Un monde libre qui ce model suivant vos envies et vos personnages
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Bienvenue au Club Matthew

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
Heathcliff

avatar

E-mails : 185
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Jeu 08 Fév 2018, 02:13

Maxwell regardait le bar, un air dépité sur le visage. Ses yeux étaient encore légèrement humides à l'intérieur, mais leurs contours étaient partiellement rouges, irrités, et particulièrement secs. Il dessinait du bout des doigts des cercles sur le bois vernis, ses cheveux retombant toujours légèrement sur son visage pâlichon. Le prince déchu n'était pas bien beau à voir. Il parvenait tout de même à se rattacher à la conversation, s'y agrippant comme à une branche d'arbre pour ne pas retomber plus bas, aussi ses traits étaient plus détendus. Seuls ses sourcils étaient crispés, faisant naître une profonde ride du lion entre ses yeux : cette fameuse ride que gagnaient rapidement les hommes grognons et les mamans aux enfants trublions. Hayden remarqua cela du coin de l’œil et laissa échapper un rire, s'imaginant Maxwell remonter les bretelles de William comme une mère le ferait pour son enfant. En général c'était plutôt proche de cela... Mais en beaucoup plus physiquement violent.

« On peut toujours espérer qu'il ne soit pas encore fixé sur le thème, il peut peut-être choisir en fonction de ses entretiens non ? »

Maxwell releva la tête vers Hugo, semblant un instant tempérer ses pensées. Oui, c'était une possibilité à prendre en compte. Malgré la destruction d'espoir qu'Hayden avait commis sur lui, Maxwell voulait toujours croire que le patron avait un tant soit peu assez de sérieux pour ne pas s'emporter complètement et prendre en compte l'arrivée d'un nouvel hôte dans l'équipe, ce qui engendrait certaines modifications pour son intégration à l'équipe et à la carte, mais également son entretien avec Alekseï. Ses yeux croisèrent le visage du jeune homme alors que ses pensées glissaient vers lui : il était blême. Alekseï n'était pas du genre à avoir beaucoup de couleurs en temps normal, il avait une sorte de capacité spéciale pour prendre l'air le plus froid possible en temps normal, capacité dont il avait dut user bien vite en présence de Hayden qui le troublait tant, cela n'avait échappé à personne. Il faisait tout son possible pour porter un masque de glace en toutes circonstances, mais il lui arrivait tout de même de rougir, trébucher sur ses mots, ou encore que ses yeux pétillent que ce fut de tristesse ou de joie. Tout cela le plus souvent déclenché par le barman ici présent. Mais malgré la froideur dont il faisait la plupart du temps preuve, Alekseï pouvait pâlir encore plus dans certaines circonstances. Maxwell détailla son visage, mais ne voulant pas attirer son attention ni l'embarrasser de l'attention que lui-même lui portait il détourna rapidement les yeux : décidément, qu'est-ce que William lui voulait ?

« C'est encore trop tôt pour parler d'hiver, rappela Maxwell à Hugo pour revenir au précédent sujet avec un léger sourire en coin. Et la soirée à thème d'automne est déjà prévue pour la date précise me semble-t-il ?
-Yup !
, confirma Hayden d'une voix forte au dessus du crépitement de la poêle dans ses mains.
-Enfin un thème auquel on peut se préparer en avance au moins. »

Disant cela, l'hôte glissa la main de l'autre côté du bar. Ce n'était pas de la même façon que Hugo, avec cette fausse discrétion qui était sa signature depuis le temps, et ce n'était pas dans l'intention de subtiliser quelque chose du château fort du barman. Il le faisait naturellement, connaissant les cachettes de Hayden sur le bout des doigts, s'emparant d'un cure-dent dans un des paquets que Hayden gardait caché dans une encoche pour les ajouter à ses amuse-gueule ou encore pour en mordiller un quand de frustration il se retrouvait en proie à une envie de cigarette sans pouvoir l'assouvir. Il porta lui-même le cure-dent à ses lèvres, et du bout des dents commença à jouer avec la brindille. Ses longs cils clairs retombaient sur ses yeux qui, à la lumière tamisée du bar, tendaient plus vers le vert que le bleu cette fois-ci. Derrière ses pupilles, il se peignait la scène d'une soirée sur le thème des îles, ainsi que l'avait suggéré Hugo, pensif. Le bar était calme à cette heure-ci, silencieux, si bien que seuls les bruits de cuisine de Hayden se faisaient entendre entre les brins de conversation. Maxwell fronça légèrement les sourcils : ce n'était pas d'exaspération, plutôt un réflexe indiquant qu'il avait soudain eu une idée alors qu'il mordait dans son cure-dent.

« Ooh... »

Il retira le cure-dent d'entre ses lèvres et pointa Hugo avec, ne lâchant toujours pas son arcade sourcilière des deux doigts qui la supportaient au dessus du bar. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres.

« J'en oublie presque que l'automne signifie le retour au travail pour beaucoup de personnes, un thème des îles c'est comme un dernier retour sur les plages avant de s'enfermer dans un bureau, une dernière étincelle d'espoir ; plutôt malin comme idée Hugo. »

Il lui sourit sincèrement, se mettant à utiliser le pointe assouplie par sa légère mastication du cure-dent pour dessiner sur la surface du bar des cercles à nouveau, sans appuyer pour ne pas laisser de trace. Hayden laissa échapper un chuintement rieur qui se perdit presque derrière le frottement de poêle qui retentit alors qu'il faisait glisser l'une d'entre elles hors de la plaque chauffante sur un plan de travail thermorésistant.

« 'L'est pas toujours stupide l'marmot ! »

Maxwell laissa à son tour échapper un soupir rieur, l'intérieur de ses sourcils se relevant légèrement au dessus de ses yeux légèrement plissés : « Tu exagères de toujours te moquer de lui comme ça » se dessinait sur son visage, bien qu'il se contenta de la pensée et n'y joignit ni la parole ni le geste de sanction. Hayden plaisantait toujours ainsi quand la clientèle était absente. Le barman retira sa deuxième poêle de la plaque chauffante, quelques « bip » se firent entendre puis il aligna les assiettes sur son espace de travail. Il s'empara de trois anneaux métalliques assez épais et les posa sur les assiettes, puis s'emparant d'une cuillère plate épaisse il plongea le couvert dans une des poêles et commença à en verser le contenu dans un anneau : il s'agissait d'un riz assez épais, le grain avait pris une couleur légèrement marron sous l'effet d'un assaisonnement appliqué et d'une cuisson qui l'avait fait rougir en un rien de temps, faisant ressortir quelques grains blancs de sésame et quelques points noirs qui s'avéraient après plus précise inspection être des herbes diverses. Il étala le riz dans les trois anneaux, remplissant l'espace intégralement puis aplanissant le dessus d'un geste vif et précis, sans écraser le riz, mais avec suffisamment d'insistance pour le rendre plus compact. Repoussant une petite quantité de riz resté dans la poêle, il récupéra les grains qui se trouvaient plus au fond, plus croquants et rougeâtres que les autres encore, pour saupoudrer les trois pâtés de riz. Disposant de la poêle, il s'empara des trois anneaux et les enleva. Le geste sembla vif et désintéressé, mais il avait agit avec une minutie presque chirurgicale, son geste n'étant rapide que sous l'effet d'une grande habitude, si bien que tout était resté parfaitement en place dans les assiettes.

Le riz étant dressé, il s'empara de la seconde poêle et avec la cuillère retint le contenu. Il pencha légèrement l'outil de cuisine au dessus des assiettes et versa une partie du contenu sur le riz : une sauce claire se déversa sur les grains, suffisamment liquide pour ne pas éclater l'amas compact et à la fois suffisamment épaisse pour s'étaler d'elle-même sur le dessus. Il déplaça légèrement la poêle sur le côté, déversant à chaque fois un peu de sauce à côté du riz, dessinant une légère courbe avant de passer à l'assiette suivante. Bien que cela sembla être extrêmement complexe, Hayden réalisait le plat avec agilité, sans perdre une seconde, aussi rapidement que s'il s'était contenté de déverser le contenu des deux poêles en se contentant de partager les ingrédients de façon équitable. Il était visiblement habitué, et un pétillement dans ses yeux laissait entendre qu'il s'amusait grandement à faire cela. En ayant terminé avec la sauce, il releva sa cuillère pour libérer ce qui se trouvait au dessus de celle-ci et s'en empara pour le déposer dans les assiettes, deux dans chaque : il s'agissait de petits cylindres blancs. La sauce, crémeuse, blanche mais laissant apparaître un léger ton perlé, recouvrait les six formes lisses dont le dessus semblait doré sous la couche de liquide. Une odeur de mer se fit sentir au dessus de l'odeur de riz. Des noix saint-jacques sans nul doute. Hayden s'empara d'un des pots à côté de lui, et du bout des doigts s'empara d'une pincé d'herbes fines, les faisant tomber comme de la neige sur les noix.

Satisfait de son travail de chef, Hayden écarta la poêle et s'empara d'une assiette qu'il déposa habilement sur son avant-bras, avant de pincer des doigts les deux autres assiettes, se dirigeant vers ses collègues. Il déposa une première assiette devant Alekseï, la seconde devant Maxwell. Récupérant la troisième, il la déposa de son côté du bar, attirant sa chaise derrière lui pour s'y poser, et tirant quelques couverts les distribua aux deux jeunes hommes. Maxwell observa le moindre de ses gestes : il avait été comme hypnotisé pendant un moment alors que Hayden créait son plat, il l'était le plus souvent quand le barman réalisait un plat ou un cocktail, et il fallait dire que ses gestes avaient quelque chose d'une danse millimétrée, de ces chorégraphies qui avaient une esthétique surprenante. Mais lorsque Hayden s'était simplement assis, leur souhaitant avec un sourire élégant et en supprimant son accent comme il le faisait avec les clients un bon appétit, Maxwell avait dardé sur lui un regard plus sévère.

« Hayden... »

Hayden releva le nez, stoïque : ses paupières retombaient légèrement sur ses yeux, cela aurait presque paru hautain, mais le léger écartement entre ses lèvres exprimait plutôt un air interrogatif mais aussi légèrement sur la défensive, ayant ressenti l'accusation sous-jacente dans le ton de Maxwell. Ce dernier fit taper ses ongles sur le bar de façon alternative pour faire résonner son impatience. Le barman pencha la tête sur le côté, et l'hôte lui fit un signe du menton, indiquant Hugo. Cette fois-ci, le barman ne put retenir un sourire fripon, un de ses sourires qui commence par un légère grimace du nez creusant la rondeur des joues, puis se détendait un instant avant d'étirer complètement les lèvres, chaque commissure atteignant presque le milieu de ses joues rebondies, l'ivoire des dents parfaitement visible et étincelants, presque carnassier compte tenu de la forme légèrement plus appointée des dents du barman.

« M'sieur n'veut pas qu'j'l'empoisonne, c'plus prudent comm'ça !
-Hayden. »


Hayden laissa échapper un rire, glissant ses doigts à la pointe du manche et plantant sa fourchette dans une noix de saint-jacques avant de pointer cette dernière vers Hugo, légèrement penché au dessus du bar comme s'il allait lui donner à manger.

« J'plaisante ; tiens, goûte-moi ça ! »

Il attendit que Hugo s'empare de la fourchette que ce fut d'un coup de dent ou de la main directement pour lâcher le couvert et prendre l'assiette de la même main, l'autre était ramenée sous son torse penché comme il en avait l'habitude en s'accoudant à son bar, déposant le plat devant le pauvre hôte affamé. Il se releva ensuite, retournant vers son plan de travail, et sortit une autre assiette pour en quelques gestes habiles récupérer ce qu'il avait laissé de côté, c'est-à-dire exactement la même quantité de riz et de noix de saint-jacques que ce qu'il avait servit à chacun dans chaque poêle, pour réaliser en moins de temps qu'il n'en fallait à Hugo de terminer ses deux noix exactement la même assiette, et revint auprès des autres hôtes. Maxwell lui adressa un léger rire hautain, comme pour rabaisser sa blague de mauvais goût, mais Hayden se contenta de hausser les épaules : il n'avait jamais été qu'un mauvais clown. Un bruit retentit alors, faisant se redresser le barman comme par réflexe. Il s'était relevé de toute sa hauteur, un léger sourire sur le visage, dardant un regard professionnel sur l'entrée. C'était la clochette d'entrée qui avait retentit, surprenant un peu tout le monde à l'intérieur, avant que Hayden ne reconnaisse l'élégante moustache du nouveau venu.

« Oh ! B'jour Alis' !
-Bonjour
, répondit l'intéressé avec un léger soupir d'aise tout en retirant ses lunettes de soleil qu'il accrocha à sa chemise. Son visage se crispa aussitôt d'exaspération : Arrête de m'appeler Al... Aah, bon sang, tant pis. »

Hayden laissa échapper un « youpi » victorieux et légèrement ironique, visiblement content que Alistair ait abandonné l'idée de lui faire ravaler son surnom. Ce dernier leva légèrement les yeux au ciel suite au rire du barman, se contentant d'avancer dans le club avec son manteau toujours sur l'épaule, se dirigeant sans se presser vers le salon du staff. Il glissa un regard vers le bar, détaillant les assiettes dessus. Un doux fumet s'en échappait, tant des ingrédients que de l'assortiment en lui-même. Une odeur légèrement forte, luxueuse, crémeuse. Il releva un sourcil.

« Noix de Saint-Jacques... ?
-Yup !
, confirma fièrement Hayden en bombant le torse. J't'y f'rais goûter si tu viens m'faire la bise, "Alice" !
-Passe »
, répondit froidement Alistair sans relever l'exagération mise sur son surnom et en lui adressant une légère grimace, tirant grossièrement la langue avec la bouche entrouverte.

Le barman fit la moue, mais haussa les épaules avec un léger sourire quand Alistair ajouta qu'il avait déjà mangé et qu'il y goûterai donc une autre fois. Le nouvel hôte reprit donc tranquillement son chemin, saluant tout de même Alekseï, Hugo et Maxwell tour à tour d'un signe de tête. Il croisa le regard fatigué du dernier, mais ne s'arrêta pas dessus, semblant presque ne pas y faire attention, avant de disparaître dans l'autre pièce pour déposer ses affaires dans son casier.



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 169

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Ven 09 Fév 2018, 12:13

Son idée ne semblait pas convenir pour une soirée à thème. Dommage, il aurait bien vu la sol décorée de quelques palmier avec un peu de sable sur le sol. Des canapé au style d'Amérique du sud avec des liseuse extérieur et des canapés stressé par des palmier. Il aurait pu s'accorder sur un thème américain des premières année de la colonisation, avec des tissus léger et un service à l'anglaise. Sinon, il pourrait mettre l'accent sur l'exotisme avec les îles, des vêtements traditionnel d'Hawaï ou des Caraïbes. Le mieux aurait été une invitation à découvrir les rives du Mississippi avec une bonne odeur d'épice dans le clubs. Un thème où Hugo aurait été comme un poisson dans l'eau, c'était une grande partie de la culture que sa grand-mère lui avait transmise. Après, c'était le patron qui avait le dernier mots. Il l'imaginais déjà arriver avec une idée saugrenus comme des oreilles de lapins et une tenus un peu trop sexy sur le modèle des Bunny girls. Le port de lunette de lapin pourrait être marrant. Avec une petite queue en pompom. Mais, il était aussi capable de nous ramener avec une idée encore plus folle, et ça ne servait à rien d'essayer de l'imaginer. Hugo tournait en réfléchissant. Son thème lui plaisait bien quand même, surtout en cette période de l'année où les gens sont un peu blasés. Quand on est sur une îles on se laisse toujours emportée par la musique, l'alcool et le calme ambiant. Il s'arrêta de faire mumuse quand Maxwell fit un Oh intrigant. Ses mains bloquèrent le tournis juste devant le corps du princes. Il avait fait le tour du Bar et était maintenant face à face.

« J'en oublie presque que l'automne signifie le retour au travail pour beaucoup de personnes, un thème des îles c'est comme un dernier retour sur les plages avant de s'enfermer dans un bureau, une dernière étincelle d'espoir ; plutôt malin comme idée Hugo. »

Hugo afficha un grand sourire, non pas gamins mais, plutôt simple. Se redressant en signe qu'il acceptée le compliment avec plaisir. Son visage ce plaça entre ses deux mains pour se mettre à la hauteur de la conversation. Il n'avait pas pousser la réflexion aussi loins, manque d'expérience sans doute. Il pensait surtout que les îles pouvait donner une dernière touche de fraicheur avant d'attaquer les périodes froide avec tout les festivité qui s'accompagner. Les prochains thèmes de soirée devrait être la fête  d'Halloween et Noël. Pas réellement des moments où les gens avait envie d'être dans des îles, mais plutôt dans un espace feutré et chaud.

« L'est pas toujours stupide l'marmot ! »


Évidement, Hayden était obligée de ramener son grains de sel. Le visage du latino s’arrondit comme celui d'un ballon. Il faisait une moue vexé d'un enfant. Sa lèvres inférieur dessina un arc vers le sol. Le jugeant d'un regarde noir, le cuisiné du dimanche.

« C'est toi qui parle »
fit-il comme si la remarque ne l'atteignais pas.

Hugo arrêta de tournée avec son tabourée. Son interêt était passé rapidement, maintenant il chercher quelque choses de plus drôle à faire. Son regard balayée la salle, mais rien ne semblait réellement l'interesser. Se redressant pour aller regarder derrière le bar. Il chercher un peu tout et n'importe quoi, principalement pour s'occuper l'esprit. C'était un mauvais réflexe. Alekseï lui jettait un air désabusée, la fausse discrétions d'Hugo était ridicule. Il était certainement plus agée, pouvait même agir comme seulement, le latino ne prennait pas grand plaisir à l'être. Son visage se posa sur cette silhouette plutôt grande et assez carrée. Hugo lui tournée le dos, laissant son champs grand ouvert à son analyse. Il était beau garçon, c'est une des caractéristique qui fallait de toute façon pour travailler dans ce métier, avec ses cheveux bouclée et sa peau métisser. Dans un contexte d'île, il aurait été la véritable touche d'exotisme. Un peu comme à la maison. Dommage que son comportement gamin était parfois un peu lourd. Hugo et Aleksei semblait avoir des caractères échanger, mais il s'entendait bien quand même. Hugo avait tendance à être assez protecteur avec lui. Beaucoup, plus que les autres qui était plus dans l'apprendissage ou l'endurcissement. De toute façon, le club ressemblais un peu à une grande famille, Hayden et Maxwell était la maman et le papa du groupe. Leurs caractère mature et réfléchie, en plus de leurs ancienneté faisait d'eux les principaux piliée du clubs. Le frère ainée était Antoine, le fils un peu prodige, indépendant qui état toujours la pour donner des conseils. Suivie d'Hugo et Thomas, l'un était foufou et protecteur, un peu stupide sur les bords mais toujours présent pour aider. L'autre était plus renfermer mais, n'était pas moins un soutiens quand on avait besoin de lui. Aleksei était évidement le dernier de la fatri pour son âge et son manque d'expérience. Resté Alistair qu'on pouvait placer comme un frère ainé avec Antoine. Le patron était peut-être la personne la plus difficile à classé, un oncle peu présent mais, qui bouleversé toute la famille à son arriver. Un ancien amant de maman ou même, le père à la place de Maxwell. Alekseï partie trop loin dans ses pensés. Le plus jeune reprenait un peu plus son teint blanc, limite on pouvait dire qu'il reprennait des couleurs. La pensés de l'entretiens avec le patron s'éloigner, plutôt avait été chasser de son esprit par ses bétises.

Ses yeux retombèrent sur Hayden qui préparée à manger. Il n'avait pas besoin d'avoir fait de grande maison pour avoir une technique simple mais impressionnante. Certains grands chefs demander à apprendis de faire des show lors des dressage voir lors des préparations. La plus part du temps les actions était forcée et peu naturelle,  très recherche pour pas grand chose, tout le contraire de ce que faisait Hayden. Le barman prenait plaisir à dresser joliment ses assiètes, comme quand il préparée ses coktails. Sa concentrations semblait parfaite. Des geste simple mais très précis, le dressage se faisait naturellement comme si c'était une évidence de monté ses assiète de cette manière. Alekseï avait été capturée par ce ballais cuisinière.  Il écouté au loins la conversation, mais était absorbée par l'élaboration du dressage, le fait que soit Hayden n'apporter qu'un plus. Son corps se pencha légèrement en avant pour mieux observé. Son corps légèrement tendu par l'attentions. Il aurait été difficile de croire que c'était la cuisine qui le passionné autant et pas le beau barman qui hanté ses rêves. Il ne remarqua même pas que c'était à son tours de ce faire analyser par le latino. Hugo avait arrêter de jouer au ninja pour volée le barman. Il s'était redresser sur ses jambes tout en collant le bar. Ses bras c'était enroulée pour faire un nid, sa tête se posé au milieux. Il fixait Maxwell avec un regard enfantin. Le vampire machouiller comme un vieux marin un cure dent. Hugo boudonner, lui on lui reprocher de faire ça et toute le monde, pouvait le faire sans qu'on le gronde. Evidement, cette pensés était exagéré, mais l'art théatral du latino était légendaire. Hugo repoussa sa masse de cheveau loins de son visage. Ses boucles était tombée sur son visage, cachant son champs de vision. Le prince du clubs dénotée de son image royal, aux comportaments irréprochable. Il était classe quand même.

Les assiètes commençèrent à sortir de leurs état de préparation. Hayden donna une assiète à chacun sauf évidement à Hugo. Le pauvre regardait le service avec des grand yeux envieux et remplis d'impatience. Alekseï n'osait pas touchée à son plat. Préférent de loins analyser les différentes préparations et humée le doux parfum des saints jacques, un peu salée qui s'accorder avec le riz parfumée. Hugo fixé Hayden avait un air de plus en plus mauvais, espérant ne pas comprendre ce qui de toute manière ce jouer devant lui. Il n'aurait pas osés. Malheureusement, il perdu sa confiance en le voyant s'installée confortablement sur son trône derrière sa forteresse. Hugo jetta un regard ridiculement pitoyable à Maxwell pour avoir un soutiens quelconque. Il avait déjà entendu le prince prendre sa défence. En vrai, il ne pensait pas Hayden capable de le laissé mourir de faim. Il serait beaucoup plus chiant que de lui donner une part de sa préparation. Hugo s'avait tapée sur les nerfs quand son appétie grondée.

« M'sieur n'veut pas qu'j'l'empoisonne, c'plus prudent comm'ça !
-Hayden.
-T'as eu trop peur que je te critique »
marmonna Hugo à la limite d'être dégoutée.

 Il se redressa sur le bar, attrappant une bouteille prêt à la menacée, sans réelle intentions de les mettres en pratique, pour avoir une toute petite part de cet nourriture à l'allure délicieuse. L'odeur avait réveillée son estomac qui grondé comme un monstre dans son ventre. Il attrappa l'assiète d'Alekseï qui eut du mal à la garder près de lui. Il ralais comme un gamin alors que le russe resté stoique en essayant de barrée les attaques répétés du latino. Finalement, Maxwell finis par faire entendre raison au barman qui tendu une fourchette latino. Hugo avait raison, hayden ne pouvait pas l'abandonner à la famine.

« J'plaisante ; tiens, goûte-moi ça ! »

Aussitôt avait-il tendu le bout de métale que ses dents venait se refermer dessus. Il lacha l'assiète d'Aleksei qui pu la récupéré en parfaite état, miracle. Le russe jetta un regard noir vers le Latino, près à lui reprocher d'agir comme un gamin. Mais Maxwell au milieux, lui semblait une assez bonne protection pour uniquement s'interesser à manger son plats avant une autre attaque du ventre sur partes. Hugo avait l'air d'un gros gourmand. Ses lèvres se refermèrent en récupérant la fourchette. Ses papilles pétillée de plaisir. La saint Jacque était bien cuite avec une bonne sauce qui s'enroulée sous le palais. Des étoiles dans les yeux en lâchant un oui victorieux en venant reprendre une bonne cuilléré. Il jeta un regard à Maxwel plein de gratitude et de malice. Hayden n'était pas un méchant au points d'affamé les gens. Il perdrait son honneurs de barman s'il faisait ça. Hugo pris de bonne fourchette qui envoyait dans sa bouche en prenant le temps de dégustée longuement le plats. Tout le contraire d'Aleksei qui préféré prendre des petites bouchées pour savourée les différentes épices et textures :

« Tu devrais prendre le temps d'apprécier ce que tu mange, Hugo » fit remarquer Alekseï en voyant l'assiette diminuer a vus d'oeil
-Mais, j'apprécie le poison d'en fait pas ! » se moqua-t-il en réponse.

Il n'eu pas le temps de continue sa mauvaise blague quand la porte s'ouvrit sur un nouvel hôtes. Hugo mis quelques seconde pour regarder le nouvel arrivant. Ce dépéchant de remettre ses lunettes de soleil sur le bout de son nez. Sa tête plongéait dans son assiète pour mangé un saint jacques. Il machait machinalement en se tournant vers Alistair. Le garçon s'était fait accuillir par les salutations de tous, particulièrement d'Hayden qui aimé le taquinée. Le latino lui fit un de ses plus beau sourire avant de retourné dans son assiètes. Il était un peu plus à la moitié quand il s'apperçut qu'Alistair parter pour les vestiaire. Hugo arrêta de manger pour regarder vers la porte qui conduissait à l'espace reséver des hôtes. Il devrait peut-être aller lui en parler maintenant. Son visage retomba sur celui d'Hayden, comme pour lui faire comprendre ses intentions. Il avala une dernière bouchée avant de se relevé. Il allait évité d'en parler devant Maxwell et essayer de le faire discrètement, autant qu'il le pouvait :

« Je vais aller mourir au toilette »


Il partie en directions des vestiaires en quelque pas. Il n'eut pas à cherche longuement pour tomber sur la silhouette élégante d'Alistair. Le jeune hôte venait de finir de ranger ses affaires dans son cassier. Parfait, il l'aborda avec un de ses plus beau sourire. Mais contrairement à son enthousiasme dont il faisait preuve d'habitude, il se contenta d'une approche simple et assez sérieuse :

« Bien dormis ? Il avait du mal à savoir comment abordé la conversation, ce qui était plutôt rare pour un hôte, Pas trop stressé par l'arriver du patron ? »

Hugo se posa contre le cassier à cotée de celui d'Alistair. Il se frotta ses boucles comme pour faire jaillir les idées. Il croisa les bras et parla sur un ton assez calme. Il ne souhaité pas ce faire entendre dans l'autre pièce. Sa voix garda un ton assez bas pour expliquer ce qui se passer à son collègue :

« Je voulais aussi te prévenir que Thomas et Maxwell ont eu une grosse dispute lors de leurs jours de congé. Leurs relations est assez tendu, tu as du remarquer la tête de Maxwell ? il posa une courte pause, Si tu veux je t'expliquerais tout en détail, mais le plus important, c'est d'évité de leurs en parler et puis Hayden nous a demander de ne pas les laissais ensemble devant les clientes aujourd'hui. pour évité des situation embarrassante. »

Il avait conscience d'aller vite dans ses explications. De plus, il le prenait un peu au dépourvus. Seulement, y devait faire attention avant que les question gênante n'arrive. Il fallait évité que quelqu'un d'autre qu'Hugo mettent les pieds dans le plat avec une sensibilité digne d'un éléphants. (les éléphants sont très sensible mais très imposant aussi).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 185
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Ven 09 Fév 2018, 15:33

Alistair ouvrit la porte du bureau et y pénétra sans plus de panache tandis que le regard de Hugo traînait sur son dos. Hayden s'installa proprement sur sa chaise, commençant à manger son plat dans un silence et un calme presque surprenant de sa part, quand soudain Hugo se releva, comme d'un bond, déposant sa fourchette. Son assiette était déjà partiellement finie, la sauce s'était éparpillée dans les grains de riz alors qu'une des noix de Saint-Jacques avait littéralement disparu de ce plan de l'existance. Hayden laissa son regard glisser dans l'assiette un moment avant de relever les yeux vers le latino qui bondissait tel un cabris en direction des vestiaires.

« Je vais aller mourir au toilette »

Leurs regards se croisèrent un bref instant. Hugo avait ce regard pétillant et complice de celui qui allait faire quelque chose dans le dos d'une personne, à savoir dans le cas présent Maxwell. Il avait un léger froncement de sourcils qui témoignait du sérieux de son acte néanmoins. Hayden, lui, ne répondit pas à cette expression : le regard de Maxwell traînait à l'occasion sur son visage, et l'hôte savait mieux lire les expressions que quiconque dans ce club, il aurait eu tôt fait de comprendre ce qu'il se passait. Il n'était pas dupe cependant, sans doutes le savait-il déjà, mais inutile de centrer son attention sur cela pour autant. Aussi, l'expression qu'Hayden afficha et le sourire qu'il lui lança exprimait quelque chose de complètement différent : il avait ses lèvres étirés en un sourire, ses paupières légèrement tombantes. Ce n'était pas un sourire hautain, ses commissures tiraient les muscles de son visage vers le haut, courbant son regard en quelque chose de doux et sensible. Il semblait tout simplement content d'avoir pu voir Hugo apprécier son plat. Son expression s'effaça aussitôt le latino disparu dans l'autre pièce, et le barman replongea sur son plat, toujours silencieux comme ses deux collègues présents.

La pièce du staff était bien plus lumineuse que le reste du club. A l'occasion, Hayden aimait en parler comme d'un salon privé, la cause en était un épais canapé d'angle, comme ceux du club, mais en cuir marron et affaissé par le temps qui leur servait pour se reposer et discuter à l'occasion autour d'une table en verre. On aurait pu penser que cela dénotait d'un certain luxe, mais le canapé était de toute évidence de la récupération, et le verre de la table s'avérait être une imitation en plastique. Cela était bien plus simple à nettoyer et à déplacer après tout. Ce petit espace se trouvant juste devant la porte séparait des casiers qui étaient posés le long du mur à côté, des casiers en hauteur et en métal comme on aurait pu en trouver à la piscine municipale presque. Un psyché avait été posé à côté des casiers sur l'autre mur qui faisait l'angle, un grand miroir inévitable pour ceux qui souhaitaient arranger leur tenue, que ce fut dans le cadre d'une soirée ou simplement pour se changer avant et après le travail. Le miroir aurait dû servir pour des uniformes pour le club, mais les règlementations à ce propos n'avaient à ce jour jamais été couchées sur papier, et les uniformes avaient donc été oubliés. Une grande tringle métallique était accrochée au plafond entre le canapé et les casiers, un rideau plastifié était rabattu sur le côté comme un rideau de douche : il était évidemment présent pour permettre de se changer dans un semblant d'intimité.

En face des casiers, rendant l'espace plus clos, se trouvait un bureau métallique sur lequel reposait un vieil ordinateur, de la récupération à priori mais qui avait été modifié pour augmenter la puissance et permettre l'utilisation de logiciels particuliers dans le cadre du travail. L'ordinateur était ainsi depuis avant l'arrivée d'Hugo, il ne savait donc pas qui était en charge de celui-ci à l'origine, puisque la personne qui l'utilisait le plus outre le patron lui-même n'était autre que Hayden, le barman qui pourtant semblait préférer le papier à la technologie. Ecran carré, clavier, souris, casiers trieurs, tout l'équipement était là, un peu vieillot mais bien présent, relié à une multi-prise qui distribuait le courant également pour un mini-frigo réservé à quelques boissons pour les hôtes venant se reposer, ou à leurs repas lorsque occasionnellement ils décidaient d'en apporter de chez eux bien que Hayden se charge le plus souvent de leur faire des collations avec les restes des repas qui étaient servis occasionnellement aux clients. Ce n'avait pas été le cas depuis un bon moment, la faute à un changement d'horaires exceptionnel. Le petit réfrigérateur faisait face à une table ronde entourée de quelques chaises hautes, utilisées la veille par Hayden et Alekseï quand ces deux derniers avaient mangé ensemble. Le design de chaque meuble était simple, relativement moderne dans cette pièce au sol carrelé de noir marbré et aux murs blanc cassé.

Alistair releva la tête de son casier en entendant la porte, affublée d'un panneau "STAFF" en lettres argentées, s'ouvrir après lui. Il se trouvait devant le casier qui lui avait été désigné. Il venait d'éteindre son téléphone et le rangeait avec ses lunettes de soleil au moment où Hugo s'avança. Il lui accorda un regard intrigué tout en bombant le torse et reculant ses épaules, laissant ainsi le manteau qu'il portait retomber le long des manches de sa chemise. Hugo semblait radieux comme toujours, mais sa voix était douce et posée.

« Bien dormi ?
-Je suis reposé en tous cas »
, admit Alistair sans pouvoir réellement dire avoir bien dormi suite à sa mésaventure.

Il pensait à Sélène qu'il avait dû laisser la veille. Ce matin-là, lorsqu'il avait descendu les escaliers, il n'avait pas entendu un bruit comme toujours, la porte de chez elle était bien fermée. Il n'y avait presque pas fait attention tant cela était devenu une habitude de passer devant cette porte et de ne remarquer son ouverture que quand le cabot lui bondissait sur la jambe comme un fidèle chien de garde. Il détourna les yeux de son collègue, ses doigts se resserrant sur le col du manteau qu'il avait retiré et qu'il s'appliqua à arranger pour pouvoir l'accrocher proprement. Il espérait qu'il ne lui arriverait rien pendant la journée.

« Pas trop stressé par l'arrivée du patron ? »

Le patron ? Alistair releva un sourcil à l'attention de Hugo, mais son sourcil se rabaissa aussitôt. Ah, le patron... Il était vrai qu'il allait rencontrer son employeur officiel aujourd'hui. Son engagement ne serait confirmé qu'aujourd'hui officiellement. Il en avait presque oublié sa rencontre avec l'énergumène, et ce malgré la conversation qu'il avait eu la veille avec Sophia. Qu'est-ce qui avait pu troubler sa sœur comme ça ? Il releva les sourcils d'un air perplexe, reniflant légèrement de façon dubitative. Elle avait toujours eu des relations très platoniques avec la plupart des personnes qu'elle rencontrait malgré son côté extraverti, il était rare qu'elle réagisse de façon particulière à l'intention d'une personne. Certes, elle avait ses proches, après tout elle était inséparable d'Antoine lorsque ces deux décidaient de sortir en ville ensemble ; Alistair ne se rappelait pas l'avoir vu une seule fois prendre un air si fuyant à propos de quelqu'un. Comment était ce patron ?

« Mh... Pas vraiment... se contenta de répondre Alistair à l'intention d'Hugo sans cacher sa curiosité.
-... Je voulais aussi te prévenir... »

Hugo avait soudain pris un ton grave. Alistair referma la porte de son casier après avoir accroché son manteau à un cintre qui s'y trouvait, un de ces cintres en plastique qu'on trouvait dans la plupart des boutiques de nos jour. Il se tourna vers Hugo, ses mains venant automatiquement se poser de part et d'autre de ses jambes alors qu'il lui faisait face, comme il le faisait lorsqu'il était à l'écoute le plus souvent au contraire de son croisement de bras habituel qui signifiait sa fermeture totale aux sujets lancés. Hugo semblait embarrassé.

« ... Que Thomas et Maxwell ont eu une grosse dispute lors de leur jour de congé. Leur relation est assez tendue, tu as dû remarquer la tête de Maxwell ? »

Alistair hocha simplement la tête. Il n'était pas habitué à voir Maxwell encore, mais le fait était que son apparence d'aujourd'hui contrastait drastiquement avec celle qu'il lui avait vu le premier jour. Hugo reprit.

« Si tu veux je t'expliquerai tout en détails, mais le plus important c'est d'éviter de leur en parler, et puis Hayden nous a demandé de ne pas les laisser ensemble devant les clientes aujourd'hui. Pour éviter des situations embarrassantes. »

Evidemment. Alistair hocha la tête, fermant les yeux avant de tourner le dos à Hugo. Il ne coupait pas particulièrement court à la conversation, son souffle indiquait qu'il réfléchissait à que répondre, mais en attendant il se tourna vers le miroir pour brièvement prendre connaissance de son apparence : cela lui semblait inévitable dans le cadre du travail d'hôte. Arrangeant sa coiffure d'une main et étirant un peu le col de sa chemise de l'autre pour retirer un pli, il pinça un bref instant les lèvres avant de parler à voix relativement basse : il ne connaissait pas l'épaisseur des murs et des portes ici, il ne savait pas si on risquait de l'entendre.

« Les problèmes relationnels de mes collègues ne me regardent pas... »

Il avait déclaré cela un peu sèchement, cependant quand il se retourna il n'avait l'air ni froid ni agacé : il n'avait juste pas le désir d'en savoir plus à propos de leur dispute.

« Il faut donc se répartir les tâches autrement aujourd'hui. Avez-vous prévu quelque chose de particulier ? »

Il laissa un temps de pause pour laisser Hugo réfléchir, mais finalement reprit la parole, croisant à nouveau les bras tout en s'appuyant sur le bureau à côté, de façon détendue, comme pour s'apprêter à rester un peu discuter ici si cela s'avérait nécessaire.

« J'ai cru comprendre que les habitués appellent parfois Thomas et Maxwell ensemble, comme si les deux hôtes allaient de paire. Maxwell devrait être accompagné aujourd'hui... Il pourrait prendre le rôle de mon mentor aujourd'hui exceptionnellement ? »

Il pencha la tête légèrement sur le côté, enchaînant sur une justification comme si ce fut nécessaire à l'égard de Hugo.

« En devant s'occuper de moi il sera le plus souvent appelé à s'occuper des rencontres en duo, mais ne pourra les accepter qu'en ma présence ; tu pourrais trouver une raison à lui exposer pour avoir besoin de me céder temporairement à ses mains expertes. Nous échangerions de place pendant mon entretien avec le patron. Qu'en penses-tu ? »



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 169

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Jeu 22 Mar 2018, 12:58

La discussion n'était pas aussi lourde et compliquer à expliquer qu'Hugo l'aurait imaginer. Le manque de curiosité d'Alistair à l'écart de la situation faisait qu'on avait éliminé les sujets les plus sensibles. Alistair était très professionnels sur ce point, ce qui rappeler qu'on était au travail et non pas à un rassemblement d'ami. La frontière était très fines, les différents membres se connaissaient depuis un bout de temps ce qui avait permis de développée des liens hors du travail. De plus, les membres fondateurs du clubs se connaissait en temps qu'amis avant de devenir des collègues. Un léger soupire s'échappait de ses lèvres discrètement. La situation était un peu lourde. Maxwell avait tous autours de lui une sorte d'aura sombre et triste qui rendait l’atmosphère pesante. C'était parfaitement le genre de tension qu'Hugo avait du mal à géré. Pour lui, ce genre de situation était un calvaire à géré. Il était le parfait idiots qui parlait sans trop réfléchir aux conséquences. Il ne souhaité pas blesser un peu plus le pauvre cœur de Maxwell et faisait tout plein d'effort pour réfléchir à ses mots. Alors que là, avait Alistair, il n'avait pas besoin de faire attentions. Il pouvait parler normalement de la situation quitte à se faire regardée par le nouveau pour son manque de réflection.

« Il faut donc se répartir les tâches autrement aujourd'hui. Avez-vous prévu quelque chose de particulier ? »

Hugo releva son regard vers la silhouette de son collègue. Ses yeux restèrent un moment à floté sur ce corps qui lui faisait face. Alistair était posé de façons détendu sur le tablier du bureau. C'était un anciens membres du clubs qui avait demander à l'installée. A la bases, il est censés servir lors des réunions du personnelles et être la propriété exclusif du patron. Mais, personne ne l'utiliser vraiment pour cet fonction, bien qu'il continent des papiers d'administration, on s'en servait le plus souvent comme table à manger, porte mentaux ou encore comme support pour un sport en particulier. Hugo resta encore un peu dans ses rêverie, fixant Alistair sans s'en rendre compte. Son corps étaient poser négligemment dessus comme près à y rester. Son visage resté sérieux malgré ses traits lisses. Il avait le regard perçant qui aurait été redoutable s'il avait été en colère. Hugo se redressa légèrement pour s’étire. Fermant les yeux de façon à coupée cet accroche visuel. Le pauvre garçon allait croire que c'était un putain de stalker. Ce faire analyser comme une pièce de musée en arrivant au travail, c'était pas super agréable.

« J'ai cru comprendre que les habitués appellent parfois Thomas et Maxwell ensemble, comme si les deux hôtes allaient de paire. Maxwell devrait être accompagné aujourd'hui... Il pourrait prendre le rôle de mon mentor aujourd'hui exceptionnellement ? »

D'un étonnement non dissimulé, le latino se bloqua dans son élan pour retourner regarder son collègue. Il avait oubliée de lui répondre. Le jeune homme en à profité pour lui proposer une nouvelle façon de faire, beaucoup plus pratique dans un sens que celle qu'il avait proposer aux deux autres. Alistair continua d'exposer sa proposition en tournant légèrement la tête comme pour appuyer son attente de réponse

« En devant s'occuper de moi il sera le plus souvent appelé à s'occuper des rencontres en duo, mais ne pourra les accepter qu'en ma présence ; tu pourrais trouver une raison à lui exposer pour avoir besoin de me céder temporairement à ses mains expertes. Nous échangerions de place pendant mon entretien avec le patron. Qu'en penses-tu ? »


Sa mains venait frottée l'arrière de son crâne. Il était un peu pris de cours, ne s'attendant pas à avoir un Alistair si impliquer. Il se serait attendu, de la part d'un stagiaire classique, à subir une situation dictée plutôt que d'essayer de trouver une situation. D'un côté, ce n'était pas plus mal de ce dire qu'il faisait preuve de volonté dans un métier qui ne semblait pas le passionné hier soir.

« C'est une solutions qui s'applique bien à la méthode de travail de Maxwell, tu as bien analysé la situation même si le couple que tu formerais avec Maxwell sera assez différent du couples classiques apprécier par ses clientes. »

Hugo semblait sincèrement surpris, pas par la démonstration d’intelligence d'Alistair mais par cette manière naturel de structurée le travail autant le sien que celui de ses collègues. Chaque hôtes avaient son propre mode de fonctionnement, des caractéristique propre qui plaisait à un certains types client(e)s. Le fait que Maxwell travail en couple avec Thomas était aussi à cause de ses caractéristique. Les clientes allait devoir s’accommoder d'autre chose. Alistair étant assez différent de Thomas mais Maxwell sera faire avaler la pilule.

« J'avais proposer de se partager ta garde et celle de Maxwell avec Antoine pour que tu sois toujours avec quelqu'un mais, te mettre directement avec, ferait en sorte de moins te perturbé et tu apprendrais beaucoup de chose avec lui. Il se rapproche beaucoup plus de ton style que moi.» Ce n"était pas une phrase pour faire son peuchère ou pour avoir des mots de réconforte de la part d'Alistaire. C'était simplement un fait.

Le latino se releva près de sa position pour se remettre biens. Toujours face à son collègue pour ne pas coupée la conversations. La situation pourrait dépendre de beaucoup de choses, Alistair avait l'avantage de ne pas encore avoir de cliente attitrée pour l'instant. Ils était beaucoup plus maniable qu'Antoine qui devait s'occuper de ses propres clientes, elle serait beaucoup moins compréhensible que celle de Maxwell. Il afficha un sourire amusée :

« Je pense qu'on va faire à t'as manière, ce sera beaucoup plus pratique, même si d'un côté, faire en sorte de te retrouvée seul aurait été un bon entraînement et une bonne manière pour le patron de te jugée au travail ! Il posa un temps d'arrêt en s'avançant, Au pire, on trouera une solution s'il demande à te voir à l’œuvre, il est capable de faire le client si besoin !.»


Il se stoppa avant de sauté au cou d'Alistaire. Le mouvement arrêter au pleins vol rendait sa positions complètement ridicule. Il fit volte-face se rapprochant de la porte pour retourner à son assiette. Elle allait refroidir ou pire ce faire manger par ce gredin d'Hayden (ouah l'insulte !). C'était un crime qu'Hugo ne pourrait jamais laisser passer ! Il allait devoir sauver son assiette. Il se présenta près de la porte mais se retourna pour demander si Alistair avait besoin d'autre choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 185
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Mer 28 Mar 2018, 22:12

Air perplexe et boule de gomme ; Hugo ne semblait pas s'attendre du tout à ce que Alistair prenne les initiatives. Il connaissait cela : après tout, le cliché du stagiaire entendait qu'il soit maladroit, timide, fainéant de surcroît... Mais Alistair n'était pas un adolescent en stage scolaire. Il retint un sourire en coin pour s'intimer un discret highfive en guise de victoire. Mais une victoire auprès de Hugo, ce n'était pas non plus le bout du monde, il aurait été beaucoup plus surpris d'en obtenir une auprès de Maxwell. Après tout, cela pouvait se tenter au cours de la soirée, n'est-ce pas ? L'adversaire restait malgré tout affaibli par rapport à sa forme originelle, Alistair n'était pas sûr que ce soit un combat très égal dans une telle situation. Hugo admit le point pour Alistair sans rechigner :

« C'est une solution qui s'applique bien à la méthode de travail de Maxwell, tu as bien analysé la situation même si le couple que tu formerai avec Maxwell sera assez différent du couples classique apprécié par ses clientes. »

Alistair releva les sourcils d'un air interrogateur. Pour tout dire, il n'avait jamais vraiment vu Thomas à l’œuvre dans le club. Il s'était bien rendu compte du comportement très théâtral de Maxwell, celui-ci semblait s'être monté un réel personnage pour mener à bien son devoir. En était-il de même de Thomas ? Ou est-ce que au contraire il était plus discret ? Si Hugo trouvait que son duo avec Maxwell allait être si différent de celui d'origine du vampire, alors il n'était sans doutes pas si simple dans son travail. Alistair devrait peut-être tenter d'observer cela de plus près, il devait admettre qu'il n'avait pas tant analysé la façon de travailler de Maxwell que son carnet d'heures de travail pendant que Hayden le remplissait à la fermeture du bar. Un point insoupçonné pour Hugo.

« J'avais proposer de se partager ta garde et celle de Maxwell avec Antoine pour que tu sois toujours avec quelqu'un mais, te mettre directement avec, ça ferait en sorte de moins te perturber et tu apprendrais beaucoup de choses avec lui. Il se rapproche beaucoup plus de ton style que moi.
-Vraiment... ? »


Bon, en vérité, il fallait clairement admettre que Alistair et Hugo étaient purement opposés dans leurs caractères et habitudes de travail de toute évidence, là où l'un prenait les choses très au sérieux et s'intéressait au travail des autres le second avait plutôt tendance à vivre le travail comme une fête éternelle et un jeu sans se pencher particulièrement par dessus l'épaule d'autrui. Mais de là à trouver que Alistair et Maxwell pouvaient être plus proches que cela, Alistair ne savait pas réellement comment le prendre. Les gestes dramatiques du vampire lui collaient à l'esprit chaque fois qu'on lui parlait de lui en vérité, il avait du mal à voir quel rapport il pouvait y avoir avec lui à cause de cela. Il fallait cependant avouer que leur charisme glacial naturel éveillait dans ce duo une ambiance qui n'avait en effet rien à voir avec le duo chaud-froid qu'il formait avec Hugo ou le couple noble-bestial créé par Maxwell et Thomas.

Hugo se redressa de son perchoir, ayant utilisé le dossier du canapé pendant toute la discussion afin de se tenir face à Alistair, se remettant de ce fait à nouveau bien droit devant lui puisque ce dernier s'était lui-même relevé. A nouveau, son visage mat vint s'éclairer d'un sourire jovial et amusé. Il voyait décidément le monde dans un filtre de jeu infini, les moments de sérieux et de froideur du jeune homme en étaient de ce fait d'autant plus choquants et marquants ; Alistair se rappelait encore de la veille au restaurant, mais il valait sans doutes mieux oublier ce sujet entre collègues. Rien ne leur demandait de nouer de liens trop importants, bien au contraire.

« Je pense qu'on va faire à ta manière, confirma Hugo, ce sera beaucoup plus pratique, même si d'un côté, faire en sorte de te retrouver seul aurait été un bon entraînement et une bonne manière pour le patron de te juger au travail !
-Bizutage oui... »


Alistair afficha un sourire ironique, repensant aux mots de Hugo et Maxwell lors de son premier jour de travail : ils semblaient considérer cette histoire de mentor-élève plus comme un jeu de bizutage à l'origine, et malgré tout l'utilisaient pour l'observation. Quelle observation d'ailleurs, le patron les appellerait-il tous d'une traite tout à l'heure pour avoir leur avis sur lui ? Ce serait un curieux comportement... Enfin, pour ce que cela changeait pour Alistair, au contraire il prenait très au sérieux la remarque de Hugo de travailler seul pour faire ses preuves, et ce malgré son trait d'humour.

« Au pire, on trouvera une solution s'il demande à te voir à l’œuvre, il est capable de faire le client si besoin !
-... Pardon ? »


Cette fois-ci, Alistair manqua de lâcher un bruyant "Lui aussi il est gay ?!" mais il s'abstint habilement, se contentant d'un regard blasé et d'un sourire désabusé. A la fois, avec des employés aussi étranges que le duo Maxwell-Thomas ou le barman Hayden, il fallait avoir un grain de folie en tant que patron d'un tel lieu. En fait, engager des homosexuels pour servir d'hôtes dans un club ouvert aux deux sexes et à la clientèle principalement féminine c'était déjà se montrer particulièrement fou. Concentré qu'il était sur l'expression de Hugo pendant qu'il retenait sa remarque, Alistair pu le voir se figer dans son mouvement. Que faisait-il, il allait encore lui sauter dessus ? En tous cas, le corps de l'apprenti-hôte avait eu le réflexe de se tendre et d'esquisser un pas en arrière, comme sentant venir l'acte tactile, mais Hugo parvint à se retenir contre toute attente. Au contraire, il fit volte-face et commença à se diriger vers la sortie. Alistair l'observa faire, un instant silencieux. Il avait mangé quelque chose d'étrange depuis hier pour réussir à présent à se retenir là où il n'arrêtait pas de le câliner à la moindre occasion la veille sans se soucier de ses remarques et de ses violences ?

Ne voulant s'attarder sur ce détail, pas tant par soulagement que par désintérêt, Alistair se contenta de s'assurer qu'il avait bien verrouillé son casier et se dirigea vers la sortie. Hugo s'était arrêté sur le pas de la porte, se retournant partiellement pour demander à Alistair s'il avait besoin d'autre chose, mais avant qu'il n'ait pu ouvrir la bouche et émettre le moindre son une main vint se poser sur sa tête. Alistair était simplement passé à côté de lui à l'origine comme il l'aurait fait pour le snober et sortir, mais il avait tout de même au passage glissé un bref instant sa main dans les cheveux bouclés du garçon des îles. Il l'observa du coin de l’œil, le visage toujours aussi impassible, et lui glissa avec beaucoup de naturel :

« Merci pour les conseils, monsieur le mentor. »

Hugo ne s'en était peut-être pas rendu compte, mais ses remarques avaient fait réfléchir Alistair : observer le travail des autres hôtes de plus près devrait être beaucoup plus efficace qu'il ne le pensait à son apprentissage, et le fait que Hugo lui fasse remarquer le rapport qu'il avait avec Maxwell et sa différence avec Thomas lui avait tant fait se triturer les méninges qu'il en était simplement venu à la conclusion que son mentor lui indiquait involontairement qu'il n'y connaissait strictement rien aux tours de passe-passe des hôtes. Hugo n'en était pas toujours conscient, mais il soulevait des sujets de taille avec beaucoup de naturel. Alistair se dirigea alors simplement vers le bar derrière lequel Hayden s'activait à nettoyer sa propre assiette, ayant laissé intacte celle de Hugo évidemment après l'avoir couverte d'une serviette propre pour maintenir un peu la chaleur, tandis que Maxwell avançait laborieusement à travers son repas. Alistair vint naturellement s'asseoir à côté de ce dernier, poussant un soupir dans ce geste. Maxwell lui sourit légèrement.

« Dur de tenir la cadence dans un nouveau travail ? »

Le sourire de Maxwell était en effet faible, ses commissures tremblaient légèrement comme si ses muscles ne parvenaient pas à le tenir, et avec ses cheveux décoiffés quand bien même il les ait ramenés en queue de cheval pour qu'ils cessent de le gêner lui donnaient un air malade loin de son charme vampirique. Alistair, bien prévenu par Hugo, parvint néanmoins à ne pas réagir à cette vision, esquissant un sourire jaune à sa remarque.

« Vous me brisez mentalement et physiquement avec vos paillettes. »

Maxwell, qui au delà de ses airs dramatiques en avait sous la caboche, n'eut aucun mal à déceler l'ironie dans la phrase de son jeune collègue, répondant d'un rire avant de poursuivre son assiette à moitié terminée. Alistair se surprit à retenir un sourire, ce n'était pas souvent qu'il n'avait pas besoin de faire sentir son ironie pour que la personne la comprenne. Il s'appuya sur le bar, observant Hayden préparer un verre de cocktail.

« Les bases m'échappent toujours malgré vos conseils.
-Mh ? »


Maxwell avala sa bouchée, tournant la tête vers lui.

« Tu aurais besoin d'autres cours express de grand frère Max ?
-Grand frère Max... ? »


Alistair adressa un regard dubitatif au vampire qui força un sourire à sa propre plaisanterie : il pouvait rire des blagues d'autrui, mais il avait quand même ses limites dans ses rires.

« Je peux te donner un coup de main pour l'apparence par exemple, proposa naturellement Maxwell.
-Dit-il avec sa tête de sortie du lit. »

Maxwell releva les yeux pour loucher sur une mèche de cheveux qui lui retombait sur le front après que Alistair la lui ait indiquée du pouce. Il laissa échapper un rire nerveux, mais Alistair n'insista pas sur la chose afin de ne pas raviver chez lui de mauvais souvenirs ; à la place, il releva la tête vers Hayden, lequel avant qu'il ne puisse parler posa un verre de cocktail devant lui.

« En quel honneur ?, demanda-t-il.
-B'soin d'mon cobaye favoris. »

Le large sourire de Hayden avait quelque chose de naturellement charmeur, Alistair en fut étrangement frappé à cet instant. Mais le barman s'apprêtait déjà à repartir, aussi ne s'attarda-t-il pas sur son observation soudaine, l'interpelant d'un geste.

« Vous avez du matériel de coiffure ? »

Hayden releva un sourcil, puis indiqua les vestiaires d'un geste du menton. Un léger sourire était venu teinter ses lèvres malgré sa première réaction, ayant compris ce que Alistair s'apprêtait à faire tandis que Maxwell les dévisageait tous deux avec curiosité et une incompréhension sans doutes liée à la volonté de déni d'être sujet central de quoique ce soit en ce jour.

« R'garde mon casier, j'le laisse toujours ouvert avec deux trois bidules pour s'faire beau comme j'l'utilise jamais, t'trouv'ras p't'êt' que'que chose. »

Alistair ne se fit pas prier pour se lever et se diriger à nouveau dans les vestiaires sous le regard inquisiteur de Maxwell. Ce geste eut une utilité inattendue, car ce fut le moment que choisirent deux personnages pour entrer en scène : des bruits de course avaient retentit, faisant résonner un clap clap précipiter dans toute la rue ensoleillée, et bientôt des souffles haletants vinrent remplir de bruit le club Matthew. Antoine fut le premier à se présenter, rayonnant à son habitude : il portait sur son dos un sac de sport, un de ces sacs qu'on portait sur le bras mais sur la hanse duquel il avait tiré jusqu'à pouvoir la porter en bandoulière, permettant ainsi de maintenir fixement le sac sur son dos. Il portait un débardeur noir qui était trempe de sueur, presque autant que son jogging dont le blanc faisait un contraste presque trop éblouissant au soleil. Ses cheveux noirs étaient collés contre son front par la sueur, mais il se tenait fièrement, bien droit, soufflant fort mais à un rythme contrôlé, ses joues rougies par l'effort lui donnant un air toujours plus jovial alors que ses yeux pétillaient de bonheur.

« Ah, rien de tel que le sprint du matin !
-La barbe !! »


La deuxième personne arrivée se laissa tomber à terre sur le séant, ses jambes ne le tenant plus, soufflant comme un bœuf. Avec son sac à dos bien serré mais aussi bien rempli, ses vêtements froissés et pliés en tous sens qui laissaient comprendre qu'il avait dû les porter cette nuit également, et ses cheveux qui lui retombaient jusque sur le nez en temps normal il n'avait déjà pas l'air bien frais, mais à cet instant Thomas dégoulinait de sueur et avait le visage rougis à la limite de la suffocation. Bien sûr, il parvenait encore à respirer et n'était pas en train de faire une quelconque crise cardiaque ou respiratoire, mais visiblement Antoine ne lui avait pas fait la vie trop facile. Ce dernier se tourna vers lui en éclatant bruyamment de rire.

« Tu avais dit que tu avais de l'endurance !
-Je suis humain, moi ! »
, se plaignit Thomas qui en perdait la voix de fatigue, faisant rire de plus belle Antoine.

Hayden s'était penché sur le bar, observant les deux arrivants avec un sourire dépité : il était habitué à Antoine qui avait des compétences dans tous les domaines, étant tout autant un redoutable intellectuel qu'un sportif de haut vol à l'endurance jusqu'à présent invaincue dans le cercle d'hôtes, et le voir épuiser de la sorte Thomas dans une course matinale semblait amuser grandement le barman. Ayant eu le regard sur la porte du staff à cet instant, Maxwell avait put entendre la voix de Thomas avant de le voir, ceci lui permettant de ne pas s'emporter : l'hôte se contentait de continuer de fixer la porte, attendant le retour d'Alistair, ne voulant pas faire le premier pas ni sembler attendre quoique ce soit et se contrôlant remarquablement bien dans sa façon de faire penser à quiconque aurait regardé son visage qu'il n'avait rien entendu et attendait simplement de voir ce que lui préparait son jeune collègue.



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 169

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Mer 09 Mai 2018, 16:30

Il n’y avait rien à dire de plus. Alistair avait toutes les armes et les capacités pour faire un bon soutiens lors de cette soirée. De toute manière, Hugo resterait dans les parages et avec Antoine en dernier soutiens, il n’y a vraiment rien à crainte. Pourtant, ça allait quand même être compliquer. Ils ont bien choisi le jours pour ce disputé ses deux-là avec l’arriver du patron, les choses ne pouvait pas être plus compliquer. Le regard dans le vide, Hugo laissa ses pensés vagabondèrent sans retenus. L’ambiance allait être tendu malgré, le fait que tout le monde ferait en sorte de ne pas le voir et d’être le plus naturelle possible. Il faut aussi évité d’avoir un scandale de plus auprès des clients. Hugo avait déjà chercher un soutiens auprès de sa sœur pour réussir à redorée le blason de l’enseigne. Il espéré de tout cœur que cette histoire ne jetterais pas son beau projet au feu. Il n’y a pas de raison, Marwell est quelqu’un de très professionnel, il ne laissera pas ses « passion » prendre le dessus. Enfin, ça c’est la théorie, autant faire attention quand même, si Alistair peut s’occuper de Maxwell et Alekseï de Thomas, Antoine et lui ne serait pas de trop en soutiens. Et même si ça lui brulerais la langue de le dire à voix haute, Hayden veillera à ce que tous ce passe bien, aussi bien parmi l’équipe qu’avec le patron.

Près de la porte, son corps était bloquer dans son mouvement. Il attendait qu’Alistair se décide à le rejoindre ou à reprendre la conversation. Les muscles tendu lui dessiner une autres silhouette. Habituellement vêtus de vêtement trop large, il avait opté pour une chemise un peu large – comparée à ce qu’il est capable de porter - au couleurs pastel, d’un bleu léger qui faisait ressortir sa peau bronzé. Il n’avait pas attacher le haut du col, ni même une partie du haut rendant pratiquement sa poitrine visible. A croire que toute sa chemise était ouverte mais retenus par son gilet de service noir. Il avait fermer les trois boutons au niveau de son ventre, affinant sa silhouette et faisant ressortir ses muscles. Alistair devait s’en doute avoir une magnifique vue de son dos large qui apparaisse pour une fois musclée. Pour être plus à l’aise, il avait remonter les manches jusqu’au coude. Il avait fait l’effort de porter des vêtements acceptable, tout en les accordant à sa sauces. Il avait choisit un magnifique pantalon sombre pour donner un peu plus l’illusion d’une vrai tenu de travail. Pourtant, Hugo avait fait attention à sortir avec tout ses accessoire habituelle, ses fameuse lunette de soleil ronde qui cachait parfaitement ses yeux et sa chainette en argent tomber au centre de sa poitrine, laissant apercevoir de temps en temps le pendentif y a crochée. Si savait ce coiffé, il aurait était certainement parfait. Malheureusement ses boucles resté indiscipliné et tombée de leurs longueurs sur le bas de sa nuque.

Hugo sentis l'ombre d'Alistair se rapprocher de lui. Son esprit essayant vainement de revenir parmi les vivants. Son sourire s'élargissant un peu. Il fit un mouvement de tête pour mieux voir son collègue. Contre toute attente, il se stoppa une nouvelle fois dans son mouvements. Cette fois-ci pas par absence pour par l'attente. Une main venait se poser sur le haut de son crâne. Laissant glissaient ses doigts en emportant en même temps ses mèches brunes. Soulevant ses boucles avant de récupéré sa main comme s'il c'était brulée le bout des phalanges. Le geste n'avait en tout durée que quelques seconde. Hugo n’eut aucun mal à revenir à la réalité mais fut sonner par la spontanéité du geste. Lui, qui avait fait l'effort de ne pas sauté au cou d'Alistair. Ce dernier qui lui avait bien fait comprendre que la proximité et les élans fougueux du latino n'était pas son truc. Sans beaucoup de cérémonie, comme si Hugo avait tout inventée, Alistair lui jeta un regard sans changée d'expression. Passant devant lui en laissant trainée ses derniers mots avant de rejoindre la grande salle.

« Merci pour les conseils, monsieur le mentor. »

L’incrédulité devait se lire sur le visage du latino. Il avait l'impression d'avoir tout imaginée, de s’être cogner la tête contre la porte, d'avoir simplement une absence. Il n'y avait rien d'incroyable dans ce geste, à part peut-être qu'Hugo ne s'y attendait vraiment pas. La surprise n'était pas de mauvais coups, bien au contraire, il était juste surpris. Agréablement surpris même. Hugo afficha de façon presque niaise un sourire sur ses lèvres. Il n'aurait jamais crus que ce retenir de lui ferait en sorte que ce soit Alistair qui viennent lui faire une caresse. Encore moins que ce serait sa récompense pour avoir parler du couples former entre Thomas et Maxwell. Le latino laissa ses yeux traîner sur la silhouette d'Alistair qui venait de se poser près de son mentor de la soirée. Il devait reprendre un peu de contenance avant de sortir sinon Hayden allait se foutre de lui. En plus, c'était pas du tout le bon moment pour lancer des fleures et des pâquerette dans l'air. Il ne pouvait pas sortir le baume au cœur, le sourire niais monté jusqu'au oreiller et gonflé à bloc d'énergie positive avec ce qui se passer. Ce serait très impolis et grossier envers Maxwell. Il effaça son sourire niais pour un sourire plus sobre. Il n'avait pas l'intention de paraitre triste, sa joie de vivre était son meilleurs atouts, il devait la garder. De plus, ça n'aiderait personne s'il ce mettait à déprimer. Gonflé à bloc, ses jambes se mirent à marcher en direction du petit groupe. Les premiers mots de la conversation semblait parler de coifure et d'esthétique.

Ses yeux balayèrent la salle en deux mouvement de tête, le mode radar activée pour retrouver l'amour de sa vie : son assiette. Hayden n'aimais pas caché la nourriture, donc elle avait du rester à l'endroit où il l'avait laisser. Mais l'avait-il laisser en entier ? Hugo espéré que personne n'avait osé touchée son assiette. En trois enjambée, il la vue, en deux de plus, il remarqua qu'Hayden l'avait mis au chaud, encore trois pas et il pu s’assoir sur son tabouret. S'armant de sa fourchette, il reprit sa dégustation dans un silence religieux. Il écouté d'une oreille la conversation qui avait lieu juste à côté. Pour lui la coiffure était un art, un qui ne maîtriser pas. Mâchant tranquillement sa Saint-Jacques, c'était tellement bon. Il écouté un mot sur deux préfèrent avaler tout ce qui se trouver sur son assiette. Regardant tours à tours les membres du clubs. Alekseï était silencieux, mais participer par quelques hochement de tête en fonction de ce qui se disait. Ses yeux s'attardèrent sur la silhouette d'Alistair partant pour les vestiaires. Le jeune russe se tourna vers Hayden, lui jetant à la fois un regard inquiet et amusé par la situation. Il trouvait que la formation d'Alistair permettait de changer les idées à tous le monde. Quelques choses d'agréable quand on n'entend pas encore les sabots du conflits s'approcher. Un dernière grincement de fourchette ponctua l'arriver de deux nouveau individus. Hugo se tourna en mâchant grossièrement sa bouchée. Jetant un regard curieux à ceux qui venait d'arriver. Antoine apparut tout transpirant dans des vêtements qui ne laissait pas grand chose à l'imagination. Suivie de loin par Thomas dans un état plus pitoyable encore que Maxwell, rouge, mal coiffé, suant et puant la transpiration et la fatigue. Finalement, une séparation affectent toujours les deux côtés.

Le rire franc et fort d'Antoine raisonner dans toute le clubs, brulant les tympans par son t’ont jovial. Le silence s'imposa de lui-même. Hugo jeta un regard à Hayden, peut-être pensait-il à la même chose ; heureusement que Maxwell soit concentré sur les vestiaires. Sa retarde de quelques seconde la confrontation mais, elle aura lieu. D'un geste, il posa son assiette du côté d'Hayden avant de chipé un verre qu'il remplis d'eau.

« Tu avais dit que tu avais de l'endurance !
-Je suis humain, moi ! »


Ce rire d'Antoine fit du bien au cœur d'Hugo. Il brisa la glace, le gênant silence de la pièce. Il se releva avec son verre d'eau pour se dirigé vers les deux nouveaux venu. De son enthousiasme naturelle, il se rapprocha du petit groupe le sourire au lèvre. Sa main tendu le verre à se pauvre Thomas avant que ce dernier ne meurt sur seuil de la porte. Il eu deux fois l'envie de sauté dans les bras d'Antoine pour le câliner mais, à chaque fois la transpiration gluante le repoussa. Il se contentant de secouer ses épaules comme un prunier en guise de bonjour.

« Vous étés dans un bel état tout les deux, je vous dis pas l'odeur » ce moqua le latino en faisant semblant de s’aérée

Alekseï regarda la scène sans rien dire. Se laissant légèrement tomber pour frôler Maxwell de son dos. Le contact était léger et pouvant être rompu à tout moment. Le russe n'avait pas la fibre câline comme Hugo, mais savait à quel point ça pouvait être douleurs d'être dans la même pièce que la personne qu'on aime sans vraiment savoir ce qui va s'arriver. Il essaya à sa manière d'être un soutien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 185
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Jeu 17 Mai 2018, 22:11

Le rire d'Antoine résonnait gaiement dans le club d'hôtes, rebondissant sur les murs et sur les coeurs : ça, on pouvait le dire, son rire franc et malgré tout doux à l'oreille mettait du baume au coeur et donnait envie de se donner à fond. Du moins, pour ceux qui le pouvaient encore, c'est-à-dire tout le monde à l'exception de Thomas qui se laissa tomber sur le dos, les jambes toujours fléchies par sa précédente position, et les bras écartés en croix. Quelques passants à l'extérieur jetèrent un regard curieux au spectacle compte tenu du fait qu'ils se tenaient tous deux à l'entrée de la porte, mais pour le coup le brun aux cheveux collés sur les yeux n'en avait plus rien à faire de l'avis du monde qui l'entourait, il voulait juste penser à la réjouissance de sentir ses muscles, brûlants et battant du sang qui pompait désespérément depuis son cœur, petit à petit se détendre et se rafraîchir, du moins jusqu'à-ce que ce refroidissement finisse par lui faire souffrir le martyr mais il préférait repousser cette pensée loin dans son esprit là où elle ne pouvait plus le déranger. Antoine rit de plus belle, attrapant une des cartes des services dans le présentoir à côté de la porte pour s'en servir de grand éventail, la tenant à deux mains et exécutant de grands mouvements de haut en bas pour lui faire de l'air.

« Aller, tu vas survivre !
-Aaaah, la feeeerme... !
-Vous êtes dans un bel état tout les deux, je vous dis pas l'odeur. »


La voix joviale de Hugo fit relever la tête aux deux intéressés. Antoine se redressa avec un grand sourire, laissant la place à l'hôte pour tendre un verre d'eau vers Thomas qui, relevant difficilement la tête plus tôt pour détailler le latino, se força à se relever un peu soudainement pour s'emparer à deux mains du verre d'eau, la langue pendante, le remerciant à profusion. Il réalisa le tour de magie de faire disparaître en moins de temps qu'il n'en faut pour le penser le contenu du verre au fond de sa gorge, puis poussa un long soupir de soulagement pendant que Hugo secouait vigoureusement les épaules d'Antoine en guise de salutation. Antoine lui adressa un regard par en dessous en constatant cette pudeur dans ses gestes : il gardait ses distances, et à dire vrai même ses doigts ne se resserraient pas trop sur ses épaules. Le sportif esquissa un sourire mesquin. Ses yeux s'affinèrent, les paupières inférieures se relevant, donnant à son regard une forme de croissants de lune alors que la surface de ses iris et pupilles pétillaient tel un ciel étoilé. Son sourire semblait félin, légèrement pincé, relevé au centre, retombant partiellement en chemin, avant que les commissures des lèvres n'exécutent une courbure parfaite qui aurait pu remonter jusqu'aux oreilles si ses joues rebondies et rougissantes de plaisir comme d'effort physique n'avaient pas été là pour barrer le chemin. Son nez frémissait sous l'effet d'un rire retenu en un soupir nasal.

« Eh bien eh bien mon petit Hugo, tu as un souci ? »

Il se redressa, détournant le visage en prenant un air soucieux, ses yeux perdus dans le vague, arrondis mais toujours pétillants - était-ce de rire ou de tristesse, en tous cas c'étaient des larmes naissantes assurément - et les lèvres tordues, sa main ramenée à son menton qu'il pinçait entre deux doigts tout en retenant son coude de son autre bras croisé sur son torse. Il semblait rêveur ou du moins pensif alors que sa main se détachait de son menton pour venir frapper délicatement sa joue d'un geste de choc théâtral.

« Serait-il possible que notre petit Hugo ait trouvé l'amour de sa vie et se garde pour lui ? Aah, Seigneur, pourquoi tant de cruauté ! »

Il ramena sa main à son front, son dos se cambrant sous le poids de l'horreur. Thomas darda un regard noir sur ce spectacle : il avait l'impression que les mimiques d'Antoine l'épuisaient encore plus, surtout en sachant que celui-ci venait de faire le même effort que lui mais continuait de s'agiter avec des grands gestes ne laissant transparaître aucune fatigue réelle. Antoine fit soudain un volte-face parfait, se tournant vers Hugo avec les bras écartés en une invitation chaleureuse alors qu'il éclatait d'une voix bruyante :

« Ah ! Je me dois de te féliciter ! Embrasse-moi une dernière fois avant de m'abandonner à mon triste célibat, grand fou ! »

Sur ces mots de toute splendeur, il s'élança sur Hugo dans l'intention de l'enlacer avec force, autant physique qu'odorante, sous les rires bruyants d'Hayden et les regards noirs de Thomas. Maxwell, le dos posé contre celui d'Alekseï avec lequel il échangeait un peu de chaleur corporelle de la sorte, releva un sourcil en retournant légèrement la tête, ne voyant pas Alistair qui sortait à peine du bureau du staff avec une expression d'incompréhension et de dépit peinte sur le visage, une trousse dans une main et un vaporisateur dans l'autre alors qu'il détaillait le bond presque félin d'Antoine sur sa proie effrayée par la preuve d'effort brûlant qu'il venait de produire.



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 169

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Lun 02 Juil 2018, 06:20

Dans ce métier, on prend l'habitude de voir des chose qu'on ne pourrait voire nul par ailleurs. D'un sourire moqueur, Hugo analysa le triste état de son collègue. Thomas n'étais pas le plus sportif du groupe, certainement le dernier en compétition peut-être avec Maxwell. Alekseï cachait bien son jeu en faisant toute ses acrobatie à l'arrière de la boutique, Hayden faisait du sport de chambre qu'on pouvait considéré comme un sport à par entière, Alistair n'avait pas l'air de faire de sport mais, s'entretenait un peu sur le même principe que Maxwell. Hugo quand à lui, faisait du sport quotidiennement et brûlée les calorie comme feu brûlée le charbon. Après il était d'accord pour dire que le plus grand sportif du clubs était sans contexte ce cher Antoine. Il fallait au moins ça pour pouvoir enchaîné deux ou trois boulots en même temps. Ce n'était pas une chose que n'importe qui pouvait faire aussi facilement – en tout cas sans finir épuiser ou au bord du burn out. (non ce n'est pas du vécus!). Hugo lâcha se pauvre Antoine quand il lue trop secouer. Lui rendant sa liberté pour ce moquer de Thomas. Au loin, Alekseï restait silencieux, il semblait n'y avoir qu'une espace de vie dans la grande salle du clubs. Ceux qui était au bar ne bougeait pas comme des marionnettes pas encore utiliser.

« Eh bien, eh bien mon petit Hugo, tu as un souci ? »

Hugo tourna la tête incrédule vers son collègue. Le visage marquer par une expression d’incompréhension. Il ne s'attendait pas à cette question. Automatiquement, il se mis à faire le récapitulatif de toute ce qui se passer en lui et autours. Cherchant le moindre signe de quelques choses qui n'allait pas chez lui. Il allait parfaitement bien, aussi bien physiquement que mentalement. Le latino était même affreusement heureux par la démonstration d'affection d'Alistair. Non, vraiment tout chez lui était marquer par le bonheur et le simplicité. Il n'y avait aucun soucis. D'un visage joyeux, il fit non de la tête à son interlocuteur, presque tout fier de lui. Pourtant, il se mis à paniquait en voyant le visage d'Antoine changé de tout au tout. Celui qui était en train de sourire comme un bien heureux après une course éreintante semblait maintenant au bord de l'effondrement émotionnel. Des larmes commençait à perler au coins des yeux du beau français. Il commençait  à prendre une pause théâtral en même temps que le visage d'Hugo se décomposer. La lente mais douloureuse impression de ce faire avoir semblait venir tinté à ses oreilles :

« Serait-il possible que notre petit Hugo ait trouvé l'amour de sa vie et se garde pour lui ? Aah, Seigneur, pourquoi tant de cruauté ! »

Antoine était un véritable cinéma à lui tout seul. Il pourrait tournée un film en jouant l'acteur principale, son amoureux, le méchant et tout les rôles secondaire pratiquement en même temps. Le latino papillonna doucement deux ou trois fois des paupières le temps que l'information monte au cerveau. Le moment n'était peut-être pas propice à parler d'amour, encore moins d'amour d'une vie devant deux cœur briser. Hugo avala sa salive, presque de travers avant de toussé pour évité de s’étouffait. Il avait du mal à croire que cet idiot venait de finir une course et que maintenant il lui jouer une scène de ménage. D'un mouvement, mal à l'aise, le latino jeta un regard derrière lui. Zieutant les quatre silhouettes  derrière lui. Son regard s'attarda malgré lui sur la silhouette d'Alistair avant de partir sur Matthew puis de retourner sur le corps épuisé de Thomas qui se décomposer à ses pieds. Antoine attira rapidement l'attention du latino en secouant les bras pour réclamée une accolade amical :

« Ah ! Je me dois de te féliciter ! Embrasse-moi une dernière fois avant de m'abandonner à mon triste célibat, grand fou ! »

Une alarme ce mis à clignoté en sifflant le danger dans le cerveau d'Hugo. Le corps d'Antoine se rapprocha en deux enjambée pour venir le serré contre lui. Par mémétique, Hugo recula d'autant de pas que ceux d'Antoine. Essayant de garder le maximum de distance entre les deux protagoniste. Avec un sourire gêné ainsi qu'un petit haussement d'épaule en signe d'excuse :

« Y a rien à félicité, je suis encore célibataire ! » ria-t-il nerveusement en continuant de reculer comme un pauvre fou, faisant attention à ne pas finir plaquer contre un mur.

Par de petit mouvement répété de tête, il regardait derrière lui pour ne pas trébuché. Arrivant près du bar où il pouvait essayer d'évité de se faire attrapée. Hugo essaya d'abord de se planquer derrière Alekseï et Maxwell. Mais il se rendu rapidement compte que ça n'empêcher pas Antoine de le suivre. Le russe les regarda d'un air blasé. Il trouvait la situation amusante mais hors contexte avec toute les choses qui se passait autours. C'est deux-là ne prenait pas les choses au sérieux ce qui soulagée un peu les cœur lourds. Ca changé les idées.

« Arrête tes bêtises et va prendre une douche ! Tu sens le mort-vivant nécrosé ! »

Après un haut le cœur, Hugo continua de courir pour évité de se retrouver dans une situation embarrassante, reculant en direction de la partie réserve au hôte. Peut-être arriverait-il à se sacrifié afin de pousser le coureur à se laver. Il jeta un coup d’œil à Alistair, le rejoignant en grande enjambée en évitant Antoine. D'un mouvement très courageux, il se servie d'Alistair comme bouclier. Hugo fit très attention à ne pas touchée le beau brun devant lui. Il tourna autours en évitant toujours le méchant coureur dont l'odeur soulevé les cœurs.  Tout en esquiva habilement, il regardait ce que porter le jeune homme dans ses mains :

« Tu comptes te mettre à la coiffure ? Tu veux des conseils ?
Ria-t-il en regardant tout l’arsenal
- Venant de toi, c'est une plaisanterie ? » souligna Alekseï d'un ton moqueur.

Il n'avait pas bougé de sa place et continuer de fixé en direction de la porte d'entré. Thomas était encore dans un triste état, à ce demander comment il allait faire pour tenir la soirée sans s’effondrait. Son corps resta posé contre Maxwell, malgré le fait qu'il tourna la tête pour mieux voir les autres hôtes.

«Tu veux te faire beau pour le patron ? » demanda Hugo en ricanant

D'un mouvement de jambes, Hugo se mis à nouveau à fuir Antoine. Espérant que ce gamin ambulant ce lasse de ce jeu rapidement. Hugo n'avait pas assez de place pour le fuir correctement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 185
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Mer 04 Juil 2018, 21:47

Hugo eut le bon réflexe au bon moment : alors que les bras d'Antoine se refermaient sur lui, il recula d'un bon pas, laissant les mains du sportif le rater de peu alors qu'il les refermait sur ses propres épaules. Il poursuivit l'assaut en continuant de le suivre, mais le jeune hôte reculait à mesure qu'il avançait, un bond après l'autre, les mains devant lui comme s'apprêtant à le repousser s'il se rapprochait de trop malgré l'air désolé qu'il prenait.

« Y'a rien à féliciter, je suis encore célibataire !
-Se dévouer à un amour prochain est un premier pas dans la vie de couple ! »


Les deux personnages se rétorquaient ainsi leurs avis alors qu'ils décrivaient un vol d'abeille au travers de la pièce, évitant de foncer dans le bar, passant à côté des premiers canapés du club et zig-zaguant en direction d'Alistair. Celui-ci, ses outils toujours en main, les détaillait avec un air blasé, ne sachant trop que penser de la scène. Hugo s'esquiva sur le côté après être arrivé au bar quand Antoine fit le geste de lui sauter dessus, et immédiatement ils se remirent à se courir après comme deux grands enfants, sauf que l'un des deux sentait plutôt fort à cet instant.

« Arrête tes bêtises et va prendre une douche ! Tu sens le mort-vivant nécrosé !
-C'est l'odeur du dur labeur, tu comprendras quand tu auras mis ton cupidon à tes pieds ! »


Alistair les regarda venir vers lui, et évitant de bouger il vit très rapidement Hugo se cacher derrière lui, et Antoine se précipiter à ses côtés. Ils lui tournèrent ainsi autour une fois, deux fois, trois fois à mesure qu'il fronçait les sourcils et que sa moustache retombait lourdement sur son visage tendu d'exaspération. Hugo semblait trouver la situation de plus en plus amusante cependant, en profitant pour observer ses alentours.

« Tu comptes te mettre à la coiffure ? Tu veux des conseils ?
-Non merci.
, soupira Alistair avec un tic du sourcil.
-Venant de toi, c'est une plaisanterie ?, interpela Alekseï.
-Tu veux te faire beau pour le patron ? »

Hugo ricana et s'élança pour s'enfuir de plus belle, mais Antoine lui barra soudain la route, ayant eu le réflexe de faire demi-tour avant qu'il ne se décide à quitter sa position de sécurité. Il s'apprêtait à se jeter sur Hugo enfin, quand soudain un chuintement retentit. Il se figea. Il avait fermé les yeux par réflexe alors qu'un nuage de gouttelettes retombait sur son visage. Il cligna deux trois fois des paupières : Alistair tenait devant lui un vaporisateur d'eau, le doigt en crochet sur le déclencheur. Antoine releva un bref instant les yeux vers lui, mais il n'eut pas le temps de réagir que Alistair s'était remis à lui vaporiser le visage comme on le ferait à un chat qui fait une bêtise. Antoine feula littéralement, reculant de plusieurs pas à mesure qu'Alistair avançait.

« Gwaah, arrête ça !
-Vade retro alla doccia, puanteur »
, déclara d'un ton accusateur mais monotone Alistair.

Antoine décrivit un arc-de-cercle autour du moustachu comme s'il allait tenter de prendre Hugo à revers mais finalement sous les assauts répétés de l'hôte il finit par foncer dans la salle de repos des hôtes, se cachant derrière la porte. Il lança un regard accusateur, penchant juste assez là tête pour que seule une moitié soit visible, mais quand Alistair décrivit le geste menaçant de recommencer il referma soudain la porte et on l'entendit partir en courant et en riant en direction des douches privées. Alistair soupira, levant les yeux au ciel, avant de reprendre sa marche vers le bar. Il s'assit devant Maxwell, et prévenant juste d'un geste Alekseï pour que celui-ci ne tombe pas, il s'empara du bord de la chaise de bar pour la faire pivoter de sorte que Maxwell lui tourne le dos. Le vampire écarquilla les yeux, ne comprenant d'abord pas, avant que Alistair ne s'emparent de ses cheveux, commençant par appliquer un peu du vaporisateur pour faciliter le passage de la brosse.

« C'est plus aisé quand c'est quelqu'un d'autre qui s'en occupe ; je le faisais souvent pour Sophia. »

Maxwell cligna un moment des paupières avant de se détendre, souriant avec amusement tandis que Alistair s'appliquait avec délicatesse à démêler le moindre de ses nœuds, d'abord avec les doigts puis avec la brosse. Il avait accompagné le tout, déposant le reste donc sur le bar, d'un peigne épais, d'un peigne fin, et d'un deuxième vaporisateur plus petit qui semblait contenir un produit de soin, et avait entouré son poignet d'un ruban que Maxwell avait sans doutes dû laisser en urgence dans la trousse de coiffure de Hayden. Maxwell se détendit complètement, laissant Alistair soigner sa crinière mal-soignée alors que chacun se reconcentrait sur le travail : face à la scène, Hayden s'était remis à nettoyer les assiettes repas et s'appliquait à présent à installer sur le bar tout ce qui pourrait apporter un peu de plaisir aux clients, tels que des serviettes un peu humide pour se rafraîchir compte tenu des allés-retours dans les températures ou encore des amuse-gueule qu'il laissait gratuitement pour ceux qui réfléchissaient à leurs boissons ou à leur accompagnateur ; Thomas, quant à lui, s'était aussi redressé et avait traversé le bar sans demander son reste, décidant de rejoindre Antoine pour se nettoyer, s'essuyant rageusement la tête tant ses cheveux étaient dégoulinants de sueur. Il n'accorda pas un regard à Maxwell, et celui-ci ayant fermé les yeux dans sa détente le lui rendit.

« Si le patron compte se présenter à l'ouverture il nous faut nous préparer, lança Alistair.
-Oh, n't'inquiète pas, l'est toujours en r'tard, corrigea Hayden.
-Ce qui laisse le temps pour la coiffure ! », plaisanta Maxwell qui en profita pour tourner un regard vers Hugo, rebondissant sur la précédente blague d'Alekseï à son encontre.



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 169

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Jeu 05 Juil 2018, 12:26

Antoine était drôlement rapide pour quelqu'un qui venait de faire un marathon. Heureusement, Hugo avait de bon réflexe ou un super instinct de survie. Son idée de se cacher derrière Alistair était de loin la meilleurs solutions trouver. Il resté stoïque, pendant que les deux gamins s'activaient autour de lui. On pouvait seulement sentir son aura lentement se transformer en une aura noir comme le charbon. Les signes étaient nombreux, sa moustache semblait se faire électriser. Ses mains grisée sur le matériel qu'il était aller chercher. Hugo rigola en voyant Antoine essayer de contournée sa tours de protection. A chaque fois, ils s'évitèrent mais bloquer un peu plus le pauvre Alistair. Il n'avait pas l'air ravie de son rôle dans cette dispute à voir sa moustache s'électriser. Sa voix était légèrement agacée en répondant à sa plaisanterie. Hugo, contrairement à ce qu'on pouvait pensé en le voyant, s'y connaissait relativement bien. En tout cas il maitrisé les bases en coiffures pour enfants (qui ici n'aurait été d'aucune utilités). Une ouverture ce fit vers le reste de la salle, Hugo en profita pour s'élancer vers la liberté. Il avait pris soin de ne pas touchée à Alistair pour le balancée d'un coté et de l'autre en fonction des attaques d'Antoine. Voulant évité de le rendre encore plus furibond. Son pieds se posa sur le sol pour élancer tout son corps. Seulement, le végétarien fut plus rapide qu'un guépard. Il était parfaitement en face de lui. Hugo se jetait littéralement dans ses bras pour un gros câlins tout dégoutant. Le brun blêmis en essayant d’inverser la courbe de sa course. Il était près à ce jeté au sol pour évité d'être remplis de sueur. Son talons grinça sur le sol du clubs. Il s'arrêta net malheureusement, Antoine était libre d'avancer à sa guise. Fichu, il était fichu.

Un petit bruit retendis, identique à celui que faisait une petit pompe d'eau actionnée. Hugo entrouvris un œil curieux, les ayants fermer avant de s'attendre à un contact gluants et puant. Il ne vu que le dos d'Alistair placé en mode barrage face à un Antoine bloquer. Il cligna plusieurs fois des paupières surpris par cet intervention qu'on pouvait qualifié de "divine". Il s'attendait pas à ce qu'il prennent un moment ou un autre partie dans ce conflit. Les yeux rond comme des ballons avec une petite bouille d'incompréhension total, Hugo regarda Alistair tenir en joue son adversaire avec une sorte de brumisateur. La réaction d'Antoine fut radical, il n'avançait plus du tout. Le latino resta sur le cul en regardant la scène de l'extérieur. Alistair toujours complètement blasé avancée en trempant de plus en plus Antoine avec son arme de fortune. Ce dernier, beaucoup moins ravie de passer du statue de prédateur à celui cible se renfrogna en accusant Alistair d'un regard mauvais. Hugo ne demanda pas son reste et resta près de son héro du jours. Alistair semblait tellement naturelle avec cet arme à la main. On aurait dis un dresseur d'Antoine professionnel, peut-être était-ce réellement le cas vu qu'ils se connaissaient depuis très longtemps. Hugo retenu un sourire moqueur en imaginant Antoine faire comme les tigres du cirque en obéissant au quatre volonté d'un Alistair en costume tricolore complètement blasé. Il n'y avait rien d'étonnant à voir Antoine essayer de se rebiffée face à cette autorité nouvelle. Le latino bien collée à son nouveau protecteur trouver désormais une grande utilité à ses accessoires de torture. Il devrait pensé à en avoir sur lui, ou dans des lieu pas très éloigné en prévision d'une prochaine attaque.

« Gwaah, arrête ça !
-Vade retro alla doccia, puanteur »
répliqua Alistair totalement hors du délire.

Antoine essaya vainement de contourner la tour de garde pour rejoindre Hugo. Le latino resta soigneusement planquer en regardant son ennemie se faire repousser. Finalement, Antoine décida d'abandonner la partie. Il partie en direction des vestiaires pour se protéger. Il referma la porte en laissant son regard, plein de reproche, scrutée Alistair et Hugo. Le moustachu leva simplement son arme en guise de dissuasion. L'effet fut instantané, Antoine ferma la porte en rigolant bruyamment. La guerre était fini : VICTOIRE. Hugo allait se retourner vers Alistair pour faire un câlin et criait leurs réussites, seulement le principal intéresser était déjà partie en direction du bar. Laissant le latino tout seul pour faire la fête dans sa tête. De toute manière Alistair n'aimais pas les câlins, c'était pas trop grave ! Il allait en faire un à Maxwell. Ça lui ferait plaisir et en même temps ça changerait des idées. Il se tourna vers le bar d'un pas décidé. La désillusion fut grande quand Alistair se plaça derrière Mawxell pour le coiffée. Non seulement, il n'avait pas eu son câlin de la victoire mais il n'allait pas pouvoir faire un câlin réconfortant. La jauge de câlin commençait dangereusement à baisser. Il faillit prendre Thomas dans ses bras en le voyant passé à ses côtés. Ses bras commencèrent à se tendre avant de venir se plaquer contre ses cheveux. Il avait fait une scène pour essayer de se garder propre, il ne fallait pas perdre maintenant. Secouant sa tignasse bouclée d'un geste rageur, c'est vrai qu'il n'était absolument pas coiffée. En plein feu de l'action, il n'avait pas prêté attention à la remarque moqueuse d'Aleksei.

« C'est plus aisé quand c'est quelqu'un d'autre qui s'en occupe ; je le faisais souvent pour Sophia ! » fit remarquer Alistair en commençant à coiffé tranquillement le vampire.

Un éclaire de génie traversa l'esprit d'Hugo. Le russe n'avait absolument rien à faire vu que Maxwell était pris par un autre. Il c'était décollée quand Alistair lui avait fait signe. Son corps avait basculée vers l'avant du bar regardant Hayden nettoyer les assiettes. D'un bond de cabris, Hugo se jeta sur le petit garçons qui serra fort dans ses bras. Alekseï sous la surprise, faillit tomber de son tabouret et s'écraser sur le pokemon sauvage. Le pauvre ne s'attendait pas à être une victime du calinaufore. Hugo faillit soupirait de bonheur en desserrant son emprise sur le cou du plus jeune.Alek laissa un petit rictus déridé son visage. La réaction d'Hugo l'amuserait toujours même si parfois, c'était pire que d'avoir un enfant H24 dans le clubs. Il le laissa faire tant que sa gorge pouvait faire son travail de respirations tranquille. Hugo posa sa joue contre le crâne de son collègue. Les cheveux court d'Alekseï frôlait ses paumettes et le bout de son nez. Elles dégageait une douce odeur qui calma un peu le grand brun. Ses bras ballant, son torse totalement affaissait sur celui du plus jeune. Alek avait du placé ses coudes sur le comptoir pour soutenir le poids de se corps inerte sur lui. Il ne faisait pas attention au frottement répété de la joue sur le haut de son crâne. Hugo se posa sagement pour la première fois de la soirée. Ses yeux fixaient sur les mains d’Alistair qui disparaissaient sous les mèches souples de Maxwell. Il y avait quelques chose de magique dans cet action. Ses doigts fin démêlant lentement les cheveux du vampire témoignant d'une habilité certaine. Il avait l'habitude c'est certain remarqua Hugo pour lui-même. Plus il regardait, plus il resta sagement à regarder. Ca devait être aussi apaisant de ce faire chouchouté pour Maxwell que reposant de regardait pour Hugo. Comme quoi, il fallait vraiment pas grand chose...

« Si le patron compte se présenter à l'ouverture il nous faut nous préparer.
-Oh, n't'inquiète pas, l'est toujours en r'tard.
-Ce qui laisse le temps pour la coiffure !
-Je suis coiffé !
rétorqua Hugo avec une moue boudeuse avant de murmurée plus faiblement, du moins j'ai essayer ...»

Il fallait pas mentire, il n'était absolument pas coiffé. Ses cheveux parté dans tout les sens Heureusement qu'il était assez épaix pour donner un ensemble relativement uniforme. Mais de temps en temps une boucle rebiffé en mode "Non mais je veux t’embêtai". Quoi que, toute ses boucles faisaient toute ça. Piqué au vif, Hugo abandonna son spectacle pour essayer de nouer ses cheveux en une petit queue de cheval. Peut-être arriverait-il à donnée un aspect potable. Il se redressa sur ses jambes, libérant Aleksei de son fardeaux. D'un air décidé, il se posa sur le tabouret le plus proche. Il avait choisie celui qui donnait sur un objet reflétant son portrait. Avec un sérieux peu commun, il s'essaya à la coiffure. Ses doigts se mêlèrent à ses mèche indisciplinée. Forçant dessus, tirant les quelques boucles rebelle. Dans son regard on voyait le feu de la détermination brulée. Il pris le plus grand soin à s'appliquer. Nouant l'élastique qu'une fois sur d'avoir réussi sa couette. Une fois finis, il se retourna, tout fier vers le reste du groupe :

« Fini ! » déclara-t-il d'une voix toute remplis de fierté.

Il y a très peu de mot pour décrire la catastrophe qu'il c'était faite. Pour dire, c'était pire une fois qu'il y avait mis toute son énergie à se coiffé que pas du tout. Les cheveux partait dans tout les sens parfois faisant des courbes improbable. Son élastique retant qu'une partie de toute la masse que la latino avait essayer de nouée. Des cheveux pas pris retomber sur sa nuque. Une oreille était caché par la couette tombante tendis que de l'autre côté toute les cheveux tirée la laisser à nue. Des cheveux était pris dans cet lunette de soleil. Certaine mèche bouclée était presque lâchée. Le nœud semblait plus la faute d'avoir entremêlé ses cheveux que la cause du chouchou. Une partie de ses boucles retombé devant ses yeux à la Thomas alors qu'une autre partie tenait presque en équilibre, retenu à l'arrière. On aurait dis un plat de spaghetti qu'on aurait poser sur sa tête. Il y avait rien à sauvée de cette coupe, absolument rien si ce n'est la bonne volonté d'Hugo à essayer de ce faire beau :

« Tu sais, commença Alekseï en cherchant ses mots, tu peux laisser comme avant aussi, c'est bien ! Le patron t'en voudra pas... » argumenta le jeune pour essayer de le faire changer d’avis et enlever cet horreur.

Désemparée face à cette tentative ratée de coiffure, Alekseï était ravie d'avoir les cheveux relativement courts. Il n'avait qu'à les brosser une fois pour leurs donnée leurs sens et le tours était jouer. Il n'avait pas besoin comme Maxwell de les attachaient pour évité d'être gêné. Avec ses boucles, Hugo n'était pas obligé d'essayer de les nouées, même si parfois ça lui allait bien. Mais rarement quand il le faisait tout seul. Le latino compris rapidement sa bêtise en voyant les têtes médusé de ses collègues. Il lâcha un rire franc et honnête, plus amusé par leurs tête que par sa coupe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 185
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Ven 06 Juil 2018, 21:07

Alistair se concentra sur les cheveux de Maxwell. Du bout des doigts, il démêlait habilement les nœuds les plus revêches, passant sa main comme un peigne dans la chevelure argent, s'arrêtant au moindre accro. Il fit ainsi une dizaine de fois, puis relâchant la crinière du vampire il s'empara du vaporisateur d'eau, humidifiant les cheveux de bas en haut. Il évita le crâne de Maxwell, et prenant une brosse à crins épais et disparates il donna quelques coups en surface. Il donnait des petits coup secs, tenant une mèche du bout des doigt au plus haut de la coiffure et la démêlant petit à petit, commençant par la pointe, puis remontant un peu pour attraper un autre nœud et le refaire descendre à la pointe. Il passa d'assez longues secondes à faire ceci, même si la coiffure de Maxwell n'était pas une catastrophe il avait quand même récupéré un certain nombre de nœuds. Il passa rapidement un gros peigne dans la chevelure enfin démêlée afin de s'assurer de se débarrasser des derniers nœuds, puis avec un peigne fin commença à séparer les cheveux, leur donnant un mouvement délicat entre les épaules de l'hôte.

Maxwell gardait les yeux fermés, il s'était légèrement penché vers le bar. On pouvait se demander si seulement il était éveillé, mais un hochement de tête assez vif qu'il donna lorsque Alistair lui demanda s'il ne lui faisait pas mal prouva le contraire. Alistair prit alors une brosse à crins beaucoup plus fins, et la passa dans les cheveux du vampire. Celui-ci laissa échapper un rire alors que la brosse provoquait de l'électricité statique qui fit gonfler sa chevelure. Il semblait avoir encore plus de volume sur le crâne. Cependant, chaque fois que Alistair passait la brosse, il passait par dessus sa main pour réunir les cheveux. Après quelques passages, il pris le soin pour cheveux et l'appliqua, donnant encore quelques coups de brosse ; les cheveux devinrent parfaitement lisse, se réunissant dans sa main tendue sous les épaules de l'hôte. Il fit lentement remonter sa main jusqu'à la nuque de l'homme, brossant au fur et à mesure, puis reprenant le peigne fin réunit les cheveux sur son crâne de sorte qu'ils dessinent la forme de celui-ci sans la moindre bosse ni la moindre déformation. Il resserra ses doigts sur la chevelure du vampire qui ouvrit donc enfin les yeux, faisant le geste de se tourner avec curiosité.

« Encore un instant... »

Maxwell se stoppa, laissant le temps à Alistair avec une grande habileté des doigts de nouer avec élégance le ruban noir en velours à la nuque de l'homme, en queue de cheval basse pour le moins classique mais incroyablement stylée pour l'hôte au style ancien. Alistair réunit les outils de coiffure, se redressant alors sous le regard de Hayden qui était venu s'accouder au bar juste à côté pour observer le travail.

« Quel maitr' d'la coiffure !
-Je monte les cheveux comme tu montes les alcools. »


Hayden éclata de rire à la référence à ses capacités de barman que Alistair lui offrit tandis que le moustachu se relevait. Cependant, avant qu'il n'ait pu s'éloigner, une autre voix les interpella joyeusement.

« Fini ! »

Les quatre têtes se tournèrent vers Hugo, et tous les quatre eurent une réaction différente face à la catatrophe monumentale qui se présentait à eux : Alekseï, qui était le plus près, sembla figé comme une statue, visiblement incrédule face à une telle capacité à massacrer une coiffure en si peu de temps ; Hayden, qui avait à peine calmé son précédent rire, explosa de rire de plus belle à manquer de peu d'en rouler sous le bar, se tenant à celui-ci tout en cachant partiellement sa tête derrière pour ne pas avoir à admirer plus longtemps ce spectacle de toute beauté ; Maxwell, quant à lui, retint un glapissement d'horreur, ramenant une main à sa bouche et l'autre à sa queue de cheval nouvellement faite, comme de peur que cela soit contagieux. En effet, Hugo avait la pire coiffure qu'il eut été de donner. Il avait réussi à faire une queue de côté au lieu de la faire derrière comme cela était prévu, si bien qu'elle cachait une de ses oreilles et libérait beaucoup trop l'autre. Son crâne était cabossé comme si toutes les bosses qu'il aurait dû recevoir la veille étaient soudain ressorties. Son front était barré de boucles emmêlées tandis qu'une touffe de poils innommable se dessinait sur une partie de son crâne, sans doutes supposée être une queue de cheval.

« Tu sais... tu peux laisser comme avant aussi, c'est bien... Le patron t'en voudra pas... »

Maxwell hocha vivement la tête à la remarque d'Alekseï alors que Hayden explosait encore plus bruyamment de rire. Hugo se mit à rire bêtement à son tour, visiblement amusé par les têtes d'Alekseï et de Maxwell. Alistair, derrière, soupira, portant sa main à son front. Il se rassit et reposa les outils de coiffure sur le bar.

« Bon... Viens ici, je m'en occupe. »

Comprenant le message donné sans avoir à y être invité, Maxwell se releva d'un bond, contournant le bar pour aller à la salle du staff en quelques pas joyeux.

« Bien, je vais finir de me préparer du coup. Bonne coiffure ! »

Ainsi, il laissa Alistair assis au bar, une chaise libre entre Alekseï et lui et les outils à la main afin de s'occuper d'Hugo. Il portait sur le visage un air dépité, visiblement désespéré : franchement, impossible de le quitter un seul instant des yeux, comme un chaton nouveau né.



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 169

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Ven 06 Juil 2018, 23:12

Leurs têtes étaient impayable. On aurait dis qu'il venait de se transformer en la pire créature de l'univers. Seul le rire d'Hayden témoigner que ce n'était pas effrayant mais, beaucoup trop marrant pour être supportable. Hugo afficha un grand sourire moqueur comme fier de sa propre connerie, même si ce n'était absolument pas voulu. Il n'était pas doué pour la coiffure, au moins maintenant c'était certain. Ses yeux s'arrêtèrent tour à tour en fonction des têtes. Hayden avait dissimulée la sienne, noyée sous ses fou rires à répétition. Alekseï n'arrivait plus à parler, ses yeux fixant l'horreur. La réaction de Maxwell rester imbattable. La peur était gravé dans ses yeux. Son teint qui semblait avoir blêmis sous le choc. Ses mains saisissant sa bouche et sa magnifique queue de cheval qu'avait réussi à faire Alistair pour les protéger. Hugo plissa son regard comme Antoine quelques minutes avant. Il avait très envie de ce jeter sur Maxwell en mode câlin sauvage décoiffant. Il était certain de faire partir le vampire à l'autre bout de la pièce. Ses coiffure, c'était l'ail anti-vampire. La seule chose qui le retenu dans sa bêtise, était le fait qu'Alistair avait travailler soigneusement à la confection de cet queue de cheval. Le Latino arrêta de rire en regardant ses collègues encore médusé. L'ambiance était tellement plus légère depuis la venu d'Antoine. Maxwell semblait avoir sortie de sa tête, au moins pour l'instant, sa séparation avec son collègue hôte et c'était tant mieux

« Bon... Viens ici, je m'en occupe. »

Hugo arrêta de pleuré de rire pour se concentré sur Alistair. Il avait l'air encore plus blasé que d'habitude. Dommage, il aura pas réussi à déridée tout le monde. En tout cas, il en avait fait rire un au moins c'était pas mal. Au moins l'autre barman servait à quelques chose : rire de ses mauvais blague. Le mal coiffé m'y quelques seconde avant de comprendre l'informatique qui circulé dans son cerveau. Vu la catastrophe, c'était pas idiot de laisser quelqu'un qui savait y faire pour démêlé ce gros tas de nœuds. Hugo laissa ses paupières papillonnait légèrement, ce rendant compte un peu de la chance qu'il avait. Il avait été apaisé juste en regardant le nouveau coiffé le vampire. Il allait voire si c'était aussi bien de se faire chouchouté en personne. D'ailleurs, l'ancien client satisfait ne ce fit pas briller pour laisser sa place. Le Maxwell ayant retrouver sa bonne humeur et une coiffure impeccable se leva de son tabouret. D'un geste gracieux, comme il savait les faire, le vampire marcha puis disparue derrière la salle du staff :

« Bien, je vais finir de me préparer du coup. Bonne coiffure ! » lança-t-il avant de disparaître.

Le latino se leva de son siège pour venir se poser sur le tabouret désormais vacant. Passant devant un Alekseï qui se releva à son tours. Il admira une seconde de plus l'horreur. La couette rebondissant pendant que son propriétaire se déplacer. Pompom faisait la couette, pompom. C'était absolument horrible à regarder. Le russe jeta un regard admiratif à Alistair pour vouloir prendre les choses en mains. A sa place, il aurait pris le ciseau pour tout couper, au grand drame d'un Hugo. Ce dernier semblait beaucoup moins ravie de ce faire coiffé. Il venait de remarquer tout le nécessaire à torture soigneusement ranger sur le bar. Hugo inspira profondément en venant poser son postérieur sur le tabouret. Regardant Alistair dans les yeux en lui offrant un de ses plus beau sourire. Il essayait de faire bonne mine face à la chose qui l'effrayer le plus : la coiffure. Alekseï étouffa un gloussement en voyant Hugo agir comme un véritable gamin. Il secoua la tête en lui souhaitant bon courage avant de lui aussi se dirigé vers le couloirs. Il était plus que temps pour lui d'aller ouvrir la petite terrasse extérieur et de saluée ses petits amis : les chats.

« Tu aime coiffé ? Ou tu le faisait uniquement pour aidé t'as soeur ? Demanda-t-il curieux

Hugo était seul face à Hayden et Alistair. Il se montra beaucoup plus courageux une fois Alekseï sortie. N'ayant en réalité rien à craindre, faisant parfaitement confiant à un Alistair expérimenté. Même si ça ne faisait que trois jours qu'il le connaissait. D'ailleurs, en bon Hugo curieux, il était intriguer de savoir Il pencha légèrement sa tête en arrière pour admirée le visage concentré d'Alistair :nterrogatoire Hugo mode : on. Il s'arrêta de blablaté pour se mettre correctement. Laissant plus facilement accès au désastre. La couette bougeant en avant et en arrière. Hugo rangeant proprement ses bras entre ses jambes. Se tenant bien droit sur le tabouret. Il essayait de prendre une position où il pourrait être relativement à l'aise. Le latino voulait évité de pesé un peu plus lourds sur les nerfs de son collègue. Tout en essayant, maladroitement, de caché que ça lui faisait super plaisir. Il lui en fallait vraiment peu. Son visage tout sourire avec les yeux qui pétillais. Heureusement que ses lunettes de soleil cachait son regard brûlant d'admiration.

« J'imagine qui faut que j'enlève mes lunettes ? » demanda Hugo en espérant sincèrement qu'il lui répondrait que ce n'était pas la peine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 185
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Dim 08 Juil 2018, 13:08

Alistair regarda le latino venir s'installer en face de lui en parfait silence. Il leva les yeux sur sa tignasse lorsque celui-ci fut posé, et d'un geste vint prendre une de ses mèches de cheveux pour l'observer. Il n'était pas le plus habitué qui soit en matière de coiffure pour les cheveux bouclés, mais il lui était malgré tout arrivé d'en soigner quelques uns. Cela le rassurait quelque peu, il se rappelait encore de sa première fois où le doute l'avait submergé face à la crinière bouclée d'une collègue, il avait craint de ne pas savoir comment s'y prendre, n'avait pas su où commencer ; avec l'état actuel des cheveux de Hugo, il aurait vite pris peur s'il n'en était qu'à sa première fois. Il pinça les lèvres se concentrant sur la matière du cheveux. Il avait indubitablement les cheveux plus épais que Maxwell, c'était à la fois un avantage pour la surface qui serait alors brossée, mais en contrepartie les nœuds ne partiraient pas aussi simplement qu'avec Maxwell. Heureusement qu'en finalité il n'y avait pas de forte différence de coiffure entre leurs deux types de cheveux en dehors de cela.

« Tu aimes coiffer ? Ou tu le faisais uniquement pour aider ta sœur ? »

Il abaissa les yeux sur le visage sous la tignasse. Il ne pouvait pas vraiment croiser ses yeux, Hugo avait mis ses lunettes de soleil et ne les retirait pas. Il releva un sourcil à ce propos mais se contenta de hausser les épaules, portant ses deux mains à la couette de l'hôte pour la détacher le plus proprement possible, prenant tout son temps pour éviter que l'élastique ne s'emmêle dans une mèche de cheveux, ce qui aurait été largement plus problématique. Heureusement, Hugo était supposé avoir voulu se coiffer et non se débattre avec l'élastique, de ce fait le résultat était moins catastrophique que prévu. Du moins, il y avait encore une petite marge avant l'irrécupérable.

« Etant enfant je voulais coiffer notre mère, alors je me suis entraîné. Sophia m'a aidé en jouant les cobaye, et à l'occasion au cours des années j'ai finis par aider d'autres personnes dans nos connaissances communes, et finalement quelques collègues. Je n'ai jamais pu coiffer ma mère cependant. »

Alistair avait répondu honnêtement, un peu froidement, tout en s'assurant d'avoir réussi à démêler le plus gros désastre, séparant quelques mèches pour retirer celles qui barraient le front d'Hugo. Il fut surpris d'entendre la voix d'Hayden quelques secondes plus tard, comme ayant oublié que celui-ci était présent et tendait l'oreille au moindre son émis tout en écrivant sur son carnet, une fraise entre les dents ; Maxwell avait oublié son dessert visiblement.

« Ta mère avait d'si beau ch'veux ?
-Elle en a toujours de magnifiques
, corrigea Alistair. Cependant, seuls des professionnels pouvaient se permettre d'y toucher. »

Hayden arrêta ce qu'il faisait pour le fixer étrangement. Alistair l'ignora un instant, s'emparant du rebord de la chaise de bar pour, comme un peu plus tôt avec Maxwell, faire pivoter d'un coup Hugo et ainsi l'avoir dos à lui. L'hôte s'installa un peu mieux pour l'aider, et il s'empressa aussitôt de commencer à démêler du bout des doigts les nœuds les plus visibles.

« J'imagine qu'il faut que j'enlève mes lunettes ?
-Tu dois avoir trouvé le moyen de commencer à les emmêler aussi... »


Alistair soupira et d'un geste lui retira les lunettes, cependant dans la position actuelle il ne pouvait pas croiser son regard et se contenta de déposer l'accessoire sur le bar à côté de lui, reprenant son travail. Hayden croisa les bras sur le bar, se penchant par dessus avec un sourire intéressé et un pétillement de curiosité dans le regard.

« Qu'est-ce qu'elle f'sait ta mère pour être intouchable, carrière politique ?
-Notre mère était mannequin
, corrigea à nouveau Alistair. Il lui arrive encore de déambuler sur les podiums actuellement, bien qu'elle se soit reconvertie en tant que styliste principalement. Personne n'aurait permis à un enfant de toucher la coiffure d'une célébrité du podium. »

Hayden avança les lèvres avec perplexité : il trouvait cette règle quelque peu dure pour un simple gamin voulant s'occuper de sa mère, mais l'embarras avec lequel Alistair finit ses explications lui fit comprendre que ce n'était pas le plus gros problème pour lui.

« Je... voulais devenir coiffeur de mode. »

Alistair plongea dans un profond silence, évitant de croiser le regard du barman. Celui-ci le fixait avec une grande surprise dans le regard : pour quelqu'un qui n'aimait pas le contact et qui semblait plutôt terre-à-terre, il ne se serait pas imaginé un seul instant qu'Alistair voudrait se lancer dans un tel métier. Celui-ci semblait très gêné à ce propos en vérité, et s'emparant vivement de la brosse à crins épais il s'appliqua à démêler Hugo mèche par mèche, tenant toujours chaque mèche à sa base pour éviter de tirer sur le crâne du malheureux malgré les gestes secs dont il usait, en partie pour s'assurer de démêler plus efficacement, en partie par nervosité de s'être ouvert à propos de son rêve d'enfant. Personne n'aime parler des rêves d'enfant quand ils sont trop éloignés de la réalité.



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 169

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Dim 08 Juil 2018, 17:51

« J'imagine qu'il faut que j'enlève mes lunettes ?
-Tu dois avoir trouvé le moyen de commencer à les emmêler aussi... »
soupira-t-il comme fatigué des bêtises d'un enfant

Hugo afficha un sourire extrêmement gêné. Il avait pourtant fait de son mieux pour se coiffé et sans vouloir faire l'intéressant. Mais ce n'est pas ça qui crispée son visage. L'idée d'enlever ses lunettes de soleil ne le mettait pas vraiment à l'aise. Après le choix n'était très difficile, c'était soit les lunettes soit la coupe d'un lendemain de soirée en garderie. Alistair ne lui laissa même pas le temps de dire ou de faire quoi que ce soit. D'un geste habille, il les fits glissaient pour les retiraient. Laissant à peine le temps à leurs propriétaire de fermer les paupières. Intérieurement, il priait pour que ça ne dure pas longtemps. Ses yeux regardé leurs cachette brillé d'un alleau de lumière indiquant que c'était un endroit très bien éclairé. Le bruissement de ses lunettes sur le bar le motiva à entrouvrir les yeux. Douloureusement, ses paupières papillonnère pour essayer de s'écarter. Ses pupilles se posèrent sur la silhouette du barman. Il devait s'en doutée. Hugo ne disait absolument rien en le regardant, espérant qu'à son tours Hayden garde ce qu'il savait pour lui. Ils ne disaient rien. De toute façon, ce n'était pas le genre du Barman. Leurs échangent ne dura que quelques seconde. Arrivant à peine à garder les yeux ouverts, la latino étouffa un soupir avant de refermer les paupières. La prochaine fois, il ne ferait pas quelque chose qui ne maitrise pas ou il demanderait directement à Alistair de s'en occuper.

« Qu'est-ce qu'elle f'sait ta mère pour être intouchable, carrière politique ?
-Notre mère était mannequin. Il lui arrive encore de déambuler sur les podiums actuellement, bien qu'elle se soit reconvertie en tant que styliste principalement. Personne n'aurait permis à un enfant de toucher la coiffure d'une célébrité du podium.
- Ils auraient pu te laissais faire les choses les plus simple en te surveillant !
murmura Hugo d'une voix à peine audible.

Il avait du mal à participé à la conversation. Hayden arrivait beaucoup plus naturellement à posé les question et à s'intéresser à la vie d'Alistair. Les mains dans ses cheveux le mettait dans un état de relaxation profond. Il était trop bien. Franchement, merci sa bêtises, il été tranquille pour au moins les dix prochaines minutes, un exploit. Ses oreilles n'avaient pas raté une seule phrase de la discutions. Il avait dû mal à comprendre l'environnement si strict dans lequel son collègue avait évolué. Alistair ne semblait pas avoir fait un caprice en souhaitant coiffé sa mère. Il appris à manier la brosse pendant de longue heure, coiffant sa sœur pour se perfectionner. C'était un souhait assez important pour qu'il se donne la peine de pratiqué. Il n'aurait pas fais de catastrophe, du moins irréparable, si des adultes l'auraient aidé à s'appliquer. Enfin, quoi qu'il en soit c'était trop tard. Hugo laissa un soupire s’enfuir. Les célébrités vivaient vraiment dans un monde à part pour mettre autant de distance entre un parents et son enfant. Pourtant, Alistair était douée avec une brosse dans les cheveux. Ses gestes était délicats aussi bien pour la chevelure que pour ceux qu'il coiffé. Hugo était littéralement sous son emprise. S'il coiffé sa mère aujourd'hui, il ferrait certainement aussi bien qu'un professionnel, si ce n'est mieux. Après, le latino ne pouvait pas jugée et donner son avis sur quelques chose d'aussi délicat. La seule chose qui pouvait faire été de prendre des informations, discuté et comprendre. Si bien sur, Alistair se sentait d'humeur à répondre à ses questions.

« Je... voulais devenir coiffeur de mode.
- Pourquoi tu ne l'as pas fait ?
Demanda-t-il sans ce rendre compte qu'un profond silence c'était installée de lui-même. Hugo mouva un brin sa tête pour essayer d'attirée l'attention de son coiffeur personnel, Tu dois le regrette un peu non ? »

La voix d'Alistair semblait se réchauffé. Seulement, il avait pas l'air à très à l'aise à son tour. Hugo fut mordu par la curiosité. Une folle envie d'ouvrir les yeux lui brulé les cils. Juste pour voir le visage d'Alistair pendant qu'il se livrait un peu plus. Lui qui resté très voir trop professionnel la plus part du temps. Hugo resta pourtant aussi immobile que possible pendant que la brosse démêler ses nœuds. Démêlant soigneusement sa chevelure à chaque passage. Sentant parfois quelques un s’échappe de la brosse pour retomber dans la masse. Il ne pouvait pas se permettre à ouvrir les yeux. Alors, il se contenta de chercher à comprendre toute la situation sans pouvoir visualiser les réactions de son interlocuteur. Il fallait pas oubliée le Barman, lui parler beaucoup plus facilement avec le nouvelle hôte qu'Hugo. Pourtant, contrairement à Hayden, Hugo n'eut aucune difficulté à imaginer Alistair avec une brosse dans une mains et un ciseau dans l'autre. Malgré son caractère, on pouvait aimé faire des métiers qui n'allait pas forcément avec. Alistair était assez classe pour se sentir chez lui dans cet univers. La curiosité maintenant était de savoir pourquoi le jeune homme n'avait jamais réalisé son projet. Finalement, la coiffure n'était qu'un profond échec pour Alistair. Il n'avait jamais coiffé sa maman et n'est pas devenu coiffeur de mode. Quoi que, ils n'est jamais trop tard pour pouvoir réalisé ses rêves. D'ailleurs en partant de se principe :

« Pourquoi tu n'as pas tenté de te reconvertir ? Questionna-t-il en recevant l'illumination divine.

En même temps qu'il chercher ses lunettes sur le bar du bout des doigts. Il voulait trifouillé quelques chose entre ses doigts. Ça le ferait patienté pendant le reste de la coiffure et surtout empêcher qu'il s'endorme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 185
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Dim 08 Juil 2018, 22:36

« Pourquoi tu ne l'as pas fait ? »

Lourd silence. La main d'Alistair s'arrêta un bref instant de coiffer la chevelure bouclée de Hugo. Il fixa un nœud qu'il avait réussi à faire glisser au bout d'une pointe, tenant la mèche dans un pincement du pouce et de l'index, usant des autres doigts pour lever les cheveux à hauteur de ses yeux. Il réfléchit profondément. Cependant, ne voulant pas laisser paraître son moment de vide, il se remit aussitôt à brosser, se débarrassant des derniers nœuds avec un air paisible.

« Tu dois le regrette un peu non ? »

Néanmoins Hugo insistait. Alistair baissa un peu les yeux, et ses bras se resserrèrent un peu. Il se demandait pourquoi il en avait parlé. Sans doutes parce que Hayden et Hugo étaient les deux hôtes qui lui étaient le plus proche actuellement dans le club puisqu'il ne parvenait toujours pas à considérer Antoine autrement que comme un ami de sa sœur. Le barman, un peu plus loin, glissa un regard vers Hugo mais ne sembla ni critiquer ni encourager. Il se plaçait en parfait observateur. Ses yeux cependant fixaient avec insistance les lunettes du latino sur le bar par moments. Il se demandait ce qui poussait l'homme à être à la fois curieux de l'histoire de son nouveau collègue et conservateur à propos de sa propre histoire à son égard. Il ne lui en dit rien, et finalement Alistair reprit, prenant une grande inspiration alors qu'il prenait la brosse plus fine pour s'attaquer aux plus petits nœuds, vaporisant un peu plus d'eau sur les boucles sombres du brun.

« Le monde de la mode est un monde de passion et de rivalité, je n'aime pas le poids des responsabilités suffisamment au point de tout jeter pour la coiffure. En arrivant au lycée j'ai découvert l'économie et le commerce, finalement ce milieu m'a bien mieux convenu. »

Il avait mis un terme à l'explication avec sècheresse, reprenant sa concentration pour soigner les boucles qui glissaient entre ses doigts. Par moments, après un passage de la brosse dans les cheveux de l'hôte, brosse qui rappelons-le créait de l'électricité statique et faisait gonfler la coiffure, il passait un doigt dans une mèche, l'enroulait délicatement, et faisait un début de forme de boucle afin de préserver les formes des mèches qu'il triait ainsi, les séparant proprement pour un effet plus ordonné. Cependant, Hugo s'entêtait. Tournant légèrement la tête comme voulant amorcer de regarder le visage d'Alistair, il se retenait à chaque fois, et finit par amener sa main sur le bar en semblant chercher quelque chose tandis que sa voix résonnait.

« Pourquoi tu n'as pas tenté de te reconvertir ?
-Je n'en ai ni le temps ni l'envie »
, soupira Alistair.

Disant cela, il prit les lunettes du latino et les poussa vers lui, se doutant qu'il ne pouvait supporter de ne pas avoir quelque chose à utiliser comme passe-temps au vu du temps qu'il passait à mettre en désordre le bar de Hayden. Celui-ci releva un sourcil.

« Vraiment... ? », fit-il, peu convaincu.

Cependant Alistair était catégorique alors qu'il expliquait la suite.

« Lorsque l'on se lance dans le milieu de la mode, il faut garder à l'esprit que les places sont extrêmement limitées. Chaque place atteinte, chaque assurance d'avoir un revenu fixe est à considérer comme un miracle. Il faut se dévouer corps et âme à son art et à la personne que l'on doit suivre, quoiqu'il arrive la mode doit passer avant tout, absolument tout. Pour parvenir à ses fins, un artiste de mode est prêt à tout, y compris à écraser ses concurrents : les mannequins glissent du piment dans le maquillages de leurs collègues, les stylistes décousent les vêtements laissés hors de surveillance, les coiffeurs ne se gênent pas pour modifier le matériel d'un collègue pour que le peigne fonde au passage du sèche-cheveux et aille réduire à néant une heure de travail acharné. En résumé, tout est bon pour que l'autre ne puisse plus travailler et nous laisse la place, il n'y a que quand la place est assurée que l'on peut baisser sa garde. Les premières années à monter les échelons sont une bataille de longue halène, un combat à mort. »

Achevant une dernière boucle, il s'empara du peigne et commença déjà à utiliser le soin pour cheveux, semblant trouver nécessaire avec la coiffure du latino de sculpter le tout bien plus tôt que pour la crinière de Maxwell. Il utilisait tantôt le peigne épais pour ramener une mèche vers lui et lui donner un mouvement, tantôt la queue de celui-ci pour enrouler mieux les boucles du latino. Il tirait un peu dessus, tenant toujours à la racine pour ne pas lui faire mal, mais insistant un peu sur la tenue afin que la boucle ne se transforme pas en anglaise tout en s'enroulant élégamment sur l'épaule de Hugo.

« Comme pour tout travail d'art, la coiffure nécessite de ne vivre que de passion les premières années. On doit être prêt à tout lâcher, les possessions matérielles, sentimentales, tout uniquement au nom de la coiffure. A mon niveau actuel, je pourrais au mieux servir de remplaçant pour coiffer de jeune mannequins qui n'ont pas encore leur propre crew. Mais je n'en ai pas trouvé l'envie, la coiffure est presque au mieux un hobby pour moi. »

Prenant le peigne fin, il ne s'attarda pas néanmoins avec celui-ci, se concentrant sur les mèches inférieures pour s'assurer que de nouveaux nœuds ne commençaient pas à se former et l'utilisant surtout pour forcer un mouvement aux mèches les plus en avant. Il le prépara surtout pour petit à petit arranger la coiffure du latino sur le dessus de son crâne et ramener les boucles entre ses doigts, ayant enroulé l'élastique autour de son poignet en prenant l'outil afin de se préparer à nouer le tout. Contrairement à ce qu'il avait fait pour Maxwell, il ne laissa pas les cheveux retomber sur sa main au bas de la nuque du latino mais tira chaque boucle, y compris celles accrochées à sa nuque, vers le sommet à l'arrière du crâne de l'hôte.

« Je n'ai jamais fait la moindre étude, je ne connais donc que ce que j'ai pu apprendre par moi-même, officiellement rien dans mon CV ne peut supporter mon travail. Finalement, au terme du collège, j'ai quitté l'Ecosse pour poursuivre mes études, c'est là que j'ai vu pour la dernière fois ma mère en tête à tête, j'avais déjà vu que je ne pourrais pas devenir coiffeur à ses côtés. Arrivé au lycée en France, je suis entré dans une filière économique où j'ai commencé à m'intéresser au fonctionnement de l'économie mondiale et du commerce, ce qui m'a mené par la suite à de hautes études de commerce. J'ai d'abord travaillé dans une petite entreprise indépendante, puis j'ai été engagé dans une entreprise plus connue dans les environs, avant qu'on m'y propose un poste de comptable pour une durée indéterminée compte tenu de mes diplômes, me proposant par ailleurs d'atteindre un poste spécifique via une future formation. Inutile de préciser que c'est là que j'ai abandonné, cela faisait trois ans que je faisais la comptabilité de l'entreprise quand j'ai été mis à la porte. »

Avec délicatesse, Alistair choisit plusieurs boucles qu'il réunit pour les laisser danser sur les tempes d'Hugo, assez fines mais suffisamment présentes pour donner un peu plus de vie à son visage malgré la surface lissée qu'il avait créée sur son crâne. A l'arrière, il noua le reste des boucles un peu en hauteur, les faisant bomber un peu en l'air et retomber à l'arrière de son crâne jusqu'en haut de sa nuque. Le tout donnait une finesse toute particulière au visage d'Hugo, comme si son visage était plus élancé, avec un air de renard. Par ailleurs, la coupe rafraichissait énormément le visage d'habitude assailli de boucles du jeune homme, comme si cette fois-ci son visage était éclaircit. Alistair déposa ses outils et usa de ses doigts pour perfectionner le résultat.

« A présent j'espère être engagé ici puisque Sophia s'est donné ce mal pour m'y amener. Je doute que songer à la reconversion dès maintenant soit une bonne idée. A moins que tu sois pressé de te débarrasser de moi ? »

Alistair prit la chaise de bar et la fit pivoter afin que Hugo lui fasse face, ainsi il pouvait admirer le résultat plus proprement. Il retira complètement ses mains de la tête de l'hôte, considérant son travail terminé de même que la conversation. Hayden se redressa, pensif, avant de s'éloigner à l'arrière du bar, finissant d'organiser ses bouteilles et ses pensées.



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 169

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Lun 09 Juil 2018, 12:27

Un long silence s'imposa après sa phrase. Hugo commença à peine à ce dire qu'il était peut-être un peu trop insistant envers Alistair. Il n'aurait pas du relevé la confidence dès le départ. Il aurait dû se concentré principalement sur le fait que le nouveau ce sentais assez bien pour en discutée. Le latino s'en voulu profondément en prenant enfin conscience des choses. Remarquant à quel point il avait marquer de tact envers le nouveau. Contrairement à Hayden qui c'était correctement tue au moment opportun. Méchant Barman qui souffle pas les réponses. D'un autre côté, Hugo n'avait absolument pas forcée le jeune homme à répondre. Il aurait très bien pu laisser un blanc. Quoi que non, il l'aurait embêté pour savoir. Alistair aurait pu dire simplement qu'il ne voulait pas en parler. Il n'aurait pas insisté pour évité de le mettre en colère. Son corps avait retenu la leçon. Ce matin, il avait remarquer de petites traces bleuté sur sa peau basanée. Montrant que les représailles d'Alistair en plus d'être sérieuse était marquant. Le jeune homme avait su ce montré beaucoup plus d'autorité en une soiré qu'Hayden et Maxwell en plusieurs mois de collaboration. Tout en retrouvant son éternelle sourire, il remarqua enfin un petit détail. Certes, il embêté "un peu" Alistair, mais, ce dernier répondait quand même à ses question. Il le faisait en soupirant et ne parlant d'une voix froide et sèche, mais il répondait. Son collègue soupirée d’épuisement en cherchant à coupée court à la conversation mais continuer quand même tant qu'on ne le laissait pas tranquille. Le brun pinça ses lèvres malgré son grand sourire. Cette idée était beaucoup plus réconfortante que celle d'être un horrible emmerdeur. Les doigts d'Alistair continuaient de glissait dans ses cheveux. A répétition, accompagnant chaque mèches pour les tournés et leurs donné un jolie plie. Alistair devait possédé une patience en or pour pouvoir reformer mèches par mèches chacune des boucles sur la tête d'Hugo et le supporter en même temps.

« Je n'en ai ni le temps ni l'envie !soupira Alistair.
- Vraiment... ? » répondu Hayden sur un ton plein de sous entendu.

Le latino n'était pas bon pour les sous entendu. On devait lui dire les choses clairement et le plus souvent, de la façon la plus simple possible. Sinon, il finissait par se méprendre ou par avoir des réactions à l'exacte opposer de cette qu'il devait adoptée. Ses doigts finirent par rencontré l'objet de ses recherches. Il avait à peine entrouvris l’œil pour voir la main d'Alistair disparaître dans son angle mort. Seulement, le geste était si rapide qu'il n'aurait pas pu affirmer si c'était vrai. Ses yeux étaient complètement brouiller. Ne tenant en visions qu'un amas de couleurs vive dont on aurait ratée la mise en forme. C'était quelque chose qu'il avait remarquer depuis le début : Alistair était prévenant avec les personnes qui l'entourée. Aussi bien les intelligent que les idiots. Pendant qu'il était sur son petit nuage tout content. La conversation avait continuer. Alistair prenant un air très sérieux dans ses explications. Pour une fois, il fit preuve d'une grande sagesse : il ferma sa grande bouche pour écouté religieusement Alistair. De toute ce qu'avait dis son collègue. Hugo n'en tira que trois idée fondamental : la première était le fait indéniable que son collègue avait longuement réfléchie à la situation. Au point d'arriver à faire la différence entre un hoppy, une opportunité et un travail. La deuxième chose était le fait qu'Alistair avait choisis l'économie en opposition total avec son idée de dépars. Et le mieux était qu'il l'avait fait sans être dépité de son précédent rêve. La dernière était plus personnel à l'hôte en lui-même vu qu'il concerné le rapport avec sa propre mère. Ils n'avaient pas l'air d'avoir une relation très épanouie. Hugo se serait même attardé à l'hypothèse que sa mère l'es empêché de devenir coiffeur au profit d'une carrière plus honorable (et stable dans le paiement): Finalement, il devait ajouté un truc à sa liste : Alistair avait l'air de ne jamais avoir réussir à satisfaire cet envie de prendre soin de sa mère.

Pendant qu'il continuait à le coiffée. Alistair déborda sur son histoire personnelle. Dans les grandes lignes ont pouvait faire le parcours de l'écossais. Il avait finis par choisir une branche qui l'intéresser au point de continuer dans les hauts niveaux de sa discipline. Il obtiens même une bonne place. Tout semblait lui sourire mais, la fin de l'histoire, n'était pas très joyeuse. Ses mains arrêtèrent de jouer avec les branches de ses lunettes. Hugo savait qu'Alistair avait besoin d'un emplois, sinon il n'aurait jamais fait sa rencontre. Sauf qu'il ne connaissait rien en l'histoire qui l'avait pousser à devenir hôte. Les traits de son visage se figèrent dans une grande expression d'étonnement. Ses sourcils redresser par la perplexité. Hugo avait supposer qu'Alistair est voulu changer de métier ou avait fini par s’être lasser de son travail. Il n'aurait jamais parier que ce soit son entreprise qui l'avait mis à la porte. Rien mais alors absolument rien chez son nouveau collègue laissait pensés à un problème dans le travail pouvant conduire au licenciement. Alistair semblait être une des personnes les plus professionnels qui soit dans l'entourage d'Hugo, avec Antoine, Hayden et Maxwell. Il était posé, calme, réfléchie sur les situations et travailleurs ce sont des défauts qu'on peut difficilement reprocher à un travailleur. Sans doute y avait-il derrière cette histoire des événement qu'Alistair laisser volontairement sous silences. Automatiquement, des questions lui brulèrent les lèvres. La curiosités tambourina à sa porte avec le plus de force possible. Ses mains se remirent à trifouillée ses lunettes. L'envie de demander le pourquoi du comment était tellement attirant. Seulement, son esprit ignora superbement toutes les supplications d'un refet de la pensés. Aucune question ne sortirait de ses lèvres ! foi de Hugo. Alistair se livré déjà beaucoup pour son troisième jours, Hugo aurait tout son temps pour poser ses questions un peu plus tard. Surtout que les autres allaient bientôt revenir. Les choses qu'Alistair pouvait livrée aux deux hôtes, il n'était peut-être pas près à le livrée à tout le clubs.

Fort de cet élan de maturité. Hugo bomba le torse avec fierté. Les mains d'Alistair se faisait de moins en moins présente le haut de son crâne. Le moment de détendre commencé à devenir du passer. Hugo passa à autre chose : maintenant il avait juste hâte de voir à quoi qu'il ressemblait. Alistair ne pouvait faire que mieux et en partant de très loin. Et il allait pouvoir remettre ses lunettes ! Tant mieux, ses yeux commençaient à lui piquer à force d'essayer de les entrouvris à chaque fois. Sa chaise ce fit agrippée. Tout son corps quitta son appuis sur le bar pour tournée avec elle. C'était drôle. Hugo devait faire face à Alistair et à de la lumière car ses paupières ce mirent à rougir un peu plus. Après, le son de la voix de son coiffeur personnelle aidé beaucoup à se géolocaliser dans les lieux.

« A présent j'espère être engagé ici puisque Sophia s'est donné ce mal pour m'y amener. Je doute que songer à la reconversion dès maintenant soit une bonne idée. A moins que tu sois pressé de te débarrasser de moi ? »

Son premier réflexe fut d'avoir envie d'ouvrir les yeux pour pouvoir lui montré que ce n'était pas du tout ce à quoi il avait pensés. Le second, plus réaliste fut de se dépêché de remettre ses lunettes sur le bout de son nez. Tâche légèrement ardu quand on voulait faire attention à la coupe de cheveux qu'on avait sur la tête. Hugo plaça ses deux pouces sur son front pour retenir les quelques mèches qu'Alistair avait laisser devant. D'un même mouvement, il poussa les banches en direction de ses oreille pour évité qu'elle n'emporte avec elle les quelques mèches de libre. Une fois les lunettes correctement ajustée, ses pouces lâchèrent d'eux-même les mèches qui retombé sur son visage. Hugo pu enfin rouvrir correctement les yeux. Un peu douloureusement vu qu'il passait d'un peu de lumière à de la lumière filtré par ses verres. Il releva le visage devant Alistair. Ses yeux le fixèrent enfin correctement dans les yeux. Ses lèvres étiraient un grand sourire ravie.

« C'est Sophia qui à dû faire le plus dur pour te tirée ici, se moqua-t-il en passent sous silence, le fait qu'il avait faillit quitter le clubs avant même de commencer, Depuis ton premier jour tu ne fais que t’améliorai, ce qui est très prometteur pour la suite car tu as du potentiel pour devenir un super hôte ! Tu fais mon orgueil » Ponctua-t-il d'un rire plus franc et honnête.

Il admira quelques seconde le profil élégant de l'homme qui lui faisait face. Son visage bien dessiné avec sa petite moustache sur le dessus de ses lèvres. Sa taille élégante, bien proportionnée. Sans compté qu'Alistair était du genre prévenant, avait une bonne expérience dans la relation clients. Pour Hugo Alistair avait toute les qualités aussi bien physique que mental pour faire un hôte, ne lui manquée que l’expérience. Et après, il partait d'un principe très con : si le patron l'avait engagée lui, Alistair n'aurait aucun mal à se faire engagée.

« Et si tu partais, on ne pourrait plus discuté sur le chemin du retour ! » fit-il avec une étrange sincérité dans la voix.

Il n'avait pas parler d'un ton particulièrement enjoué ou autre, même Hugo pouvait avoir des réactions normal. D'un mouvement de tabouret, son corps rebascula de l'autre côté pour essayer de s'admiré devant un objet réfléchissant. Il jeta un rapide regard sans réussir à trouver ce qu'il chercher. Il eu une meilleurs idée en fouillant dans le bar à la recherche d'une bouteille noir. La posant devant lui pour faire un miroir. Hugo s'admira longuement, tête à droite, tête à gauche. Il avait même un peu de mal à croire que sa tignasse puisse être aussi proprement domptée. Ses boucles était harmonieusement répartie sur toute la surface de son crâne. Aucune d'entre-elle ne faisait un épis bizarre, ne bouclé trop ou pas assez. Elles étaient toutes correctement mis en place. Ce qui fut assez rare pour laisser Hugo admiratif devant le travail d'Alistair. Même à son "petit niveau" comme l'hôte l'avait lui-même jugée, c'était d'une qualité remarquable. Il en resta même bouche bée sans savoir quoi dire tellement. Ses yeux en direction d'Hayden à la recherche d'une quelconque approbation. C'était pas évident de demander un avis quand tu n'avais que trois personne, tu prenais ce que tu as :

« C'est incroyable ! » fini-t-il par lâché entre deux merci, toujours sous le choc d'un tel changement.

La coupe l'avait complètement changer le visage. Il connaissait les conséquences avec du maquillage, mais, il n'avait encore jamais crus qu'une coupe de cheveux puisse autant influé sur le visage d'une personne. Tout en se regardant une dernière fois, il afficha un de ses plus beau sourire en se tournant vers Alistair, le visage rayonnant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 185
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Lun 09 Juil 2018, 14:19

Vivement, mais néanmoins avec prudence pour ne pas réduire à néant plusieurs minutes de travail intense, Hugo remit ses lunettes d'un air plein d'assurance. Avec ses cheveux tirés vers l'arrière, il semblait plus sérieux ainsi étrangement, mais comme il ne pouvait s'empêcher de sourire il revenait à son apparence sympathique. Alistair soupira légèrement, plus d'amusement pour ce fait que de réelle exaspération ou de dépit. Hugo était ravi, c'était déjà une bonne nouvelle.

« C'est Sophia qui à dû faire le plus dur pour te tirée ici.
-Si peu
, firent Alistair et Hayden - depuis l'arrière du bar - d'une même voix avant que le barman n'éclate de rire.
-Depuis ton premier jour tu ne fais que t’améliorer, ce qui est très prometteur pour la suite car tu as du potentiel pour devenir un super hôte ! Tu fais mon orgueil. »

Alistair fit tout un show en levant les yeux au ciel, mais n'arrêta pas Hugo dans ses compliments.

« Et si tu partais, on ne pourrait plus discuté sur le chemin du retour !
-Quelle catastrophe »
, exprima l'hôte avec ironie.

Sur ce, Hugo abandonna les éloges pour plutôt se concentrer sur sa coiffure. Il se jeta à plat ventre sur le bar pour piocher des bouteilles derrière celui-ci jusqu'à s'emparer d'une bouteille noire et la posa devant lui, profitant du fort reflet sur le verre pour se faire un miroir. Un magnifique miroir déformant et beaucoup trop fin. Hayden soupira, levant les yeux au ciel à son tour avant de s'emparer d'un miroir qu'il gardait lui-même derrière le bar en grande partie pour que les clients puissent en profiter mais aussi pour que les hôtes puissent y jeter un œil en cas de soucis entre deux appels de clients. Il le plaça entre la bouteille et Hugo, utilisant la première comme socle afin que le second puis s'admirer dans le nouvel objet. Il se tournait dans un sens et dans l'autre, souriant en se dandinant sur sa chaise. Alistair rangeait tranquillement ses outils et se leva pour partir.

« C'est incroyable ! »

Il se stoppa un bref instant quand cette exclamation admirative retentit. Hugo se tourna vers lui, souriant, et aussitôt il se retourna pour lui montrer son dos comme pour ne pas croiser son regard. La pointe de ses oreilles, cependant, rougissait légèrement. On ne lui faisait pas souvent des compliments pour ses coiffures... Il pressa le pas jusqu'à la pièce du staff, se glissant entre la porte et Antoine qui sortait enfin, habillé, coiffé et parfaitement propre. Le brun regarda le frère de son amie disparaître dans la pièce alors qu'il s'avançait vers le bar, semblant curieux.

« Tu fais des tests d'amuse-gueule épicés Hay' ?
-Alice n'y est pas sensible »
, contredit le barman en tirant la langue d'un air évident.

Antoine se frotta le menton d'un air inquisiteur, avant que ses yeux ne retombent sur Hugo. Il sourit avec amusement, un pétillement d'admiration dans le regard.

« Ouah, monsieur Hugo, vous êtes délicieux aujourd'hui ! »

Disant cela, il passa à côté du latino et se pencha sur lui pour l'embrasser sur le front avec un petit soupir rieur avant de finalement rejoindre une chaise de bar. Il s'étira, visiblement fort détendu après son sport du matin et sa bonne douche. Hayden déposa devant lui une bouteille d'eau qu'il devait sans doutes garder à portée de main avec d'autres sœurs de celle-ci afin de rafraichir les visiteurs qui avaient besoin d'autre chose que de l'alcool... Souvent quand ceux-ci étaient suffisamment alcoolisés comme ça. Antoine n'en fit qu'une bouchée, balançant la nuque en arrière alors que l'eau coulait dans sa gorge asséchée. Hayden en profita pour observer l'heure.

« On ne va pas tarder à ouvrir le club, rien de plus à préparer ?
-Nope
, s'exclama Antoine avec un long soupir après s'être désaltéré, Thomas et moi on a pu préparer notre duo. »

Il fit un clin d’œil à Hugo, se doutant que celui-ci s'inquiétait pour le duo éternel du club ; les choses devaient bien changer un jour, en tous cas Antoine ne semblait pas gêné d'avoir à aider dans ce sens pour le moment.



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 169

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Lun 09 Juil 2018, 17:22

La réaction d'Alistair le laissa perplexe. Leurs regards ne se croisèrent qu'une seconde avant son collègue détourne le regard. Il avait l'air de le fuir. Sous l’étonnement, il remarqua à peine les oreilles rouges. Et malheureusement, il était trop idiot pour comprendre la véritable signification. Ses lunettes fixèrent Hayden pour essayer de comprendre. Seulement le barman n'en avait rien à faire, préférant s'occuper de son bar. Hugo avait été ravie de le voire sortir un miroir. C'était beaucoup plus pratique. Il pouvait s’admirer plus facilement sans déranger les bouteilles d'Hayden. Alistair partie en direction des vestiaires sans demander son rester. Laissant un Hugo intrigué derrière lui. Le latino le regarda longuement avant qu'il ne disparaître. C'était fou comme deux seconde avant, il le raillait parce qu'Hugo s'appliquer à faire son éloge et que maintenant, il partait sans rien dire les oreilles relativement rouge. Il fumé de colère ou il était simplement gêné. En retournant vers le bar. Hugo redéposa le miroir dans l'espace privé du barman. Il s'était assez admirée pour la soirée après il allait devenir narcissique. Son cerveau était en train de surchauffé pour essayer de comprendre cet réaction. Il aurait mieux fait de rester aveugle, au moins là il se serait pas plus posé de question. Posé sur son siège, son corps s'amusa à ce faire tournée. Encore et encore, en mode gamins sur un manège. Il s'arrêta net quand Hayden se mis à parler tout seul. En faite, pas vraiment, plutôt avec un magnifique Antoine sauvage qui venait de faire son apparition. Il venait de remplacer le Alistair coiffeur. Le jeune homme se rapprocha du bar. Les yeux pétillant comme à son habitude :

« Ouah, monsieur Hugo, vous êtes délicieux aujourd'hui !
- Vous n’êtes pas mal non plus monsieur Antoine, vous dégagé un délicieux parfum de fraicheur »


Le latino fit un grand sourire charmeurs à son collègue. Maintenant toute à fait disposé à offrir un gros câlins à son collègue. Antoine se pencha légèrement vers lui. Naturellement, Hugo releva le bout de son museau. Il sentait l'Antoine fraichement lavé. Ses narines respirèrent son parfum malgré lui. Ils se regardèrent un instant avant qu'Antoine vienne déposer un chaste baisé sur son font. Hugo profita du léger touchée pour élargir son sourire. Les bisous c'est encore mieux que les câlins. D'ailleurs, c'est vrai que ça faisait un moment qu'il n'avait pas fait de câlin. Il se retourna vers le bar. Récapitulant silencieusement où chacun ce trouver. Il fallait choisir sa prochaine victime avec le plus grand soin ; Alistair était dans la partie Staff certainement avec Thomas qui finissait de ce préparée. Alekseï était dehors en mode, j'aime les animaux félins, ensuite le vampire c'était enfermer dans le bureau. Il devait vouloir évité de croiser Thomas avant l'ouverture du clubs. Hugo s'arrêta de réfléchie à son projet de câlin. Il y avait beaucoup plus urgent en faite. C'était bien d'avoir prévus une bouée de secours pour Maxwell, mais il avait complètement oubliée de préparée celle de Thomas. Hugo sentie l'illumination tomber sur son cerveau. Leurs arrivée fracassante avait modifié l'ambiance dans le clubs. Chacun était partie faire sa petite vie, sans se soucier de ce qui allait bientôt arriver. Sauf, que maintenant il fallait s'en soucier et il n'avait plus beaucoup de temps pour y réfléchir.

« On ne va pas tarder à ouvrir le club, rien de plus à préparer ?
-Nope,
s'exclama Antoine, Thomas et moi on a pu préparer notre duo. »

Hugo n'avait même pas eu le temps de poser ses angoisse dans la conversation. Antoine y avait répondu non sans lui adresser un clin d'oeil complice. Avec de tout petit yeux rond, le latino fixait l'étrangeté à ses côtés. Pour la seconde fois de la journée, il avait l'impression qu'une incarnation divine était à ses côtés. Il ne pu même pas caché son étonnement tellement il ne s'y attendait pas.

« Ohhh ! Quel homme, mais quel homme ! acclama Hugo, Embrasse moi grand fou » mima-t-il en s'inspirant d'une ancienne scène jouer un peu plus tôt.

Hugo se jeta au cou d'Antoine pour l'enlacer tout en s’écaffant de rire suite à sa phrase. Ses bras venant entourée sa nuque. Tout son corps chuta sur le côté pour écraser le garçon. Sous le fait de la rapidité, ils avaient faillit tomber de leurs sièges. Hugo ayant eu le bon réflexe au bon moment, de s'aggripée au comptoir. Maintenant rester une autre chose à faire, prévenir tout le monde que le clubs allait ouvrir. Normalement, chacun sans douté plus ou moins en fonction du temps passé, mais c'était toujours bien de le dire clairement. Sa évité qu'un hôte en mode tranquillous billoute devant les clients. Hugo se redressa sur son siège. Vérifiant que sa coupe de cheveux était resté intacte. Une fois la vérifications validé. Il sauta sur ses jambes en quête de nouvelle aventure. C'est à ce moment précis que sa tête lui fit clairement comprendre que non : il n'aurait jamais du bouger son cul. La pression descendu d'un coup, obligeant Hugo à faire de même en se reposant sur le siège. La tête commençait à le lancer. L'envie de jurée plus fort mourrait dans sa gorge. Il allait bien, quelques seconde au paravent, il faisait le fou avec Antoine et maintenant qu'il essayer simplement de se levé. Son corps refuser obstinément. Faisant bonne figure en gardant son sourire sur les lèvres. Ça allait passé. Du moins il l'espéré de tout son cœurs.

« Je suis trop ivre d'Antoine ! peut plus me levé » rigola Hugo pour donner une explication à ses actions.

Normalement, aucuns de ses deux collègues ne chercherait trop à comprendre. Ils mettraient ça sur une de ses bizarrerie habituelle. Du moins, c'était certain pour Antoine. Peut-être moins pour Hayden qui avait sale habitude de toujours tout comprendre. Heureusement, Alekseï arriva à ce moment-là. Son regard se posa directement sur le latino. Admirant l'étrange changement qui y avait eu lieu. Il dû même clignée des yeux pour être sur que ce ne soit pas lié à une hallucination. Alistair avait vraiment fait du bon travail. C'était étrange de voir à quel point le latino avait une toute autre tête avec cette coupe. Il paraissait enfin faire correctement son âge en plus d'avoir l'air sérieux approprié. Alekseï afficha un léger sourire en fermant la porte derrière lui.

« J'imagine qu'on va offrir le clubs ? Demanda-t-il en s'approchant du bar, faut faire quelques chose en particulier ? »

Ses yeux se posèrent sur le Barman. Il attendait debout à proximité d'Hugo qui semblait encore faire l'idiot. Attendant une réponse pour savoir quoi faire. Il espéré que la soirée ce passe relativement tranquillement. D'ailleurs, il allait devoir voir le patron en tête à tête. Finalement... cette soirée aller être très longues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 185
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Mar 10 Juil 2018, 14:58

Visiblement l'action d'Antoine eut un fort effet sur Hugo car celui-ci se mit à sourire à pleines dents. Antoine avait beau être particulièrement obtus à certains sentiments que pouvaient avoir autrui, il n'en restait pas moins quelqu'un d'incroyablement intelligent et de réactif, se retrouver quelques heures avec Thomas lui avait suffit à comprendre la situation et il lui avait été aisé de deviner les plans que les autres auraient pu préparer, il lui suffisait de garder Thomas sous surveillance. Hugo s'élança vers lui :

« Ohhh ! Quel homme, mais quel homme ! Embrasse moi grand fou !
-Devrions-nous établir une date de mariage ? »
, rebondit Antoine en passant son bras dans son dos pour le tenir contre lui, riant autant que lui.

Tous deux basculèrent dangereusement en arrière mais se retinrent au bar, riant de leurs bêtises tout en se câlinant comme deux grosses peluches. Hayden leva les yeux au ciel à leur encontre, un sourire amusé au coin des lèvres, s'accoudant à son bar avec un verra de vodka à disposition : travail ou pas il ne pouvait décidément pas s'en empêcher. Hugo se releva alors d'un bond, prêt à partir prévenir les autres de l'ouverture, mais retomba maladroitement sur Antoine en riant aux éclats. Le brun releva les sourcils avec un sourire dubitatif.

« Eh bien, ne te lève pas aussi vite.
-Je suis trop ivre d'Antoine ! Peut plus me lever...
-J'espère au moins que c'est une ivresse de mon amour ! »


Bouffonnant joyeusement, Antoine aida Hugo à se relever tandis que Alekseï entrait dans la pièce. Il s'assura qu'il tenait debout pendant que le Russe admirait le changement radical que la coiffure d'Alistair avait apporté au latino. Tout en ne le quittant pas du regard, il ferma la porte derrière lui et prit la direction du bar, allant se placer en face d'Hayden.

« J'imagine qu'on va ouvrir le club ? Faut faire quelques chose en particulier ? »

Hayden ne lui répondit pas. Il s'était redressé de son bar, les mains posées sur les hanches. Droit comme un piquet, ce qui était assez rare compte tenu du fait qu'il était le plus souvent accoudé à son bar, il laissait éclater toute l'imposante grandeur dont il faisait preuve du haut des deux mètres qu'il dépassait. Le torse bombé, les épaules parfaitement ouvertes à en tenir parfaitement le torchon qu'il laissait toujours sur son épaule gauche, les pieds à largeur d'épaules, il était bien campé derrière son bar comme un guet ou un gardien. Son regard, pour sa part, n'avait pas quitté Hugo. Il avait les sourcils légèrement froncés, la mine soucieuse, les traits tirés. Ses lèvres étaient étirés en une expression d'inquiétude. Il soupira du nez sans cligner un seul instant des yeux, lançant à l'encontre d'Alekseï :

« On va ouvrir. Va prév'nir Maxwell et Alistair. »

Non seulement n'avait-il visiblement pas écouté ce que le Russe lui avait dit, mais par ailleurs il semblait bien moins détendu qu'à l'accoutumer. Il n'avait pas nommé Maxwell et Alistair par les éternels Max et Alice tel qu'il les avait surnommés, et n'avait pas un sourire à l'horizon. Il se retourna vers son carnet au même moment auquel Antoine choisit de tourner la tête vers lui : ce dernier avait en effet remarqué ce détail, mais voyant que le barman vaquait naturellement à ses occupations il considéra que ce n'était sans doutes qu'un dérapage, ou que le barman était agacé par quelque chose dans son travail. Il se concentra donc simplement sur le fait d'arranger la tenue de Hugo tout en riant toujours entre deux mots, s'amusant avec le latino en toute innocence. Hayden continuait de glisser des regards sévères vers Hugo. Thomas entra à ce moment dans le bar, et échangea un bref regard avec lui ; le barman lui indiqua l'extérieur pour lui intimer que le club allait ouvrir, et le brun hocha la tête, allant se placer à l'entrée en attendant l'heure exacte pour faire l'ouverture.



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 169

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Mar 10 Juil 2018, 23:51

Antoine avait agis instinctivement pour venir récupéré sa princesse. Hugo avait jouer sur le fait qu'il venait de l'aidé pour faire semblant de s'évanouir. Grossissant le trait en lâchant un petit «AHH » en soupirant amoureusement. Ses lunettes sur le bout du nez fixait les yeux d'Antoine avec un regard complice. Hugo l'adoré à un point, y avait qu'avec lui qui pouvait satisfaire sa dose de câlin et raconté autant de connerie à la seconde. Ses yeux continuait de le lancée. C'était pas bon. Hugo se mordu la joue intérieur. Il n'avait pas le droit d'être un boulet pour le clubs mais, il n'allait pas faire sa chochotte non plus. Sans rien dire, il se relevait avec l'appui de son amoureux caché. Hugo eu l'impression que sa tête allait exploser. Hayden ou le patron allait le tuer s'il laisser échappé son mal. Il allait le cloué dans un coin jusqu'à ce qu'il se repose. D'ailleurs, il devrait peut-être le faire maintenant avant que sa devienne trop important. Posé sur ses pieds sans lâché les bras d'Antoine. En profitant pour le câliné sans la moindre gêne. Une fois debout, Hugo remarqua enfin que son petit Alekseï était rentré dans la pièce. Ce dernier le regardait avec un air bête sur la tête/ Son visage se tordu dans un grand sourire moqueur. C'est fou de voir le russe se faire surprendre pour si peu. Lui qui ne réagissait normalement uniquement pour le beau barman derrière lui. Il se rapprocha d'eux, toujours le regard curieux pendant qu'il analyser le latino.

« J'imagine qu'on va ouvrir le club ? Faut faire quelques chose en particulier ?  
- On va ouvrir. Va prév'nir Maxwell et Alistair. »  répondu Hayden avec une froideur étrange

Comme d'habitude, le barman faisait peu attention à l'admiration que porté Alekseï. Sauf que cette fois-ci, il semblait préoccupé par quelques chose d'autre. Sa réaction surpris le plus jeune. Il baissa les yeux en rassurant sur le fait qu'il s'en occuper. Partant directement dans la salle du staff pour aller chercher le vampire. Hugo laissa glissait son regard sur la silhouette du barman. Il n'avait pas l'air ravis. D'un profond soupire, assez rare chez le Hugo sauvage. Il ferrait attention pendant la soirée. S'il n'était pas complètement stupide, son sac devait avoir encore en réserve quelque goutte pour soulager la douleurs. Il aurait aimé soulagé l'éternelle maman du groupe, mais pour l'instant c'était compliquer avec tout le monde autours. Antoine l'aida à ajusté ses vêtements. Avec une coiffure comme la sienne, ses habits devaient être irréprochable. Tout en s'amusant sur le fait qu'Antoine soigné sa tenu comme dans une scène de série b où la femme prenait soin de l'apparence de son marie. Il arrêta de ricanait une fois près. On lui avait trop porter d'attention, il devait en redonner. Adressant un magnifique sourire à son très cher futur mari et l'objet de son ivresse persistante. D'un geste, il se plaça de façon à faire une main, une joue. Les faisant glissait quand son visage se rapprocher de celui d'Antoine. Venant déposer un énorme bisous sur sa joue pour le remercier de tout ses bon soins.

Thomas fit son entré à ce moment-là. Beaucoup plus propre et détendu qu'à son arriver. L'heure d'ouverture allait évité des tensions inutile. Surtout que le clubs venaient de retrouver une bonne ambiance. Hugo lui accorda un magnifique sourire alors qui lui passait devant pour aller faire l'attente à l'extérieur. Ses yeux le suivie malgré lui. Cette soirée aller être riche en rebondissement ça ne faisait aucun doute. Les tensions entre un ancien couple obligé de travailler ensemble, deux entretiens avec le patron de l'établissement et la douleur dans les yeux d'Hugo qui ne voulait pas s'en aller. Les situations bizarre, il allait en être servie. Vraiment, ça allait être une bonne soirée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 185
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Jeu 12 Juil 2018, 16:32

Les lumières du bar s'adoucirent soudainement, laissant place à l'ambiance tamisée et chaleureuse des débuts de soirée. L'effet rougeoyant des lampes créait une pénombre agréable alors qu'à l'extérieur la luminosité avait légèrement baissé également, n'éclairant plus que l'entrée de grands carreaux lumineux à travers des vitres. Hayden avait mis en place les cartes près de la porte tandis que Thomas avait indiqué l'ouverture, et Maxwell et Alistair étaient sortis de la salle du staff sur les talons d'Alekseï, discutant calmement d'effets de style. Visiblement, Maxwell semblait tenir au fait de faire un cours sur l'apparence à Alistair, mais celui-ci était jusqu'à présent très perplexe : il n'était pas sûr de vouloir recevoir des cours de la part d'un homme qui se faisait passer pour un vampire aussi involontairement fut-il.

« Les femmes sont attirées par des clichés, c'est bien connu, il y a un assez grand panel de choix ; je pense que ce qui t'irait le mieux serait...
-Seigneur, épargne-moi, je préfère ne même pas savoir. »


Maxwell riait joyeusement à chaque soupir de désespoir d'Alistair alors qu'avec les autres hôtes ils avaient pris place pour accueillir les clients. Les premières heures furent bien trop calmes évidemment, il faut dire qu'il fallait bien une à deux heures dans le club avant de voir apparaître les premiers clients, même si une femme ne tarda pas à entrer. Elle était grande, portant de longs cheveux dorés ondulés, en boucles élégantes sur ses épaules nues, les lèvres peintes de rouges alors que ses yeux aux longs cils noirs pétillaient de leurs iris bruns rosés. Elle portait un épais manteau noir d'une grande classe qui la rendait particulièrement imposante si ce n'était pour son énorme paire d'arguments. Taille de guêpe, hanches d'enfantrice, poitrine opulente, cou d'oiseau et longues jambes de star avec une fente sur le côté. Inutile d'attendre de voir qui s'approcha d'elle pour comprendre de qui elle était cliente régulière.

« Ma reine, vous êtes d'une élégance toute particulière cette nuit.
-Oh, Maxwell, vilain flatteur, ne va rendre personne jaloux ! »


Ladite reine rit moqueusement de sa voix grave tandis qu'elle prenait le menton de Maxwell entre ses longs doigts vernis de rouge, posant son pouce dans la fossette discrète de l'homme en attirant son visage à elle. Il se pencha gracieusement, un sourire élégant sur le visage alors qu'il l'embrassait délicatement sur la joue, presque au coin des lèvres, la femme mimant un baiser dans le vide avec un clin d’œil aguicheur. Les deux élégants personnages échangèrent une accolade très brève avant que Maxwell ne s'écarte, observant derrière la grande dame.

« Vous n'êtes pas venue accompagnée aujourd'hui milady ? »

La lady rit légèrement, se décalant à son tour. Une jeune femme sortit de derrière la porte, ses longs cheveux noirs ondulés cachant une partie de son visage. Contrairement à la grande blonde, elle portait une petite robe saumon arrivant aux chevilles, droite, au col rasant le cou, couverte d'un petit gilet rouge foncé. Elle était très discrète, tenant son sac à main beige à deux mains devant lui, ses yeux cachés par sa chevelure épaisse.

« B-bonsoir...
-Bonsoir à vous »
, fit Maxwell avec un sourire amusé mais chaleureux.

Il garda ses distances avec la jeune femme timide, mais lui fit un petit signe de main en guise de salutation, la brunette lui répondit à ce geste avec un grand sourire timide, les lèvres pincées. Maxwell se décala alors dans l'autre sens cette fois-ci, invitant Alistair à s'approcher d'un geste de tête. Le blond releva un sourcil avant d'approcher, prenant une expression plus commerciale. Il avait toujours cet air relativement froid, mais comme Maxwell le lui avait conseillé il afficha néanmoins un sourire élégant, les yeux légèrement fermés en signe de politesse. Se tenant droit, il avait un peu la posture d'un serveur de grand restaurant.

« Mesdames.
-Milady Grëta, milady Annette, je vous présente Alistair.
-Oh, un nouveau poulain ? »
, demanda Grëta avec un gloussement, ramenant sa main devant ses lèvres rouges.

Alistair esquissa un sourire en guise de réponse, s'avançant pour la saluer. Maxwell lui indiqua d'un geste de la tête la main de la dame et mima un baise-main discret hors du champ de vision de Grëta. Le moustachu se retint de lever les yeux au ciel mais néanmoins s'exécuta : ramenant un bras dans son dos, s'inclinant légèrement avec un talon-pointe discret, il prit la main de la dame et baissa le visage vers ses doigts. Il ne toucha néanmoins pas la main de la dame de ses lèvres, gardant une distance respectueuse, et se redressant croisa le regard de Grëta qui le fixait avec un sourire élégant. La dame l'admirait en silence.

« Bienvenue au Club Matthew, annonça professionnellement Alistair.
-A vous aussi, Alistair », plaisanta Grëta avec un sourire moqueur.

Il sourit également : cette femme semblait particulièrement intéressante, intelligente et visiblement il n'aurait pas trop à se forcer à ses côtés. Il glissa un regard interrogateur en direction de Maxwell, se demandant s'il devait à présent s'éloigner ou si il s'agissait ici de leurs clientes de la soirée. Maxwell passa sa main dans le dos d'Alistair pour lui confirmer sa seconde pensée, mais néanmoins eut la politesse de faire la vérification d'usage.

« Milady, souhaitez-vous que nous préparions votre table ?
-Dois-je comprendre par ici que vous ne nous servirez pas votre duo habituel ?
, demanda Grëta avec un gloussement.
-Avez-vous peur de la nouveauté ? »

Le regard aguicheur de Maxwell fit rire de plus belle Grëta alors qu'elle prenait sa main tendue et se laissait mener à ladite table. Alistair les regarda s'éloigner avec amusement : on reconnaissait bien ici une client habituée, visiblement aussi charismatique et surtout aussi habile avec ses mots que les hôtes, mais appréciant surtout la compagnie de son favoris. Il posa son regard sur Annette qui était restée un peu en retrait. La femme ramena ses cheveux devant son visage, embarrassée. Comment devait-il s'y prendre avec elle ?

« ... Souhaitez-vous que je vous apporte quelque chose à boire ? »

Annette sursauta, relevant la tête vers Alistair. Pendant un instant, il cru apercevoir les yeux d'un vert surprenant de la demoiselle. Avait-elle vraiment les yeux vert anis ? Il s'abstint de tout air surpris, attendant la réaction de la cliente qui serrait son sac entre ses doigts. En tous cas, il valait mieux qu'il ne propose pas de prendre ses affaires, il craindrait de l'effrayer. Maxwell l'observait d'un œil attentif plus loin.

« Je... Un... Une menthe... à l'eau...
-Je m'en occupe. »


Alistair sourit doucement. Il parlait d'un ton très doux, inquiet de lui faire peur. Annette releva à nouveau la tête vers lui et hocha timidement, légèrement tremblante. Il se décala pour lui indiquer la table que son accompagnatrice et l'autre hôte avaient rejoint, la laissant partir d'un pas un peu précipité avant de rejoindre le bar pour demander la boisson de la demoiselle.

« Hayden, prépare-nous une menth... Hayden ? »

Hayden releva la tête avec un sursaut. Il cligna des yeux, surpris.

« Hein ?
-T'as un soucis mec ?
-Ah... Rien d'grave, t'inquiète. T'voulais ? »


Alistair plissa les yeux, l'observant étrangement.

« Une menthe à l'eau s'il-te-plait. Je reviendrais pour le reste.
-Tout d'suite ! »


Hayden s'empressa de préparer la boisson qui en un rien de temps fut prête à être emportée. Mais Alistair était inquiet : il n'avait jamais vu Hayden aussi peu concentré. Il n'eut cependant pas le temps de s'en inquiéter plus ni de remarquer que le barman surveillait du coin de l’œil Hugo, car bien vite il fut trop occupé par la présence d'Annette et Grëta. La grande dame avait son besoin d'attention et le faisait bien comprendre, elle n'était pas particulièrement bruyante ni encombrante ou capricieuse, mais on ne pouvait s'empêcher de ressentir le besoin de la servir en sa présence, et les discussions devenaient vite interminable. Maxwell et Grëta flirtaient de façon constante, jouant du pied, échangeant des baisers sur la joue ou sur la main en riant doucement. Annette était beaucoup plus discrète, mais justement elle se faisait beaucoup trop aisément oublier. Alistair gardait un œil attentif sur elle, surveillant ses moindres faits et gestes sans se montrer trop insistant ; il s'assurait qu'elle puisse exprimer ses besoins lorsqu'elle en avait, et se montrait serviable pour la demoiselle timide. Grëta, lorsque Annette partit aux toilettes pendant que Maxwell ramenait les verres, se serra contre Alistair. Le moustachu releva un sourcil, tendu.

« Grëta... ?
-Merci, Alistair. »


Alistair releva les sourcils avec surprise, voyant la jeune femme poser affectueusement sa tête sur son épaule. Il n'avait qu'une envie, sauter du canapé pour s'enfuir, mais il s'abstint. Grëta avait ce pouvoir sur les hommes, cette capacités d'imposer ses gestes sans que personne n'ose lui refuser quoique ce soit. Elle lui sourit tendrement.

« Merci de t'occuper d'Annette. »

Aussitôt les remerciements faits, elle déposa un baiser discret sur sa mâchoire avant de se reculer un peu soudainement. Alistair ne savait trop comment réagir, mais le retour de Maxwell lui fit vite oublier ce qu'il s'était passé. Les quatre jeunes personnes profitèrent des dernières minutes qui leur restait avant que Grëta et Annette ne partent, puis le duo d'hôte rejoint le bar pour se détendre un moment. Comme d'habitude, il y avait assez peu de clients, mais le fait que Antoine et Thomas d'une part, et Alistair et Maxwell d'une autre travaillent tous deux en duo changeait un peu la donne, les clients restaient plus longtemps en profitant de l'activité que la présence de deux hôtes pour une seule table créait. Deux autres clientes venaient d'arriver, s'installant avec Alistair et Maxwell à une table, quand soudain un homme très pimpant, d'une apparence bien trop visible vint à entrer dans la pièce. Maxwell releva soudain la tête...

Cet homme avait une apparence relativement jeune, en vérité avec son visage rond il donnait l'impression d'avoir la vingtaine. Ses joues étaient rebondies, ses yeux étaient grands et ronds, en définitive il avait un véritable visage de poupon à la peau de porcelaine. Sa peau était si bien soignée qu'aucun grain ne semblait sortir du lot, elle semblait plus lisse que toute surface et d'une délicate couleur rosée à croquer. Aucun trait de son visage ne semblait plus marqué qu'un autre, il n'avait ni faussette ni creux, pas une ride, pas une ridule. Son fin cou délicat soutenait sa mâchoire arrondie sous un sourire fin, des lèvres rosées et sculptées, fine en haut, un peu plus épaisse en bas, sous un nez légèrement retroussé, rond, à l'arête courbe délicate séparant ses deux grands yeux bleus. Un bleu dans lequel on aurait pu se perdre, plus lumineux que le ciel, plus profond que la mer, il avait l'azur dans le regard. Ses longs cils étaient clairs, témoignant du blond naturel qui colorait ses sourcils et ses cheveux. C'était un doré rare et fantaisie, un doré parfait et lumineux. Ses sourcils étaient sculptés avec douceur, lui donnant un semblant de sérieux malgré la tendresse de son regard. Son front était assez court, laissant ses mèches chatouiller le haut de ses sourcils, des boucles délicates et soignées, une belle toison dorée qui chatouillait le bas de sa nuque, se glissait légèrement sur ses oreilles, courbait sur ses joues et sous sa mâchoire. Tout dans son visage témoignait du soin dans lequel il devait naturellement vivre.

Alistair glissa un regard appuyé sur ses vêtements : son torse était habillé d'une élégante chemise crème qui faisait ressortir les dorures discrètes de sa tenue, son col étant discrètement orné de dentelle comme le bout de ses manches visible sous sa veste. Il portait par dessus un veston en velours à effet de coussinets, ce qui donnait un effet très contrasté compte tenu du fait que la matière de la chemise était abusivement légère, sans doutes s'il n'avait eu son veston par dessus aurait-on pu voir son torse nu, ou du moins son par-dessous s'il était en effet aussi bien habillé qu'il le prétendait. Il portait en dessous un pantalon en tissu noir qui donnait des effets de reflets cuivrés assortissant parfaitement au veston, et au dessus assortissait d'une veste d'un noir plus pu pour créer un contraste extrêmement léger mais suffisant pour ne pas faire trop répétitif. Ses chaussures étaient crème comme sa chemise et possédaient de discrètes dorures dont les motifs faisaient échos à un motif sur le revers de sa veste, un autre sur la poche de son veston, et un dernier sur une cape qui lui servait de manteau, une élégante cape pourpre avec un col de fourrure noire très discrète.

Avec un geste de forte élégance, l'homme retira sa veste, et immédiatement fut accueillis : de façon assez exceptionnelle pour que tout le monde dans la pièce le remarque avec des yeux ronds, Hayden avait quitté l'arrière de son bar pour rejoindre l'homme, faisant remarquer au passage qu'exceptionnellement ce jour il avait mis un pantalon en tissu au lieu de ses éternels jeans, prenant la cape que lui tendit le blond en s'inclinant en guise de salutation, son visage pris d'une froideur professionnelle qu'on ne lui connaissait pas. L'homme lui sourit délicatement, le remerciant d'une voix si douce qu'elle coulait comme l'eau claire. Il était clairement venu d'un autre monde, pensa Alistair qui saurait reconnaître cette riche prestance entre mille.

« Merci bien, Hay'. Avant que je ne rencontre notre nouvelle recrue : où est Alekseï ? »

Alistair déglutit. Un frisson le figea sur place face à cette prestance d'une autre dimension lorsqu'il se dit qu'il se devait de connaître cette personne à partir d'aujourd'hui. Voici donc ledit patron...



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 169

MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   Dim 15 Juil 2018, 10:06

Le début de soirée fut beaucoups moins passionné que ce qu'Hugo l'aurait crus. Les rares clientes qui venaient était soit des habitués qui allait directement vers leurs hôtes habituelle, soit des personnes attiré par l'idée d'avoir deux hôtes à leurs disposition. Hugo se retrouva littéralement, accoudé au bar comme un vieille ivrogne. Attendant desespérément qu'une personne veuille bien de sa compagnie. On aurait pu lui mettre une pancarte "chaton à prendre" que ça irait parfaitement. Hayden n'arrêté pas de le dévisageait à chaque fois qu'il faisait quelques chose. Hugo avait pourtant l'impression d'être relativement discrèt sur son état. La lumière tamiser avait soulanger le plus gros de la migraine, même si ce n'était clairement pas ça. Ses nerfs obtique n'avait clairement pas apprécier la lumière. Ses yeux le lançait lentement mais de façon régulière. Il avait du mal à les garder entrouvert malgré ses lunettes. A chaque fois qu'il ce concentré les objets finissait pas devenir flou. C'était l'horreur. A chaque fois que ses paupière se fermaient, on sentait ses yeux s'apaisser une fraction de second avant de nouveau bruler à cause de la lumière. Il avait beau avoir profité de ne pas avoir de cliente pour garder clos, ça n'avait pas fonctionner. Sa tête continué de lui envoyer des choc éléctrique au point que la moindre lumière activé le feu de sa migraine. La porte s'ouvrit sur une nouvelle cliente. Hugo s'avança vers elle de façon galante pour la prendre en charge. Ravie de pouvoir quitter son poste fidèle au bar. Il l'accompagna sur une salle un moins éclairé mais, qui donnait sur la table d'Alistair et Maxwell. Ca permetté d'être tranquille comparée à la table d'Antoine et de Thomas situé à l'opposer. Les tensions n'avait pas éclatée, c'était au moins ça.

En partant vers sa table, il avait jeté un regard vers Alistair venu commander une boisson pour sa cliente. Il lui adressa un magnifique sourire avant de se reconcentré sur sa cliente. Cette dernière était venu par pur curiosité et il trouva rapidement le moyen de l'intéresser au clubs. Effassant ses angoisses concernant le sujet de prostitution, la crainte principale des jeunes femme penetrant dans ce genre d'endroit. Leurs conversations tournée principalement autours du travail de la demoiselle avant de découlé sur son passé. Hugo fut rassurée de voir que malgré le fait que ses yeux fonctionné moyennement ses oreilles était parfaitement oppérationnel. Il pu donc la divertire sans le moindre gêne. Heureusement que son corps était naturellement actif, sinon elle aurait pu croire qu'il s'endormait. Hugo espéré que sa performance finisse par appaisé les craintes d'Hayden. Il avait beau choisir la place la plus éloigné du bar, tout son corps sentait le regard pesant de la maman du clubs. La demoiselle resta longuement à parler des dernières découverte qu'elle avait fait sur une des îles du pacifique. Hugo s'implica dans la conversation, en rancontant différente histoire qu'il connaissait. La jeune femme en fut ravie. Elle stoppa maladroitement la conversation quand son téléphone vibra. Son sourire géné était tout à fait compréhensible, mais Hugo la rassura. Elle se dépécha de décroché laissant à l'hôte quelques minute de répis. Par politesse, il tourna la tête de l'autre côté. Laissant à sa cliente toute l'intimité pour discuté. Il en profita pour fermer longuement les yeux. Laissant échappé le plus gros de la douleurs de ses pupilles. Il n'allait pas pouvoir faire toute la nuit dans cet état, à moins de mettre la luminosité prèsque à zero.

D'un geste élégant de la main, il venu remettre les quelques méches libre à leurs places. C'est à ce moment que c'est yeux se posèrent sur la silhouette d'Alistair. A moitié dévorée par une sorte de limace au gros seins. Enfin, limace, c'était surtout l'impression qu'elle donnait étalé à moitié sur l'hôte. Hugo afficha une mine surprise, impressionnait par le professionnalisme de son collègue. Alistair n'aimais pas ça, même lui avait son mal de yeux pouvait le voir. S'il n'avait pas été dans ce genre de contexte, il se serait décalé en repprochant verbalement cette proximité. Enfin, ça c'est dans la réalité relativement vrai. Dans la tête d'Hugo, ça donnait une toute autre version : Alistair l'aurait attrappé par les bras et l'aurais soulevé d'un coup avec une force herculéenne pour la lancer en direction de pluton. C'était un effet comic souvent utiliser dans les dessins animé pour enfant qu'Hugo trouvait particulièrement cool pour se débarasser des nuisibles. Son regard continua de se baladé dans la salle. Aleksei avait finis de service des clients. Il était venu s'accoudé au bar avec son éternelle verre d'eau. Attendant patiencement qu'un prochain clients ne viennent. On pouvait voir à sa stature qu'il n'était pas non plus dans la meilleurs des formes. Son corps était tendu comme un strinc d'Hayden. Il réagissait au car de tout quand la porte s'ouvrait et se refermer. Même quand ce n'était rien de particulier. Le russe ne comprennait pas bien ce que lui voulait le patron. Et le fait de pas savoir l'angoisser au plus haut point. Hugo eun sourire tendre envers son cadet. Le patron n'allait pas le manger, mais il était encore en age d'avoir peur qu'on lui fasse un deuxième trou au fesse lors d'une entrevus.

Il se leva avec un geste élégant vers sa cliente. Cette dernière avait réussi à lacher son téléphone pour commander quelques chose. Sans doute la présence d'Hugo, malgré tout très discrète, la dérangeait encore. Sans ce faire priée, le latino se leva tranquillement pour se rendre vers le bar. Il en profita pour regarder un peu du coté de Thomas et d'Antoine qui semblait avoir drôlement bien accorder leurs violions. Leurs cliente gloussé tellement q'on aurait pus se croire dans une bassecours. Il envoya un baisé discret à Antoine avant de finir sa petite marche vers le comptoire. Il avait la désagréable impression que le Barman l'avait suivie tout le long du regard. Ses yeux ce faisait encore plus inquisiteur de près. Hugo s'accouda au bar en adressant son plus beau sourire de confiance à Aleksei qui semblait plus blanc que son blème habituel. Ce n'éait pas bien de ce moquer, mais qu'est-ce que c'était mignon de le voire réagir comme un enfant de son âge. Hayden fini de préparé la commande de sa cliente et lui ajouta un verre d'eau pour lui. Comme toujours, il faisait attention à ses petits protéger. Hugo saisie le plateau avec son sérieux habituelle. Ses mains tenait fermement le plateau de chaque coté en le soulevant. Sauf que la mal chance lui collé à la peau. Un mauvais reflet sur le verre lui envoya un rayon en plein dans les lunettes. Une action aussi simple qu'anodine mais, qui venait de paralyser pendant une seconde le pauvre Hugo. Ses yeux piquait d'avantage malgré son réflexe de fermer l'oeil. Ses mains avait légèrement tremblé ce qui avait faillit faire renfersser tout le contenu du plateau. Les verres tintèrent légèrement avant de vibré longuement sous le fait du choc. Hugo n'osa pas relevé la tête pendant de longue seconde. Sentant le poids de l'accusateur Hayden qui rendait sa sentance. Il devait arrêté.

Sa longue hésitation attira l'attention d'Aleksei. Il ne le connaissait pas si maladroit avec les objets fragile. C'était arriver qu'Hugo casse des truc, mais rarement quand il était dans une position aussi stable. Le russe le fixa longuement, mais ses yeux dévièrent rapidement sur le visage d'Hayden. Il avait encore cet expression sévère en fixant Hugo. Aleksei détourna le regard en entendant la porte s'ouvrire. Plusieurs personne sorté en même temps des toilettes. Ce fut le juste timming pour qu'Hugo relève la tête en direction du barman. Semblant lui confirmé de façon muet ce qu'il présenté. Il lui offris son plus grand sourire avant de repartir vers sa cliente. Elle n'allait pas tarder à partir normalement sa prendrait pas longtemps. Après il se promis mentalement qu'il se plirait au désir d'Hayden pour aller mieux. Sa démarche était plus lente que d'habitude. Voulant évité qu'une nouvelle catastrophe ce produise. Cette fois-ci le bar ne serait pas là pour rattrapper sa bétises. Le regard d'Hugo se reposa sur la silhouette d'Alistair en passant. Il semblait avoir blémis d'un coups, l'autre sencus devait lui avoir aspiré l'âme en sont absence. S'il n'oublie pas, il lui demandera ce qui c'est passer. Dommage qu'il n'est pas eu son téléphone pour prendre une photo, cette tête était mémorable. Hugo n'eu pas le temps de cherche de réponse à sa question, sa cliente venait de raccrocher. En deux grande enjambée, il se rapprocha de sa table. Elle avait lâcher un profond soupire en jetant son téléphone dans son sac. Génial, il allait devoir tout refaire pour pouvoir la remettre de bonne humeurs. La prochaine fois, il demandra à Hayden d'interdir les téléphones portables. Au moins sont beau travail ne sera pas réduit à néant par je ne sais quel abruti à l'autre bout du fil.

La cliente resta beaucoups plus longtemps que ce qu'il avait prévus. La discution l'avait vraiment mis dans un sale état. Plusieurs fois, elle était partie dans un monologue enflammée. Elle n'avait détruit plusieurs fois l'ambiance que son hôte avait réussi à installée. Au final, Hugo avait du lui demander si elle souhaité réellement changer de sujet. Il l'avait mise dans une situation un peu embarassante. Mais avec son naturelle joyeux, c'était passez comme une lettre à la poste. Finalement, la demoiselle lui avait raconté ses déboires dans les moindres détailles. Rendant à moitié somnolant Hugo, mais lui donnant assez d'oportunité pour transformer cette vilaine dispute en moyenne de rendre la conversation agréable. La cliente n'y vu que du feu. Elle fini même par retrouver son magnifique sourire. Hugo avait réussi à parfaitement parraître éveillé alors que ses yeux décédé. Elle finis par se relevé pour partir. Le latino l'accompagna vers le barman pour qu'elle règle sa note. Ils discutèrent longuement encore, parfois Hugo arrivait à la faire rire. Devant le barman, elle était la plus ravie des femmes. Promettant même de faire de la pub au clubs. Même si Hugo n'y croyait pas trop vu comme cette jeune femme ce faisait avoir par ses sentiments. Il la conduit à la porte pour la saluer. Une fois qu'elle à disparu derrière la porte. Hugo en profita pour se laisser tomber pratiquement sur le bureau d'Hayden. C'est à ce moment que la porte se réouvrie. Hugo eu une sueur froide qui traverssa son dos. Il avait oubliée quelques chose ? Elle avait oubliée quelques chose ?

Ses yeux fatigué tombèrent sur la silhouette pimpante du patron. Il avait déboulé comme une fleur à l'entré du clubs. Toujours aussi bien habillé qu'à son habitude. L'air frais comme s'il venait tout juste de ce levée. Ses habits soigneusement choisis renforcée sa silhouette. Même si son visage de poupoun donnait une impression de jeunesse un peu abusés. Tout chez lui donnait l'impression de richesse, de bonne humeur et de fraicheur. Hugo fut limite éblouie par son visage tellement lisse, son sourire éblouissant le clouée sur le bar. Hayden, presque automatiquement, sortie de sa cachette pour venir l'accueillir. Hugo se jeta en arrière pour lui attrappé le bras en mode 'calin du bonjours'. C'était encore un des seuls à ce jetait sur le patron comme un chien devant son maître. Image très classe, le latino n'avait plus vraiment les idées claire. A ce niveau même Hayden avait le droit à son calin. Tant qu'on lui prometté une pièce sombre, un canapé et une serviette humide à poser sur ses yeux. D'ailleurs, contrairement au chien, il n'était pas en état de lui sauté dessus comme à l'accoutumé. Il se vengerait plus tard. Hugo retomba sur le bar comme un moslusque. Fixant au loin, le visage d'Alistair qui n'avait pas pu s'empêcher d'être curieux face à ce nouvel arrivant. C'est vrai que c'était leurs premières rencontes. Le visage habituellement si froid de son collégue était relativement ressemblant. Il n'avait pas une aussi bonne vue pour en être certain. Mais il avait l'impression qu'Alistair avait les trait de son visage tiré. De toute façon, à partir de maintenant, son cerveau décréta qu'il était à moitié aveugle.

« Merci bien, Hay'. Avant que je ne rencontre notre nouvelle recrue : où est Alekseï ? » fit la voix du patron toujours aussi joyeux.

Aleksei avait pris la place d'Hugo pendant que ce dernier ramener sa cliente. Un produit à la main et une éponge de l'autre. Il n'avait rien d'autre à faire tant qu'une cliente ou un client ne le réclammé pas. Il ne s'attendait pas à ce que soit le patron qui l'appèle dans son bureau. Un visage de marbre se grava sur son visage en l'appercevant. Revenant au bar en faisant un léger signe de tête pour lui avertir qu'il arrivait. Pendant ce temps Hugo était en train de mourir sur le comptoire. La douleur était pareille en ouvrant qu'en fermant les yeux. Son corps se redressa, de lui-même pour s'avançé derrière le bar. Hayden devait avoir de quoi essayer les verres. Des torchons propre ! par pitié.

« J'en peux plus... » lâcha-t-il dans un murmure en abandonnant sa recherche.

Sa main venu se poser sur ses lunettes. Il devrait pas se frotté les yeux, ça ne servirait de toute façon à rien. Mais ça lui faisait tellement mal, qu'il aurait été près à tout pour s'en débarasser. Il avait juste mal au point où le moindre son raisonner dans sa tête. Il entendait les mains d'Aleksei tremblait quand il déposa le nettoyant sur le coté. La femme gloussait en faisant vibrée le verre avec ses doigts. Il allait exploser. Sa situation avait empirée d'un seul coup. Hugo avait cette mauvais habitude de faire tout plein de chose pour évité de faire attention à sa douleurs. Du coups, quand il s'arrêté, la douleur venait d'un seul coup le mettre KO. Aleksei s'approcha du patron en regardant Hugo curieux. Sa silhouette était légèrement vouté comme s'il porté tout le poids du monde sur ses épaules. L'air extrèmement silencieux pour un Hugo.

« C'est bon ! » déclara Aleksei en regardant le patron

C'est fou comme lui normalement si fier et droit avait l'air d'un petit enfant pris en faute. Il ne savait pas vraiment comment la situation aller ce passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bienvenue au Club Matthew   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bienvenue au Club Matthew
Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
 Sujets similaires
-
» Bienvenue à Pierre Raymond!
» Bienvenue Laurent
» Club de medecine
» Club de Shogi
» Achats groupés club?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Evolutive RPG :: Temporaire-
Sauter vers: