Un monde libre qui ce model suivant vos envies et vos personnages
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Bienvenue au Club Matthew

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
AuteurMessage
Misu

avatar

E-mails : 187

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Dim 05 Aoû 2018, 14:58

Le clubs avait changer du tout au tout. L'ambiance légèrement intime qui se dégageait de chaque table c'était transformer en réunion au bar. Les clientes était installée autours du magnifique meuble de bois. Elle papotait entre elle. Les hôtes encore disponibles entourée les clientes de leurs bon soins. Alekseï était revenu juste à temps pour assisté au changement. Chaque hôtes avait eu une nouvelle mission après la perte de deux des leurs. Maxwell et Thomas faisait comme à l'heure habitude, divertir les clientes pour évité qu'elle remarque les quelques erreurs des deux barmans amateurs. Hayden avait soigneusement choisie les deux remplaçant. Antoine était celui qui était le plus douée pour s’adapter à un nouveau métier. Et le jeune russe qui passait tellement de temps à l'observer qu'on pouvait espéré qu'il est garder quelque réflexe. Le russe se plaça derrière le bar. Échangeant sa place avec le barman qui semblait lui accorder une partie de sa confiance. Le léger geste de confiance réussi à déridé le gamin. Il avait encore du mal à se remettre de ses émotions avec le patron. Cet homme était complètement fou. Le russe descendu les quelques marches pour prendre sa place derrière le bar. Contrairement à Antoine qui semblait s'y amuser comme un enfant, il resta professionnel. Au moins pour rattraper les centimètres qu'il perdait derrière le comptoir. Il avait à peine le visage à la bonne hauteur. Il était fier les deux barman.

« Équipe barmen à l'œuvre ! »

Antoine releva la main tout fier en attendant une réponse de son coéquipier Cet homme était tellement exubérant parfois. Au contraire d'Hugo qui l'était le plus souvent, Antoine savait se montré sérieux quand la situation s'imposer. Quoi que, Hugo aussi savait aussi prendre ses responsabilité quand il n'y avait vraiment plus le choix. La main du russe se releva malgré lui pour venir claquer dans celle de son partenaire. Ainsi, le début du service pouvait commencer. La bonne humeur d'Antoine pouvait motivée tout un régiment de soldat. Alekseï dessina un petit sourire moqueur en prenant très au sérieux sont nouveau rôle. Au contraire d'Antoine qui souhaité montré qu'il était totalement impliquer. Il pris la commande de certaine cliente toute émoustillée par le retour du patron. Heureusement, Hayden avait soigneusement organiser sa relève, ce qui soulagé un peu les deux apprenties. Seulement, l'arrivée d'un nouveau clients chamboula un peu la machine qui commençait relativement à bien tournée. La porte d'entré attira le regard d'Antoine. Évidement, il était comme un chat dont la moindre chose pouvait l’intéresser. Il l'abandonna derrière le comptoir pour venir saluer le nouvel arrivant. D'un demi coup d’œil, Alekseï observer la silhouette frêle de son amis d'enfances.

Evans ne s'entendait pas à glissait sur la deuxième marches. Sa chaussure dérapa légèrement avant de totalement lui faire perdre l'équilibre. Son corps chuta en avant malgré ses veines tentatives pour se rattraper. Il n'était pas nez sous une bonne étoiles. Son regard observa le sinistre sol qui allait l'accueillir dans quelques seconde. Il allait se prendre la honte devant tout le monde. Les clientes allaient bien rigolé, ce ferait un peu plus d'animation. On était pas dans un film, le prince charment n'allait pas arriver pour le rattraper. Et ensuite, Evans avait tellement l'habitude de se prendre les pieds dans tout et n'importe quoi qu'il passait plus de temps sur le sol que debout. Son poids tomba sur celui de quelqu'un assez robuste pour ne pas tomber sous son poids. Sa main se redressa dans les air, rééquilibrant son centre de gravité. Son corps se plaqua contre celui d'un hôte. Il ne s'attendait pas a être récupéré par le prince charment. Son regard se perdu dans le flou du mouvement. Avant d'être soigneusement guider vers le visage de l'hôte. La scène semblait irréelle. Ses yeux papillonnèrent en cherchant à comprendre la situation. Il n'avait pas chuté contre le sol. Ce contre quoi il se reposer maintenant était beaucoup plus confortable. Un rire jovial venu attirée son attention. Son visage se releva vers le son, étonné qu'il n'y en ai qu'un sol.

« Paquet réceptionné ! Oh, je connais cette étiquette ?
- étiquette ? »
arriva-t-il à peine à murmuré dans un souffle coupé.

Le jeune homme lui jeta un regard confus. Étonnée d'avoir était attirés dans ses bras. Son visage se mis à rougir en ce rendant compte que ses yeux l'analyser. Il n'était pas habituée à être fixée aussi longtemps sans être la cible de moquerie. Le doigts d'Antoine releva son minois vers le siens. Rendant encore plus rouges ses joues sous l'effet de la gêne. Ses yeux plongeaient dans ceux de son ''prince charment''. Ayant encore du mal à comprendre comme un être humain pouvait avoir de tel réflexe. D'un geste délicat, il dégagea les mèches de son front. Evan était subjugué. Son corps ne bougeait plus, encore serré contre celui d'Antoine. Ses yeux le fixaient remplis d'admiration sans vraiment comprendre encore très bien ce qui ce passer. Même Aleksei situer au loin avait eu du mal à savoir ce qui c'était passer. Il avait déjà du mal à gérer les quelques commandes de certaines clientes. Heureusement, Maxwell et Thomas attirée beaucoup plus l'attention que le spectacle sur le côté.

« Mes plus humbles salutations damoiseau tombé du nid, ravi de te revoir au club ! »

Le damoiseau en question ne pouvait pas toujours pas bouger. Poser confortablement contre son protecteurs. Il arrivait à peine à faire un signe de salutation au jeune homme qui l'avait sauvé d'une mauvaise chute. Le clin d’œil qu'il lui avait en plus accorder, le paralyser un peu plus. Il ne s'attendait pas à un tel accueil. Lors de sa dernier visite, il c'était pris une sacrée correction de sa part. Il en avait garder un souvenir mémorable. Mais ça ne l'avais pas empêcher de revenir. Étrangement d'ailleurs, mais ça expliquer pourquoi il pouvait être un peu surpris de le revoir. Evans se fit manipulée comme une petit poupée. Il fut remis sur ses jambes tout en restant beaucoup trop proche de l'hôte. Ce dernier semblait apprécier la proximité. Il le taquiner un peu. Touchant sa joue du bout des doigts en parlant d'une voix joyeuse. Il était éblouissant comme hôte. Le gamin le lâcha du regard pour fixé un peu plus les autres personnes présentes. Il était tout seul avoir l'exclusivité d'un seul hôte. Ce qui semblait attirée les foudres d'Alekseï qui galéré un peu beaucoup tout seul derrière son bar adorée. Son amis lui accorda un magnifique sourire gêné en restant concentré sur la proximité d'Antoine :

« Laisse-moi me rappeler, voyons... Mojito, c'est ça ? Ou tu veux de la découverte ?
- Heu… quelques choses de fort »
barbouilla-t-il ayant toujours du mal à comprendre ce qui lui était arriver.

Il se rapprocha du bar avec le barman assistant. Alekseï lui assigna une petite place à l'écart de la foule de clientes. Connaissant son amis par cœur, sachant qu'il voudrait absolument évité la foule de personnes. Antoine lui avait déjà fait un gros accueille. Il allait aussi avoir l'attention du jeune russe qui discuté de temps en temps avec des clientes. Evans se sentait relativement mal à l'aise dans cet endroit finalement. Il avait peut-être mal choisis son jours. D'un coup d’œil inquiet, il fit un léger sourire à Antoine avant de se penché sur le bar pour attirée l'attention d'Alekseï. Ce dernier avait eu du mal à gérer la situation au bar. Il l'ignora superbement, laissant un peu de temps à Antoine de s'en occuper à sa place. Pendant ce temps dans le bureau, Hugo s'était murée dans un profond silence dès l'entré du patron. Laissant seul Alistair avec ses démons. Il était à côté si ça tournée vraiment au vinaigre. Le latino écouté d'une oreille attentive. Le patron était déjà en mode réflexion sur la candidature potentiel du nouvel hôte. Dès le moment où Hayden rentra, ce fut le moments des hostilités. Les deux firent le manège habituelle, rendant Alistair très mal à l'aise. Les questions s'enchaînaient en même temps que les réponses fusait.

« Quelque chose me turlupine, qu'est-ce qui a mené à ton licenciement précédent ?
-... »


Alors qu'Hugo restait parfaitement stoïque sur toute les autres questions. Sauf que cette dernière l'intrigua un peu. C'est vrai que dans toute cette histoire c'était complètement loufoque qu'il finisse par devenir un hôte. Enfin, Alistair y avait témoignée un vive intérêt des le moment où il c'était réellement pris au jeu. Il aurait aimée entrouvrir les yeux pour relever la tête en signe de son intérêt. Mais Alistair l'aurais certainement gronder. Il se contenta d'écouté la suite en se murant dans son silences.

« J'ai été embrigadé dans une relation amoureuse vouée à l'échec, à terme j'ai fini par me renfermer sur moi-même. Après quelques jours, j'ai reçu mon licenciement. »

Hugo se mouva à peine un peu plus dans son coin. Ce genre d'histoire était vraiment les plus sinistre. Les paroles du patron n'était pas plus réconfortante. Les histoire de couple dans le travail était un sujet qui revenait souvent. Chacun avait sa position, Hayden était l'un des plus radical est s'interdisait toute relations avec des collègues ou la famille des collègues, Thomas et Maxwel eux avait prouver que ça ne les déranger pas. Hugo était un peu de ce genre. Il ne s'interdirait pas de sortir avec un collègue mais avec un clients surement. La raison principal était qu'un clients causerait des soucis de jalousie et d'autre tension. Ensuite les clients aimé le plus souvent l'image de l'hôte et non pas la personne tel qu'elle l'était. Malgré tout, l'histoire d'Alistair semblait bien différente. Il ne rentré pas dans les détaillée mais, y avait assez d'information pour donner une idée général de la situation. Le latino redressa un peu sa tête jusqu'à à peine touchée la cuisse d'Alistair. Ce dernier avait repris en main la conversation. Il avait même mis à mal le patron sur de lui. Le barman éclata de rire suite à toute ses question. Réussissant même à faire sourire l'endormis, un peu moqueur face à cette situation. Le petit nouveau était vraiment incroyable.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 207
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Dim 05 Aoû 2018, 23:43

Evans était purement et simplement en état de choc. Son visage était aussi rouge que celui de Thomas après les efforts matinaux, et ses yeux pétillaient d'embarras et d'une affreuse envie de pleurer. En vérité, il semblait réagir avec autant de théâtralité qu'une demoiselle dans une comédie romantique, ce qui ne manqua pas d'arracher un plus large sourire encore à Antoine si ce fut néanmoins possible. Le client bafouilla, se remettant sur ses pieds avec un léger tremblement.

« Heu… quelque chose de fort...
-On va voir pour ça de ce pas, après toi »
, l'invita Antoine avec élégance.

Il se décala, lui indiquant le bar, et voyant Alekseï se diriger vers le côté le moins occupé de celui-ci, il l'approcha de cette place avant de faire le tour du meuble au pas de course. Une cliente l'arrêta avec un sifflement un peu moqueur à l'égard de son attitude "de prince charmant" tel qu'elle le définit, le faisant glousser joyeusement. Il s'arrêta à sa hauteur pour lui prendre la main et mimer le baise-main, remerciant la "princesse" qui ne manqua pas d'éclater de rire, surtout quand Maxwell fit remarquer à Antoine qu'il n'était pas de corvée de divertissement, alimentant ainsi le rire de l'hôte et de la cliente. Il s'empressa de rejoindre Alekseï et Evans, s'emparant d'une carte au passage pour la poser devant le jeune homme avec un sourire rayonnant. Visiblement Alekseï ne parvenait pas à s'occuper à la fois de son ami et du bar, aussi l'hôte s'empressa-t-il, habile de ses mains comme de sa concentration, de donner tous les ingrédients et les verres à sa portée à son collègue tout en parlant toujours aussi naturellement avec le nouveau client embarrassé.

« Ce soir c'est soirée spéciale bar, expliqua-t-il. On vient de la lancer alors la boisson peut mettre un peu plus de temps, notre chef barman est un peu occupé, mais on est de bons apprentis, promis ! »

Il ponctua sa phrase d'un clin d'oeil, finissant de faire glisser habilement un verre vers Alekseï, et s'emparant d'un autre s'appliqua à commencer à concocter une des recettes du barman pour une cliente qui lui avait fait part de sa commande au passage, ce qui ne l'empêcha pas entre deux mesures d'indiquer quelques recommandations sur la carte remplie d'une dizaine de boissons tout au plus :

« Le Last Word revisité de notre club a déjà fait sa petite réputation chez les habitués, mais je peux te conseiller aussi un bon vieux Martini bien corsé. »

Il s'arrêta un bref instant dans sa concoction, se penchant par dessus le bar pour parler à voix basse dans la confidence.

« Et si tu te sens l'âme d'un James Bond, je peux te faire mon incontournable Vodka Martini, si tu gardes le secret auprès des autres clients. »

Il gloussa comme un enfant ayant fini sa diablerie avant de se concentrer sur l'achèvement de son cocktail, répondant d'une voix vivace à une perche que lui tendit une des clientes qui semblait bien le connaître. Il se faisait naturellement sa place dans le club quoiqu'il arrive et ce malgré ses nombreuses absences, il faut dire qu'il ne passait jamais inaperçu avec son punch habituel et ses traits d'esprit. Il releva fièrement son verre pour en admirer la couleur dégradée du cocktail, et avant que son œuvre ne fonde sous ses yeux s'empressa de poser la commande devant sa cliente qui s'émerveilla avec exagération à son plus grand amusement, comme un clin d'oeil discret entre eux-deux. Ses yeux bleus se posèrent à nouveau sur Evans, lui adressant un large sourire en attendant sa réponse. Malgré son habitude à jongler entre les clients, il semblait mettre un point d'honneur à s'assurer que le jeune homme avait tout ce dont il avait besoin dans son coin de bar, séparé des clientes bruyantes par Thomas qui faisait un magnifique mur anti-son par son calme habituel.

Alistair baissa un bref instant la tête vers Hugo : il venait de le sentir relever la tête, ses cheveux frottant contre le tissu de son pantalon et attirant son attention sur celui-ci. Sous sa serviette, il affichait un sourire amusé. D'un côté, il ne pouvait en vouloir à Hugo et Hayden de trouver la situation particulièrement poilante, mais lui ne pouvait se permettre de s'en amuser, puisqu'il était on ne pouvait plus sérieux sur le sujet. Il ramena ses mains devant lui, entre ses genoux, mais au lieu de les croiser puisqu'il tenait toujours les lunettes de Hugo il referma ses pouces et indexes sur les branches croisées de l'accessoire pour ne pas marquer les verres. William rabaissa un regard suppliant sur lui pendant un instant mais finalement soupira longuement. Il ramena sa main dans ses cheveux blonds, faisant danser ses boucles sur son front.

« Je n'ai absolument aucune expérience professionnelle pour ce genre d'entreprise précise. »

La phrase avait été lâchée, il ne pouvait plus faire marche arrière. C'était assez surprenant pour que Alistair, qui se tenait droit comme un piquet jusqu'à présent, en laisse retomber son dos contre le dossier du canapé, le fixant avec toujours autant d'insistance mais une pointe de surprise et de curiosité dans le regard. Le patron releva ses yeux azurs vers son visage, ses traits reprenant la délicatesse du calme olympien dont il savait faire preuve : c'était l'élément qui faisait clairement comprendre qu'il n'était pas n'importe quel patron en vérité.

« Je me nomme William de Ferval. Mon père est responsable de nombreuses entreprises nationales qui ont obtenu une importance capitale économique depuis quelques décennies. Il a prit la suite de son père qui lui-même avait reprit l'affaire montée à l'origine de son propre père.
-J'en ai entendu parler
, confirma Alistair, ce nom est à connaître dans le milieu économique et commercial.
-Cependant
, fit William d'une voix plus forte, si je ne rechigne guère à suivre les pas de ma famille, je n'ai pas le don qu'avaient mes prédécesseurs. »

Alistair releva un sourcil, penchant la tête sur le côté. Il détacha les yeux du visage froid de William quand Hayden passa devant : il s'était discrètement éclipsé vers le mini-frigo, prenant quelques boissons, et les déposa sur la table, devant les trois personnes présentes ; il s'empara de la dernière canette et après un bref regard échangé avec William se permit de s'asseoir à côté de lui, en silence. Le patron poursuivit :

« Mes études me permettent d'établir un plan de gestion de base pour la plupart des entreprises que père m'a présenté, cependant jusqu'à présent je n'ai jamais pu me débrouiller réellement sans les associés qu'il me présentait. Il y a cinq ans cependant, je me suis vu présenter un ultimatum : père me permettait de monter ma réelle entreprise afin de me faire mes propres expériences. Mon avenir dans ses entreprises, et donc mon avenir en tant qu'héritier des actions Ferval, dépend intégralement de ce que j'arriverai à faire avec cette entreprise. »

Il prit délicatement la canette qui était posée devant lui, et l'ouvrit avec un geste demandant de patienter, le temps qu'il se désaltère. Alistair ne détacha pas un seul instant ses yeux de lui : William avait l'allure, et l'histoire également, qui donnait l'impression qu'il refusait qu'un aliment ou un liquide ne touche ses lèvres s'il n'avait pas été auparavant préparé par le plus grand cuisinier qui soit. Cependant, il ouvrait naturellement la canette et la porta à ses lèvres sans la moindre gêne, mais toujours avec cette élégance d'un autre monde. C'était tout à fait irréaliste.

« ... N'ayant jamais réellement vu autre chose que ce que père me présentait, j'ai pris la décision de me lancer dans des recherches pour trouver ma voie. Je suis donc parti en voyage dans d'autres pays où père avait ses affaires, et en ait profité pour visiter d'autres entreprises locales. C'est au détour de quelques pays orientaux que j'ai découvert les clubs d'hôte. J'avais eu à de nombreuses reprises visité les clubs d'hôtesses, mais je ne m'attendais étonnamment pas à tomber sur l'équivalent masculin. Suite à cette découverte, cette idée m'a tourné dans la tête plusieurs mois durant, jusqu'à mon retour. J'ai fini par prendre ma décision, et un soir j'ai contacté Hayden et Maxwell. La semaine qui suivait, nous nous sommes retrouvés à cinq dans un café pour discuter de la mise en place de l'entreprise, avec Thomas, Antoine et Trisha.
-Trisha ?
-L'nom du club est composé des noms des fonda
, coupa Hayden. Maxwell, Antoine, Thomas, Trisha, Edouard et William.
-Trisha était en effet une des fondatrices, elle fut d'une grande aide
, confirma de façon évasive William.
-Et Edouard ? »

William commença à entrouvrir les lèvres, mais il les referma pour darder un regard sur Hayden. Celui-ci s'appliquait à fixer le mur d'en face en finissant sa canette. Le blond sourit légèrement.

« Nous avions besoin de quelqu'un pour la mise en place technique et informatique, déclara-t-il simplement avant de rebondir : C'est ainsi que quelques temps plus tard ouvrit le Club Matthew.
-Et ce sans la moindre expérience réelle
, conclu Alistair.
-Hayden, Maxwell et Antoine sont très expérimentés sur bien des plans, malheureusement cela n'a pas suffit à combler le déficit. »

William fixa honteusement ses pieds, se raclant la gorge comme pour encourager à un changement de sujet. Il sursauta quand soudain Alistair s'empara d'un des documents se trouvant sur la table, et s'élança presque pour le récupérer, en vain car le moustachu se détourna en direction d'Hugo, passant la main au dessus du dossier du canapé pour regarder le document à distance raisonnable du patron qui suait à grosses gouttes.

« Je regardais depuis un moment du coin de l’œil, ceux sont les recettes du mois ?
-Quel outrage !
, s'exclama William avec colère.
-Yup, j'les ai terminées hier 'vec Max, c'pas tip top. »

William lança un regard assassin à Hayden, mais celui-ci secoua la tête à son attention : il ne comptait pas le soutenir sur ce point, quelque chose lui disait pour sa part qu'il était particulièrement important de donner ces documents à Alistair. Alors que ce dernier les lisait avec attention, William porta un regard plus interrogateur sur son barman.

« Hay... ?
-Alice est un économiste, William, 'vec une expérience d'comptable. Y saura bien mieux qu'n'import'qui du club s'charger d'ça.
-Mais ceux sont des documents confidentiels !
-Y l'sont 'partir du moment où j'le décide et où j'les enregistre légal'ment, c'pas l'cas d'ceux-là »
, lui fit le barman en jouant des dents sur sa cigarettes.

Le patron fronça les sourcils, mais finalement soupira et se retourna vers Alistair. Celui-ci plaqua soudain son document sur la table basse, faisant sursauter le blond.

« ... Cela est parfaitement inadmissible.
-Pardon ?
-Vous tenez cette entreprise à perte depuis quatre ans ? Avez-vous donc perdu la tête ?
-Y s'disait qu'ça s'arrang'rai 'vec l'temps.
-Hé !
, protesta William face à la langue déliée du barman.
-La répartition des financements est à la limite du ridicule, vous n'allouez aucune de vos rentrées d'argent à la publicité. Et cette dépense ? Parfaitement injustifiée. »

William rentra la tête dans les épaules. A mesure que Alistair en rajoutait, il se faisait de plus en plus petit, et à la moindre plainte qu'il tentait de soulever, le moustachu s'empressait de lui pointer une nouvelle erreur, tandis qu'Hayden soutenait parfaitement son nouveau collègue en insistant sur l'importance du fait que Will l'écoute : le barman semblait avoir trouvé la personne idéale pour remettre William sur le droit chemin face à ses défauts en gestion d'entreprise, mais cela risquait de prendre de longues heures alors qu'au dehors les hôtes se démenaient avec les clientes au bar. A dire vrai, après quelques minutes, Alistair et William s'étaient déplacés vers l'ordinateur pour commencer à remettre en place certains points de finance et refaire certains documents, tandis qu'Hayden s'était étalé sur le canapé du patron, face à Hugo, fumant tranquillement sa cigarette qu'on avait finit par lui autoriser d'allumer. Il écoutait d'une oreille inattentive les discussions enflammées des deux hommes, mais ses yeux finirent par retomber sur le pauvre hôte aux yeux couverts.

« ... T'as mis tes gouttes ? », lui demanda-t-il à voix basse d'un ton attentif.



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
 
Bienvenue au Club Matthew
Revenir en haut 
Page 8 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
 Sujets similaires
-
» Bienvenue à Pierre Raymond!
» Bienvenue Laurent
» Club de medecine
» Club de Shogi
» Achats groupés club?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Evolutive RPG :: Temporaire-
Sauter vers: