déranger les quelques clients qui était encore présent. C'était encore un miracle que personne ne soit venu leurs demander de baisser le son ou que les voisins n'est pas ouvert leurs volés pour gueuler aux silences. Evans ne savait pas trop comment réagir face à la colère de son amis mais, en même temps, il ne pouvait pas faire autrement que le tenir informer des derniers événements. Alekseï quand à lui se sentais à la fois trahis et furieux de la situations qui venait de lui tomber sur la gueule.

Au bout d'un moment de discutions, tout les deux s'arrêtèrent de se foutre sur la gueule. Evans était au bord des larmes alors qu'Alekseï le regardait du coin de l’œil tout en se collant contre son épaules. Celui qui travailler aller devoir retourner à son poste mais, pour l'instant il n'avait pas vraiment le courage. L'autre avait complètement perdu le peu de bonne humeur qu'Antoine avait réussi à lui donner. Ils restèrent quelques minutes comme ça avant de voir le russe se redresser sur ses jambes. Se retournant pour lui apporter son aide si besoin, le jeune client ne se fit pas prier pour la saisir. Le russe lui transmis les consignes de la marches à suivre pour ce qui allait ce passer pour la suite. Evans hocha la tête avant de le laisser un moment seul. D'un pas assez lent, il retourna dans la grande salle de clubs. Il avait essayer de dissimuler derrière ses cheveux les quelques marques qu'il avait sur le visage, particulièrement les marques de rougeurs dû à ses larmes. Essayant d'être le plus discret possible pour évité d'attirée l'attention du barman ou encore pire d'Antoine. Ce fou d'hôte serait bien capable de lire sur son visage sa détresses. Il fallait absolument l'évité mais, il fallait au moins avertir quelqu'un pour Alekseï sachant que ce dernier mettre un peu de temps à revenir. En toute discrétion, il se rapprocha de ses affaires abandonner sur son sièges

« Bon, je fais quoi moi maintenant … » murmura-t-il pour lui-même en cherchant à voix passe la meilleurs options possible.

L'histoire n'était pas réellement intéressant, seulement Alekseï avait la mauvaise habitude de s'enflammer pour un rien. Bon, cette fois-ci c'était lui qui minimiser la choses. Son visage se redressa pour admirée la salle du clubs. Une grande partie des clientes étaient partie. Les hôtes étaient plus libre mais assez pris pour ne pas venir directement lui parler. Il se pencha un peu sur le bar pour voir quels options serait la meilleurs à prendre. Seulement, il abandonna l'idée d'appeler le barman et préféra ce reposer sur son sièges pour attendre que son amis revienne lui donner sa réponse.

Dans la pièces d'à coté, Hugo était encore tout sourire face à Alistair relativement épuiser par ses premiers heures de travail. Il faut dire que le patron n'était pas du genre très consciencieux sur certaines choses et laisser parfois des choses traîner qui ne fallait pas. Le latino n'était pas au courant de grand chose concernant la gestion et l'organisation interne de la boite, ce contentant d'être présent quand on avait besoin de lui. De ce fait, Alistair devenait son supérieur hiérarchique si on s'en tenait uniquement aux fonctions de la boite. C'était assez drôle de ce dire qu'il n'y a même pas deux jours, Alistair faisait ses premiers pas dans le monde des hôtes. Ce dernier semblait assez fatigué, la pause allait faire autant de bien au patron qui allait profité d'un moment de liberté qu'à Alistair qui n'aurait pas à surveillé un gamin (enfin ça ce n'est pas dis avec le latino dans les parages). Comme toujours, il était très professionnel dans son comportement et ne ce laissait pas déconcentré pour si peu. Même après les catastrophes du latino avec ses essayent lamentables pour récupéré ses lunettes. Avec sa chance, Alistair allait comprendre ou avait déjà compromis mais garder le silence par flemme ou désintéressé (chose qui ne l'aurait absolument pas surpris).

« Je te trouverais bien quelques choses ! » marmonna-t-il obstinée à l'idée de trouver un petit présent, certainement plus symbolique que réellement utile.

Alistair ne semblait pas très intéresser et ignora superbement sa remarque, préférence souligner que l'incompétence du patron allait lui demander des efforts supplémentaire. Hugo retenais des petits spam de rire à voir Alistair si impliquer dans ce qu'il faisait. Mais, il perdu son sourire pour reprendre un air plus sérieux quand la discutions se poursuivie :

….ainsi que voir pour lui faire décider d'aménagements pour le club... Vous n'aviez jamais pensé à prendre des uniformes  ?
- Je ne pense pas, mais faudrait voir qu'est-ce que tu souhaiterais faire comme uniformes ?
Il posa quelques seconde de silence pour organiser ses pensés avant de reprendre, On adapte bien nos tenus pour avoir à peu près tous le même style lors des éventement mais, ça reste particulier, nos vêtement sont un peu la première chose que fois les clients pour choisir leurs hôte, si je reprend les paroles de Maxwell ''Les vêtements font autant partie de notre personnage que notre personnalité dans le clubs'', donc si tu veux instauré un uniforme faudrait faire en sorte que chacun puisse exprimer sa personnalité, je suis pas sur d'être très classe en vampire ! Sa phrase fut ponctuer d'un rire assez franc en s'imaginant en tenu de vampire tout les jours. Ce n'était pas tout à fait son genre de tenu, ni même de manière.

Il pesta en sentant les lunettes glissaient entre ses doigts. Ce n'était aps pratique de ne pas voir quand on souhaité récupéré un objet. En plus, c'était tous sauf discrét quand on voulait faire croire qu'on voyait parfaitement. Les insultes continuèrent de fusé dans sa tête jusqu'à entendre un mouvement venir de la par d'Alistair. Il avait parler de façon assez sérieux pour compensr le fait qu'il ne pouvait pas le regarder dans les yeux. Sa recherche ne portait pas ses fruits. Ses doigts glissèrent sur le sol vide, désespérément vide. Il allait être beau face à Alistair qui allait sérieusement finir par poser une question. Sa main dans le vague finis par sentir la branche de ses lunettes. Alistair avait dû se penché près de lui, il avait ressentie une étrange proximité même s'il n'était pas absolument certaine. Hugo afficha un grand sourire de remerciement en récupérant ses lunettes pour venir rapidement les glissaient sur son bout du nez. Les enfonçant correctement jusqu'au fond avec d'entrouvrir très légèrement une paupières. La douleurs était toujours là, lancinante en fond mais assez faible pour être supporter. Dès qu'Alistair serait sortie de la pièces,  il se mettent les gouttes quitte à demande de l'aide à Hayden. Son sourire se fit un peu plus présent quand il pu apercevoir le visage impassible du nouvelle hôte qui semblait assez soucieux.

« Je ne sais pas quand je vais pouvoir revenir aider en tant qu'hôte ce soir, je ferais mieux de prévenir Maxwell.
- Ne t'en fais pas, on trouvera une solution pour géré le flot de clientes et si tu arrives à proposer des aménagements sympas au patron ce sera déjà bien !
Fit-il tout fier .
- Cela semble être assez vivant à côté, ils ont l'air de s'en être sortis sans nous pour le moment...
- Hayden à dû s'organiser pour qu'ils restent groupé, c'est plus facile à géré quand toutes les clientes sont rassemblé avec seulement deux ou trois hôtes, ça fait l’événement de la soirée »


Il lui accorda un de ses plus beau sourire, cette fois-ci en profitant de pouvoir le fixée dans les yeux malgré le filtre de ses lunettes de soleils. Un grand air amuser sur le visage. Alistair était bien impliquer dans ce qu'il faisait malgré ses doutes lors de son premier jours qui ne remonte pas à si loin. C'était une bonne nouvelle qui donner du paume aux cœurs aux latino !

« Je sais ! Je vais d'offrir un stylos de trésorier ! » annonça-t-il remplis de fierté face à son cadeau nul, les chocolats c'était peut-être mieux finalement...

Tout en rigolant tout fier de sa trouvaille. Il se redressa lentement sur ses jambes, essayant d'évité les mouvements brusque tant que sa vue resté fragile. Ce n'était pas encore ça, mais ça irait pour manger avec tout le mode si Hayden faisait en sorte de garder la luminosité assez basse – au pire, il reviendrait manger dans le bureau pour être au calme. Ses mains maintenaient le dossier du canapé pendant quelques secondes avant de le lâché une fois certains sur ses appuis. Il espéré que sa coiffure n'avait pas été trop bousillé par son repos forcé  :

« Ca va ? Je n'ai pas réduit ton travail à néant ? »

Il passa rapidement ses mains sur quelques mèches libre pour essayer de les repositionnaient mais, resta assez sage car, il n'essaye pas de faire bien plus en présence du coiffeurs. Alistair allait le corriger à la volé sinon, et ça, Hugo ne le voulait pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 221
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Mer 14 Nov 2018, 12:27

Le club se vida petit à petit, les clientes ayant décidé de partir pour la plupart pour aller manger et les autres suivant assez naturellement en voyant le club se vider. Hayden alla retourner la pancarte à l'entrée du club afin que de nouvelles clientes ne fassent pas leur apparition pendant qu'ils préparaient à manger, puis il revint vers le bar d'un pas tranquille pour s'occuper de deux clientes qui patientaient à côté de la caisse. A ce moment-là, William sortit du bureau et s'approcha d'un pas élégant, s'étirant discrètement pour se détendre des heures de travail acharné passées. Le barman releva la tête vers lui.

« Bon retour parmi nous, plaisanta-t-il tout en cachant malgré tout son accent aux clientes.
-Tu ne peux pas savoir à quel point je me fais exploiter mon petit Hay, s'exclama le patron en riant légèrement avant de se tourner vers les clientes : Vous avez passé un agréable moment dans notre établissement ? »

Son sourire et son élégance avaient un instant arrêté sur place les demoiselles qui s'ébrouèrent de surprise quand la question fut posée, arrangeant leurs coiffures en riant nerveusement d'avoir pendant un instant dévisagé avec tant d'insistance cet homme littéralement venu d'ailleurs. William garda son expression sans broncher, les écoutant ne pas tarir d'éloges sur le club, puis Hayden encaissa leurs cocktails et les jeunes femmes s'en allèrent en gloussant. Cette fois-ci, le patron soupira en esquissant une moue sur sa bouille d'enfant.

« J'aimerai pouvoir vous rejoindre un peu plus plutôt que de travailler comme un acharné sur des chiffres et des lettres.
-Alice fait c'qu'il peut pour régler tes 'blèmes d'gestion, t'devrais être r'connaissant.
-Je le suis ! »


Le voyant hausser les épaules et sauter sur un siège de bar avec un air hautain, Hayden esquissa un ricanement avant de s'accouder sur le bar, surveillant rapidement la dernière cliente qui discutait avec Maxwell un peu plus loin, et surtout son éventuelle approche, du coin de l’œil.

« C'f'sait longtemps qu't'avais pas eu d'aide sur les affaires.
-Depuis le travail informatique et publicitaire de l'ouverture en effet
, confirma William. Je devrais peut-être renouer contact à ce propos d'ailleurs. »

Le patron se massa brièvement le cou avant de remarquer le silence d'Hayden, et voyant la grimace que celui-ci lui accordait il éclata soudain de rire et massa amicalement l'épaule du barman déconfit, le rassurant sur le fait que ce n'était qu'une idée de passage. Alors qu'il enchaînait sur la question du repas de ce soir, Evans revint de son assez longue discussion avec Alekseï, pâle comme un linge. Le barman lui accorda un regard curieux, mais considérant qu'Alekseï était le principal concerné par son ami et comme voulant éviter à tous prix de croiser les plates-bandes du russe, il se contenta de retourner à sa discussion avec William. Antoine avait rejoint Thomas et tous deux s'activaient à faire un très bref ménage pour la réouverture après le repas qu'ils allaient mettre en place afin d'achever le début de mise en place d'Alekseï dans le salon privé une fois cette première action achevée, et Maxwell pour sa part achevait d'accompagner sa cliente, se proposant même par ailleurs à Hayden pour se charger de l'addition afin de ne pas le déranger dans sa discussion de la plus haute importance avec le patron. On ne plaisante par avec la nourriture.

Dans le bureau, Hugo se relevait enfin, avec précaution évidemment mais ayant retrouvé l'usage de sa vue puisqu'il avait reposé ses lunettes sur son nez et adressait un grand sourire à un Alistair pensif. Il avait bien entendu tout ce que son mentor lui avait dit, et il était vrai qu'aussi bien les uniformes étaient importants dans le commerce, d'autant plus s'ils avaient de temps à autres des clients masculins, autant il serait difficile de trouver quelque chose qui puisse convenir au style des personnages de chaque membre du club, surtout quand on voyait l'exubérance de celui de Maxwell auquel il ne croyait toujours pas tellement c'était invraisemblable de croiser cela dans la réalité véritable. Hugo exulta soudain, comme un enfant découvrant ses cadeaux de Noël :

« Je sais ! Je vais t'offrir un stylo de trésorier ! »

Sortant de ses réflexions, Alistair darda un regard perplexe sur le visage rayonnant de l'hôte. Décidément, il ne lâchait pas l'affaire... Enfin, si cela pouvait lui faire plaisir. Le moustachu se contenta de hausser les épaules pour toute réponse face au gloussement de fierté du latino.

« Ca va ? Je n'ai pas réduit ton travail à néant ? »

Cette fois-ci, Hugo tenta d'arranger vaguement sa coiffure. Alistair, qui avait eu un léger mouvement de recul quand son collègue s'était redressé puisqu'il gardait toujours une grande distance de sécurité avec tout le monde en bon ennemi du contact qu'il était, fixa un instant la coiffure du jeune homme : il avait un peu remué pendant qu'ils travaillaient, alors ce n'était évidemment pas parfait, mais il n'allait tout de même pas retourner à une séance coiffure de si tôt. Par ailleurs, il avait tout de même bien noué sa queue de cheval alors cela n'avait pas tant bougé, le tout étant bien serré il n'y avait pas de bosse sur son crâne et c'était le plus important, à peine le retour d'une légère ondulation qui tous comptes faits allait bien à Hugo et restait parfaitement propre. Alistair se pencha très légèrement vers lui, surveillant l'effet de la coiffure, et tendant les mains vers sa tête arrangea très vivement l'élastique pour s'assurer qu'il fut bien serré et replaça deux mèches. S'apercevant qu'il avait naturellement créer le rapprochement et le contact, il eut un froncement de sourcil et se recula un peu brusquement, secouant la tête.

« Tout va bien », se contenta-t-il de dire.

Sur ces mots, il fit volte-face et se dirigea vers la sortie du bureau, indiquant qu'il allait rejoindre les autres hôtes. C'est dans l'ambiance du retour au calme il entra à nouveau dans la salle principale du club, trouvant Hayden et William qui discutaient sous le regard vaguement blasé de Maxwell - celui-ci ne semblait visiblement pas supporter William, ce qui était assez surprenant compte tenu de son comportement généralement très chaleureux et élégant - ainsi que Thomas et Antoine qui riaient légèrement en fond de salle en se jetant un torchon sale à la figure entre deux rires un peu bête. Le seul qui n'était pas présent était Alekseï, ce qui était d'autant plus surprenant qu'un jeune homme était assis seul un peu en retrait sur le bar : Evans.

« Bon, je fais quoi moi maintenant…
-Trouver un endroit où manger serait une bonne idée. »


Alistair s'était rapproché dans l'intention se s'assurer du bon état du garçon quand il l'avait entendu se parler à lui-même d'un air perdu. Il ne souhaitait pas particulièrement se mêler des affaires de quelqu'un d'autre, encore moins d'un client ou d'une personne qui sans doutes devait le détester depuis qu'il avait été un des rares témoins de sa dispute avec Alekseï. Changer de sujet en le dirigeant vers une question évidente pour l'heure lui semblait donc évidemment le plus habile afin d'éviter tout conflit, et d'éviter surtout qu'il ait à entendre les jérémiades de quelqu'un s'il eut été avéré qu'Evans n'avait guère de problème d'ordre intime. L'hôte croisa doucement les bras, il n'était pas aussi droit que lorsqu'un client était là mais il fallait avouer qu'il avait du mal à considérer le garçon ainsi lorsque celui-ci venait le plus souvent en tant qu'ami. Cette pensée lui fit vaguement froncer les sourcils : à la vérité, il fallait peut-être qu'il se pose la question.

« Vous êtes présent en tant que client ou en tant qu'ami... ? »

Peut-être avait-il prévu de dîner avec le club, il ne connaissait pas toutes les règles étranges que William avait pu mettre à ce propos après tout, peut-être que dans sa tête d'étrange personnage il considérait qu'un ami pouvait à tout moment se mêler aux employés pendant les pauses légales ?



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 207

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Mer 14 Nov 2018, 14:21

Alistair ne fit aucune remarque sur son idée de cadeau, se contentant de soulevé les épaules comme s'il avait perdu espoir de faire changer d'avis le latino. Hugo afficha un grand sourire victorieux en commençant à touché à sa chevelure. Il avait fait attention pendant toute sa pause improviser pour évité de faire n'importe quoi. Il avait glissait ses doigts dans quelques mèches pour essayer d'unifier le tout mais, il se ravisa en voyant les mains d'Alistair se rapprocher. Ses mains glissèrent le long de son corps pour ce laisser faire. Évitant au passage de saisir la main du nouvelle hôte pour le félicité une nouvelle fois. Ce contentant de fixé derrière ses lunettes ce visage inexpressif dont les gestes appliquer ce concentré à lui refaire une petite mis au point. Ce n'était que quelques ajustement très succins si bien que le gamin ne sentis pas réellement ses mains dans ses cheveux, mais ça rester agréable. Une fois qu'il avait fini en replaçant correctement les deux mèches de devant qui avait le plus bouger, Alistair semblait s’être rendu compte de leurs proximité et comme brûlé, recula en faisant une grimace. Contrairement à d'habitude Hugo ne réagis pas à cette manière de procédé et continua d'afficher son grand sourire béat tout heureux de s'être fait recoiffé. En vrai, pour une fois que ce n'était pas lui qui forcé le contact, il en profité comme quand Alistair était venu plongeait sa main dans ses cheveux.

« Tout va bien »

Hugo était sur son petit nuage en remerciant une nouvelle fois son coiffeur personnel mais, Alistair avait déjà fait demi-tours pour ce dirigé vers la porte. En un rapidement mouvement le latino lui fit comprendre qu'il le rejoindrait et sans plus, le nouveau disparut derrière la porte. Presque automatiquement, l'expression sur son visage se transforma. Les commissures de ses lèvres chutèrent vers le bas avant de pousser un profond soupire. Ses jambes le transportèrent jusqu'à interrupteur de la lumière où il la baissa complètement, à la limite de l'éteindre. Se plaçant dos contre la porte pour évité que quelqu'un ne rentre. Ça l'aurait bien embête qu'Alistair face rentré de la lumière pendant qu'il n'aurait pas ses yeux protégé mais surtout, il n'aurait pas supporter lui montré ses yeux. Dans un mouvement extrêmement calme, si peu habituel pour lui, il retira ses lunettes les pliant proprement avant de faire glissait une branche dans son t-shirt. Il releva la tête dans un mouvement d'épuisement. Admirant le plafond avec lassitude pendant que ses mains, probablement habitué, enlevé la tête de l'ampoule avant de le porter sur le haut de son visage. Il se mis ses goûtes en essayant tant bien que mal de diviser le liquide en deux. Ca n'allais pas être suffisant pour la soirée, mais assez pour qu'Hayden lui lâche la grappe. Tout en essuyant le coin de ses yeux, il se redressa, remis ses lunette sur le bout du nez en ce retournant et ouvris la porte tout heureux de goûter à la liberté !

Son premiers réflexe fut de plissait les yeux quand la lumière du bar viens lui frapper aux visage, même si l'ambiance était tamiser c'était beaucoup plus éclairés que dans le bureau. Il lui fallut quelques minutes avant de sniper Alistair qui parler avec quelqu'un et de foncé les retrouvaient. Un objet non identifié par Evans qui c'était retourner en sursaut en attendant Alistair intervenir à sa pensés. Il c'était retourner tout peureux en ayant cette impression d'être un gamin pris en faute par ses parents. Ses yeux glissèrent quelques secondes avant de reprendre une grande inspiration pour faire passer sa mini crise cardiaque. C'est vrai qu'à part lui, il ne restait pas grand mode provenant de l'extérieur. Il afficha un sourire extrêmement géné, ne sachant même plus où ce mettre de peur de trop prendre de place et de déranger. Il fit un léger signe de la tête en murmurant un bonjour à peine audible pour le saluer, même si la discutions était déjà enclenchée. Il ne l'avais pas vu depuis le début de la soirée, ni même quand il était revenu de sa discutions avec Alekseï. La première chose qui frappa Evans est que contrairement à Antoine, lui avait un comportement parfaitement normal et semblait ce souvenir de leurs première rencontre, laissant un léger mal-aise entre eux (mais lui au moins s'expliquer par la logique).

« Vous êtes présent en tant que client ou en tant qu'ami... ? »

La question bien que légitimes laissa perplexe le pauvre gamins qui se contenta de tournée le visage vers Antoine, puis vers la porte où ce trouver Alekseï et cela quelques fois avant de réussir à affronté le regard de jugement de l'hôte qui lui faisait face :

« Les deux..., avait-il répondu maladroitement, je suis venu informer Alekseï de plusieurs choses et Antoine c'est occuper de moi jusqu'à que je puisse le voir !» Ce justifia-t-il

Ce fut à ce moment-là qu'Alekseï sortis du salon privé. Une grosse partie de ses affaires sur lui, comme s'il allait manger seul. Son visage froid était assez marquer par les traits tirée qui séparée son visage. Il ignora superbement Evan qui lui jeter des regards inquiet, curieux, paniquer et s'avança vers les deux responsable du clubs. Attendant sagement qu'ils finissent leurs discutions sans s'imposer et sans être trop proche pour évité de les pressés. Le regard de son amis toujours attachés à son dos, le jeune client était mal à l'aise sachant ce que son amis aller annoncer et il n'étais pas très fier d'être la cause de cette nouvelles. Mais, il n'eut pas le temps de faire ou de dire quoi que ce soit qu'Hugo bondis derrière Alistair en attirant son attention :

« Coucou toi ! T'es revenus nous voir?! Ils t'ont pas trop fait peur ! Ce moqua-t-il en pointant Antoine au loin du doigts
- heu... non... !
Bafouilal Evans qui était encore plus mal à l'aise que précédemment.
- Antoine !! cria-t-il en faisant de grand signe, tu l'as pas traumatiser ce petit bout !! »

La présence d'Hugo avait totalement déconcentré le « petit bout » de ce qui ce passer avec Alekseï. Entre temps, il avait réussi à pouvoir discuté avec le patron sans attirée trop l'attention. Pour une fois, c'était un avantage d'avoir un Hugo dans les parages qui servait d'aimant à attention :

« J'aimerais posé un congé sans soldat voir ma démission s'il vous plaît ! annonça-t-il de but en blanc, Evans viens de m'annonçait des problèmes dans ma famille, je pars en Russie ce soir et je ne sais pas quand je reviendrais. Je sais que c'est soudain mais, ce n'était peut-être pas plus mal que je m'en aille pour l'instant sachant que je en sais pas encore très bien ce que je veux faire de ma vie! »

Toute en disant ça il glissa un regard vers Hayden qui l'avait ignorée depuis le début et c'était peut-être plus responsable d'évité de continuer de rester pres de lui pour l'instant, aussi bien pour Hayden que pour Alekseï qui ne savait plus trop ou il en était vie à vie de lui-même,

« Pour évité de pénalisé le clubs, mon frère c'est proposer de me remplacer, il passera un peu avant la réouverture du clubs comme ça vous pouvez voir si oui ou non il vous conviendra ! Je suis désolé pour cette démission brutal et merci pour tout ! » acheva-t-il de dire en inclinant légèrement la tête en signe de respect

Il resta quelques seconde face au patron et Hayden les regardants droit dans les yeux. On ne pouvait pas dire qu'il était heureux de partie vu tout le contrôler qu'il exercer pour pouvoir garder une voix assez sérieux. Il sortie un papier où était noté une adresse mail et un numéro de téléphone :

« Je vous laisse mes coordonnées pour tout ce qui est question de papier et mon frère viendra récupéré le reste de mes affaires. Je vous laisse, mon train part d'en environs deux heures mais, Evans reste si vous avez besoin de plus d'information ou autre ! Au revoir ! »

Aussitôt sa phrase sortie, il fuya littéralement vers la sortie, laissant tout les autres dans l'ignorance même son amis qui venait à peine de voir la porte se refermer en claquant. Le silence fut assez impressionnant sachant que même Hugo avait redresser la tête comme un chien en le voyant partir de la sorte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 221
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Mer 14 Nov 2018, 15:08

Sans surprise, le garçon s'était littéralement recroquevillé de terreur en remarquant Alistair et sa voix avait même du mal à sortir de sa gorge. Alistair détourna les yeux en lissant sa moustache d'un air mal à l'aise : la première impression jouait beaucoup dans une relation, et ce garçon semblait du genre à être très vite marqué par la moindre chose. Il devait admettre lui-même qu'il n'avait pas eu la meilleure des premières impressions à son propos, cependant il ne le pressa guère. Le voyant hésiter longuement, il suivit son regard fuyant : il semblait un coup regarder la porte du staff, un coup regarder Antoine et Thomas qui faisaient les idiots un peu plus loin en se battant à coup de serpillère. Le regard du comptable s'attarda sur la silhouette des deux hôtes alors qu'un soupir consterné lui échappait face à la scène, le laissant incrédule face à ce comportement assez rare venant de Thomas en temps normal. La voix d'Evans retentit enfin, hésitante et peureuse :

« Les deux... Je suis venu informer Alekseï de plusieurs choses et Antoine s'est occupé de moi jusqu'à-ce que je puisse le voir. »

En effet, situation complexe. Alistair plissa un peu les yeux en réfléchissant à comment poursuivre la conversation. Il avait beau avoir assez rapidement compris les conseils d'Hugo et Maxwell, cela restait difficile d'être aussi à l'aise avec les mots avec un jeune homme aussi peureux surtout quand un tel malaise flottait. Il fut plus ou moins sauvé quand Evans releva soudain les yeux pour regarder par dessus son épaule : la porte menant au couloir de l'espace réservé au staff venait de s'ouvrir, laissant Alekseï sortir avec une grande partie de ses affaires. Alistair ne l'avait pas vu plus tôt lorsqu'il était dans le bureau où se trouvaient les casiers, sans doutes Alekseï avait-il mis ses affaires ailleurs. S'était-il préparé à quelque chose ? La situation était pour le moins étrange. Le moustachu plissa des yeux à nouveau à presque en froncer les sourcils de perplexité, quand soudain une vision lui arracha au contraire une grimace : Hugo venait pour sa part de sortir du bureau et courrait littéralement dans sa direction. Il eut un mouvement de recul dans un sursaut d'horreur tandis que le latino rebondissait tel un cabris, manquant de peu de lui sauter sur les épaules dans son élan.

« Coucou toi ! T'es revenu nous voir ?! Ils t'ont pas trop fait peur ?! »

Alistair porta sa main à son front en soupirant bruyamment face à l'excitation de son collègue qui effrayait presque Evans, lequel les yeux écarquillés ne parvenait plus à trouver où se mettre.

« Euh... N-non...
-Antoine !! »


En entendant son nom, Antoine releva la tête, se tournant vers le bar pour admirer le petit groupe soudain devenu bruyant. Il sourit à pleines dents en voyant Hugo lui faire des signes et leva lui aussi un bras pour répondre à ses salutations bruyantes :

« Oui mon amour ?!
-Tu l'as pas traumatisé ce petit bout !!
-Petit b... OUF ?! »


Alors que Antoine s'apprêtait à questionner sur la nature du petit bout en question et avant que Hugo n'ait le temps de pointer Evans du doigt, une serpillère s'était soudain abattue sur son visage, recouvrant toute sa tête comme si elle l'avait mangée alors que Thomas lâchait une exclamation de victoire. Sous le regard blasé d'Alistair qui désespérait déjà du comportement d'Hugo avant cela, Antoine retira soudain la serpillère avec un cri de protestation et les deux hôtes se remirent à faire un combat de balais serpillères lasers en s'affublant de noms exubérants, Antoine tentant désespérément de se venger de toutes sortes de façons, comme en bloquant la serpillère de Thomas avec la sienne tout en essayant de l'autre main de lui retirer son chandail ce qui lui faisait pousser des cris d'appel à l'aide au milieu de leurs rires d'enfant. Avec tout ce bruit, personne ne pu remarquer la longue annonce qu'Alekseï fit à William, Maxwell et Hayden un peu plus loin, si bien que lorsque le russe passa d'un pas pressé devant tout ce monde, les stoppant de surprise avec son sac sur le dos et son air décidé, personne ne comprit tout d'abord la situation.

« A-Alekseï ! »

Maxwell bondit de derrière le bar pour se précipiter vers l'entrée, comme dans l'intention de le rattraper. Le petit groupe d'hôte tourna la tête d'un air intrigué vers Hayden et William. Le patron était figé, le regard vitreux et l'air livide, tandis que le barman, les sourcils froncés en une expression complexe, se grattait l'arrière de la tête. Il soupira, glissant un regard vers William :

« Je vais enregistrer ses coordonnées... »

Disant cela, il s'empara du papier qui pendait entre les doigts du patron incrédule, et d'un pas un peu pressé disparu dans le bureau. Maxwell revint à l'intérieur en soupirant de désespoir, ayant vu Alekseï s'éloigner sous son regard sans s'arrêter. Alistair, Thomas et Antoine dardèrent sur lui un regard intrigué, les deux derniers ayant reposé leurs armes et s'approchant un peu du vampire malgré une certaine distance toujours présente entre les deux anciens amants. Maxwell croisa les bras, perplexe, dardant un regard sur William qui sortit soudain de son état de choc en portant sa main à ses cheveux bouclés, l'air perdu.

« Morbleu, je ne pensais pas vivre un jour une démission si soudaine...
-Et qu'est-ce que tu comptes faire maintenant ? Tu aurais pu réagir quand même !
-Et comment donc ?
, rétorqua William d'un grondement face à l'injure de Maxwell qui le fixait sévèrement. Cela sortait tout bonnement de nulle part, nous avons des dossiers à corriger jusqu'aux épaules et je rentre juste d'un voyage d'affaires, rien ne me permettait de prévoir ! »

Il soupira, tournant la tête vers le bureau de la vitre duquel on pouvait voir sortir une lumière indiquant que Hayden était allé s'installer à l'ordinateur.

« Pour le moment il n'y a rien à faire, je me chargerai de le contacter...
-Et pour la répartition des tâches ?
, soupira d'exaspération Maxwell tout en croisant les bras.
-Il nous a parlé d'un remplacement de fortune, cependant il va peut-être nous falloir chercher d'autres employés une fois de plus... »

Les deux se regardèrent, et d'une même voix soupirèrent tant de désespoir que d'exaspération l'un envers l'autre.



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 207

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Mer 14 Nov 2018, 16:23

L'apparition du latino avait fait reculer encore d'un pas le pauvre faux clients. Il se retrouver dos contre sa chaise à ne pas pouvoirs aller plus loin à moins de fusionner avec le bois. Il n'était pas le seul à avoir instauré un périmètre de sécurité vu la réaction d'Alistair qui s'éloigna au même rythme qu'Hugo avancée. Aller savoir s'ils se détesté ou s’apprécier, en tout cas l'hôte à l'allure de prof semblait tenir à sa vie autant qu'Evans à la sienne. Celui qui venait d'arriver était tout foufou comme un chien qui venait de rentré de sa petit balade qui voyait ses maîtres. Evans ne pouvait que l'observer avec des grands yeux rond tendis qu'il entendu un clac significatif, à côté de lui, l'autre hôte venait de ce faire un faceplam face aux comportement de son collègue. Étrangement, le latino ne semblait pas faire cas de leurs expression vu qu'il restait tout sourire face avec tout l'exubérance dont un corps humain pouvait faire preuve. Plus jamais Hayden ne devrait imposer le repos forcé à Hugo, c'était beaucoup trop dangereux quand on le libéré. Sans pouvoir prononcer une parole, la main du plus âgé ce leva toute fier pour faire signe à un autre hôte, parlant fort comme si la pièces était gigantesque pour attirée son attention :

« Antoine !!
- Oui mon amour ?!
-Tu l'as pas traumatisé ce petit bout !!
-Petit b... OUF ?! »


Hugo éclata toute bonnement de rire en voyant la tête d'Antoine se transforme en tête de méduse. La serpillière lui recouvrait une bonne partie visage, ce qui était hilarant à voir avec la mines déconfite que tiré la pauvre victime. Le cris de victoire de Thomas rendu la situation encore plus drôle et le latino se retrouva rapidement les bras autours des côtes tellement qu'il rigolait. Si on ajouté en plus la tête totalement désespéré d'Alistair, on l'achevé. Le pauvre Evans qui dans tout ça avait complètement oublier d'être terroriser, rester à regarder la scène d'un air complètement ahurie. Son cerveau venait complètement de s'arrêter face à tant de connerie, mon dieu, ce n'était pas humain d'être aussi con. La situation s'envenima et partie littéralement hors de contrôle. Tendis qu'Antoine, ayant totalement oublié pourquoi on l'avait appeler retournait courageusement au combat, Thomas le narguait de son avance. Tous sauf peut-être Alistair avait complètement occulté la présence du seul non salarier présent. Hugo continuait de rire à force d'admirée le comportement plus qu'exagéré ses deux collèges. Encourageant tours à tours l'un ou l'autre sans ce priver de faire quelques petits commentaire pour pimentée le match. De temps en temps, son regard se tourner vers les deux personne à ses côtés comme pour essayer de les intégrés avant de vite y revenir de peur de rater une scène mémorable.

L'ambiance se plomba d'un seul coup quand la porte d'entré du clubs ce mis à claquer. Tout le monde, machinalement, ce mirent à fixé la porte pour chercher à comprendre ce qui venait de ce passer. La voix légèrement paniquer de l'homme vampire avec le nom du jeune russe eut tout aussi vite fait paniquer ceux qui jusqu'à lors s'amuser. Sa silhouette élégante se pressa à l'extérieur sous les regards curieux de tous. Hugo se redressa de tout son long, ayant perdu envie de rire et marque d'amusement sur le visage. Il n'était pas le seul qui avait perdu toute envie de rire. Son visage basculait sur le côté pour regarder le patron et Hayden. Le premier était blanc comme un linge et semblait totalement hors services. Le second par contre avait la mine sévère et toute à fait sérieuse ce qui ne correspond pas à leurs habitudes. Mais, celui le plus choquer devait être Evans qui avait vu se dérouler la scène comme dans un film. La silhouette d'Alekseï s'enfuyant vers la porte, le claque, l'impression de rien pouvoir faire. La surprise l'avait tellement bouleverser qu'il n'avait pas réussi à bouger pour tenté de le rattraper comme Maxwell. Son regard terrifier ce tourna alors vers là où tout les regards converges. Observant la situation comme un spectateur au cinéma.

La grande silhouette d'Hayden sortie de son bar pour aller disparaître dans ce qu'Evans considéré comme l'espace priver de l'administration. Il avait eu la réaction la plus logique pour un entrepreneur alors que le patron commençait à peine à reprendre des couleurs. Hugo s'approcha légèrement d'Evan portant sur lui un regard attentif avant de lui aussi regarder dans la directions du patron. Le gamins n'avait même pas bronché à cette approche, ni même au retour de Maxwell qui avait échoué dans sa missions de rattrapage :

« Morbleu, je ne pensais pas vivre un jour une démission si soudaine...

La phrase glaça le sang d'Hugo et d'Evans qui ne s'attendait pas à l'entendre. Le premier eut un regard paniquer envers le directeur pour chercher de comprendre tendis que le second se murait dans un profond silence. Alekseï l'avait véritablement abandonner dans ses problèmes et c'était maintenant à lui de géré la pagaille. Le latino s'approcha un peu plus du bar à la limite d'y grimper dessus pour aller secouer le patron qui ne c'était toujours pas remis de ses émotions. :

... Et qu'est-ce que tu comptes faire maintenant ? Tu aurais pu réagir quand même !
- Et comment donc ? Cela sortait tout bonnement de nulle part, nous avons des dossiers à corriger jusqu'aux épaules et je rentre juste d'un voyage d'affaires, rien ne me permettait de prévoir ! »


Le vampire et le patron commençait à s'engueuler au beau milieux de la salle. Chacun portant sur l'autre un regard des plus sérieux. Evans avait bien envie d'intervenir pour essayer d'apaiser les choses, mais n'aurait fait que gêné une conversation de travail. De toute manière, sa place n'aurait même pas dû être ici si Alekseï n'agissait pas comme un enfant. Hugo, quand à lui, continue de s'allonger sur le bar, profitant qu'Hayden ne soit pas là pour le repousser, attendant de pouvoir avoir une explications claire voir précise … quoi que juste une explications se serait bien

« Il nous a parlé d'un remplacement de fortune, cependant il va peut-être nous falloir chercher d'autres employés une fois de plus... »

Hugo finis enfin par avoir la lumière qui lui monte au cerveau pour s'expliquer la situation. Même si c'était encore trop flou pour qu'il puisse vraiment ce dire que c'était ça, mais au moins il avait capter qu'Alekseï ne reviendrait pas et c'était littéralement enfuis du clubs. Son corps s'arrêta de faire le mollusque sur la table pour ce redresser. Prenant une position un peu plus sérieuse, le club n'avait pas réellement besoin qu'un nouvel employer s'en aille alors qu'il venait à peine d'en trouver un nouveau. Ses yeux cherchèrent automatiquement la silhouette d'Alistair qui était le dernier venus dans le groupe. Il fit ensuite tomber son regard sur la petite tête d'Evans. Il était muet comme une tombe en restant les yeux dans le vague face à la silhouette de Maxwell. Ce n'était pas son fort de parler en publique, encore moins dans une conversation pareille qui ou il avait aucune légitimité pour d’intégré. Son regard se perdu dans ses pensés alors qu'il osait à peine relevé le visage quand Hugo pris la parole pour essayer de remonté le moral à tout le monde :

« On à cas voir le remplacent, si c'est une personne qu'Alekseï nous propose c'est qu'il doit avoir aux moins quelques qualité pour faire ce boulot ! Au moins pour finir la soiré et si ça trouve, ce sera même le nouvel hôte officiel !»

Il essaya de mettre autant d'énergie que de bonne humeur dans sa voix. Les choses étaient vraiment partie en biberine, entre la séparation de Maxwell et Thomas – qu'Hugo ne s'était toujours pas remis, ses yeux qui n'était toujours pas soigné malgré sa longue pause, le dépars d'Alekseï en catastrophe et malgré l'officialisation d'Alistair, il devenait le trésorier de la boite et ce retrouver à travailler avec le patron pour remettre toute les choses dans l'ordre. De toute façon il n'avait pas le choix, au moins pour ce soir il devait prendre l'aide qu'Alekseï leurs avait laisser sinon transformer Evans en masque du clubs sachant que même avec toute sa bonne volonté, il n'arriverait pas à faire un bon hôte. Il fallait rester positif !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 221
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Mer 14 Nov 2018, 19:05

Il y eut un assez lourd silence après cette soudaine découverte. La plupart des hôtes ne savaient pas réellement comment réagir. Pour Maxwell, c'était un moment de forte colère. Les sourcils froncés, les bras croisés et se mordant la lèvre inférieure, il dégageait de lui une aura noire, plutôt menaçante, alors qu'il tapait du pied par terre comme en signe d'impatience face au manque de réaction des autres hôtes. Il avait pris assez rapidement le jeune Alekseï sous son aile et se considérait aisément comme responsable de tous les plus récents hôtes, d'autant qu'il avait été choisi par celui-ci comme son mentor. Sans doutes avait-il commencé à avoir comme une relation fraternelle envers lui, et le voir soudainement partir, n'être prévenu qu'à la dernière seconde... Il ressentait une profonde frustration, et ses yeux en pétillaient, il était de retour à son humeur de la matinée. Contrairement à lui cependant Thomas ne semblait vraiment pas savoir où se mettre. Il avait fait un pas en arrière par rapport à Antoine, étant le plus éloigné du reste du groupe si l'on ne comptait pas Hayden qui avait littéralement fuit. Au début il avait gardé un œil sur Alekseï en bon jaloux qu'il était, mais finalement tous deux étaient bien trop silencieux pendant les moments de calme pour avoir échangé quoique ce soit de réellement spécial, il ne savait pas vraiment ce qu'il ressentait par rapport à ce départ. De la colère ? Il ne lui en voulait pas réellement de partir sans rien dire. Du soulagement ? Il n'avait pas de quoi être heureux non plus de le voir partir. De la tristesse ? Etrangement, il ne se sentait pas mal pour autant. Rien, un grand vide tout simplement, qu'il préférait étouffer dans son silence pour se faire oublier d'autrui.

William semblait bien embarrassé, il comprenait que Maxwell fut si en colère à propos de ce départ, et il aurait menti s'il avait dit qu'il ne s'en voulait pas de ne pas avoir agit d'une quelconque façon, mais quelle que soit la manière dont il le tournait il ne trouvait aucune solution qui soit réellement bonne non seulement pour eux, mais aussi pour Alekseï. Après tout, c'était sa propre décision, se mettre en travers n'était-ce pas lui faire du tord ? Il aurait songé à l'appeler peut-être, mais au vu de l'état mental du jeune russe cela ne lui aurait peut-être rien apporté de réellement bon. De plus, Alekseï craignait un peu William, le connaissant trop peu, et lui en voulait sans doutes un peu de son acte plus tôt dans la journée. Antoine, pour sa part, fixait tour à tour toutes les personnes présentes. Comme toujours, il était difficile de lire ses expressions. Il n'avait pas l'air triste ou en colère, mais son regard ne semblait pas jovial comme à l'accoutumer. Il avait la sensibilité suffisante à décider de faire preuve de tact. Cependant, plus que tout, il semblait se soucier de l'état de tout le monde. Il avait lancé un bref regard à Thomas, mais le voyant presque se recroqueviller dans son coin comme cherchant à disparaître dans son ombre il avait éviter de recroiser son regard, comprenant qu'il devait le laisser seul. Il eut un regard compatissant pour William, lui lançant des encouragements par la pensée, et finalement se tourna vers Maxwell. Il posa sa main sur son épaule, la massant doucement pour le calmer, ce qui eut pour effet de finalement faire soupirer le vampire.

Et, enfin, son regard retomba sur le jeune trio près du bar. Evans était devenu pâle comme un linge. Maintenant que Antoine avait assisté aux récents événements, il comprenait pourquoi Evans voulait parler en privé avec son ami. Le garçon était au bord des larmes, son visage était déjà humide d'une précédente crise, ses paupières étaient enflées, ses yeux rouges, et il pinçait les lèvres. Il semblait vouloir disparaître, peut-être même avait-il voulu partir à la suite d'Alekseï. S'il s'écoutait, il serait parti comme une balle et aurait fait le voyage avec Alekseï ! Mais une décision pareille, qui pourrait la prendre si soudainement, et comment croire un seul instant que ce fut la bonne... ? Alistair aussi portait un regard inquiet sur les épaules tremblantes du client. Lui même laissa ses yeux retomber sur le sol. Il ne connaissait que peu Alekseï, mais ils avaient malgré tout échangé de bons mots la première fois que Alekseï avait fait une crise de jalousie concernant Hayden. Ce garçon était étrange, assez instable... Il ne savait pas trop comment le définir, mais cela faisait quand même étrange de le voir partir si soudainement. Chaque membre du club était un personnage, ils étaient si peu nombreux que l'absence de l'un d'entre eux se faisait ressentir comme un énorme vide. Etait-il triste ? Il n'aurait pas l'hypocrisie et l'impolitesse de le prétendre, ils ne se connaissaient pas. Mais le sentiment était étrange, quelque chose manquait. Enfin, Hugo...

« On à qu'à voir le remplacent, si c'est une personne qu'Alekseï nous propose c'est qu'il doit avoir au moins quelques qualités pour faire ce boulot ! Au moins pour finir la soirée, et si ça trouve, ce sera même le nouvel hôte officiel !
-Je peux faire mon travail de patron pour une fois et décider pour tout le monde ?
, s'exclama William d'une voix entre la plainte et l'énervement avec un sourire menaçant envers Hugo.
-Ah parce que tu travailles toi maintenant ?
-Qu'est-ce que t'as dit ?! »


Malgré l'ambiance sombre, l'air jovial d'Hugo avait rappelé à l'ordre les hôtes qui faisaient leur possible pour le suivre dans son idée : Antoine éclata bruyamment de rire face à l'énervement de William tandis que celui-ci avait soudain sauté à la gorge de Maxwell et que tous les deux s'étaient remis à se battre plus ou moins violemment. Thomas prit l'air de rien mais sa réaction aggrava la crise de rire d'Antoine quand il remarqua que le brun était simplement retourné au ménage comme si aucune dispute n'avait lieu à côté. Face à tout cela, Alistair soupira encore plus bruyamment, se pinçant l'arête du nez. C'est le moment que Hayden choisit pour revenir, sa voix résonnant bruyamment au dessus de leurs têtes :

« Bon les enfants, j'vais faire la bouffe, pour les suggestions v'restez l'temps qu'j'prépare les ustensiles, les aut' au salon privé avant qu'j'vous tombe sur l'derrière ! »

Il darda un regard appuyé sur Maxwell et William qui étaient en train de se mordre les bras, et les deux se lâchèrent soudain et filèrent en quatrième vitesse dans ledit salon. Antoine rit de plus belle, manquant de tomber, à peine retenu par Thomas qui continuait cependant d'essorer sa serpillère avec pragmatisme. Pendant que Hayden contournait le bar pour rejoindre sa petite cuisine, Alistair se tourna vers Evans avec un léger sursaut, comme s'il venait soudain de se rappeler de sa présence. Il ne croisa pas son regard, visiblement toujours embarrassé, mais se rapprocha très légèrement, bien que gardant la légendaire distance de sécurité qui devait tout autant rassurer le chiot perdu, se penchant vers lui pour parler un peu plus intimement.

« Vous... »

Il se racla la gorge et se rattrapa :

« ... Tu veux nous accompagner pour le repas ? »

Dans la situation présente, après tout, pouvait-on encore le considérer comme un client dans ce bar fermé au public en cette heure tardive ?



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 207

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Mer 14 Nov 2018, 21:36

Tout le monde était plongé dans leurs pensés assez sombres. Chacun avait sa propre relation avec Alekseï et tout le monde vivait son dépars de manières différentes. Son regard était attirée par le self contrôle de Maxwell qui semblait bouillonné à l'intérieur. Pour lui la nuit et la journée avait été assez triste entre sa séparation et l'abandon de son disciple. Heureusement Antoine se présentait en soutiens pour le vampire. De son coté, le latino avait mis le plus de temps à comprendre que les autres. Trois milles milliard de pensés lui traverser l'esprit avant de casser ce cycle renfermer en brisant le silence. Sa remarque  avait totalement coupé la lourdeur de l'ambiance qui s'était abattue sur la salle du clubs. Il c'était même attiré les foudre de son patron qui semblait pas apprécier que ce soit le latino qui parle du futur potentiel hôte. Hugo lui avait rendu son regard, derrière ses lunette, un peu provocateur. Il ne se serait pas permis de ce montré irrespectueux envers son patron, mais il n'allais pas laisser ses amis sombré dans la mélancolie. Le dépars bouleverser tout le monde, même Antoine qui semblait uniquement se soucier des autres. Seulement, le fait état là, Alekseï était partie. Hugo était le mieux placé pour comprendre qu'on ressente tout un tas d'émotion en conséquence. Le latino était celui qui avait protégé le plus Alekseï dans le clubs avec Maxwell et il se sentais blesser que le gamins n'a pas réussi à se confier.

Le seconde était totalement hors service c'était Evans avec sa tête bases, les épaules rentré, le regard perdu près à pleurée. C'était la personne qui devait le plus souffrir de cette situation étant celui qui avait réellement un lien d'amitié avec Alekseï et qui était aussi responsable de l'état de la plus part des hôtes. C'est assez normal de le voir se murait dans son silence pour évité de s’attirer les foudres des  Il n'avais pas osé bouger depuis le dépars de l'hôte. Même l’acclamation d'Hugo qui avait réussi à attirée l'attention de tout les hôte n'avait pas réussi à lui faire relevé les yeux. Heureusement, le latino n'eut pas besoins de faire beaucoup plus pour pouvoir avoir le soutiens des autres. Le premier fut Antoine qui repris sont fou rire lors que la traditionnel dispute patron VS vampire reprenait comme à leurs habitudes. L'ambiance devenait plus légère en voyant les gens reprendre leurs activités et faire du bruits. Même si les pensés était encore sombre, au moins ils ne restaient pas plantés comme des plantes verte à attendre que la pluie tombe. Son sourire s’élargit en voyant le patron et Maxwell en venir mains. Leurs réactions était digne d'un dessins animé qu'on ne se serait jamais lassé de regarder. A côté Alisitair ce rendez compte à quel point tout le clubs était assez fou fou fou .

« Bon les enfants, j'vais faire la bouffe, pour les suggestions v'restez l'temps qu'j'prépare les ustensiles, les aut' au salon privé avant qu'j'vous tombe sur l'derrière ! »

Cette intervention était plus que bienvenus. Tout le monde prenait la nouvelle avec un joie au cœur. Les deux enfants qui se disputé furent d'accord pour faire une trêve et se bousculèrent pour aller dans le salon. Antoine continuer de rigolais au point de tomber sur Thomas qui continuer de faire son ménage comme une bonne petite ménagère. Pendant ce temps là, Hugo bondis sur ses jambes tout heureux en allant emmerder Hayden pour lui tenir compagnie et surtout pour voir si tout aller bien de son côté. Alekseï avait tendance à énormément le collé, pour des raisons qui ne les regardaient qu'eux (même s'il était intervenu plusieurs fois pour protégé le gamin). Le latino préféré évité de le laisser seul même si pour une fois, il n’inciterait pas si le barman lui disait que tout irait bien. Il se posa derrière le bar en commençant à s'amuser à tout regardais et changeait quelques petits trucs de place pour l'embêté. Il fallait pas le laisser seul derrière le comptoirs sans surveillance. Il en profité aussi pour pouvoir évité d'aller dans les pièces où la lumière n'était pas régulé. Laissant finalement Alistair et Evans qui était les seuls à ne pas avoir encore bouger. Le seul non salarié était resté silencieux en commençant à tiré ses affaires à lui. La main d'Alistair le stoppa net. Tout son corps eut un sursaut de frayeur avant de lever son regard vers l'hôte. Ses yeux étaient gonflé et tout rouge à force de retenir ses larmes.

« Vous ... Tu veux nous accompagner pour le repas ? » demanda maladroitement Alistair.

Le gamin sursauta une nouvelle fois ne sachant pas comment agir face à la demande d'Alistair. Il ne pouvait pas encore prononcer le moindre son et ce contenta de le regarder de ses grands yeux marrons. Il ne s'attendait pas à ce qu'un membre du clubs face encore attention à lui. Il s’apprêtait à sortir sans faire de bruit pour les laisser tranquille. C'était ça faute après tout. Encore et encore son esprit n'arrêter pas de le répété. Ses yeux arrivèrent à ce défaire d'Alistair pour regardait vers le sol, extrêmement mal à l'aise, il ne devait pas les déranger mais tout son corps, toute son âme hurler le fait qu'il n'avait aucune envie de rester seul.

« Je … vais...veux bien s'il te plaît »
avait par murmurais toujours extrêmement mal à l'aise, terrifié à l'idée d'être rejeté

Hugo redressa le bout de son nez derrière le bar en attirant l'attention en faisant de grande signe de la main pour attirée l'attention. Au moins, il n'avait pas fouiller derrière le bar inutilement. Sa mains déposa un verre d'eau sur le bar près du gamin en lui adressant un sourire naturelle. Pensant vraiment faire de ce petit garçon tout choupi une mascotte pour le clubs, mais sachant qu'il allait encore ce faire gronder, il ne dit rien. Puis, aussi vite qu'il était apparue et silencieusement, il disparue pour aller embêté le barman concentré. Son corps se projeta sur le barman pour essayer de lui grimper dessus. C'était assez rare qu'Hugo face des élans d'affection à Hayden, mais évidement il fallait pas rêvé, le latino allait le faire chie. De toute manière, le barman  avait dit qu'il fallait veiller sur lui. Pendant ce temps Evans arrivait à peine à interagir avec les choses qui l'entourait. Il accorda un bref sourire au faux barman qui venait de lui servir un verre d'eau. L'attrapant maladroitement dans ses mains avant de le porter à ses lèvres pour boire quelques gorgée. Sa voix semblait cassé quand il se tourna vers Alistair :

« Je payerais le repas aussi ... » il était toujours pas à son aise mais, il se soigner commençant à peine à reprendre des couleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 221
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Jeu 15 Nov 2018, 19:15

Le calme revenu relativement dans la pièce principal du club d'hôte, Hayden commença à s'emparer des différents ingrédients nécessaires à la préparation du repas. Antoine, enfin calmé de sa crise de rire, aida Thomas à finir le rangement des ustensiles de nettoyage et tous deux sortirent en discutant tranquillement de la pièce ; il attarda néanmoins son regard sur Evans qui discutait avec Alistair, et ses paupières se courbèrent en un léger sourire encourageant. Il était particulièrement attentif à l'attention du garçon malgré tous les événements qui avaient put avoir lieu, et à présent qu'Alekseï était parti il se sentait un peu responsable de la bonne humeur à retrouver pour cet enfant ; mais tant qu'Alistair s'en chargeait, il ne s'en inquiétait pas. Il savait au fond de lui que le moustachu était particulièrement attentif envers autrui, quitte à faire passer les autres avant lui. Si lui était humaniste, notre jazzman était pour sa part profondément altruiste, bien qu'il le cachait derrière ses allures froides et impressionnantes.

Lorsque Antoine fut enfin sorti, suivant de peu Thomas, Hugo se précipita derrière le bar et comme un enfant attaché à sa mère se mit à tourner autour d'Hayden. Le barman resta calme de longues secondes le temps de finir de poser un ustensil sur le bar, et se redressa de toute sa hauteur. Il darda sur son visage un regard légèrement sévère : il n'aurait plus manqué qu'il fasse tomber ses lunettes dans son excitation, et ainsi rebelotte il se retrouverait à maudir ses yeux brûlés en disant que tout allait bien. Sauf que, cette fois-ci, Hayden n'avait pas les traitements nécessaires, il allait devoir appeler aux secours pour récupérer encore du traitement de secours du latino. Outre cette attention habituelle de maman Hayden, le visage du barman semblait particulièrement tendu. Ses traits étaient crispés, ses sourcils froncés, les commissures de ses lèvres qui étaient généralement toujours courbées vers le haut en un sourire d'éternel amusement dans son comportement si taquin retombaient cette fois-ci en signe de profonde frustration. Etait-ce de la tristesse ? Non, en vérité il semblait profondément agacé.

« ... T'veux que'qu'chose en particulier ? »

Disant ceci, il indiqua vaguement les ustensiles de cuisine. Même dans le plus profond des énervements, il n'avait pas le coeur de rejeter Hugo. Il avait beau être bourru, presque terrifiant, il restait quelqu'un de très doux et attentif, surtout envers le si maladroit Hugo. Et pourtant, dans sa voix, on ressentait toute la frustration qui brûlait en lui présentement. Il ne regrettait pas vraiment le départ d'Alekseï : il était de ces personnes qui considéraient que les choix qu'on faisait devaient être menés jusqu'à leur terme, et que personne ne devait jamais les empêcher. Par ailleurs, Alistair était un des seuls hôtes du club qui avait toujours contact avec ses parents, s'ils avaient des problèmes il était normal qu'il parte au pied de guerre. S'il ne l'avait pas fait, Hayden l'aurait sans doutes lui-même attrapé par la peau du cou et jeté dans le premier avion en direction de la mère patrie. Il ne regrettait pas son départ. Mais il s'en sentait grandement responsable. Après tout, le gamin restait toujours accroché à lui comme si sa vie en dépendait. Aurait-il dû faire quelque chose ?

... Il n'aurait rien pu faire pour lui, peut-être juste lui proposer une unique nuit. Il n'était pas fait pour cet enfant, il n'avait pas le moindre sentiment pour lui, l'amour ne se forçait pas de la sorte. Il se refusait à entretenir de telles relations avec ses collègues et avait donc préféré dès le début mettre les choses au clair en ne lui montrant jamais quelque chose qu'il aurait put attendre d'un amant. Cependant, comme tous les autres membres du club, il le considérait comme étant de sa responsabilité. Savoir qu'il était peut-être parti en partie par sa faute, cela le mettait dans un profond sentiment d'avoir été floué. Qu'aurait-il pu faire ? Aller à l'encontre de son propre être ? C'était tout bonnement stupide.

« C'est stupide... »

Il retourna à ses ustensiles, mais néanmoins après quelques secondes tourna la tête vers Hugo. Celui-ci avait arrêté de le coller et était en train de fouiller dans les affaires du bar. Après quelques courtes secondes, il s'empara d'un verre et d'une bouteille d'eau dans le réfrigérateur, et commença à servir en regardant Evans d'un air jovial. Le visage du gamin semblait complètement décomposé. Hayden baissa les yeux. Cet abruti était parti en laissant quelqu'un qui avait besoin de lui derrière lui, et on trouvait le moyen de lui reprocher à lui de ne pas répondre à ses attentes romantiques. Sale gosse. Il se tourna vers le jeune homme qui discutait avec Alistair et s'accouda doucement, forçant légèrement un de ses habituels sourires commerciaux. Il fallait quand même tenter de faire un peu bonne impression, ici il n'était pas celui qui souffrait réellement.

« Je... vais... veux bien, s'il-te-plait... »

Le murmure était à peine audible. Hayden cru déceler un léger sourire désolé derrière la moustache d'Alistair. Celui-ci tourna la tête vers le bar au même moment que choisit Hugo pour déposer le verre devant Evans. Le duo échangea un bref regard, et le garçon avec un sourire maladroit accepta ce geste aimable, de désaltérant timidement le gosier. Alistair, pour ne pas le presser, s'assit sur la chaise de bar à côté de lui, s'accoudant devant Hayden. Hugo, fière de sa bonne action de la journée, fit demi-tour, tel un chien courru en un joli cercle parfait et dans cet élan bondit de tout son poids sur les épaules d'Hayden. Celui-ci banda ses muscles, bascula à peine vers l'avant en sentant le poids du latino sur ses épaules, mais avec un travail musculaire des plus attentif il parvint à le soutenir et même à se redresser dans le même mouvement, attrapant son bras pour le tirer un peu et éviter qu'il ne tombe dans son action inconsidéré. Il lui adressa aussitôt un regard encore plus sévère, mais fut arrêté quand la voix cassée du chiot appeuré se fit à nouveau entendre, lorsque celui-ci reposa doucement des deux mains son verre sur le comptoir :

« Je paierais le repas aussi... »

Hayden releva un sourcil, et de façon un peu embarrassée se gratta l'arrière de la tête, esquissant une moue perplexe.

« Euh... La plupart des r'ssources qu'j'ai sont plus ou moins des cadeaux d'potes chasseurs ou pêcheurs alors... N'te soucie pas d'ça, t'auras qu'à m'filer un coup d'main pour aut' chose. »

Sur ce, il s'accouda à nouveau au bar, soutenant toujours le Hugo sangsue accroché à son dos, et adressa un sourire chaleureux au pauvre garçon. Oui, il était sans doutes celui qui souffrait le plus de toute cette histoire. Pour ne pas faire plus peser sa gentillesse sur ses épaules, se doutant que trop de douceur à son égard ne serait qu'un poids plus lourd sur la tristesse et ferait monter dans ses yeux des larmes à en noyer le comptoir, il se baissa aussitôt derrière le bar, ouvrant le réfrigérateur pour en extirper un plat qui semblait avoir été préparé un peu à l'avance. Il s'agissait visiblement d'un lapin qui passerait au four avec son accompagnement de pommes de terre, le tout qu'il accompagna d'un second plat, une ratatouille. Le pauvre Antoine n'allait pas se laisser dépérir pour les carnivores après tout. Il déposa le plat sur le comptoir de la petite cuisine et se redressant adressa un regard à ses trois compagnons :

« Bon, j'ai pas b'coup bossé c'soir, j'vous fait un truc à boire ? »

Dans les moments de tristesse et de solitude, le bon alcool restera le meilleur ami de l'homme...



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 207

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Ven 16 Nov 2018, 11:33

L'ambiance rester assez morte pour un clubs d'hôte. Si Hugo bougeait dans tout les sens dans les jambes d'Hayden pendant que ce dernier s'appliquer à préparée le repas, tout les autres c'était éclipsé dans leurs coins. Pas forcément dans la meilleurs combinaison possible sachant que laisser le patron et Maxwell tout seul était un risque de troisième guerre mondial et que suite à l’événement de séparation on ne pouvait plus combiner le vampire et le chevelue. Espérons qu'ils ne détruisent pas la salle de repos avant qu'ils n'arrivent avec le repas. Ce serait dommage de devoir manger accouder au bar même s'ils en avaient l'habitude. Le latino malgré son comportement d'homme bourré parfaitement sobre derrière le bar jetais de temps en temps des regards envers le barman. Hayden n'avait pas réellement parler ce qui venait de ce passer. Le connaissant il devait encore réfléchir et ruminée le dépars d'Alekseï, en bien ou en mal peut importe, ça ne changeait pas le fait que son visage avait l'air encore plus froid que d'habitude. Le gamin à lunette ne devait pas réellement aidé à améliorée son état en déplaçant tout ce qu'il s'appliquer à mettre en ordre.

« ... T'veux que'qu'chose en particulier ? »


Le visage du latino se retourna avec un profond sourire innocent sur le visage en hochant la tête de droite à gauche pour signifié que tout aller bien. C'était juste pour le plaisir. Et aussitôt qu'il vu le regard quasi-désespéré d'Hayden, retourna à son occupation première, dérangeait le bar. Mais, Hugo s'arrêta rapidement pour se poser dans un coins où il y avait plein d'alcool qui avait l'air cher ou / et précieux. Admirant les différentes formes de bouteille pour laisser soufflé le pauvre barman. Il avait entendu à sa voix toute la frustration que ses deux mettre d'amour maternelle renfermer aux plus profond de lui. Il était totalement incapable d'en comprendre la signification, n'étant pas du genre télépathe ou particulièrement attentif aux petits signes qui aurait pu l'éclairé. Hugo avait de l'instinct mais, sa s’arrêter là. L'occupation bouteille ne fit pas long feu, aussi vite si était-il intéresser qu'il passait complètement à autre chose. Son regard ce posa sur les deux beau garçons posé sur le bar, analysant rapidement leurs mines. Alistair était comme à son habitude impassible face à Evans, pourtant, il ne sens était pas désintéresser et rester à ses côtés comme pour le soutenir. Cette vision fit sourire bêtement Hugo qui trouver la scène adorable. Le petit chiot pleurnichard avec le loup solitaire qui en prenait soin, comment ne pas en devenir gaga. Posé contre le bar, il testait le plaisir d'être un barman observateur pour une fois.

Derrière ses lunettes de soleil, il voyait parfaitement l'air absent d'Evans. Le gamin allait certainement mettre un peu de temps avant de s'en remettre. Les yeux du plus petit était gorgé de larme au point où la moindre phrase un peu forte aurait pu le faire pleuré. Hugo avait de la chance pour une fois d'avoir des lunettes. Personne n'avait pu remarquer l'air de chien battue quand il comprit réellement la nature du dépars d'Alekseï. C'était un peu son masque et de toute façon, il n'avait pas le droit de pleuré sinon Hayden le gronderait pour avoir perdu son médicament. Même, Hugo était le genre de personne à pensé qu'aucune distance pouvait séparée des personnes qui c'était un jours apprécier en tant qu'amis ou en amour. Alekseï n'allait pas totalement les abandonner, Maxwell ne le supporterait pas. C'était beau un gamins immature, irresponsable, capricieux et égoïste, ce n'était pas quelqu'un de méchant. Hugo était près à parié que dès que le russe aurait un moment à lui, il enverrait un gros message d'excuse à son mentor, surtout en sachant que ce dernier n'allait pas très bien. Alekseï avait intérêt à ramener un beau cadeau de Russie. C'est sur un flot de pensés totalement irrationnel et illogique que le latino voguait tranquillement, amuser et insouciant. A croire que rien n'aurait pu l'atteindre si ce n'est l'aura frustré du barman :

« C'est stupide... »

Il était encore plus stupide de demander de quoi il parlait. Hayden ne s'attendait pas à une réponse, sans doute ne c'était même pas rendu compte qu'il avait prononcée cette phrase à haute voix. Les pensés d'Hugo se concentrèrent sur sa silhouette de dos. Mieux valait encore le laisser mijoté, il reviendrait vers les autres quand il se sentira prés. D'ailleurs, un qui devait arrêté d'avoir de noir pensés était le petit Evans qui allait bientôt ce liquéfié à force de pleurée. Opération rafraîchissement, il pris un verre propre et chercha rapidement dans le seul endroit où Hayden ne lui ferait pas de réflexion : le frigo, avant d'en sortir une petite bouteille d'eau. C'était beaucoup trop dangereux de mourir de déshydratation en plus, on aller accuser le clubs de maltraitance envers ses clients. Hugo lui servie ne grand verre d'eau que l pauvre gamin pris avec hésitation. Il était vraiment à croquer si bien que pour la sécurité du plus petit, le latino fit demi tours, chercha son perchoir ce prépara et fit un bon pour sauté sur les épaules du barman. Malheureusement, il n'avait pas calculer à quel point le barman était grand. Ce retrouvant au milieux de son dos au lieu de ses épaules. Sans découragement, il entrepris l’ascension du mont Hayden. Grimpant du mieux qu'il pouvait comme une chenille à son arbre. Il ne remarqua même pas le regard assassin du barman un fois qu''il avait réussi à atteindre une hauteur raisonnable grâce quand même un léger soutiens. Il s'agrippa à sa branche comme le ferait un véritable koala. Posant sa tête légèrement sur le coté pour regardé le petit Evans.

« Je paierais le repas aussi... bafouilla Evans
- Euh... ! Fit légèrement embarrasser Hayden, La plupart des r'ssources qu'j'ai sont plus ou moins des cadeaux d'potes chasseurs ou pêcheurs alors... N'te soucie pas d'ça, t'auras qu'à m'filer un coup d'main pour aut' chose. »

Il avait réellement une bouille à craquer et sa petite voix hésitant ferait fondre même les cœurs les plus glacé. Hugo ne pouvait presque plus le fixé sans l'imaginer en tenu de mascotte en train de faire de son mieux dans le bar. Il en parlerait avec Antoine toute à l'heure, certaine que son amour comprendrait son idée. D'ailleurs, ça faisait un moment qu'il ne l'avait pas vu. Sa tête se redressa pour chercher aux alentours les quelques personnes qui n'était pas encore aller dans le salons. Il ressemblait à un suricate, mettant un peu plus de son poids sur Hayden pour rester accrocher. Ne voyant rien, il se remit à sa place. Le dos courber pour prendre le moins de place possible tout en ramenant ses jambes pour mieux tenir sur le large dos. Heureusement, il avait de la place pour s'accrocher. Evans avait relevait le visage un peu paniquer quand il avait entendu le barman hésité mais, avait fini par hocher la tête dans l'affirmatif pour signer leurs accord oral. Il n'était pas doué à grand chose mais il ferait de son mieux. Evans avait horreur de profité de la gentillesse des gens et d'être un fardeau. Surtout qu'avec l'alcool qu'il avait pu sans rien manger avec, ce n'était pas l'homme le plus claire dans ses idées. L’ascenseur émotionnel ne le réussissait pas trop. Inspirant une grande bouffé d'air, il sentait mieux après le verre d'eau et l’assurance d'avoir un repas pour ce soir. Il se retourna vers Alistair en lui adressant un sourire de remercient. Arrivant à peine à séché ses larmes au coin de ses yeux. Il n'avait pas non plus rougis, ayant certainement fait explosé sa chaufferie.

Hugo s'amusait comme un gamin sur le dos d'Hayden qui se baisser pour sortir un gros plat du frigo. On aurait dis les plats tout préparée des cantines vu la quantité. Heureusement, Hayden aimais trop la bonne nourriture et jamais, au grand jamais, il n'oserait servir un truc de piètre qualité. Son visage s'illumina en voyant des pommes de terre en sauce avec du lapin sous le filme plastique complètement hermétique. Ça avait l'air bon. Tout en se retenant de bavé sur l'épaule du barman d'envie. Le latino redressa son visage vers Alistair qui était en spectateur depuis tout à l'heure. Lui qui ne voulait pas s’empêtre dans des histoire non professionnel, le voilà servie. D'ailleurs, Hugo se mis à faire un gros câlin à la montagne qui le portait. N'ayant pas fait de câlins depuis sa pose imposer. Ses yeux semblait aller, mais ce n'était pas certain qu'il puisse passer la soirée dans cet état. En tout cas, tout ses événements l'avait détacher du centre du monde alors autant s'occuper des deux autres : Alistair ne se reposer toujours pas sachant que lui n'allait pas pouvoir passer du bon temps avec les clientes après, enfermer avec le patron dans le bureaux et il était hors de question de laisser partir le gamin avec cette tête.

« Bon, j'ai pas b'coup bossé c'soir, j'vous fait un truc à boire ?
- Alcoolo !!! »
s'exclama bruyamment Hugo en se lâchant ses bras d'Hayden, manquant de peu de tomber à la renverse.

Basculant un peu en essayant de retrouver son équilibre avant de repositionner correctement et de ne plus lâcher sa branche. Evans eut un peu peur pour le latino mais, ce ravisa bien vite en voyant que de toute façon le barman ne le laisserait pas ce faire dû mal. Cette actions ridicule eut au moins l’avantage de lui tirait un petit rire d'incompréhension. La connerie d'Hugo était difficilement supportable, soit elle faisait rire soit elle faisait désespéré. Le gamin avait trop été sous pression pour pouvoir être désespéré, ne restait donc que le rire et rien ne fut plus plaisir au latino que de l'entendre s'exclamer sans crainte. Sa main venu essuyer le coin de ses yeux pour abandonner sa tristesse, agissant plus simplement face au petit groupe qui se soucier tant de lui depuis le dépars d'Alekseï. Hugo rebondis sur lui même, secouant légèrement le barman :

« Je veux un Colombia avec tout plein de sirop de grenadine ! »

Sa réaction était digne de celle d'un gamin. Relâchant le barman pour lui laisser faire ses cocktails tranquille. Il passa part dessus le bar pour rejoindre les deux autres, laissant l'espace tranquille à Hayden. On aurait dis un mollusque qui s’élever vers la liberté. Pendant qu'il essayait d'évité de retomber à la renverse en passant de l'autre côté, Evans remercier et déclinée poliment l'offre :

« J'ai déjà du mal à me remettre du cocktail d'Antoine... »

En réalité, il supporter extrêmement bien l'alcool mais sachant que Sergeï risquer d'arriver dans pas longtemps. Il préféré être tout à fait claire avec lui-même pour lui faire face. Mon dieu que cette nuit aller être longue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 221
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Sam 17 Nov 2018, 10:24

« Alcoolo !! »

Comme si ce cri fut un signal entre les hôtes, Hayden réagit au quart de tour et balança ses bras sous les fesses d'Hugo pour le maintenir, se penchant un peu en avant et le secouant dans le mouvement afin qu'il se rattrape à lui. Il lui adressa un regard méchant alors qu'un petit rire échappait à Evans. Alistair lui-même darda un regard consterné face à la bêtise d'Hugo, soupirant bruyamment en le traitant de "dangereux abruti". Cependant le latino semblait satisfait de son action, après tout il avait réussi à arracher un sourire au garçon, même si ce fut plus d'incompréhension et de dépit que de réel amusement dans un premier temps. Evans fit cependant l'effort d'essuyer les larmes aux coins de ses yeux, forçant un sourire qui vint cependant s'agripper assez naturellement à ses lèvres. Hugo en profita pour se replacer sur le dos du barman, ce qui signifiait dans la langue du latino sauter sur place à presque en briser le dos du pauvre homme qui heureusement ne s'était jamais plaint de rhumatismes jusqu'à ce jour.

« Je veux un Colombia avec tout plein de sirop de grenadine !
-Dame du lac.
-J'ai déjà du mal à me remettre du cocktail d'Antoine... »


Les commandes passées, Hayden s'empara de quelques bouteilles et verres pendant que Hugo avait enfin quitté son perchoir et s'évertuait à passer par dessus le bar, ayant pris un coin où il ne risquait pas trop de provoquer une catastrophe avant de s'étaler à plat ventre dessus et de ramper. On aurait dit une baleine échouée. Et comme ni Evans ni Alistair ne semblaient prêts à lui proposer la moindre aide, les deux hommes se contentèrent d'admirer l'épreuve laborieuse en silence, assis sur leurs tabourets de bars pendant que Hugo faisait des pieds et des mains pour parvenir à réaliser son ascension finale. Après de longs efforts, il finit par retomber mollement de l'autre côté, manquant au passage d'emporter avec lui les fauteuils qui attendaient de l'autre côté, mais finalement il se rattrapa et escalada à nouveau, cette fois-ci pour poser son postérieur sur le moelleux de la chaise de bar. Alistair et Evans, eux, avaient déjà perdu de l'intérêt pour son travail titanesque et se contentaient d'observer Hayden en pleine préparation de cocktails.

Après avoir rempli un shooter de whisky et un verre de bière, il laissa un instant cette préparation de côté pour que la mousse retomber, s'emparant d'un second verre et d'une élégante cuillère à préparation de cocktail, alignant les bouteilles d'alcools colorés à côté. Il s'empara d'abord d'une plaquette de glaçons à la teinte jaune citron dont il en mis deux au fond du verre, puis laissa la cuillère reposer à côté, s'emparant de la grenadine qu'il versa en quantité assez importante comme demandé au fond du verre. Lorsque presque un bon tiers du verre fut rempli, il arrangea la position de la cuillère et s'empara de l'exotique bouteille bleue à côté de lui. Le bleu électrique semblait presque briller dans la pénombre alors qu'il faisait glisser l'alcool le long de la cuillère qui s'enroulait élégamment sur elle-même. Il tenait la bouteille bien au delà du bord du verre, et pourtant le liquide coulait avec une grande délicatesse dans le verre, formant peu à peu une seconde strate qui contrastait avec la grenadine. Lorsqu'un petit étage bleu luminescent fut formé, il s'empara alors d'autres bouteilles et d'un shaker, mélangeant jus d'orange et vodka à l'intérieur avant d'agiter énergiquement, posant alors uniquement son regard à ce moment-là sur le visage des trois observateurs. Alistair était littéralement avachis sur le bar, observant en silence mais avec beaucoup d'attention. Cela arracha un sourire au barman.

Lorsqu'il eut fini d'agiter au rythme d'une mélodie silencieuse, le barman découvrit son mélange qu'il versa à nouveau le long de la cuillère. Le troisième étage d'une couleur si ensoleillée qu'elle rappelait le visage d'Hugo s'éleva petit à petit jusqu'aux bordures du verre. Lorsque Hayden retira avec délicatesse la cuillère, les glaçons restèrent malgré tout au fond, laissant l'alcool coloré diffuser sa forte odeur dans les environs. Toujours avec minutie, il s'empara du shooter au fond duquel le whisky donnait des reflets d'or, et amena le tout directement au dessus du verre. De ses longs doigts, il s'empara d'un rebord du shooter et le glissa alors directement dans le liquide dont la mousse avait laissé un grand espace libre qui, bien vite, fut rempli par la présence même du shooter à l'intérieur du verre. Le shooter coula lentement au fond du verre tandis que le whisky à la robe dorée formait des filaments dans la bière, remontant à la surface dans une danse sensuelle. L'observation d'Alistair fut coupée quand Hayden s'empara des deux verres et les déposa devant les deux hôtes, souriant à pleines dents.

Il avait profité de l'agitation d'Hugo pour mettre le repas à chauffer, et l'odeur du plat commençait à petit à petit envahir l'arrière du bar, aussi lorsqu'il eut terminé ses cocktails il put s'accouder au comptoir pour admirer avec fierté la réaction que les deux hommes auraient à ses créations. Alistair cligna des yeux pour se sortir de ses pensées, et avec attention porta le cocktail à ses lèvres, les trempant avec légèreté. Le goût fort et pourtant élégant de l'alcool remonta bien vite à sa bouche, l'envahissant avant même que le liquide lui-même y prenne place. Il reposa le verre après quelques secondes de dégustation et adressa un léger sourire au barman qui répondit d'un rire presque enfantin : après tout, c'était là sa passion. Il profita ainsi des minutes qui suivirent pour se reposer sur son bar dans un tout nouveau silence, bien différent du lourd silence qui avait suivi le départ brutal d'Alekseï. Cette fois-ci, l'ambiance triste avait été remplacée par une sorte de mélancolie agréable qui laissait presque imaginer l'habituelle mélodie des bars traditionnels. Une ambiance qui n'allait pas pour déplaire au jazzman par ailleurs.

Après quelques minutes cependant, Hayden se redressa, juste avant que le petit four caché derrière son établi ne laisse retentir une petite alarme. Le barman s'empara d'un torchon et alla récupérer le plat, prenant quelques secondes pour constater la bonne cuisson de tous les ingrédients. Le tout baignait dans une concoction juteuse qui rendait les pommes de terre délicates et moelleuses. Il déposa le plat sur le plan de travail et alla chercher le second placé un peu en dessous. En sortit une ratatouille dorée dont la surface crépitait doucement, laissant échapper un son délicieux qui retentissait dans le creux des oreilles des personnes présentes.

« Et voilà, c'r'chauffé ! Finissez vos verres et passez à l'aut' salle, c'l'heure d'manger ! »

Sur ces mots, il referma le four du pied, s'empara de deux torchons pour déplacer les plats, et partit en direction du salon où on pouvait entendre des remarques désobligeantes fuser. Même si visiblement les hôtes avaient réussi à ne pas s'entretuer, surtout parce que Antoine avait eu la bonne idée de se mettre entre William et Maxwell et que William s'était donc retrouvé à côté de Thomas, cela n'empêchait pas le terrible duo de se faire des remarques puériles, qui néanmoins ne tournaient plus autour de l'inaction du patron à propos du départ d'Alekseï mais plutôt du fait que le fils à papa était une pleureuse ; en tous cas, c'étaient les mots de Maxwell tels qu'ils résonnèrent dans la pièce à l'élégante moquette violette sous des fauteuils d'élégant cuir noir entourant une table basse en bois vernis sombre au cœur de murs bleutés qui camouflaient un escalier dans un renfoncement obscur.



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 207

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Sam 17 Nov 2018, 15:52

Une fois posé sagement sur le tabouret de l'autre côté du repère d'Hayden, le latino se comportait beaucoup plus sagement. Le corps légèrement avachis sur le bar avec l'une de ses mains plaquer contre sa joue pour maintenir sa tête en hauteur, tendis que l'autre mains semblait calculer la distance qu'il avait parcouru. Ses cheveux tombèrent sur ses épaules touchant presque la surface vernis du bar. Il était impressionnant de voir comme d'un seul coup, il était passer de bouc en train à une personne quasi normal en apparence. Son corps était légèrement tourné vers les deux garçons qui se contenté d'observer depuis un bon moment. Evans avait réussi à calmer son flot d'émotions et ce remettait tranquillement de la situation en observant. Sa respiration s'était apaiser en un rythme régulier qui lui avait enlevé ses petits spam de terreur. Ce n'était peut-être pas une mauvaise chose de l'avoir garder. Au moins, il n'était pas seul à ruminer ses mauvaises pensés. Alistair, posé à ses côtés était comme à son habitude impassible. Ses yeux fixant avec un pétillement d'intérêt les mouvements habilles du barman. C'est vrai que quand Hayden s'appliquer pour faire un cocktail, il dégageait de lui une toute autre aura, une ambiance propre qui attiré le regard sans vraiment réaliser qu'on ne pouvait plus en détachait les yeux. Même Hugo ce faisait parfois prendre par les démonstrations de techniques employer à la préparation d'un cocktail.

Evans n'y échappa non plus, admirant les mouvements souples que faisait cette montagne de muscle. Il avait cru, à tord, qu'Hayden était un personne assez brusque principalement à cause de sa taille imposante. Faut dire que l'un à côté de l'autre, ça faisait un peu le géant à côté du nain. Mais contrairement à lui qui était d'une maladresse sans borne, le barman était d'une habilité écrasante. Rien à voir avec Antoine, qui bien qu'ayant des geste précis, ne dégageait pas la même ferveur en préparant les boissons. Lors que le barman déposa les verres en face des deux hôtes à ses côtés, il ne pu en détaché le verre. Le premier, celui d'Alistair, était tout en élégance et en finesses qui s'accordait bien avec le tempérament clame de l'hôte. Le second était à l'image d'Hugo, coloré et pétillant. Bien que l'ayant vu monté couche par couche le cocktail, il en resté pas moins ébahie face au résultat. C'était une magnifique construction, un habillage des couches qui restait assez net malgré l'ajout de couche par-dessus. Le latino fit un grand sourire au barman en recevant son verre. Le saisissant de sa main libre pour le rapprocher légèrement de lui. Les alcools était assez fort dans ce cocktail, mais il était plus connus pour son goûts sucrée qu'apporter le sirop de grenadine, puis venait le goûts des fruits et enfin l'alcool qui caresses le palais. Il pouvait être assez traite si on le buvait trop rapidement. Chose que ne fit pas le monsieur à lunette, qui après avoir passer quelques seconde à l'admiré venait en prendre une première gorgée.

La soirée allé être charger. Hugo avait rapidement vérifié après avoir mis ses goûtes la réponse de sa petite sœur qui devait passer pour faire une proposition au clubs. Les clientes qui allait affluer pour assisté aux retours du patron, la découverte dû grand frère d'Alekseï futur potentiel collègue qui ne devait plus tarder non plus, et pour certains comme Alistair, de longue minutes de solitude à essayer d'expliquer les bases de l’économise au patron - ce qui ferait qu'aucuns des deux ne serait disponible pour la soirée, donc plus de travail en perceptive.. Il était bien content de n'être qu'un simple employer. Le latino devait aussi faire attention à ses yeux, la lumière était absolument à bannir et à la moindre trace de fatigue voir de douleurs, maman Hayden serait sur ses talons. Il ne devait pas présumer de ses force sinon ce soir, il allait ce retrouver avec le barman devant sa porte avec deux gros sac d'affaires. Cette pensés lui fit avoir un frisson d'horreur et comme pour oubliée, pris une plus grosse gorgée de sa boisson. Il prier intérieurement pour que le barman eut perdu cette menace dans un des recoins de sa mémoire pour le laisser tranquille. Il fallait pensés à autre choses, autre qu'Hayden, autre que le fait que ses yeux était bruler. Malheureusement, il n'avait pas grand chose d'autre à pensés.

La discutions était au point mord mais n'avait pour autant pas fait retomber l'ambiance. C'était un calme assez apaisant. Evans laisser flotté un timide sourire sur lèvres. Son corps, moins crispée, se permettait des petits gestes comme le fait de s’accouder très légèrement au bar ou celui de se poser un peu plus à son aise dans son dossier.. Hayden ne chercha pas plus que ça à avoir un retour sur ses cocktail, le regard admiratif d'Alistair, l'air impressionné d'Evans et le grand sourire heureux d'Hugo avait dû être assez claire pour lui. Au file de sa dégustation, le latino commençait à avoir les narines chatouillé par un délicat fumé. Il sentait une bonne odeur de légume se rependre de plus en plus. Son estomac grondé famille après tout ses aventures. Ses yeux jetèrent un regard curieux quand il vu le barman se dirigé vers le petit four, en sortir deux gros plats avec un air satisfait. En bonne maman, il avait déjà préparée la popote pour le dîner. Une bonne chose sachant que la pause repas n'allait pas durée toute la nuit. Le bar allait rouvrir dans un peu moins de trois quart d'heure, ce qui laissait le temps à chacun de manger, boire, pause toilette et certainement d'aller prendre un peu l'air avant de se retrouver accolé par tout plein de jolie fille.

« Et voilà, c'r'chauffé ! Finissez vos verres et passez à l'aut' salle, c'l'heure d'manger ! »


Pas besoin de lui répété deux fois, Hugo fini la dernière gorgée de son cocktail dans un sourire de satisfaction. Il n'avait pas bu de façon très régulier, mais le fait d'aller manger aller évité qu'il se sente mal. Laissant son verre devant lui. Il fit un signe pour montré son accord au barman. Son corps se bascula sur le côté pour faire tournée le tabouret et dans un bon, sauta de son siège pour se réceptionne sur ses jambes. Il se retourna vers les autres avec un grand sourire enfantin avant de se rapprocher un petit peu d'Evans, laissant une distance de sécurité comme avec Alistair, ne sachant pas trop comment le gamins aller réagir à sa présence. Il lui accorda un sourire doux et étrangement, le gamin n'eut pas son air froussard sur le visage. Le regardant curieux de le voir s'approcher si tranquillement de lui. Le petit avait de grand yeux marron qui semblait pétiller d'innocence. Son air déboussolé faisait fondre le latino qui n'avait qu'une envie, lui sauté au cou pour lui faire un gros calin. Dommage pour Evans qui était complètement perdu ne se rendait pas compte du danger qui se rapprocher. Hugo le voyait de plus en plus comme une mascotte et non plus comme un client.

« Tu prend tes affaires ?! Tu pourra les déposer à l'arrière comme ça si tu reste, elle ne seront pas au milieux »

Le gamin hocha la tête en signe d'affirmation en commençant à son tours par ce redresser. Il avait fait attention à rester bien collé au comptoir de peur que sa maladresse légendaire lui fasse donner un mauvais coups quand le barman passait avec les plats. L'odeur était de plus en plus alléchante. Son estomac se mis à gargouiller d'envie, ce qui eu pour réaction de faire rougir le gamin qui s'empressa de rassemblée ses affaires. Une fois les sac plaquer contre lui et son carnet à dessins sous le bras, il se tenu droit comme un pique face à l'hôte. Hugo, tout sourire, lui indiqua de suivre la cantinière de fortune. Restant un petit peu à l'arrière pour évité de laisser Alistair tout seul. Evans ne ce fit pas prier et tout en suivant de quelques pas le barman, regardait derrière lui les deux hôtes qui l'avait si gentiment réconforté. C'était bien vrai ce que lui raconté Alekseï, ce clubs était comme une grande famille de fou furieux. Il resta quelque pas en arrière en rentrant dans la pièces où les autres hôtes dont le patron était présent. Le mal être revenu presque aussitôt face à tout ses beau garçons. Entre le vampire classe et froid, le mystérieux chevelue, la bouille de gamin, le barman classe et Antoine, un gamin lambda comme lui ne pouvait pas réellement ce sentir bien. Oui, Antoine est une catégorie à par entière, qui se rapproche étonnamment de celle d'Hugo qui était un peu les seuls à possédé leurs noms comme adjectif qualificatif.

Hugo débarqua dans la pièces quelques minutes après. Ouvrant grand la porte en un acclamation de joie en apparaissant dans la pièces. Evans eut un léger sursaut de surprise alors qu'une fusé venait littéralement de passer devant lui. Ce jetant au cou d'Antoine comme une jeune marié au cou de son mari devant l'autel :

« Mon petit Antoine ! fit-il avec une voix de chaton en venant frotté sa joue contre la sienne, faut que je partage une merveilleuse idée pour notre petit bout de chou ! »

Le gamin les regardaient avec un air perplexe sur le visage. C'était vrai qu'à chaque fois qu'ils s'appeler, les deux hôtes avait tendance à utiliser tout un vocabulaire affectif pour parler de l'un ou de l'autre. Antoine avait littéralement appelé Hugo mon amour quand le Latino avait chercher à l'informer de quelques chose et maintenant, les deux hôtes se retrouvaient collé l'un à l'autre dans une enlaçade qui pouvait porter à confusion. C'est vrai que la plus part des hôtes n'était pas ce qu'il laissait pensés devant leurs clients, c'est normal après tout mais, ça rendait les choses différente quand on manger avec des personnes qui sont habituellement tellement classe. Au moins, ça l'avait fait bien rire d'entendre le patron et le vampire continuer de ce disputé comme des enfants. Ca leurs donner une apparence plus humaine, qui effrayer moins le pauvre gamins. Son regard se déposa sur la silhouette d'Antoine, lui était encore particulier, il ne semblait pas réellement jouer un rôle et en même temps quelques chose au fond de lu affirmer que c'était peut-être le meilleurs comédien du groupe. La silhouette d'Hugo accrocher à celle de son ''amant'' stoppa complètement le cerveau du gamin. Le choc pour Evans fut assez important pour pas attendre ce qu'Hugo raconté à son collègue :

« Dis moi, regarde bien ce petit bout et imagine le en mascotte avec des petites oreilles de lapin !! » fit-t-il en désignant le gamin toujours perdu dans ses pensés.

Evans ne remarquer même pas à quel point la conversation était dangereuse. Se concentrant de laisser ses yeux grand ouvert face à un latino qui bouffé de rire en expliquant sa vision et un Antoine emprisonner dans les bras du premier.

« Il serait pas trop mignon ? »


Le cerveau ce remis sur on juste à ce moment-là, faisant rougir dès joue jusqu'au oreille le pauvre gamin qui venait à peine de comprendre qu'on parler de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 221
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Dim 18 Nov 2018, 00:12

Ni une ni deux, le Colombia était littéralement aspiré dans le gouffre qu'était le gosier de Hugo. Alistair qui prenait son temps pour savourer chaque gorgée de son verre les yeux fermés pour en apprécier toutes les saveurs et les parfums manqua d'avaler de travers lorsqu'il abaissa une première fois son verre et vit que le cocktail presque plein qui se trouvait à sa gauche auparavant était à présent aussi propre qu'au sortir de la vaisselle. Il s'avachit un peu sur le bar pour reprendre son souffle et s'assurer de bien faire passer l'alcool par le bon chemin tandis qu'il sentait Hugo sautiller derrière lui vers Evans :

« Tu prends tes affaires ? Tu pourras les déposer à l'arrière, comme ça, si tu restes, elles ne seront pas au milieu ! »

Alistair se redressa enfin, lançant un regard outré à son collègue qui bondissait littéralement sur place d'excitation en lui faisant signe de venir. Le moustachu fronça de longues secondes les sourcils mais finalement poussa un soupir de dépit avant de se relever, prenant son verre avec lui pour rejoindre la salle, une main dans la poche de son pantalon, d'une démarche un peu lourde. Malgré son pas quelque peu appuyé, il fallait admettre qu'il marchait étonnamment bien : Hugo au devant sautillait, ses pas s'emmêlaient et courbaient comme s'il dansait sur place, et parfois s'élevaient si haut qu'il exécutait littéralement des bonds ; Evans au contraire avec des pas discrets et apeurés comme s'il marchait sur des œufs, si bien que même s'il tentait de se tenir droit il avait tout de même les épaules tombantes et le torse un peu rentré, mettant en évidence la finesse de son cou ; au contraire d'eux-deux, le pas de Alistair était posé, commençant au talon et roulant doucement vers la pointe, ses jambes passaient l'une devant l'autre avec élégance et délicatesse, ses hanches oscillant, ses épaules suivant à peine le mouvement, droites bien que détendues, le torse en avant dans la continuité élancée de son dos, le contenu de son verre de vacillant absolument pas, son coude créant une courbe élégante le long de son flanc... Une véritable démarche de mannequin.

Hayden l'observait passer par la porte avec attention. Il se baissa même après un moment pour fixer avec attention son postérieur qu'il, il fallait le dire, roulait fort bien. A cette vision des plus cocasses de la file indienne des trois jeunes gens et le réflexe total du barman au passage du dernier, Antoine éclata soudain d'un incontrôlable fou-rire, arrêtant bien plus les discussions autour de lui que ne l'avait fait Hugo lui-même en poussant une exclamation de bonheur. Surpris par ceci, Alistair se retourna et darda un regard foudroyant au barman, lequel se redressa d'un bond et regarda ailleurs, néanmoins avec un énorme sourire fière et carnassier sur les lèvres : il n'y avait pas de petit profit face à un si beau cul ! Antoine ne pu se préparer à l'atterrissage soudain d'Hugo sur ses genoux, mais cette fois-ci celui-ci avait lui-même avisé la chose et s'élança autour de son cou, s'y accrochant avec ferveur.

« Mon petit Antoine ! »

Antoine coupa son rire pour réceptionner ce nouveau poids sans s'étrangler et éclata à nouveau de rire. Il installa correctement Hugo en amazone sur ses genoux, passa son bras dans son dos pour le soutenir et de l'autre main vint caresser son bras avec un grand sourire amusé.

« Oui mon adorable Hugo ?
-Faut que je partage une merveilleuse idée pour notre petit bout de chou ! »


Hugo, disant ceci, indiqua avec évidence le jeune Evans qui approchait. Pour ce dernier, c'était le choc, si bien qu'il devint aussi blanc qu'un linge en moins de temps qu'il ne fallait pour le dire, les observant d'un air horrifié. Antoine darda son regard sur lui, l'observant avec attention alors qu'un sourire tendre flottait sur ses lèvres. Il ne s'attendait pas forcément à le voir présent dans la pièce, Maxwell lui-même releva un sourcil à côté de lui, bien que taisant sa remarque. Pour Antoine, c'était une agréable surprise, il était plutôt content de le voir ici. Il élargit un peu son sourire à son attention pour se montrer chaleureux et l'encourager avant que Hugo ne vienne recapturer son attention.

« Dis moi, regarde bien ce petit bout et imagine-le en mascotte avec des petites oreilles de lapin ! »

Aussitôt dit, une étincelle apparu dans le regard d'Antoine. Il ne fut pas le seul à réagir : Hayden qui essayait désespérément d'éviter un coup de pied au postérieur de la part d'Alistair un peu en arrière, les deux se disputant à voix basse côtes à côtes en esquissant des gestes vifs et agressifs l'un envers l'autre, se redressa soudain en dardant un sourire d'un enfant qui avait trouvé un nouveau jouet sur Evans. Le gamin était blême. Alistair bondit soudain sur l'occasion et écrasa violemment le pied du barman qui retint un cri, se concentrant sur ses plats pour ne pas les faire tomber alors que le moustachu, satisfait, s'éloignait enfin vers la table, laissant derrière lui un pause homme au visage rougit par la coupure de respiration soudaine qu'il s'imposa. Assez habitué, sans doutes parce qu'il avait passé la soirée ainsi, il alla s'asseoir à côté de William et croisa jambes et bras, observant en silence la situation qui se déroulait devant ses yeux. Antoine entoura le corps de Hugo de ses bras tout en souriant à pleines dents :

« Une mascotte ! Pile ce qu'il fallait au club !
-Il serait pas trop mignon ?
-Beaucoup trop !
-Adorable »
, finit par renchérir Hayden en transformant sa reprise de respiration en éclat de rire.

Le gamin se mit soudain à rougir, et on pu voir un nuage de fumée s'élever de son front brûlant alors que son regard se voilait soudain, perdu dans le vide. Hayden, Hugo et Antoine continuaient de rire et de le titiller, le barman déposant les plats sur la table avant de se dresser près du garçon comme pour bloquer toute échappatoire - sans néanmoins sembler menaçant ou imposant - tandis qu'autour les discussions partaient ailleurs. Alistair sortit son téléphone portable de sa poche alors qu'il prenait une nouvelle gorgée de son cocktail. A la vision du message qu'il venait de recevoir, il se tourna vers William et lui fit signe.

« J'ai contacté quelqu'un qui pourrait nous aider à préparer quelques plans de design de vêtements, pour créer une ébauche d'uniforme.
-Oh ?
, s'étonna joyeusement William.
-Elle devrait pouvoir venir très rapidement, pendant le repas probablement, j'irais lui ouvrir. Maxwell, je pourrais te demander conseil pour la question des tenues ? »

Maxwell releva la tête des plats qu'il avait commencé à servir - prenant soin de réserver une bonne part de ratatouille à Antoine qui ne pouvait manger de viande - en adressant à son collègue un haussement de sourcils surpris, s'indiquant d'un couvert. Il semblait trouver cela inattendu, néanmoins pour Alistair c'était l'évidence :

« Je n'ai pas complètement intégré la notion de personnage, Hugo m'en a fait le rappel un peu plus tôt, je pense que tu es le mieux placé pour m'expliquer cela et peut-être surveiller que les ébauches d'uniformes soient adaptables. Comme disait Hugo, ton style vestimentaire ne lui irait peut-être pas aussi bien à lui.
-Ah, ça !
, s'exclama Maxwell avec un rire tout en se remettant à servir. Bien entendu, je t'accorde mon aide dès que tu en as le besoin, je peux aussi te coacher pour te créer un personnage !
-Je passe
, tenta de couper Alistair avant de lui-même se faire couper :
-Cela pourrait t'être nécessaire, sur le plan de l'expérience sociale c'est une indispensable dans les clubs d'hôtes de se démarquer par une personnalité affirmée. »

Alistair darda un regard furieux sur William qui néanmoins soutint avec fierté : depuis quand il était d'accord avec Maxwell lui ?! Maxwell releva néanmoins à nouveau la tête après avoir fini de servir, prenant un ton interrogateur :

« Est-ce qu'on doit aussi adapter un uniforme pour une mascotte ? Je ne suis pas sûr que des oreilles de lapin soit judicieux mais...
-Hé ! Je rappelle que je suis censé être celui qui est en charge d'engager de nouveaux employés et de créer de nouvelles places !
, s'exclama William.
-Ha ! Déjà que tu n'arrives pas à tenir tes employés et à leur rendre visite, patron indigne ! »

Heureusement pour eux, Thomas, Antoine et Hugo sur ses genoux étaient entre eux, mais déjà William et Maxwell s'étaient remis à se foudroyer du regard comme un chien et un chat prêts à se sauter à la gorge sous l'air dépité d'Alistair et les rires d'Hayden qui avait constaté la complicité surprenante mais agréable de Maxwell dans la création d'un nouveau poste pour l'image du club. Toute publicité était bonne à prendre en ces temps de diète, même si présentement le repas était juste sous leurs yeux...



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 207

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Dim 18 Nov 2018, 21:33

L'entré des trois garçons dans la pièces eut l'avantage de faire taire les disputes habituelle du patron et de Maxwell. On ne savait pas très bien dire de l'extérieur s'ils s'apprécier un minimum ou s'ils ce foutait réellement sur la gueule. Ils n'étaient pas les seuls à ne pas avoir une relation claire, le hugo sauvage posé comme une princesse dans les bras d'Antoine était un cas à étudier aussi. Les bras du latino entourée le cou de son prince charment. Son corps c'était totalement blottie contre le torse de son porteur. Ses jambes secouaient dans le vide en rythme avec son rire. Antoine était amuser de la situation vu les fou rires qu'il enchaînée. Une fois en écoutant les deux gamins se disputé, une fois en regardant le visage outré d'Alistair et une nouvelle fois en voyant la boule d'amour foncé sur lui. Le seul qui avait l'air un tant soit peu normale, si on peut dire, était Thomas qui n'avait pas réellement exprimer son avis depuis le début de la soirée. Evans resté sidéré face à ses scènes tous droit sortie des sidecoms loufoque qui passait y a quelques année à la tête. Une situation qui fit rire Hugo qui continuer de frotter sa jouer à celle d'Antoine. Ce fut à ce moment précis, que tout bascula pour le pauvre client qui avait mal choisis son clubs pour la soiré. Les deux hôtes face à lui avaient un regard qu'il qualifié bête féroce prés à attaquer une proie facile.

Le regard d'Antoine s'illumina devant le visage de la pauvre mascotte, officieusement programmée par un Hugo débordant d'imagination. Il eut véritablement ce petit temps de chargement, où on aperçut la réflexion du prince charment du clubs avant d'atteindre la vérité. Son sourire doux ce transforma en sourire malicieux. Adoptant l'idée de son amour sans la moindre hésitation. Les deux hôtes se serraient mutuellement dans leurs bras comme deux compère satisfait d'avoir trouver une idée de génie. Hugo calait la tête d'Antoine contre son torse alors qu'il venait frôlé ses lèvres contre sa tête. Décoiffant le pauvre hôte à chaque passage. Evans ne savait pas trop comment échappée à cette alliance qui se liguer contre son intégrité physique. Il était littéralement pris au piège, et son temps de réaction particulièrement lent ne jouer pas en sa faveur. Sa voix eut à peine le temps de murmuré un quoi qu'un nouveau rire venait de s’ajouter des deux autres. Son regarda chercha l'origine de la voix qui n'était autre que celle du barman, attablé en pouffant de rire face à l'image mental qu'ils étaient tous en train de partager. Ce n'était qu'un pauvre client, amis avec le mauvais hôte et il ne savait pas comment ce sortir de cette histoire.

Hugo, comme d'habitude,  ni fut même plus attention au bout de quelques seconde et continua de faire divers scénario avec Antoine, mettant le gamin encore plus mal à l'aise. Evans devait partie de ce clubs de fou, fuir très loin, son corps eut à peine un réflexe de se décalé que son radar repéra le barman, droit près de lui. Il était véritablement pris au pièges. Un sourire maladroit s'étirer sur ses lèvres tordu alors que son visage ce redresser pour regarder le barman. Il n'avait pas l'air de vouloir particulièrement le bloquer de façon violente, juste le dissuader ce qui marchait extrêmement bien sur lui. D'un mouvement de pas assez lent, son corps se déplaça pour aller poser ses affaires dans un petit coin discret, pas trop loin de là où il était positionner. Il profité du fait que les hôtes était en train de prendre place autours de la table pour ce sentir un peu plus libre. Le vampire et le patron ne semblait avoir aucune réaction vis à vis de cette information. Tout deux semblait avoir accepter l'idée de façon tacite comme si c'était normal que n'importe quel hôte de ce clubs pouvait se ramener avec une idée tortue et l'imposer à tout le monde. Le cœur du gamin crus se décrocher quand on lui indiqua une place à table pour ce poser. Restant silencieux, les épaules rentrés, n'ayant même pas le courage de ce défendre.

Ils osaient encore moins parler quand la conversations le laissa sur le côté. Tout son être espéré que ce ne soit qu'une mauvaise blague qu'on lui faisait pour le décoincer. Priant même pour que ce soit juste une très mauvaise idée et que le patron le jette dehors indignée. Hugo continuait de rire de bon cœur avec Antoine et Thomas. Le latino avait même pris ses aises en venant positionner ses pieds sur les jambes du chevelue. Il n'était pas très concentré sur ce qui se passait près de la table. Il n'allait pas aidé sachant qu'il ne ferait plus gêne qu'autre chose. Pourtant, de temps en temps, son regard glissait sur la silhouette d'Alistair qui s'intégré à la petite équipe. Maxwell présentait les choses sur son point de vu et était soutenu par le patron. . Alistair ne semblait pas apprécier cette idée mais, faisait de son mieux pour prendre la mesure de ce qu'on lui disait. Le Hugo n'écoutait la conversation que d'une demi oreille, trop occuper à câliner Antoine. Mais il réussi quand même à remarquer plusieurs chose, le fait que malgré son air froid et son idée de ne pas être intéresser par le métier d'Hôte, Alistair été à l'écoute de tout les conseille tout en s'impliquant pour faire tournée le clubs. C'était comme un fondant au chocolat, froid à l'extérieur brûlant à l'intérieur. Cette image fit glousser Hugo en imaginant le nouveau hôte en temps que gâteau. Rire qu'il dissimula tant bien que mal à Antoine en se redressant après lui avoir déposer un énimiène bisous sur la joue.

« Est-ce qu'on doit aussi adapter un uniforme pour une mascotte ? Je ne suis pas sûr que des oreilles de lapin soit judicieux mais...
-Hé ! Je rappelle que je suis censé être celui qui est en charge d'engager de nouveaux employés et de créer de nouvelles places !
-Ha ! Déjà que tu n'arrives pas à tenir tes employés et à leur rendre visite, patron indigne ! »


Evans ce remis en mode suricate en redressant la tête. Son désespoir ce lisait dans ses traits marquer par la surprise. Finalement, tout le monde à part lui avait bel et bien donner leurs accord pour en faire une mascotte. Seul le patron ne semblait pas encore tout à fait l'accepter même si sa réaction était plus celle d'un enfant à qui ont venait de retirée la partie la plus amusant du jeu.

« Et mon avis ? » finis par geindre le pauvre Evans en se sentant complètement oubliée.

Le latino se rapprocha de lui en venant l'entourée de ses bras comme un petite peluche qu'on venait de lui offrir. Sa ''peluche'' arrêta complètement de respiré, il ne s'attendait pas à avoir un élan d'affection aussi spontanée de la part de quelqu'un. Le latino laissa son visage se penché très légèrement à proximité de ce lui de son interlocuteur. Ses cheveux tombant sur le côté sous l'effet de la gravité, sa coiffure faisait en sorte de maintenir un côté élégant à son visage. Son sourire tendre sur les lèvres en prenant une voix toute mignon :

« Tu veux bien nous aidé en devenant notre mascotte ? Tu seras payer et en plus tu aura des câlins !! » pas sur que le dernier argument soit le plus percutant.

Sans attendre la réponse, son corps poussa celui du plus petits vers la table qui était à présent remplis de couvert et eux même remplis de bonne nourriture. Il déposa l'enfant sur une chaise entre Thomas et Antoine de façon à évité qu'il ne se retrouve tout seul à côté du patron ou de Maxwell qui allait certainement abordée avec lui les termes technique. Hugo se posa en face près du Vampire, tout sourire  en entant Evans soufflé la phrase qu'il se retenait de dire depuis un moment :

« Mais je sais même pas à quoi sert une mascotte, ce qui faut faire, et on n'engage pas un parfait inconnus qui n'est peut-être pas net et qui vous à fait perdre un membre !! » souffla-t-il d'une traite avant de se rendre compte qu'il venait peut-être de dire une grosse bêtise.

Hugo cligna quelques fois des yeux avant de sourire, en vérité, Evans n'avait pas parler si fort que ça mais plutôt extrêmement vite ce qui faisait qu'on aurait pu avoir du mal à le comprendre. C'était quelques chose d'adorable qui fit réagir encore plus Hugo :

«Etre tout mignon pour attiré des clientes et après t'es pas n'importe qui, t'es un amis d'Aleksei donc ça devrait le fait, la seule chose qui pourrait être embêtant c'est si t'avais déjà un boulot ? Fit-il en questionnant le gamin, qui naïvement répondu sans ce dire qu'il scellé sa propre tombe
Non, je suis des cours par correspondance donc j'ai beaucoup de temps libre....

Evans ce senti profondément con à ce moment, accusant même Hugo de l'avoir contaminer pendant que celui-ci éclaté de rire en une acclamation de victoire. Le latino se tourna vers Alistair, tout sourire :

« Tu penses que la personne que t'as contacté pourra lui faire un beau design ? D'ailleurs comment t'as réussi à faire appelle à quelqu'un comme ça ? C'est une ami à toi ? » le ton était évidement sur celui de la curiosité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bienvenue au Club Matthew
Revenir en haut 
Page 8 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
 Sujets similaires
-
» Bienvenue à Pierre Raymond!
» Bienvenue Laurent
» Club de medecine
» Club de Shogi
» Achats groupés club?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Evolutive RPG :: Temporaire-
Sauter vers: