Un monde libre qui ce model suivant vos envies et vos personnages
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 The Escapists : tout pour un flan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Heathcliff

avatar

E-mails : 102
Age : 21
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: The Escapists : tout pour un flan   Dim 16 Aoû 2015, 18:36

Un superbe pyjama d'un orange citrouille très huppé en guise de vêtements, une entrevue aussi agréable qu'un soir passé sur un tapi de fakir avec un directeur aussi adorable qu'un troll, Jimmy n'aurait jamais rêvé mieux avant de se retrouver à déambuler dans les couloirs de la prison de Center Fourtail. Bon, au moins il pouvait être content d'une chose : le juge l'avait envoyé dans la prison la moins inquiétante dont il avait entendu parler, mais d'un autre côté il se demandait s'il ne devait pas plutôt se sentir vexé de ce choix. Du moment que les rumeurs qu'il avait entendues à propos de ce centre de détention ne se révélaient pas véridiques cependant, il pouvait s'estimer heureux et mettre de côté sa fierté, d'autant que lorsqu'on retirait la rumeur selon laquelle le centre de détention abritait une secte qui semblait absolument invraisemblable il ne restait presque que des rumeurs assez... comment dire ? Mignonnes ? Ou amusantes ? Il déglutit légèrement en sortant de sa cellule, suivant le garde de prison auquel il avait été assigné le temps qu'il s'installe. Ils descendirent un couloir duquel il pouvait apercevoir un peu toutes les cellules : les lieux étaient pour le moins austère, tout ce qu'on pouvait attendre de la part d'une prison, mais bon Jimmy pouvait toujours rêvé en espérant que son séjour ici ne soit pas trop horrible, d'autant qu'il était parti pour y rester très longtemps.

Un bourdonnement commençait à se faire entendre tandis qu'ils longeaient une cour verdoyante. Au moins, les quelques pauses s'annonçaient assez paisibles, si ses camarades de prison ne s'avéraient pas trop violents. Néanmoins que pouvait-il attendre d'une prison autrement ? Tous se clamaient innocents en ne l'étant pas, évidemment. Il soupira de désespoir tandis que le bruit s'intensifiait. Le garde de prison tourna la tête vers lui en relevant sur sa tête son couvre-chef, le détaillant d'un œil presque compatissant. Avec sa carrure toute en longueur, il avait eut le choix entre prendre quelque chose qui ne soit pas trop large et donc avoir l'air d'avoir pleuré pour avoir cette tenue, ou tout simplement prendre quelque chose d'un peu trop grand qui lui arrivait donc sur les pieds et lui donnait un air d'adolescent en pleine puberté, fait accentué par son visage juvénile et sa chevelure bouclée d'un roux peu discret qui s'accompagnait de tâches de rousseurs inévitables. En bref, il n'avait rien du prisonnier impressionnant que personne n'agresserai, plutôt de celui qui donnerai volontiers envie de lui marcher sur les pieds. Néanmoins le garde s'abstint de lui dire quoique ce soit, et tandis qu'ils parvenaient à l'entrée de ce qui semblait être la cantine, le bruit était au summum de son intensité. Jimmy plissa un œil d'un air perplexe.

C'est quoi ce bruit... ?

Il n'eut pas très longtemps à attendre, car le garde poussa la porte, dévoilant le contenu de la cafétéria...



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Citron

avatar

E-mails : 2

MessageSujet: Re: The Escapists : tout pour un flan   Dim 16 Aoû 2015, 19:00

Spoiler:
 

Il n'y avait rien d'étonnant à ce qu'après deux heures de pause des enfants s'agitent et ne tiennent pas en place pour le repas. Du moins, dans le cas d'enfants. Seulement, en cet instant, rien ne laissait croire que c'étaient des adultes qui s'agitaient dans la cafétéria : les plats volaient littéralement en tous sens, cuisses de poulet et autres bouillies douteuses qui avaient déjà visiblement fait une victime parmi les gardes, lequel s'était réfugié derrière une table renversée et regarda son collègue entrer avec une mine désappointée. La plupart des gardes ne servaient pas à grand chose dans ce genre de situations, ils pouvaient bien menacer mais ils s'étaient fait un point d'honneur dans cette prison à ne le faire qu'en cas de réel danger de fuite ou d'attaque. Sauf que présentement...

Fayots !

Un assiettée de fayots s'envola en effet pour aller s'écraser contre la table qui protégeait le garde, lequel poussa un soupir de désespoir en enfonçant sa casquette sur son crâne. Un homme noir de peau aux cheveux crépus et à la petite moustache fine et soignée qui lui donnait un air très délicat avec ses longs cils était perché sur une table et s'appliquait à repérer tout objet volant non identifié en prévenant, vainement la plupart du temps, de leur arrivée sur une éventuelle cible. Parmi les attaquants, un vieillard semblait particulièrement hargneux, criant des insultes tout en envoyant tout ce qui lui tombait sous la main à la figure des autres détenus, chaises comprises. Beaucoup s'étaient mis à l'abri, principalement les gardes même si l'un d'entre eux tentait toujours d'apaiser la colère du petit vieux qui l'envoyait balader proprement à chaque fois, mais aussi les plus jeunes détenus accompagnés par exemple d'un homme pâlichon à la coiffure pleines d'épis qui semblait presque former des cornes de part et d'autre de son visage de félin aux yeux si fins qu'ils semblaient fermés. Il esquiva de justesse un des détenus qui se démenait pour fuir et qui sauta par dessus leurs tables, esquivant juste à temps une assiette après l'annonce de la grande asperge :

Poulet !

L'assiette tomba en plein dans la tête du petit vieux qui se mit à pester de plus belle et à redoubler d'effort dans ses attaques. Le détenu qui fuyait cru voir une ouverture lorsque la porte s'ouvrit et s'y dirigeait en espérant se réfugier deux minutes sur le pas de la porte si un des gardes le surveillait et n'était pas trop sadique pour le laisser au milieu de ce chaos. Avec ses cheveux qui lui retombaient mollement devant les yeux et le fait qu'il avait laisser ses lunettes pendre au col de sa chemise citrouille, il ne remarqua que trop tard l'entrée d'un rouquin dans la pièce, tituba, battit des bras, se mordit la langue en grimaçant tant que son menton couvert d'un duvet, que dis-je, d'une ombre de barbe sembla passé du triangle au carré, tandis qu'il tombait directement sur le nouveau-venu en l'entraînant juste à temps hors de la pièce alors qu'une soucoupe volait au dessus de leurs têtes.

Purée !
Wouah !

L'homme s'étala de tout son long sur son nouveau camarade de prison mais n'osa pas se relever en entendant qu'à présent les couverts volaient aussi.

Fourchette !
Taylor, on avait dit pas les couverts !
J'm'en bats les couilles !! Enculés !

Heureusement, les couverts étaient en plastique et le vieux Taylor ne blessait donc pas grand monde de la sorte. Le fuyard se redressa juste assez pour attraper ses lunettes et les monter sur le bout de son nez, détaillant ce sur quoi il était tombé.

Oh ! Un nouveau ? Ravi de te rencontrer, euh...

Il regarda l'étiquette accroché à son "pyjama" citrouille.

... Jimmy ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 102
Age : 21
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: The Escapists : tout pour un flan   Dim 16 Aoû 2015, 21:50

Le chaos personnifié en une poignée de gens. Jimmy resta un instant à l'écart, le peu qu'il voyait suffisait très largement à lui faire balayer le sol à l'aide de sa mâchoire. Il y avait un garde caché derrière une table renversée comme s'il était en plein milieu d'une guerre enflammée dont les projectiles explosifs n'étaient autres que des assiettes en plastique pleines de nourriture qui tombaient de-ci de-là au milieu des cris divers et variés. Apparemment, l'un des hommes à l'intérieur, détenu ou garde Jimmy n'en savait rien, annonçait quel plat s'envolait. Est-ce c'était lui qui les envoyait de la sorte ? Mais quel sorte de jeu étaient-ils en train de jouer ? Apparemment, le garde face à lui échangea un regard désolé avec son collègue caché derrière une table. Il s'était un peu avancé dans la pièce, tendu à côté des plats qui volaient mais ne s'était pas caché, semblant chercher une occasion d'intervenir.

Fayots ! Poulet !

Apparemment, quelqu'un s'était prit la deuxième assiette de plein fouet, car des cris survinrent soudain, des insultes que Jimmy aurait préféré de jamais entendre de sa vie. Intrigué et de plus en plus curieux à propos de ce qu'il se passait réellement, le rouquin s'avança d'un pas pour observer : perché sur une table, un homme en orange - pour ne pas dire détenu - avec une peau couleur de chocolat et des cheveux crépus noirs s'était levé de toute sa hauteur et désignait les différents plats en criant, plats qui étaient envoyés dans les airs d'une part par un vieillard insultant qui criait de plus belle à chaque projectile reçu qu'un autre détenu, un homme d'âge mur au crâne dégarni et à la couronne cuivrée qui lui donnait un air sévère avec sa moustache menaçante, lui lançait en aboyant comme un chien. Plus loin, un homme avec des cornes ou du moins ce qui semblait en être était caché derrière une autre table, Jimmy pouvait apercevoir deux têtes derrière lui, des têtes très semblables, l'une d'un jeune homme pâlichon qui ressemblait à un enfant avec ses larmes aux yeux et l'autre d'un garçon noir qui lui ressemblait comme deux gouttes d'eau en dehors de son air déterminé qui donnait l'impression qu'il aurait voulu participer. Il eut à peine le temps d'apercevoir le troisième attaquant, un homme assez grand à la crinière digne d'un lion et à la barbe proprement coupée qui parfois sortait de derrière une table en tirant sur ses adversaires, parfois accompagné d'un autre homme plus carré encore au regard blasé au milieu de son visage brun, que le dernier détenu lui sauta littéralement dessus, l'envoyant sur le dos juste à l'entrée de la pièce.

Purée !
Wouah !
Argh ?!

Les deux détenus tombèrent dans un enchevêtrement de jambes et de bras. L'homme qui lui était tombé dessus de releva juste assez pour le laisser s'asseoir, et Jimmy laissa échapper une plainte en se redressant un peu, se frottant l'arrière de la tête. Lorsqu'il eut repris ses esprits, il détailla l'homme face à lui : il devait avoir à peu près son âge, soit dans les vingt-cinq ans très certainement, avait un nez un peu plat, de grands yeux clairs et des sourcils fournis. Au bas de son menton, il présentait un petit peu plus de pilosité que le rouquin qui n'avait que les bords de mâchoire un peu colorés, pilosité de même couleur que ses cheveux d'un châtain clair qui lui donnait un air doux. Le détenu attrapa quelque chose à son col pour l'amener à son nez : il portait une paire de lunettes assez sérieuses qui au lieu de lui donner un air sévère le rendait exagérément mignon. Jimmy se retint d'éclater de rire, gonflant les joues tout en écarquillant les yeux : trop chou. La bataille semblait faire rage derrière tandis que des voix survenaient, laissant le temps à "trois poils au menton" de le détailler.

Fourchette !
Taylor, on avait dit pas les couverts !
J'm'en bats les couilles !! Enculés !
Oh ! Un nouveau ? Ravi de te rencontrer, euh...

Jimmy suivit son regard. Il fixait quelque chose sur son torse : ah oui, sur leurs poches de poitrine se trouvaient des étiquettes qui portaient leurs prénoms.

... Jimmy ?

Gagné. Jimmy releva le nez juste assez pour détailler le pyjama orange de son nouveau collègue, cherchant la poche de poitrine de celui-ci. Il prit un court instant pour détailler le nom qui se trouvait dessus.

Mh, ravi aussi, Shelby. Enfin en d'autres circonstances j'aurai même été ravi de papoter mais...
Maintenant Carter !

La voix grave et puissante de l'homme-lion, comme avait décidé de le surnommer Jimmy, venait de raisonner dans la pièce. L'homme de forte carrure qui se trouvait à ses côtés sorti alors de leur cachette pour aller littéralement plaquer l'un des attaquants, le monsieur dégarni, qui se retrouva littéralement écrasé à terre à pester qu'il n'en avait pas fini. Pendant ce temps-là, l'homme-lion avait trouvé le moyen d'atteindre le vieux - Taylor c'est cela ? - et s'appliquait à lui bloquer les bras dans le dos en le forçant à se mettre à genoux. Le calme revint un peu dans la pièce même si le vieil homme continuait à vociférer des menaces auxquelles répondait l'homme dégarni avec plus de maladresse mais autant de voix. Le garde qui était en retrait jusqu'à présent rentra dans la pièce en profitant de ce retour au calme.

Maintenant ça suffit, le prochain qui pipe un mot finira en cellule d'isolement, me suis-je bien fait comprendre ?!

La phrase n'aurait certainement pas eu le moindre impact en temps normal, mais étant donné que les deux plus grands attaquants étaient coincés, le calme revint un peu, et l'homme dégarni se tu complètement, peu engagé à finir en cellule. Après quelques secondes enfin, les deux hommes qui avaient calmé le jeu relâchèrent leurs prises pour se mettre à ranger les tables sous les ordres des gardes. Jimmy les observa faire avant de relever un regard nerveux vers le garçon à lunettes.

Par contre, ça te ferai du mal de me laisser me lever ?



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Citron

avatar

E-mails : 2

MessageSujet: Re: The Escapists : tout pour un flan   Mer 23 Aoû 2017, 00:53

Le jeune détenu à la mauvaise vue pencha la tête sur le côté en détaillant le visage de Jimmy. Il affichait une expression pour le moins intéressante : au milieu de son visage assez long et extrêmement juvénile qui connait l'impression qu'il était tout juste un adolescent boutonneux sorti du lycée, fait accentué par sa naissance de pilosité rousse sur les tempes et le nuages de taches rougeoyantes sur sa peau cachet d'aspirine, se détaillait un sentiment d'abstention totale. En résumé, les joues qui lui avait semblé creuses du rouquin étaient gonflées à leur maximum, ses lèvres retroussées vers l'intérieur en un pincement forcé, et ses yeux pétillaient comme si des larmes étaient prêtes à y naître. Il... Non... Il oserait... Impossible... Si, il se foutait de sa gueule. Une mine de profonde déception atterrit alors sur le second visage de cet échange silencieux alors que les yeux de Jimmy fondaient sur le nom de son interlocuteur.

Mh, ravi aussi, Shelby. Enfin en d'autres circonstances j'aurai même été ravi de papoter mais...
Maintenant Carter !

Le rugissement d'un détenu manqua de faire retomber Shelby qui rentra la tête dans les épaules et osa à peine se retourner vaguement afin de détailler la scène qui survenait alors : une intervention particulièrement musclée qui faisait pâlir d'envie les gardiens de prison réalisée par un duo tout autant respecté de la prison. Ledit Carter avait bondit de l'autre côté de la table qui le protégeait un peu plus tôt à la façon d'un personnage de film d'action, retombant lourdement sur ses jambes mais sans se laisser déstabiliser par cet atterrissage soudain, s'élançant en avant pour écraser de tout son poids comme un joueur de football américain l'assaillant à la couronne de cuivre, le faisant atterrir avec pertes et fracas entre les tables et les projectiles. L'arbitre perché fut tant surpris par cette apparition qu'il releva un pied et ramena ses mains l'une contre l'autre un peu derrière la droite de sa tête en poussant un cri légèrement suraigu.

La scène avait été tellement surprenante en vérité que le vieux Taylor barbouillé de poulet-purée n'avait pas vu se déplacer le chef de cette opération et ne put se subir la clé qui lui fut alors appliquée, poussant des insultes de surprise tout d'abord, puis des jurons d'incompréhension, avant d'enchaîner sur des blasphèmes de grande colère et frustration d'avoir été ainsi stoppé dans sa bataille. Ses grossièretés parvenaient sans la moindre difficulté à avaler littéralement les réponses de son opposant, lequel criait aussi fort mais pas aussi bien. C'est le moment que choisit le héros du jour, notre cher gardien accompagnateur de nouveau détenu, pour refaire son apparition avec fierté et clamer avec sévérité :

Maintenant ça suffit, le prochain qui pipe mot finira en cellule d'isolement, me suis-je bien fait comprendre ?!

Silence. Le dégarni tirait une mine de trois pieds, frustré de devoir arrêter le combat après s'être fait écraser par Carter, et Taylor avait finit par mettre la queue entre les jambes et les oreilles en arrière, préférant le confort de sa banquette de cellule au mur froid de l'isolement. Cela ne l'empêcha pas d'accompagner son silence de plusieurs gestes particulièrement grossier à l'égard de ses assaillants avant d'accepter de se calmer complètement de retourner à sa table qu'il remit en place avec l'aide de l'homme cornu. Shelby soupira longuement de soulagement : enfin la guerre était finie, ils allaient pouvoir retourner au pays. Non attends... Au repas en fait, si tenté qu'il restait de quoi se sustenter. Le rangement commençait à se faire dans cette optique du moins.

Par contre, ça te ferai du mal de me laisser me lever ?

Cette phrase de Jimmy fit sursauter Shelby, lequel se releva littéralement d'un bond, en faisant tomber ses lunettes qu'il s'empressa de raccrocher à sa poche de chemise, conscient qu'elles ne tenaient pas bien longtemps sur son nez trop plat la plupart du temps de toutes façons. Il tendit la main à son nouveau collègue de détention, ou codétenu, je ne sais même pas pourquoi j'en ai fait toute une expression alors que je connais ce mot plus raccourcis, peut-être juste parce que ça sonnait bien, comme le fait qu'il y avait une nouvelle tête à accueillir. Shelby sourit chaleureusement : il était rare qu'il y ait de nouveaux venus dans ce centre de détention, il était bien récent et servait en vérité plus de test pour trouver un moyen de protéger les détenus qui avaient encore une chance de réinsertion que pour garder de grands criminels à distance de la ville. Après, cela était ce qui était raconté, mais comme aucun détenu ne parlait de son crime on ne pouvait pas le savoir.

Cela fait plaisir de voir de nouvelles têtes ici. Viens filer un coup de main, je te présenterai.

Voyant le gardien de prison qui était caché un peu plus tôt derrière la table venir leur indiquer de rentrer afin qu'il puisse fermer la porte, Shelby invita d'un geste Jimmy à le suivre puis se dirigea vers une table, commençant à en prendre un côté pour la retourner avec l'aide de son nouveau collègue d'infortune. Il se racla tout de même la gorge pour lancer la discussion, d'un ton légèrement bas pour ne pas éveiller l'agacement des gardiens en provoquant trop de bruit suite à la tempête survenue.

Je devrais mieux me présenter moi-même : je suis Shelby, ça doit bientôt faire un an que je suis ici alors je connais bien les têtes, ils sont pas tous très sains d'esprit mais au moins à part Taylor ils ne mordent pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 102
Age : 21
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: The Escapists : tout pour un flan   Hier à 23:04

Un sursaut, un bond, quelques galipettes, de toute évidence Shelby était plutôt acrobatique. Ou autrement dit, il était très facile à surprendre visiblement, c'était du moins la première impression qu'il laissa à Jimmy quand après avoir sauvé ses lunettes d'une terrible chute il lui tendit la main avec un sourire parfaitement contenu et polit comme si rien ne s'était passé : il savait préserver les apparences le bougre. Appréciant les manières du larron, Jimmy ne refusa pas le serrage de pince proposé, en profitant pour se relever à la force de la poigne du codétenu, parce que moi j'utilise le vrai mot, alors que celui-ci lui faisait un signe en direction de l'intérieur. Il était vrai qu'ils étaient toujours partiellement à l'extérieur de la salle, le règlement était assez laxiste si aucune sanction ne tombait sur eux dans les minutes à suivre...

Cela fait plaisir de voir de nouvelles têtes ici. Viens filer un coup de main, je te présenterai.

Shelby se retourna alors, rentrant dans la salle. Jimmy jeta un dernier coup d'oeil derrière lui : il l'avait déjà fait à plusieurs reprises à présent, quand il était entré dans la prison pour la première fois, quand il avait vu la porte du bureau du directeur de prison se refermer derrière lui, quand le gardien l'avait fait entrer dans sa cellule pour y déposer les affaires qui lui avaient été cédées. Chaque pas était un peu comme une nouvelle porte entre lui et la liberté. Il grimaça légèrement, mais il n'avait de toutes façons pas le choix, ni vraiment l'envie de discuter de ses droits. Il avait déjà renoncé à cette liberté quand il s'était laissé attraper, après tout quiconque souhaite préserver sa liberté le peut de toutes façons, quitte à tout laisser tomber. Mais abandonner tout le temps restant plutôt qu'une quinzaine d'années ? Très peu pour Jimmy.

Entrant d'un pas sautillant, il observa le gardien de prison qui l'avait accompagné plus tôt refermer la porte derrière lui, mais ne s'attarda pas sur cette vision, découvrant Sherlby qui s'était emparé de coins d'une table renversée et semblait lui faire signe d'empoigner les autres. Le rouquin s'approcha, se penchant tout d'abord pour poser les mains de part et d'autre du plateau. La table était en métal, il n'aurait pas pensé cela en voyant ses couleurs vives qui faisait penser à une table de pique-nique en plastique malodorant, il aurait même pu penser que c'était une vieille table en bois comme on en voyait dans les cantines pour enfants. Mais non, elle était bel et bien en métal, et il n'en fallu pas plus pour que son dos pousse un grincement plaintif lorsqu'il releva le meuble bien deux fois plus lourd qu'il ne se l'était imaginé. Il porta le dos de sa main sur ses hanches, les joues gonflées en signe de douleur surprise : d'accord, la prochaine il la relèverai à la force des jambes et non du dos, il arrêterai de voir Shelby plus chétif qu'il ne l'était lui-même alors qu'il avait la force au séant comme l'adolescent auquel il ressemblait. Shelby poursuivi à voix basse très naturellement tout en poursuivant par une autre table.

Je devrais mieux me présenter moi-même : je suis Shelby, ça doit bientôt faire un an que je suis ici alors je connais bien les têtes, ils sont pas tous très sains d'esprit mais au moins à part Taylor ils ne mordent pas.

Jimmy glissa un regard vers ledit Taylor : le vieillard lui avait en effet semblé extrêmement agressif, il était après tout l'assaillant principal de cette bataille de cantine, que dis-je, de cette guerre de la nourriture. Guerre de nourriture, c'est pas un nom de film ça ? Citron, tu m'influences... Toujours était-il que sous ses airs de vieux grand-père l'homme était visiblement bien musclé et n'avait aucun mal à aider au nettoyage contrairement à Jimmy. En effet, s'il le mordait il n'était pas sûr d'en sortir indemne. Le roux grimaça légèrement avant de s'accroupir, s'emparant d'un autre bout de table avec Shelby et usant cette fois-ci de ses genoux pour se redresser. Quand le bruit métallique de la table résonna dans la pièce, il poussa un soupir se soulagement, sentant son dos le remercier d'un craquement satisfait.

Taylor hein... Je tâcherai de me tenir à carreau, merci pour le conseil. Enchanté à nouveau Shelby, Jimmy Gowner pour te servir, enfin pour le peu que je sais faire. C'est courant ce genre d'éclats du coup ici ?
On ne peut plus.

Jimmy sursauta en retenant un cri aigu à l'entente soudain d'une voix puissante derrière lui. Il se retourna d'un bond, détaillant avec surprise l'homme qui se tenait bien droit derrière lui. Enfin, bien droit, pas bien longtemps en effet car il se baissa pour s'emparer d'une chaise et la redresser près de la table que Shelby et lui venaient de remettre en place. En taille, cette homme n'était pas non plus une montagne, il devait faire à peu près la taille de Jimmy à quelques centimètres près. Cela était sans compter tout de même sur sa coiffure inattendue : sa crinière de cheveux épais et indomptables formais une épaisse touffe tout autour de son crâne, s'il avait eu les cheveux crépus Jimmy aurait même pu opter pour le surnom "boule de disco" à son encontre, mais l'homme avait définitivement ce sourire félin et cette carrure équilibrée qui rappelait un imposant lion. Un lion blanc comme neige au poil noir vaguement bleuté à la lumière artificielle, mais un lion tout de même. Ses yeux d'un bleu profond pétillaient d'une lueur d'assurance extrême.

Jimmy Gowner donc ? Je me nomme Simon. Simon Walker, dix-neuf ans.

Jimmy lui lança un regard empreint d'une profonde perplexité : comment cet homme à la mâchoire carrée portant une sauvage barbe maintenue à ras pouvait-il donc être plus jeune que lui ? De son point de vue, il avait bien dépassé la trentaine. Simon releva un sourcil, un sourire moqueur en coin des lèvres : Jimmy détestait ne pas comprendre un sourire.

Quoi, tu en doutes ?
Emm...



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Escapists : tout pour un flan   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Escapists : tout pour un flan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tenter le tout pour le tout.
» Réunion pour partir à la recherche d'Athéna
» TOUT pour Blood Bowl
» Your guardian angel {pv Thomas of Norfolk}
» HULK ◮ Je fais tout pour que les gens me rejetent. Pourquoi ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Evolutive RPG :: Temporaire-
Sauter vers: