Un monde libre qui ce model suivant vos envies et vos personnages
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Cercle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Heathcliff

avatar

E-mails : 102
Age : 21
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Le Cercle   Dim 16 Aoû 2015, 00:44

Une soudaine explosion survint, faisant se soulever le sol du bâtiment. Le jeune homme se retint avec un cri à une barre de fer saillant des fondations du bâtiment. Les restes du sol de béton s'écroulèrent en avalanche, laissant un précipice se dévoiler sous les pieds du fuyard qui, tant bien que mal, tentait de remonter le long de la barre de fer pour s'agripper au sol de l'étage supérieur. Son adversaire laissa échapper un ricanement, ramenant son arme sur son épaule en le regardant ainsi se démener.

« Alors, Rat, tu veux toujours poursuivre le combat ?
-'Chieeeer ! », grogna le Rat en usant de toutes ses forces pour enfin se hisser sur un sol plus stable.

Il dut se presser de s'éloigner, car une nouvelle explosion survint, faisant s'écrouler une autre partie du sol alors qu'il se retrouvé soufflé par un reste d'explosion, envoyé à terre en avant. Il fit une roulade bien maladroite, se précipitant vers les escaliers en désespoir de cause.

« Petit Raaaaat... »

Il monta plusieurs étages, entendant les bruits de pas de l'autre homme résonner dans la cage d'escalier, dernier endroit à peu près en bon état de l'immeuble. Une nouvelle explosion se fit entendre alors que le béton réduit en poussière remontait soudain dans la cage d'escalier, brouillant la vue de Rat qui se mit à tousser bruyamment, aveuglé.

« Putain !
-Petit Rat... »

Le Rat fit volte-face en entendant cette voix si près de lui, extirpant la lame rougeâtre de son arme pour se préparer au corps à corps. derrière le nuage de poussière, un visage se découpa doucement : un homme aux lunettes noires et au sourire amusé.

« Trouvé !
-YAAAARGH ! »

_______________________


C'était une journée normale à la Faculté M. Chaque élève était tranquillement dans sa classe, et tous parlaient joyeusement de leur week-end, profitant de la pose alors que les professeurs commençaient déjà à rapporter les ragots sur tel ou tel élève particulier dans la salle des professeurs. Vanessa se tourna vers son ami d'un air joyeux, un sourire taquin aux lèvres :

« C'est bientôt les vacances, tu pars quelque part toi Mana ?
-Il parait que Charlotte part encore sur son île de richoux là, coupa Danny qui venait de s'incruster à la discussion.
-Oui mais c'est Charlotte ça, c'est un autre monde, soupira Vanessa. Moi je vais sans doutes aller passer quelques jours chez mon correspondant espagnol.
-Je vais au Liban, fit Danny pour l'information. Et toi Mana, tu as prévu quelque chose ? Quand je reviens on peut se faire quelque chose. »

Vanessa et Danny étaient le genre de personnes qui parlaient beaucoup, et qui étaient au courant de tout dans la fac. Dès l'arrivée de Mana, ils l'avaient pris sous leur aile et quand on en cherchait un, il suffisait de chercher les deux autres pour le trouver ; c'était, en somme, un trio inséparable et facilement apprécié de tous.

Tout s'était déroulé pour être une journée normale, et tout aurait dû continuer ainsi. Après un longue discussion sur les vacances, Vanessa et Danny auraient trainé Mana à la bibliothèque pour lire des bandes dessinées en riant tout leur saoul avant de se faire jeter à cause du bruit qu'ils feraient ; ils seraient alors retournés en classe pour les cours, se faisant gronder parce qu'ils parlent trop pendant que le professeur tente d'expliquer un exercice, et à la fin de la journée ils seraient allé acheter des glaces pour aller finir de papoter sur la plage avant de se quitter dans leur quartier favoris. Tout aurait dû se dérouler ainsi...

« YAAAARGH ! »

Des cris de surprise se firent entendre à l'entente de ce hurlement de douleur. Les élèves se précipitèrent au dehors de la classe en criant quand une soudaine lumière aveuglante apparu, suivie d'une explosion. Un petit corps fut propulsé sur des bureaux dont le bois vola en éclat, arrachant de nouveaux cris aux élèves qui étaient restés dans la classe et qui se jetèrent sous d'autres bureaux pour se cacher. Dylan attrapa Vanessa par les épaules en se jetant sous un bureau pour se cacher, terrifié lorsqu'il avait vu le corps étranger tomber sur les bureaux juste devant lui, Vanessa et Mana.

La petite silhouette tombée sur le bureau devant Mana se redressa avec un gémissement. C'était un homme, un garçon qui semblait bien jeune et de petite taille, peut-être un mètre cinquante. Il avait les cheveux châtains courts et en bataille, lui retombant un peu sur le front, et de grands yeux bleus qui brillaient d'une lueur de rage alors qu'il resserrait sa main sur une sorte de gros revolver aux étranges mécanismes, duquel sortait une longue lame de katana. Deux grandes oreilles rondes dépassaient de sa chevelure. Son regard retomba soudain sur Mana dont il prit le poignet sans crier gare de sa main libre, serrant douloureusement les dents.

« Toi... Je t'ai trouvé... »



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 93

MessageSujet: Re: Le Cercle   Dim 16 Aoû 2015, 14:32

« C'est bientôt les vacances, tu pars quelque part toi Mana ? »

Comme toujours, je ne pouvais pas manger tranquillement quand Vanessa entammer une de ses grandes discutions. Je la regardais toujours aussi fixement. Le genre de regard droit où elle me repproche de lui faire peur. Ce n'étais pourtant pas mon attention. Je mâchais ma chips aux crevette sans me presser. Si elle tenait à ça réponse elle ferait comme d'habitude. Elle attendra. Elle avait l'habitude de me poser une question et de n'avoir la réponse qu'un quart d'heur plus tard. Beaucoup de personne trouver ça étrange que je ne me presse pas pour leurs répondre. Mais, j'adore les chips aux crevettes, je voulais en savouré toute les bouchés. De toute manière Danny arriver. Ils allaient pouvoir discuté comme deux petit vieux. Moi ? J'allais en profité bien sur. Pendant que je manger, je n'aurais qu'à écouté d'une oreille semi-attentive. Après tout, avec eux, ont à toujours des surprises. Ce sont de véritable commère et de sacré bout en train. Je suis sur qu'il allait encore m'entraîner à la bibliothèque et qu'on finirais pas manger des glace. J'espère juste que cette fois le marchant aura le parfum au sirop d'érable. Je ne l'ai encore jamais goûter. Il avait l'air si bon...

Je m’avançais légèrement vers mes camarades de classes. La tête au niveau de l'épaule de Vanessa. J'étais tellement grand que même reculé en arrière. Je pouvais m’installer confortablement contre elle. Elle avait une tête de poupée et un corps assez frèle. Elle me traité toujours de baleine quand je me callé de cette manière. Mais c'était confortable. Surtout quand je voyais dans son bureau un paquet de caramel pas encore finis. J'essayais d'y glisser discrètement la main pour réussir à l'attraper. Elle m'en voudrait pas si je lui en pique un ou deux. De toute manière, il me suffirait de la regarder fixement pour qu'elle me laisse faire. J'ai une tête qui fait peur d'après elle. Je venais d'attraper le paquet de sucrerie un cris aigus retendis. Un grand silence s'installa pendant une seconde. Le temps d'une courte respiration  ont se regarder d'un air paniquer puis une grande partie des étudiants essaya de fuir la salle de classe. Une lumière aveugla apparut pratiquement comme par magie. Mes yeux se fermèrent automatiquement, Me protegeant le visage de mon bras vide. Vanessa et sa délicatesse légendaire vous connaissez ? Bah aller voir un orgre maladroit et vous l'aurez. Les bureaux commença à voler en l'air, fracasser par la projections d'une ombre. Je fis tomber mon bureau en avant me cachant derrière pour me protéger.

Danny avait était plus rapide que moi. Il avait attraper Vanessa et l'avait fait ce cacher derrière moi. C'est vrai que je suis plus grand que la moyen. Même le bureau n'arrivait pas à cacher mes épaules. On entendait quelques filles hurlaient de frayeur en demandant leurs mères ou en priant le ciel. Personnellement, j'étais beaucoup occuper à cacher ma tête en serrant mes amis dans mes bras pour y réfléchir. Vanessa avait le visage paniquer malgré le fait qu'elle essayer de garder la tête haute. Danny tremblé comme une feuille en se roulant en boule comme un cloporte. Quand à moi, je n'étais guère mieux. Mon corps battaient la chamade au point où si ce n'étais pas ce truc qui me tuer, ce serait mon cœur d'une crise cardiaque. Le plus gros boucan venait de passer. Je relâchais Vanessa qui était au bord des larmes. Danny pleuré complètement lui. Rapidement Vava venait le prendre dans ses bras comme une mère protectrice. Moi je revenais toujours pas d'être en vie. Heureusement que je ne mettais pas chier dessus, j'aurais eu la honte. Soupirant, on se releva pour voir ce qui c'était passer. Danny pris un morceau de la chaise casser pour se protéger. Personellement, je n'allais pas essayer de me battre. Soit je partais en courant soit j'utilisais Danny comme bouclier pour rigoler.

Me relevant difficilement, j'avais le dos qui me faisait mal. Je m'étais tellement bien accroupis que mes muscle en était écraser. M'étirant rapidement, devant moi l'étrange ombre qui était sortie de cette lumière aveuglante. Je le regardais de toute sa minuscule hauteur. On aurait était dans un manga comique, ça m'aurait presque fait rire. Enfin, presque. Ce personnage était vraiment un énergumène particulier. Il avait l'air d'un collégien vu sa taille. Il porter des oreilles de souris sur la tête comme un déguisement. Il était dangereux les gosses de nos jours. Je me souvenais pas avoir était si bizarre à l'époque. Quelques filles profitèrent du fait qu'il s'approchait de nous pour s'enfuir. Il avait l'air étrange. J'allais me retourner pour dire qu'il fallait appeler la police quand, je sentis quelques m’attraper la main. D'un geste rapide, j'essayais de récupéré ma main. C'était un réflexe. Un truc étrange sort de nulle part, je ne sais pas trop comment et me chope. Au secours !! je me fais enlever par une extraterrestre.

« Toi... Je t'ai trouvé... »
« Quoi ? »

Je le regardais d'un air incompris. Rapidement, je lui jetter un regard blaser. ''Ne me touche pas sale alien ! Je veux pas venir sur t'as planète'' Relevant mon bras pour le faire lacher. J'étais largement plus grand que lui. Il devait faire vers les un mêtre quarente alors que je faisais vers les deux mêtre. Je le soulever largement au-dessus du sol. Me mettant à secouer le bras pour le faire partir. « Va-t-en sale monstre de l'espace !''. Finalement les histoires de Danny était peut-être vrai ! On étais peut-être pas seul dans l'espace. Je me tournez vers Vanessa en tirant une tête horriblement commique. Vu comme elle s'est mise à rire vus la situation. J'avais les cheveux en batailles, me donnant un air de fou avec cheveux violet. Elle ne m'étais pas avec ce genre de réaction stupide. Je me tourner vers Danny qui n'était guère mieux. Il s'approcha à peine vers l'inconnue. Je me retournais en arrêtant de secouer mon bras...

« T'es quoi ?» finis-je pas lui demander
Danny repris étrangement confiance en le pointant du doigt. Son visage rayonner comme si tout était parfaitement logique. Il avait l'air si fier de tout comprendre. Il pris une grande respiration et se mis à crier :
« C'est une expérience hybride, mi-humain mi-animaux qu'à fabriquer un savent fou dans son laboratoire  secret qui se trouve sous la fac et qui c'est échapper pour trouver un nouveau maître !!!''»

Il fit une pose magnifique de la victoire. Droit comme un i avec le doigt pointant vers le ciel. Vanessa et moi le regardait un moment avant de nous retourner en soupirant. Notre coordination voulait tout dire. Danny était complètement fou. C'était un adepte des théorie du complot. Au finale, on ne l'écoutait plus alors qu'il pleurnichait pour attiré notre attention :

« Mais je vous jure ! J'ai vu le professeur Valentin faire des expériences bizarre dans le s...

Je soupirais en fixant l'étrange personnage. Vanessa avait couper la parole à Danny en l’assommant avec un livre. Elle était en train de secouer Danny comme un prunier en lui criant dessus. Leurs réactions étaient complètement à coté de la plaque. Mais c'était peut-être mieux ainsi...

« Qu'est-ce que tu veux ?» demandais-je à la souris
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 102
Age : 21
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Le Cercle   Dim 16 Aoû 2015, 14:58

Le jeune homme ne lâcha pas un instant le poignet de Mana, il faisait preuve de bien plus de force qu'il n'y paraissait. Néanmoins, une grande marque d'incompréhension vint prendre place dans son regard lorsque Danny se mit à parler. Une de ses grandes oreilles retomba mollement alors qu'il penchait la tête, grimaçant d'un air perplexe. Il ignora même la dernière question de Mana qui à dire vrai servit juste à le sortir de son état de surprise alors qu'il continuait de fixer Danny.

« Tu t'es pris un coup sur la tête ou t'es naturellement con ? »

Si certains élèves avaient pris la situation présente de manière comique après l'explication de Danny, ce n'était pas le cas de tous qui se mettaient à paniquer tandis qu'un grésillement survenait. L'inconnu tourna violemment la tête dans l'autre direction : la lumière qui était survenue plus tôt provenait d'un portail qui était toujours visible en cet instant contre le mur de la classe. La lueur s'intensifia à nouveau, éblouissant légèrement les personnes présentes même si le jeune homme soutint, fermant un œil en serrant les dents pour retenir un juron.

« Mauvais... À TERRE ! »

Il se releva brusquement malgré sa précédente chute d'une violence notable et bondit sur Mana, le forçant à tomber à terre. S'il ne semblait pas lourd, ce n'était pas le cas de son arme qui avait un poids exagéré. Un nouveau coup de feu retentit, faisant voler en éclat un morceau du mur en face. Des cris retentirent à nouveau, coupant toute envie de plaisanter à une grande part des jeunes gens. L'hybride se redressa, lançant d'une voix puissante :

« Tout le monde dehors, si vous voulez survivre !! »

Pour la plupart, cela suffit amplement à donner envie à leurs jambes de se remuer alors que de nouveaux coups de feu retentissaient. Le garçon se redressa légèrement, relevant son arme d'une seule main et se mit à tirer en direction de la lumière. Deux. Trois. Dix coups de feu. Il y eut un court instant de calme, mais la lumière du portail ne semblait pas s'atténuer. Le jeune homme se redressa d'un bond sans prendre le temps de respirer, tirant sur le poignet de Mana, l'air à mi-chemin entre la panique et la rage.

« Bouge ton cul, on se casse ! »

Il ne s'agissait plus à présent de plaisanter. Voyant Danny et Vanessa toujours présents dans la pièce, il n'eut aucune hésitation tout en faisant se redresser Mana à donner une poussée de l'épaule dans le dos du garçon et à tirer la main de la jeune fille, les menant à l'extérieur en faisant preuve d'une force insoupçonnée pour un si petit corps. Alors qu'ils arrivaient à la porte, le portail brilla plus encore tandis qu'une silhouette s'en extirpait : un homme de grande taille en costume noir, aux longs cheveux de jais attachés en queue de cheval et aux lunettes de soleil, s'avança, un long fusil dans sa main droite. Il abaissa ses lunettes de sa main libre, fixant de son regard d'ambre les quatre fuyards.

« Te voilà... »

Il eut un sourire mauvais. Le garçon aux oreilles de rongeur jura à nouveau, et avant même que quiconque n'ait pu crier il se jeta sur le côté, emportant les autres dans sa course juste avant que des impacts de balle apparaissent dans le mur du couloir en même temps qu'un bruit d'éclat déchirant. Il les fit tourner le plus tôt possible dans un des couloirs, lâchant enfin Vanessa mais se refusant à relâcher Mana, prenant de sa main libre son arme qu'il avait accroché à un holster sur ses épaules. Il braqua l'arme derrière lui, tendu comme un ressort, prêt à riposter.

« Toi ! »

Il jeta un coup d'œil vers Mana pour lui indiquer qu'il était le concerné en question.

« Amène-nous dans un abri hors d'ici, vite ! »



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 93

MessageSujet: Re: Le Cercle   Ven 21 Aoû 2015, 16:42

J'avais du mal à croire qu'il tenait aussi bien à mon bras. On aurait dis une moule à son rocher. Danny n'en revenais pas. Il allait raconté une nouvelle théorie farfelue quand le gamin lui coupa la parole. L'étrange personnage n'avait pas tout à fait tord au sujet de Dylan. On s'échangea un regard avec Vanessa. Un léger rire aurait pu ce faire entendre si notre idiot ne se mettait pas en colère. Nous ont avait pris l'habitude à force de le fréquenté. Il n'étais pas ''con'' quand on prenait le temps de l'écouté parler de manga ou de culture japonnais. Enfin, on n'avait pas vraiment le temps d'en discuté tranquillement autours d'une tasse de tête ou d'un café. La lumière se fit plus instance. Avec tout ses événement on avait presque finis par s'y habituer et à trouver que ça rendait bien dans le décors. Vanessa recula par méfiance en entendant un bruit sourd. Ce truc n'étais pas normal. Mes yeux se lever vers la sphère lumineuse quand je sentis mon corps basculé en arrière. La souris s'accrocha à moi en me forçant à me mettre à terre. Ma tête percuta un peu fort le sol de la salle. Je relevais à peine le visage en faisant une légère mou. Me massant l'arrière de la tête. Je n'avais pas était le seul surpris par ce qui venait de ce passer. La plus part des élèves encore présent dans la salle pleuré complètement paralyser. Danny tenait Vanessa comme un bébé tiendrait sa maman.

« Tout le monde dehors, si vous voulez survivre !! »

Aussitôt dit, aussitôt fait. Les derniers élèves de notre classe se mire à partir en courant. Cherchant n'importe qu'elle endroit qui pouvait leurs permettre de fuir. Ils formaient un énorme moulons devant la porte d'entré. Bloquant au passage la sortie. Chaque élèves voulaient sauvé sa propre vie et ceux le plus rapidement possible. C'était une réaction tout à fait normale. Une réaction qui ne venait pas de notre esprit mais, de notre corps qui sentait le danger. Ils avaient quand même pris un temps avant de réagir. La curiosité l'es avait pousser à rester. Maintenant qu'un gosse étrange cris de sortir, ils sortait. Alors pourquoi je ne mettais pas à courir  moi-aussi ? Vanessa était tétaniser au point où ses larmes coulaient sur son viage de manière terrifiante. Elle criait qu'elle ne souhaité pas mourir. Ma bouche était légèrement ouverte comme un idiot. La situation me dépasser tellement que je ne pouvais que reste idiot. Mon corps frissonnais à chaque coups de feu. Mon cœur se stoppais en cherchant à savoir si on m'avait viser ou non. L'hybride se releva d'un bon comme un saut de grenouille. Me tirant par le bras comme un simple paquet de course. J'étais impressionnais de voir qu'il arrivé à me faire tournée. Je me relevais aussi rapidement que mes jambes molles et tremblante me le permuter. Le coup de l’adrénaline était mauvais pour moi...

Le gamin m'entraîner vers la porte en tirant les deux autres. Vanessa ne s'arrêter pas de chialer. Je pense que le gosse devait à moitié la porter. Les gens étaient tous sortie donc nous étions les trois derniers êtres humains dans la pièces. Oui, trois, parque je ne savais toujours pas ce qu'étais ce truc avec des oreilles de souris. Vanessa et Danny avait était envoyer un peu en avant dans le couloirs. Moi et la souris étions encore près de la porte pour voir le nouvel arrivant. La lumière devenus encore plus lumineuse et une vague silhouette ce dessina entrain d'approcher. C'était un homme qui avait l'air grand. Il avait un air séducteur et fit un truc super cliché. Baisser ses lunettes en nous voyant. La plus part des films policier ou dessin-animé l'utiliser pour prévoir un grand danger. Et étrangement, vu l'arme qu'il avait dans la main ça pouvait se comprendre. La souris se mis à gronder dans sa barbe inexistence avant de partir en courant. Comme un bœuf qui entraîne la charrue, il nous entraîna à travers les longs couloirs de la facultés. Nous courrions dans un sens puis dans un autre sens. Il s'arrêta un moment après, relâchant les deux boulets qu'on traîner. J'étais complètement impressionner par sa force physique. Je regardais un moment son armes. Aussi grosse qu'impressionnante. Elle devait venir tout droit d'un jeux-vidéo vu sa forme.

« Toi ! »

Je me tournais vers la silhouette du plus petit. Il parler à qui ? A notre poursuivant ou à nous. Rapidement, vu sont regard froid tournée vers moi. La réponse me parut complètement stupide.

« Amène-nous dans un abri hors d'ici, vite ! »
« Suis-moi alors ! »

Mes bras venaient s'entourer autours des jambes de Vanessa. Je la soulevais comme un princesse avant de faire signe à Danny de me suivre. Je me mis à courir avec la malheureuse dans les bras. Elle était à peine conscience et tremblante comme une feuilles. Il fallait que je trouve un moyen pour les mètrent en sécurité. On partie en courant vers les sous sols de la fac. On descendait à grande vitesse. A un croisement, je regardais à droite et à gauche. Puis particulièrement en arrière. Un bruit fracassant fit trembler tout le sous sol. Un métro arriva en trompe. C'était parfait.

« Danny, tu prend Vanessa et vous prenez le métro pour aller loin d'ici !''
« Mais … et toi Mana ? »

Je lui fis un léger signe de la tête avant de les poussaient dans un des wagons. La foule nous faisant une parfaite couverture. J'entraînais la souris dans un lieu où il allait se sentir à l'aise. Je soulevais une vieille plaques rouillés. Une horribles odeurs se projeta dans mon nez. Celle de la puanteur et de l'eau groupie. Il voulait un endroit où ce cachais. Il allait en trouver un marrant. Je descendais en premier vus que c'était la souris qui avait l'armes. Une fois en bras, je remettais la plaques en places. Oui, on était bien dans les égout de la villes. L'endroit le plus étrange et certainement le dernier endroit où une personnes viendrais nous chercher. J'avançais un peu en soupirant de fatiguer. C’était pas possible, qu'est-ce qui c’était passer pour qu'un journée qui s'annoncer ennuyeuse et habituelle. Je me bouchais un peu le nez. Le grand luxe ici était de trouver un coin d'air potable. Le décors au alentours était composes de tuyaux qui fuyez un peu. D'une grande étendu d'eau qui allait se déverser au loin dans une stations d'épurations. Des petits couinements aigus se faisait entendre un peu partout en rythme avec les plop des gouttes d'eau qui tomber sur le sol humide.

« Tu compte m'expliquer un jour ou pas la souris?! »

Je ne savais pas si me séparée des deux autres étaient une bonne idée. Après tout, aussi loin, je ne pouvais pas les protèges longtemps. Soupirant, j’espère que ce soit que moi et l'autre qui intéresse le truc tueur dangereux. D'ailleurs pourquoi moi ? Je n'avais rien demander. Marchant d'un pas lent vers une autres sortie. On pouvait traverser toute la ville de cette manières. Il y avait des bouches d'égout un peu partout sous la ville toute les cinq ou dix mètres en fonctions des quartiers. Soupirant, je chercher le prochain endroit où j'allais l'emmener toute en cherchant à comprendre mon implications dans de tel histoires. Je me massais la tempe de fatiguer. J’allais pas courir comme ça indéfiniment surtout que j'avais faim...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 102
Age : 21
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Le Cercle   Sam 29 Aoû 2015, 08:34

« Suis-moi alors ! »

Les oreilles du garçon rongeur tressaillirent à cette annonce. Il ne bougea d'abord pas, laissant Mana s'emparer de Vanessa pour s'enfuit avec Danny. Au bout du couloir, à l'opposé, la silhouette de l'ennemi apparaissait à nouveau. Des coups de feu retentirent du côté du garçon tandis que l'homme en noir s'empressait de se cacher derrière le mur pour éviter d'être blessé. Il fit claquer sa langue avec exaspération.

« Tu ne m'échapperas pas si facilement ! »

Il entendit les pas du rongeur résonner dans le couloir : quand il sortit de derrière le mur, celui-ci avait disparu. Le garçon rejoint en quelques foulées Mana, faisant preuve d'une agilité sans pareil. Ils descendaient des escaliers qui reliaient, pour une question de praticité, la faculté au métro de manière directe. Mana posa la jeune fille tandis qu'un rugissement métallique survenait dans les lieux. Le métro apparu.

« Danny, tu prends Vanessa et vous prenez le métro pour aller loin d'ici !''
« Mais … et toi Mana ? »

Vanessa et Danny se sentirent poussés dans le wagon, puis la foule coupa tout contact entre les deux duos. Le garçon rongeur avait les yeux fixés sur les escaliers qu'ils avaient descendus. Il ne les détourna de ceux-ci que lorsqu'il entendit le bruit de la plaque des égouts se relever : Mana entra dans les égouts, laissant le garçon rester à l'étage pour les protéger dans un premier temps. Il eut bien fait de faire ce choix car l'homme en noir arrivait à nouveau sur les lieux. Dans la foule, il avait du mal à les repérer. Le garçon le vit commencer à se frayer un chemin, s'approchant dangereusement. Il leva son arme au dessus de sa tête et tira comme un coup de semonce, affolant la foule du métro qui se mit à courir en tous sens, les bousculant tant et tellement que l'homme à la queue de cheval fut repoussé hors de celle-ci. Le rongeur jeta alors un coup d’œil par dessus son épaule, et voyant qu'il avait la place de passer par la bouche des égouts sauta sans aucune crainte dans l'ouverture, passant près de Mana qui était encore agrippé à l'échelle et atterrit derrière lui juste au moment où celui-ci avait le bon réflex de fermer la bouche, les plongeant dans le noir. Les cris de la foule retentissaient au dessus de leurs têtes, mais les couloirs des égouts étaient d'un silence pesant. Seules des gouttes retentissaient. Le garçon rongeur releva un pied en fronçant le nez : un rat venait de passer entre ses jambes, lui arrachant une mine interrogatrice.

« Tu compte m'expliquer un jour ou pas la souris ?! »

Le garçon releva un œil vers lui, indifférent à la remarque. Semblant réfléchir un instant il porta alors son bras devant lui : une petite lueur sortit du bracelet de cuir qu'il portait à la main, comme un très petit hologramme sortant d'une quelconque montre. L'hologramme grésilla. Il soupira, laissant retomber son bras et emboîta le pas de Mana qui avançait à pas lents vers un endroit inconnu : il ne pouvait que le suivre.

« Nous ne sommes pas encore à l'abri, il nous faut nous éloigner encore pour être certains qu'il ne nous retrouve pas. J'étais sa cible à l'origine, mais maintenant que je t'ai trouvé il peut tout aussi bien te viser. Heureusement, il n'est pas habitué à l'activité de votre monde, cela devrait le retarder. »

Le bruit de la foule s'amenuisait à mesure qu'ils s'enfonçaient dans les sous-sols de la ville. Lorsque le silence quasi-total pris place, le garçon sembla un instant s'arrêter, fermant les yeux.

« ... Ils sont comme par chez nous... »

Il resta ainsi quelques secondes puis finalement rouvrit les yeux, dardant un regard sévère sur Mana.

« Je suis Rat ; je viens d'un futur alternatif de votre monde dans lequel les guerres font souvent rage. Cet homme qui nous poursuit est Cheval, il a pour but de m'éliminer avant que je trouve l'Élu, et si je le trouve de l'éliminer lui aussi pour ne pas gêner les plans de celui qui est à la tête de son groupe. »

Il regarda à nouveau son bracelet de cuir, en vain, et repris :

« Dans notre monde les égouts sont forts semblables, Cheval pourrait nous retrouver. As-tu un abri à l'extérieur où nous pourrions discuter ? Je vais te présenter quelqu'un... »



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 93

MessageSujet: Re: Le Cercle   Lun 31 Aoû 2015, 16:03

« Je suis Rat...

Pardon ? Le mec s'appelle Rat ? C'est parent ne devais pas l'aimer pour le nommer de cette manière. De plus, je ne suis pas sur qu'on puisse officiellement appeler son enfant de cette manière. Y devait avoir une loi ou une association de protection de l'enfance qui pouvait l'empêcher. Enfin, au moins ça aller avec son apparence. C'est complètement simplisme de le nommée parque c'était un rat. Nous les con, on les appelles pas les con pour autant mais, Kevin. D'ailleurs es oreilles de souris me perturbe. J'arrive toujours pas à savoir si ce sont des vrai ou seulement un déguisement très très réaliste. Ou plutôt, je ne voulais pas croire que ce pouvait être des vrai. Je le regardais encore une fois très attentivement. De bas en haut et de haut en bas, non, il avait toute les caractéristique d'une petite sourit. Je préféré largement le terme souris à rat. Une sourie c'est mignon et ça n'as pas le mauvais caractère ni la sale tête d'un rat.

… Je viens d'un futur alternatif de votre monde...

Je le regardais un peu bizarrement en faisant semblant de croire dans un premier temps à cette histoire. J'avais l'impression de voir Danny en trains d’expliqué ses théorie du complot. C'était un peu du même genre que la zone 51 n'est qu'un laures et que tout les artefacts allient ce trouve dans la zone 52. Vanessa lui avait mis une belle baffe cette fois-là d'ailleurs. Heu... Rat n'avait pas l'air de mentir, mais Danny aussi croyait dur comme fer à ses histoire. Je me frotté l'arrière du crâne. Lui avait quand même le portail qui pesez dans le jugement. Ce n'était pas aussi fun que dans un manga. On ne s'amuse pas autant quand on voyait ça en vrai. Mon esprit avait du mal à s'ouvrir à cette possibilité. Mais, je jure, je fais tout mon possible dans la mesure où de toute manière je nagés en plein cauchemars. Tout ce qui me permettrait de comprendre serait bon à prendre même si j'avais encore du mal à m'en rendre compte ou a tout suivre.

…dans lequel les guerres font souvent rage...

Génial ! A quoi ça sert de me faire réviser les cours d'histoire vu que les abrutis du futur ne sont pas capable de retenir les histoires du passer. Les hommes du pouvoir perdre le sens des réalité une fois qu'ils ont le monde entre leurs mains. Je ne sais pas de quel siècle il viens, mais je pense que la guerre du Japon, de Corée ou même les plus grands génocides aurait assez gravé l'Histoire. Assez pour qu'on puisse au moins les prendre en compte quand on commence à lasser des guerres en chaînes. Enfin, tout ça c'était leurs problèmes ! Je marchais d'un pas plus rapide en l'écoutant. Je voulais sortir de cette endroit ou du moins l'emmené le plus loin possible de la bouche d'égout où on était descendu. Notre poursuivant n'aurait aucun mal à nous trouver sinon. Je tournée à droit puis à gauche avant de ralentir le pas tout en écoutant sa grande tirade. Il ne prenait jamais sa respiration ?

…Cet homme qui nous poursuit est Cheval...

Je me retenais de bouffé de rire. Je me mordais la lèvres inférieur en trouvant la blague trop bonne. On se retrouvaient à courir dans les égout avec Rat et je me faisais poursuivre par un homme qui s'appeler Cheval. S'il me présenté un homme appelé Cochon. C'est finis, je roule par terre en me tenant les côtes.

...il a pour but de m'éliminer avant que je trouve l'Élu et si je le trouve de l'éliminer lui aussi...

Je reprenais un air sérieux. Il venait de rentré dans les informations les plus importantes. Du moins, celle qui commencer à me concerner et à expliquer pourquoi un homme du futur à oreille de rat venait dans le passer -ou plutôt à notre époque-. Il m'expliqua déjà pourquoi il fuyait Cheval. Il avait pour bute de le tuer. En gros, c'était comme un jeux du chat et de la souris. Seulement les enjeux du jeux était de survire et évité de ce faire tuer par l'autre. Je supposer que l’Élu était une personne clés ? Sans prétention, je me demander sérieusement si ce n'était pas moi. Après tout, sans prendre la grosse tête ça expliquerait pourquoi il ne veut pas me lâcher. Ou sinon j'étais une des personnes qui pouvait l'emmener jusqu'à Élu. Je grimaçais, super grâce à eux je me retrouver au milieux de tir croiser sans comprendre la moitié de l'histoire et en étant au beau milieux.

...pour ne pas gêner les plans de celui qui est à la tête de son groupe. »

Je vois, donc ce n'est qu'une histoire de sécurité pour le grand méchant. L’élut devait être une sorte de clés. Celui qui était à l'origine de ce futur et qui pouvait certainement le changer ou un truc du genre. Je me retrouvais à imaginé des scénarios encore plus loufoque que Danny.

« Dans notre monde les égouts sont forts semblables, Cheval pourrait nous retrouver. As-tu un abri à l'extérieur où nous pourrions discuter ? Je vais te présenter quelqu'un... »
« A trois rues d'ici, je connais un bar où on pouvait se cacher facilement... la patron est une amis... »

Je lui disais de me suivre jusqu'à la bouche d’égout qui nous permettrait de sortir à quelques pas du bar en question. Je montais en haut en enlevant la bouche d'égout. Heureusement, elle n'était pas bloquer. La poisse ne me collais peut-être pas autant à la peau. Sinon une voiture aurait garé sa jolie roue juste dessus. Je sortais discrètement de la rue. Me redressant avant de proposer ma main au gamins pour l'aider à monté. Une fois qu'il eu les pieds sur terre. Vite on rebouche la plaque et on y met une grosse poubelle dessus. Hop ! On pouvait gagner quelques précieuse minutes. Je me retournais rapidement en lui faisant signe de me suivre dans la rue animé. Je vérifié qu'il me suivait toujours quand j'entrais dans une bar discret à l'angle de la rue animé. C'était un petit bar branché dans le style des cafés anglais. Une femme en tenue de serveuse traditionnel nous accueilli avec un sourit commercial. Elle nous demanda où on voulait se placer sans faire une remarque sur le type qui m'accompagner.

« Laisse Sofia ! Je m'occupe de ses clients là ! » fit une voix charmeuse.

Une femme d'age mur descendu des escaliers. Elle portait une tailleurs serrer et des cheveux relever. C'était une magnifique créature. Son sourire était lui sincère et léger. S'approchant de nous avec une carte dans la mains :

« Ca faisait longtemps Manaa ! Tu m'avais oublier ? Elle regarda le garçon qui m'accompagner d'un air amuser. Ton amis est fan de cosplay ? »
« Alicia, tu veux bien me prêté la table dans l'arrière boutique s'il te plaît ? »
« Si tu veux ! Je t'apporte a boire ! C'est la maison qui offre ! »

Elle me donna la carte avant de me dire qu'elle viendrait prendre la commande plus tard. J’entraînais Rat dans l'arrière boutique en l'invitant à s’asseoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 102
Age : 21
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Le Cercle   Lun 31 Aoû 2015, 20:27

Manaa semblait perplexe face aux explications de Rat, pour tout dire l'incrédulité était particulièrement lisible sur son visage mais cela ne troubla pas le rongeur qui se doutait de cette réaction et se contenta de darder un regard insistant sur lui, relevant un sourcil en signe d'impatience en l'attente d'une réponse de sa part, réponse qui tout compte fait ne se fit pas tant attendre que cela.

« À trois rues d'ici, je connais un bar où on pourrait se cacher facilement... la patronne est une amie... »

Face à la proposition de Manaa, Rat n'eut rien à y redire. Il faut dire, bien que le jeune homme n'en avait pas connaissance, que le concept de bar était pour le moins flou dans l'esprit du rongeur, mais du moment qu'il entendait qu'ils sortaient des égouts et se retrouvaient en terre inconnue et à un endroit plus ou moins à l'abri cela lui suffisait. Il se contenta donc de le suivre dans cet endroit silencieux et familier dans lequel il semblait plutôt à l'aise et ne s'en cachait pas. Ils finirent par arriver à une nouvelle échelle que Manaa monta avec agilité, repoussant la plaque d'égouts pour pouvoir s'asseoir sur le bord de la route et proposer une main à Rat. Celui-ci eut un moment d'hésitation mais considérant qu'il n'était pas particulièrement diplomatique de refuser une aide sous le simple prétexte qu'il pouvait se débrouiller seul il finit par empoigner la main qui lui était tendu, n'en faisant pas réellement usage néanmoins car se doutant qu'entre son propre poids et le poids de son arme il risquerait de blesser le jeune homme dans sa virilité il fit mine de faire un effort et le rejoint à l'extérieur tandis qu'ils refermaient les égouts.

Les passants leur adressèrent quelques regards inquisiteurs, curieux de savoir ce qu'ils faisaient dans les égouts, mais Manaa ne sembla pas y prêter attention. Rat, beaucoup plus sensible aux regards des autres, regarda en tous sens avec méfiance et curiosité. Bon, même par chez lui cela faisait bizarre de sortir des égouts et on ne vous accueillait pas à bras ouverts, on préférait garder ses mains libres pour se boucher le nez ce qui était normal étant donné l'état d'inondation partielle des égouts par chez eux et donc l'impossibilité d'éviter les eaux usagées. Néanmoins avoir tant de regards sur soi relevait d'un grand malaise pour Rat, qui tenta de se concentrer sur Manaa pour ne pas le perdre de vue, à la limite de s'accrocher à lui pour ne pas le perdre ; il n'était pas non plus si jeune qu'il le paraissait et donc n'eut pas vraiment l'idée de mettre en œuvre cette sécurité. Ils ne tardèrent par à arriver à distance de la bouche d'égout, à l'abri des regards d'un éventuel poursuivant mais pas des passants qui remarquaient les étranges "accessoires" du rongeur, et entrèrent dans un bâtiment. Rat sembla un instant hésiter à mettre un pied dedans, mais après une inspection rapide des lieux finit par suivre Manaa. Une jeune femme vint leur adresser la parole.

« Bienvenue ! Vous voulez une place aux tables ou au bar ? »

Rat darda un regard intrigué face au sourire si large de la jeune femme. Bien qu'il semblait si sûr de lui dans la situation tendue de la course-poursuite, il en était tout autrement dans une situation de calme où il semblait s'étonner un peu de tout. Il ne montrait pas vraiment cela, se contentant de lancer des regards méfiants quelques fois et ici de détailler avec grande précaution la femme qui leur parlait alors. Ils furent arrêtés néanmoins pas une autre voix plus grave et posée :

« Laisse Sofia ! Je m'occupe de ces-clients là ! »

Rat tourna instinctivement dès la première syllabe sortit des lèvres de la nouvelle-venue son regard vers les escaliers qui menaient à une salle à l'étage du bar certainement pour ceux qui restaient manger ou jouer. Elle apparaissait comme sa voix le laissait supposer plus mature que la jeune fille qui était venue à eux au départ. Ses longs cheveux avaient été relevés en un élégant chignon qui laissait son cou délicat dégagé en une sorte de fragilité féminine, qui néanmoins s'effaçait derrière des épaules sures, une taille marquée et des hanches ouvertes mises en évidence par un tailleur pas trop masculin et très professionnel, d'une propreté impeccable. Rat, dans son ensemble chemise et short à carreaux et sa casquette tous couverts de poussière et de saletés restait plutôt bouche bée face à une telle élégance, ne la quittant plus des yeux.

« Ça faisait longtemps Manaa ! Tu m'avais oublié ? »

Rat sembla tressaillir quand elle le regarda à son tour.

« Ton ami est fan de cosplay ? »

À cette remarque qui néanmoins n'était pas bien compréhensible pour le rongeur, le jeune homme s'empressa de retirer son couvre-chef, ses oreilles se redressant un peu en l'absence de l'objet qui les tenait plus tôt bien séparées de part et d'autre de sa chevelure d'un châtain clair qui s'assortissait à merveille avec ses grands yeux bleus. Il restait silencieux, ne quittant toujours pas la femme des yeux.

« Alicia, tu veux bien me prêter la table dans l'arrière-boutique s'il-te-plaît ?
-Si tu veux ! Je t'apporte a boire ! C'est la maison qui offre ! »

Manaa prit la carte qu'Alicia lui tendait, puis les deux jeunes hommes suivirent la femme à l'arrière de la boutique. Ils se retrouvèrent dans une de ces salles que les clients ne sont pas supposés connaître, où feuilles de comptes et autres objets de remplacement étaient entreposés. Une table avec quelques chaises était posée au fond à la lumière d'une lampe qui égayait la pièce. Alicia partit en annonçant qu'elle reviendrait plus tard, laissant Manaa s'avancer dans la pièce et regagner une des places. Rat jeta un dernier coup d’œil dans le bar avant de rejoindre son compagnon de route. Il ne lui adressa pas un mot, retirant le sac qu'il portait sur son dos : ce n'était pas vraiment un sac à proprement dit, tout au plus un baluchon auquel avait été raccommodés quelques morceaux d'autres objets pour en improviser un sac pas bien beau mais plutôt costaud d'après les coutures solides qui s'étiraient entre les tissus. Rat l'ouvrit d'un geste vif, en sortant un disque épais qu'il jeta sur la table. Ce disque semblait composé de divers objets de récupération, outils informatiques, cadran de verre et autres renforts en cuir. Il le tourna dans sa main comme si celui-ci avait un sens particulier que seuls ceux qui connaissaient l'objet pouvaient vraiment reconnaître, et pianotant rapidement une combinaison sur des boutons sur le cuir mis en marche la machine : le cadran s'alluma et un faisceau s'éleva. Il ne semblait rien y avoir de marqué dessus, à l'exception de deux points de lumière au centre. Rat les fixa un instant, sembla chercher quelque chose au milieu puis finalement ramena sa main dessus, recouvrant le cadran de sa main en éteignant de ce geste l'outil. Un long soupir de soulagement lui échappa.

« Visiblement Cheval a abandonné, ou alors nous nous trouvons suffisamment loin... »

Il resta un long moment silencieux. Il semblait reprendre son souffle, les yeux fermés. Son oreille tressaillit alors qu'il se remettait à se remuer, rangeant la machine dans son sac de même que sa casquette qu'il ne semblait pas prêt de remettre dans le bâtiment. Il se reposa correctement sur la chaise, les jambes ramenées devant lui et les bras croisés sur la table, le dos bien collé au dossier tout en fixant Manaa, la tête un peu baissée et les yeux relevés malgré une expression sévères qui lui semblait naturelle.

« Bien, nous allons pouvoir discuter. »

Il sembla un instant réfléchir par où commencer mais finalement reprit en se montrant.

« Comme tu as pu le remarquer, malgré notre appartenance tous deux à des mondes aux structures sensiblement semblables je suis très différent de toi. »

Il appuya ses dires en ramenant sa main à ses oreilles, celles-ci remuant légèrement. Il avait ramené sa queue de rat - car oui, il en avait bel et bien une - sous lui lorsqu'il s'était assis mais n'avait à priori rien de plus appartenant au rongeur. Il reprit, parlant de manière beaucoup plus douce et posée que plus tôt dans les égouts.

« J'ai en effet évoqué la nature hypothétique de mon monde en tant que futur du tien, mais ce n'est qu'un futur parmi tant d'autres, alors à proprement dit il est plus simple de dire que je viens d'un autre monde. Cela peut être difficile à avaler pour quelqu'un qui a toujours vécu en ne regardant que le nombril de son propre monde, nous avons vécu dans l'idée que votre monde existait aussi nous sommes plus aptes à admettre votre existence que vous ne le pouvez pour nous. Ceci néanmoins pourra te prouver mes dires. »

Il retira l'espèce de montre en bracelet de cuir qu'il portait au bras. L'objet grésillait plus tôt dans les égouts mais semblait à l'instant éteint. Il le fit glisser de côté, faisant signe qu'il lui montrerait cela plus tard, accordant un regard vers l'entrée de la pièce : il ne semblait pas vraiment enclin à l'idée de montrer cela à Alicia ou à une quelconque autre serveuse.

« Mais pour le moment, il nous faut parler affaires. »

Disant cela, il décolla son dos du dossier de la chaise pour se pencher un peu plus sur la table, le regard dur.

« Tu as quelque chose qui peut nous être utile, aussi on m'a demandé de venir te chercher. Cela implique que tu vas devoir me suivre de l'autre côté, et je préfèrerai que ce soit de gré plutôt que de force. »



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 93

MessageSujet: Re: Le Cercle   Dim 17 Jan 2016, 19:51

Dans l’arrière-boutique, il n’y avait qu’une simple fenêtre qui presque totalement cacher par les plantes grimpantes. La lumière de la lampe était obligatoire si on espéré pouvoir voir quelques choses. Il n’y avait rien pour nous rattaché à la boutique principale à part la porte que je venais de fermer à clé. De cette manière, nous pouvions êtres sur que personnes ne viendrait nous déranger en pleine discutions. La pièce était sobre et petite. La table était collée contre le mur. Une simple nappe la recouvrait avec de nombreuses affaires principalement de la paperasse. Rapidement, je mettais tout sur une chaise qu’on n’allait pas utiliser. Pendant ce temps ‘‘rat’’ semblait utiliser sa monstre pour pouvoir analyser les environs. On avait travers la ville pour se retrouver presque au cœur du centre-ville. Même s’il nous avait suivis dans les égouts, il aurait très bien pu se perdre. Après tout plusieurs tunnels conduisaient ici mais, on pouvait se perdre et rester à chercher son chemin pendant des heures. D’ailleurs Rat semblait satisfait du fait qu’il ne trouvait pas notre poursuivant sur son plan.

« Visiblement Cheval à abandonner, ou alors nous nous trouvons suffisamment loin… »

Etrangement, cette nouvelle ne semblait pas le soulager. Personnellement je l’étais. Me dire qu’un dangereux criminel ne me poursuivrait pas avec son pistolet ne le faisait plus. Oui, ça me rassure. J’espéré seulement qu’il n’est pas pris les deux autres pour cibles. D’un geste fatigué, je venais poser mes fesses sur ma chaise. Mes mains venaient se perdre dans mes cheveux pour me masser le crâne. Ma détente ne dura pas longtemps. Rat n’était pas du genre s’arrêter pour souffler. Il rester tellement sérieux malgré son physique plutôt mignon. Sa position sur la chaise était parfaite et son regard ne semblait pas montrer la moindre faille de détermination. Il était motiver pour discutées. Je relevais le visage pour l’écouté. Je posais ma tête sur ma main pour le fixer et l’écouté attentivement. J’avais entendu ce moment depuis un petit moment. J’allais peut-être en savoir un peu plus sur ‘‘rat’’, sur son monde et sur ce qui se passer autours de moi depuis son arrivée.

« Ce détaille est certainement l’un des plus marquant que tu pourras m’expliquer ! » fis-je avec une voix un peu moqueuse tout en appréciant la voix rassurante qu’il prit pour m’expliquer le reste.

J’imaginais mal un monde où on était mis humain et mis animaux. Sur certaine personne ça pourrait être mignon et agréable à regarder. Sauf que sur d’autre, ça pourrait devenir dérangeant. Surtout qu’en fonction de l’animal, on pourrait mettre en place une hiérarchie entre les personnes. J’imagine bien les félins au pouvoir et les autres animaux comme les canidés dans des positions de confiance. Soupirant, je me crée un monde certainement à l’ opposer du sien. Il avait l’air bien plus chaotique qu’un simple combat entre espèces. Des armes et une technologie beaucoup plus avancer que la nôtre. Si dans notre futur on était tous devenus des abrutis pour installer la loi du plus fort, je me demande à quoi servent mes cours d’histoire à la faculté. Je l’écouté me raconté la suite de son histoire. Soufflant parfois en me disant que j’avais plus ou moins de chances. Je fus presque ravi en entendant que ce futur ne serait peut-être pas absolu. Mais de l’autre, me dire qu’il venait d’un autre monde commencer à me refaire pensés à la théorie du complot.

« Donc si j’ai bien compris, tu viens d’une sorte d’univers parallèle qui se pourrait se liée au notre ? »

Je n’attendais pas réellement de réponse à cette question. Surtout que dire cette phrase me semblait irréel. Mes propres pensés utiliser ma bouche à ma place. J’aurais dû écouter l’autre idiot un peu plus souvent, j’aurais eu l’esprit plus ouvert. Me massant la tempe ayant un peu de mal à le croire. Il ne mâchait pas réellement ses mots non plus. Il venait de me traiter ou du moins de traité tous les humains de mon monde d’égocentrique. En gros, on ne pensait qu’à notre gueule et tant pis pour le reste. C’était sympa. J’aimerais bien le voir à ma place et subir toute notre culture religieuse qui centralise complètement notre existence. Enfin, je m’égare complètement du sujet. J’admettais avec un peu de résistance tout ce qu’il me disait. Je peser le pour et le contre mais je validée tout. Après tout c’était commun de ce faire poursuivre par un homme avec un pistolet hyper puissant et ce faire sauver par un gamin avec de grande oreille de rongeur.

« Mais pour le moment, il nous faut parler affaires »

Je relevais mon visage complètement en vus de sa position sérieuse. Rat était petit, ou plutôt, très petit comparée à moi. Je le dépasser de beaucoup même assis. Mais ça ne l’empêcha pas de ce redressé vers moi pour rentrer dans le véritable objectif de la conversation. Il me fit penser à mon professeur de culture ancienne. Il ne se redresser que pour nous dire des choses importantes. Ce qui était encore plus impressionnant c’était sa manière de faire. Tout le monde discuté dans son cour mais étrangement, quand il prenait cette position même les plus gros abrutis se taise. Je fis donc de même en demandant toujours ce que cette histoire avait comme rapport avec moi. Je me redresser pour le regarder dans les yeux. Il avait abandonné cette douceur qu’il avait prise pour m’expliquer l’histoire de son monde. Je voyais sa prunelle luire d’une étrange détermination qui bien loin de m’effrayer m’impressionnais. Je devais reconnaitre que le gamin était effrayant dans sa façon de faire. Il possédé une force incroyable et une arme toute aussi impressionnant.

« Tu as quelques choses qui peut nous être utiles… »

Ah bon ? Il veut que je lui donne quelques choses. Pourquoi pas, mais je ne possédé pas grand choses. Par contre, il peut toujours courir s’il s’agit de ma collection de carte Pokémon et ma réplique de ma magical girl préféré : Lala-lulu.

« … aussi on m’a demandé de venir te chercher. »

Cette phrase éveille en moi des sentiments contraire. Je possédé quelques choses qui les intéresse d’accord. Mais ce n’est pas un objet. Super, c’est carrément moi en tant que personne. Franchement qu’est-ce que j’ai de plus que les deux abruties accolée au bar ? Je suis grand ? Non, y a certainement plus grand. Je suis plus que banal dans mon genre et j’aurais aimé le rester. Enfin, pour moi, le mot banal signifie faire plus d’un 1m80 avec une force habituellement écrasante. Oui, habituellement, parque depuis rat, je remets en doute mes capacités physiques…

« Cela implique que tu vas devoir me suivre de l’autre côté »

Des vacances en avance. Génial, fallait pas vraiment pas, j’étais plutôt heureux en cour. J’aime bien l’air sérieux de ‘‘Rat’’ qui m’annonce tranquillement que je dois m’en aller. Je me retrouve à devoir partir avec mon nouveau meilleurs amis le petit animal parque c’est sa mission de me ramener. Surtout qu’on ne me dit absolument pas où est ce fameux monde et comment je ferais pour rentrer chez moi. Le pire était la formulation « de l’autre côté ». D’un côté c’était innocent, et sa me faisait pensé à Alice au pays des merveilles. La petite fille qui partait dans un monde magique ou plutôt complètement fou. C’était un peu la même histoire. Seulement, j’allais devoir aller dans un monde chaotique. Et c’est ce deuxième cotée qui était étrange. Il allait me tuer pour m’emmener de l’autre côté ? Sérieusement, je commence à flipper.

« Et je préférerai que ce soit de gré plutôt que de force »

Au final, ça ne servait absolument à rien de tout me dire parque de toute manière, on ne me donne absolument pas mon avis. Soit je viens de mon propre chef et je devrais en vouloir qu’à moi-même si ça tourne mal. Soit, le rongeur me force à le suivre. Je me mordis les lèvres inférieures. J’avais juste le choix de savoir comment j’allais aller dans son monde. Il me le disait si sérieusement que ça me perturbée. Je pouvais essayer de négocier, mais il n’avait pas l’air d’être du genre à négocier. D’un long soupir, je me redresser envoyant ma tête en arrière pour fixer le plafond. L’admirant un moment avant de lui parler d’une voix calmer :

« Pourquoi je dois te suivre ? Qu’est-ce que j’ai de si précieux ? »

Je relevais ma jambe pour la serrer contre mon torse. Remettant mon visage droit. Le menton bien posé sur mon genou. Je le fixais avec un regard tout aussi sérieux. J’avais reçu énormément d’informations et je devais les digéré tout aussi vite. Je revenais au sujet qui devait le plus l’intéresser. Mon état d’Ames ne devait pas beaucoup le toucher. Au contraire, il devait attendre avec impatience ma réponse.

« Tu me donne le choix, mais même si je voulais te fuir, tu as plus de force de frappe que moi. Et même si j’ai l’avantage de mieux connaitre la ville. Je ne pourrais pas te résisté bien longtemps ! » Un grand soupire s’échappa « je vais te suivre de mon plein gré, j’ai quand même un minimum de fierté… »

Je n’avais pas encore une idée fixe de ce qui aller m’arriver. Ni même dans quel bordel je venais de me fourrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 102
Age : 21
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Le Cercle   Sam 13 Fév 2016, 01:40

Rat ne quittait pas des yeux son interlocuteur : les coudes posés sur la table à un écart légèrement plus grand que celui de ses épaules, il avait croisé soigneusement ses doigts pour tisser un support suffisamment rigide pour la pointe de son menton, l'air grave et plein d'assurance. En face de lui, Manaa était dans une pose à première vue décontractée, mais son visage laissait paraître une sorte de frustration qui barrait son front après les mots du rongeur. Il attendit quelques secondes avant de rejeter sa nuque en arrière, fixant ses yeux sur le plafond. Rat se redressa un peu de même que ses oreilles sur sa tête se fixèrent dans la direction du jeune homme, prêt à l'écouter. Il y eu quelques secondes de plus dans ce silence gênant alors qu'il ne s'exprime, semblant presque résigné.

« Pourquoi je dois te suivre ? Qu'est-ce que j'ai de si précieux ? »

Le Rat resta un instant silencieux avant d'esquisser un sourire, un léger rire lui échappant tandis que son interlocuteur se redressait pour, relevant sa jambe et posant son talon sur sa chaise, encercler son genou de ses bras afin d'en soutenir son visage visiblement contrarié.

« Bonne réponse.
-Tu me donnes le choix, repris Manaa, mais même si je voulais te fuir tu as plus de force de frappe que moi. Et même si j'ai l'avantage de mieux connaître la ville. Je ne pourrais pas te résisté bien longtemps ! »

Rat fronça un sourcil mais ne semblait pas en colère, ou en tous cas pas plus qu'à l'accoutumer étant donné que son visage semblait constamment porter un masque d'exaspération. En face de lui l'humain poussa un long soupir.

« Je vais te suivre de mon plein gré, j’ai quand même un minimum de fierté...
-Je n'aurai pas usé de force. »

Il venait presque de couper la parole du jeune homme. S'étant redressé sur sa chaise pour que son dos forme une parfaite parallèle avec le dossier de sa chaise, il avait posé ses mains sur ses genoux dont les pieds étaient parfaitement posés à plat sur le sol, et son regard restait fixé dans les yeux de Manaa. Il ne le détourna pas une seule seconde pendant qu'il parlait, clignant lentement des yeux et parlant le plus calmement du monde.

« Nos armes ne sont pas là pour tuer. Du moins, pas hors de situations dangereuses. J'ai juré à celui qui a fabriqué ce canon de ne jamais en faire usage autrement que pour mener à bien ma mission sans être tué auparavant.
-Et tu respectes cette promesse pour le moins minutieusement ! »

Une voix rieuse venait de se faire entendre. Rat tourna paisiblement la tête vers le bracelet de cuir qu'il avait posé sur la table, ne semblant pas étonné d'entendre cette voix qui lui était particulièrement familière : le cadran de l'objet se mit à briller et un hologramme en sortit, projetant l'image d'un visage fin aux traits rieurs. C'était visiblement un homme qui devait avoir peut-être entre vingt-cinq et trente ans d'après ses traits assez carrés, et pourtant il avait un visage très doux et chaleureux avec ses grands yeux clairs cachés derrière des petites lunettes. En haut de son crâne, entre ses cheveux mi-longs de couleur sombre qui retombaient juste au dessus de ses épaules que l'on apercevait à peine sur le dispositif, trônaient deux cornes de très petite taille. L'hologramme dans les tons oranges ne permettait pas de connaître les couleurs exactes. Il adressa un sourire à Rat.

« Heureux de te savoir toujours en vie Rat.
-Merci, ça fait plaisir », répondit Rat avec un sourire jaune.

L'hologramme répondit d'un rire avant qu'il ne tourne la tête vers Manaa. Ses yeux s'écarquillèrent derrière ses petites lunettes rectangulaires.

« Nom d'un gratte-ciel intact, c'est un humain !!
-Évidemment, soupira Rat en s'accoudant à la table et levant les yeux au ciel, les Élus sont tous humains.
-C'est fascinant ! »

Rat détourna les yeux avec un air de plus en plus exaspéré face aux éclats de joie et d'intérêt du personnage passionné qui avait alors pointé le bout de son nez. Il adressa un large sourire à Manaa, ses yeux pétillant de curiosité.

« Il est si rare de voir vos semblables par chez nous, permettez-moi de me présenter : je suis Bœuf, scientifique à mes heures perdu et ami de Rat.
-Enfin, ami... soupira Rat.
-Je l'ai chargé de venir à votre rencontre car nous avons ressenti en vous le potentiel nécessaire à prendre le rôle d'Élu afin de nous épauler dans notre combat. Mais je suppose que Rat vous a déjà tout expliqué ! »

Il y eut un silence qui suivit la phrase de Bœuf. Celui-ci glissa les yeux sur le côté avec un sourire figé comme pour tenter de voir Rat du coin de l’œil bien qu'il lui tourne le dos.

« Rat, tu lui as tout expliqué n'est-ce pas ?
-Oui, bien sûr... jusqu'à la partie "tu dois venir" au moins.
-... C'est-à-dire ?
-À peu près 3% des explications complètes », répondit Rat avec un haussement d'épaules évident.

Bœuf pris une mine blasée bien qu'une pointe de déception paraisse dans ses yeux, mais il se requinqua aussitôt, adressant un sourire doux à Manaa tout en reprenant de sa voix si calme :

« Très bien, je vais donc me charger des explications. Mais nous devons faire vite, l'ennemi pourrait ouvrir un nouveau portail s'ils obtiennent les bonnes informations... »

Il ramena son poing à ses lèvres, se raclant la gorge. Rat en profita pour se lever et venir se placer derrière Manaa, penché par dessus son épaule là où il pouvait observer Bœuf et être vu de lui.

« Comme Rat vous l'a sans doutes expliqué s'il ne manque pas totalement de bon sens...
-Hé !, s'indigna le rongeur avant que le bovin ne poursuive ;
-Nous vivons dans une dimension alternative à une époque plus avancée que la votre. À notre époque, seuls quelques rares spécimens ont survécu, nous ne vivons qu'en très petit nombre par chez nous. Notre système de vie s'est concentré sur un élément ancestral qui... Enfin, je vais passer sur les explications trop complexe, passa Bœuf avec empressement en voyant le regard sévère de Rat, mais il s'avère que certains humains de votre époque ont développé un élément qui a permis la naissance de notre monde futur. C'est comme si on prenait un gêne qu'on appelle A, on le retrouve dans disons 1% de la population, et grâce à celui-ci un nouveau monde est créé. Vous pensez suivre pour l'instant ? »

Bœuf secoua la tête avec un sourire désolé.

« Veuillez m'excuser pour mon manque de clarté, il n'est pas toujours évident d'expliquer le système de futurs alternatifs. Toujours est-il que cette chose a permis le développement de certaines capacités particulières qui nous ont permis de survivre à notre époque. Chez vous, cet élément est encore endormis, mais en la présence d'un élément qui entrerait en résonance avec le votre il peut s'éveiller. C'est ce qui fait votre particularité par rapport aux millions d'humains qui existent par chez vous : vous êtes d'une rareté toute particulière sur le plan génétique.
-Chez nous, coupa Rat, nous appelons les gens comme vous des Élus justement par votre spécificité. Certains d'entre vous ont été appelés à venir dans notre monde pour nous prêter main forte. Une main forte... dans les guerres qui nous opposent. »

Les regards de Rat et de Bœuf s'assombrirent, et le bovin repris la parole.

« Par notre petit nombre, la moindre aide devient capitale pour permettre d'opposer une résistance aux éventuels camps adverses. Nous savons grâce à un survivant des précédentes générations que par le passé plusieurs Élus ont permis par leur aide de calmer les hostilités. Nous espérons que vous pourriez nous aider. »

Il eut un petit sourire encourageant à nouveau, ajoutant :

« Bien sûr, nous tenterons de vous convaincre autant que possible de vous joindre à nous, mais nous ne pouvons vous forcer. Il existe certainement d'autres Élus au vu de la valeur élevée de votre population planétaire, mais nous avons tenté d'établir un calcul pour trouver qui était celui qui avait le plus de chances de nous aider dans cette guerre. Autrement dit, vous, Élu. »



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 93

MessageSujet: Re: Le Cercle   Sam 13 Fév 2016, 12:08

Je me sentais bête, affreusement bête. Ma tête avait travaillé, toute seule, pour moi et m’avais donné une vision parfaitement erroné de la situation. J’imaginais Rat entrains de me courir après de manière mignonne et innocente. Une boite de cookie à la main, un regard candide et un gros nœud dans les cheveux à la mode Minie. Alors que la réalité aurait été beaucoup moins rose. Moi prenant mes jambes à mon cou essayant de fuir les attaques de mortier d’un gamin de douze ans qui en voulait à ma vie. Enfin, ce n’était pas réellement la seule raison pour me sentir bête. Le pire, peut-être était que je m’étais fait un film tout seul et qu’il aurait réagis de manière complètement opposer. Finalement, c’est moi qui veux me cacher dans un trou de souris. Surtout que Rat me mettait très à l’aise. Son regard insistant allé finir par me faire un trou dans le visage. Ses prunelles ne quitter par les miennes une seule seconde. Il était du genre déterminer. Sa voix était calme quand il m’expliqua sa manière d’utilisais son canon. Il avait une véritable éthique, assez proche du code des armes dans le japon de la période d’Edo.

« Tu respectes cette promesses pour le moins minutieusement ! »

J’ouvrais d’assez grands yeux sous l’effet de la surprise. Je tournais la tête pas reflexe vers ce qui venait de prononcer ses mots. Mes pieds avait pointée, par reflexe, la sortie de secours. Etre avec Rat allait me faire avoir une crise cardiaque à force. D’abords, ma journée commence tranquillement comme n’importe qui, ensuite une identité dangereuse nommé ‘Cheval’ chercher à s’en prendre à rat, à mes amis et à moi. Finalement, je dis que je vais suivre un parfait inconnus dans un futur alternative par qu’il me le demande. Et maintenant, une nouvelle personne nous saute dessus. Je suis certains qu’il allait encore bouleverser ma journée d’une manière ou d’une autre. Arg. !, j’aurais dû profiter des moments ennuyant qu’on passer à la bibliothèque avec les deux autres. Je scruté rapidement le nouvel arrivant. Il était de carrure carrée, style les joueurs de foot américain ou rugbyman. Une physionomie assez impressionnante. Mais réellement, ce qui m’interpella, c’était plus son comportement enfantin.

Il avait une expression qui dénoté complètement de son apparence de gros dur. Contrairement à Rat qui ressemblait à un gamin de 12 ans avec le visage d’un vieux de 70 ans. J’ai compris, ils ont échangé de personnalité. C’est complètement con comme théorie, mais vu ce que je viens de vivre aujourd’hui. Je suis prêt à croire tout ce qui sortira de mon inconscient ou d’un délire de Danny. L’étranger se tourna vers moi avec une expression étranger. Il semblait à la fois étonner, amuser, ravis et je ne sais pas quoi ajoutée à ce mélange d’émotions. D’ailleurs, ses expressions sont dérangeante « nom d’un gratte-ciels intacte ». Ils n’ont plus de bâtiments chez eux ? Je peux comprendre qu’ils sont en guerre mais quand même. On ne vous pas un culte à un bâtiment bien construit. Enfin, je suppose... L’étranger se présentant comme « Bœuf ». Pour moi qui l’avais pris pour un simple humain je tomber d’assez haut. Je le fixais un peu plus pour voir où était ses attributs. A bien regarder, on pouvait voir ses deux petites cornes au sommet de son crâne. C’était beaucoup plus discret que chez Rat.

D’ailleurs faudrait que je leurs demande quelques choses à ses deux-là. Leurs prénoms, c’est en fonction de leurs espèces qu’on leurs donne où une personne à sarment choisis de les appelés de cette manière. Si je vais dans leurs mondes, ils vont m’appeler humain peut-être ? C’est assez particulier quand même, enfin laissons ça de côté pour une prochaines fois. J’ai plus important à connaître. J’écoutais leurs discutions d’une oreille discrète depuis un moment et j’en appris de bien bonne. Rat avait, je mettais ça sur la précipitation, oublier de nombreux détaille me concernant. Heureusement le cerveau de l’équipe ce décida à me faire un rapide résumée de la situation dans leurs mondes et de ce qui me concerne. Je me tournais légèrement pour faire face à mon nouveau professeur. Laissant ma main soutenir courageusement ma tête pendant qu’il m’expliquer les détails. J’eu un rapide court de science qui me fit tirée une tête assez dépité. J’avais rien contre les informations scientifique, mais j’aimerais partir avant que cheval ramène sa fraise.

Heureusement, Bœuf expliqué très bien et de manière assez consistes quand il voyait ma tête se tordre dans une grimace d’incompréhensions. Rat m’éclaira sur le terme « Elus » et je me retrouver à devoir être ravis de possédé un patrimoine génétique différent des 6 milliard qui a sur la terre. Enfin, heureusement, je n’étais pas le seul « Elus » possible vus que je n’étais pas le seul à posséder cette particularité. Vive les 1% de population qui, comme moi, aurait pu atterrir dans cette galère. Il expliquer aussi les rôles des Elus dans leurs mondes. Le point de vus stratégies ne fut pas compliquer à assimilée. Mais c’était plutôt le point de vue pratique qui me déranger. Pourquoi demander à une population plus ancienne de l’aide ? Surtout que sur les 1% d’Elu possible, je doute qu’il y en a une majorité qui maitrise les armes. Nous faire aller dans une guerre serait plus du suicides qu’autre choses. Enfin, si on suit les principes des guerres étudié en cours. Des personnes incapables de se protéger sont souvent les premiers à mourir. Et je ne m’imagine pas survivre là-bas…

Surtout que je n’arrive pas à faire lâcher prise un gamin de 12 ans. Oui, ma fierté masculine en a pris un coup. A la fin de la discutions, je me sentais pris dans un étrange ressentiment. Déjà, je devais me sentir flattée de possédé un patrimoine génétique rare, mais en plus, je fus sélectionnais pour être le plus approprié pour aider dans une guerre. Je n’avais pas grand choses de particulier pour un garçon de mon âge. A part de mesurée presque deux mettre et de ne jamais m’arrêter de manger. D’ailleurs j’ai faim. Je me relevais pour aller tirée d’un tiroir un bon paquet de chips. Je revenais m’assoir en me jetant presque sur ma chaise. Il était difficile de définir mon état de pensés. Je n’étais forcée de rien, pourtant on m’avait entraîné dans cette situation de manière assez forte depuis ce matin. Je ne me rendais pas comptes que je manger de plus en plus vite. Si bien quand même pas cinq bonne ne minute de réflexion, le paquet était terminé. Je rouler l’emballage en boule et le lancer dans la poubelle.

« Comment pouvez-vous être sûr que votre calcule ne soit pas faux ? »

Je fermer les yeux en soupirant. Je n’étais obliger de rien pourtant j’avais l’impression que le monde reposer sur mes épaules. Mon corps se redressa d’un bon pour fixer Bœuf à travers l’hologramme :

« Aussi si je pars, j’aurais un moyen de rentré chez moi ? »

Cette question était plus importante que celle concernant la nourriture. Je me tourner vers Rat un moment pour le dévisagée. Détaillant son visage et sa silhouette. Il était compose des mêmes attributs que les humains si j’oubliais ses oreilles et sa queue. Si je refusais, ce ne serait pas un crime contre l’humanité ?

« J’ai déjà dit que je viendrais, je ne vais pas revenir sur ma paroles même si je ne sais pas en quoi un étudiant va pouvoir vous être utiles… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 102
Age : 21
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Le Cercle   Lun 04 Juil 2016, 01:01

Le silence retomba, lourd, âcre. Comme la fumée du bâtiment en béton que Rat avait fuit plus tôt en traversant le portail menant dans le monde de Manaa, les faits avaient remonté une brèche à une allure folle pour venir étouffer l'Elu dans son écoute attentive des événements. Le poids d'un monde appuyait sur ses épaules, et Bœuf et Rat auraient presque pu le voir tandis que les épaules du jeune homme s'affaissaient. Avait-il le choix ? Bien sûr. Et pourtant, n'importe qui de censé se sentirait comme forcé de répondre par la positive malgré la douceur dont Bœuf voulait faire preuve en prétendant au contraire. Tandis que Rat commençait à s'inquiéter de l'état mental de Manaa suite au long blanc qu'il suivit, ce dernier se releva soudainement, faisant sursauter le bovin et le rongeur sur leurs chaises. Il se dirigea vers une étagère derrière lui où se trouvaient de nombreux snacks sans doutes pour le café et s'empara d'un paquet de chips. Il se laissa retomber avec tant de poids sur sa chaise qu'elle recula de plusieurs centimètres ; c'était le poids du devoir bien évidemment ! Une main plongée dans le paquet de chips, il plissa les yeux en signe de réflexion, puis en un rien de temps englouti le contenu de son sachet. Rats et Bœuf observaient les chips disparaître comme par magie dans le gouffre que contenait l'estomac de cet humain. Etait-il vraiment humain ?! Ils n'eurent pas le temps d'en rendre réellement compte, car déjà le paquet de chips n'avait plus de contenu et était réduit à l'état de déchet, jeté habilement dans un corbeille où il entreprit de se déplier partiellement, comme tout bon paquet de chips de ce nom, ennemi de l'humanité propre. Rat et Bœuf échangèrent un regard, interdits.

« Comment pouvez-vous être sûr que votre calcul ne soit pas faux ? »

Cette question sembla prendre de cour Boeuf qui soudain pinça les lèvres, et un léger mouvement sous ses cheveux mi-long témoigna du mouvement vertical des oreilles du bovin retombant certainement de part et d'autre de son visage. Rat laissa quand à lui une seule oreille lui retomber sur le visage, gardant l'autre bien dressée tout en relevant un sourcil. Sérieusement ? C'était tout ce qu'il inquiétait ? D'une certaine façon, il posait déjà les bonnes questions. Dépliant sa colonne vertébrale, Manaa se redressa sur sa chaise comme un notaire dans son fauteuil, dardant un regard inquisiteur sur le scientifique bovin.

« Aussi si je pars, j'aurais un moyen de rentrer chez moi ? »

Evidemment, cette question était inévitable et des plus compréhensibles. Cette fois-ci Boeuf lança un œil en direction de Rat, mais ce n'était pas un signe de détresse, plutôt un échange d'informations silencieux. Ils semblaient assez habitués l'un à l'autre, à ce niveau des liens sociaux qui mène à ne plus avoir nécessairement besoin des mots pour communiquer, et parfois pas même besoin du moindre regard comme ils avaient pu le démontrer plus tôt avant les explications scientifiques du bovin. Sentant le regard de Manaa sur lui, Rat quitta son collègue des yeux pour fixer l'Elu, toujours avec le même regard sombre et sérieux.

« J'ai déjà dit que je viendrais, je ne vais pas revenir sur ma parole même si je ne sais pas en quoi un étudiant va pouvoir vous être utile...
-Cela, ce sont vos gênes qui en témoigneront. »

Un sourire était revenu sur le visage de Bœuf. Il semblait s'être un peu ragaillardi de la première question qui l'avait quant à elle déstabilisé. Croisant les bras, il fit un signe de tête en direction de Rat, lequel posa son dos contre le dossier de sa chaise et rentra ses mains dans ses poches d'une façon bien plus décontractée que tantôt.

« Malgré le peu d'années qui nous sépare de la précédente guerre, aucun Elu ne vit sur nos terres, il est donc évident qu'il existe un moyen de rentrer. Nous ne savons pas quels sont les effets des portails sur vous, alors on ne peut pas assurer que c'est ça qui va te permettre de rentrer, mais à priori si nous pouvons emprunter le portail pour venir ici il n'y a aucune raison que tu ne puisses pas toi aussi faire le voyage dans les deux sens.
-Ouvrir un portail demande beaucoup d'énergie, appuya Bœuf en semblant regarder quelque chose derrière lui. En vérité, le portail pour mener Rat ici a déjà utilisé près de la moitié de l'énergie de mon laboratoire, et pourtant nous avons tenté d'en gaspiller le moins possible malgré la situation particulièrement pressée dans laquelle nous nous trouvions. Pour vous faire revenir tous deux ici, je devrais utiliser ce qu'il me reste d'énergie. Néanmoins, l'énergie n'est pas une denrée rare ici, en y travaillant sérieusement je serais parfaitement capable de récupérer le double de l'énergie nécessaire pour vous faire rentrer chez vous dès la première semaine. Je redoute que votre séjour ici ne dure cependant moins d'une semaine. Assurément, vous pourrez revenir chez vous. Nous nous ferons un point d'honneur de vous ramener sain et sauf. »

Rat tiqua sur la dernière phrase : bravo le bovin, c'était extrêmement rassurant, comme la chanson de couverture du nouvel album de Renaud en 2016. Toujours vivant ? Sain et sauf hein ? La bonne affaire ! Cependant, le rongeur haussa les épaules, comme pour signifier qu'il ne fallait pas dramatiser : oui, bien sûr, c'était toujours possible, pourquoi pas. Le sujet revint cependant sur l'inquiétude de bovin qui déglutit.

« Euuuuh... »

Le rongeur regarda son collègue hésiter, le voyant fixer Manaa avec un air incertain.

« Indubitablement cependant... Je ne puis vous assurer que vous soyez l'Elu possédant les meilleurs gênes pouvant mener à notre salut... Tout calcul scientifique a ses défauts, nous ne sommes jamais certains à 100% d'un fait avant qu'il ne se soit produit sous nos yeux. La relativité finira toujours par rattrape le meilleur des faits scientifiques. Pour tout dire, nous ne pouvons nous approcher de la vérité qu'à 70% lorsque nous utilisons le calcul de probabilité des gênes A... Mais malheureusement, nous pourrions recommencer le calcul des centaines de fois sans jamais être certains. A dire vrai, nous pourrions recommencer le calcul cent fois et obtenir cent résultats différents si nous étions frappés par une certaine malchance...
-Mais si nous partons comme ça, nous sommes condamnés. »

Bœuf cessa de s'agiter pour se tourner vers Rat, s'étant visiblement fait couper l'herbe sous les pieds. Le rongeur avait croisé les bras, relevant un sourcil d'un air plus ou moins évident. Sérieusement, pourquoi se casser ainsi la tête sur des calculs interminables ?

« Nous sommes en situation de guerre, Elu. Le moindre retard peut être fatal à nos semblables. Alors la moindre chance est à prendre, et à deux mains. Nous ne pouvons pas nous permettre de jouer aux devins en tirant les dés des centaines de fois pour trouver l'Elu des Elus. »

Il se redressa, regardant Manaa de toute sa - plus ou moins petite - hauteur.

« Vous, Elus, vous avez quelque chose qui court dans votre sang.
-En fait ceux sont des gênes, intervint Bœuf bien qu'il fut ignoré.
-Cette chose inestimable chez nous donne des possibilités hors normes pour des individus de ta trempe. Et si nous nous sommes capables de la maîtriser, nous qui avons laissé le temps grignoter peu à peu la source de cette puissance, imagine ce que toi, avec cette chose pure et intacte en toi, pourrais faire. Ce n'est pas à un étudiant que nous faisons appel, mais à un Elu. »



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 93

MessageSujet: Re: Le Cercle   Sam 09 Juil 2016, 12:53

Le silence retomba dans la petite pièce. Les trois interlocuteurs se fixait longuement sans prêté attention au chuchotement chaotique qui commencera ce faire entendre. Etant dans l’arrière salle, il devait supporter la mauvaise insonorisation du bâtiment. Ajouté à cela les discutions mielleuse et les commérages des clients. Mana trouver cette situation plutôt dérangeante. Leurs conversations étaient bien plus importantes que celle de savoir que la gardienne Madame Genova avait mal nettoyer la vitre du premier étage de Madame Pompom. Le jeune homme se massa la tempe en essayant de se concentré sur le plus important. Il devait réfléchir à tout. Le contenu de leurs conversations semblait sortir uniquement tout droit d’un roman fantastique. Si un humain lambda arrivé aux beaux milieux de cette conversation, cette personne appellerait immédiatement l’asile le plus proche. Quoi que. Mana se fixa dans une vitre qui se reflète lentement. Même lui qui participé depuis le début avait du mal à tout croire. Ce n’était pas un défaut, peu de personne pourrait croire à tout sans sourciller. A moins d’être un hippie ayant pris une trop forte dose.

Le seul être humain qu’on pourrait dire normalement constitué essaya de hoché la tête à chaque fois qu’une information monté correctement à son esprit. Il fixait le bœuf avec une impression d’étrangeté. Avec chance, il n’avait pas totalement abandonné les maths quand il avait décidé de rentré à la face. Par chance, les statistiques et les bases de la génétique pouvaient être facilement compréhensible. Son doigt tapa sur la table nerveusement. A chaque parole, un tout petit truc l’agacer. Ce n’était pas du tout par rapport à ce qu’ils disaient, ça limite c’était un autre sujet. Le jeune homme se mordu la lèvre inférieur en prenant une grande inspiration avant de prendre la parole. Son regard fusillé les deux demi-animaux ou demi-humain. Après tout l’un comme l’autre n’était pas une insulte mais, certaine personnes pouvaient le prendre mal. Mana laissa son rire jaune s’étouffé dans sa gorge. Sa pensés n’était pas logique. Peu de personne pourrait le prendre mal, voir personne. Ce n’était pas courant de parler avec de telles personnes. Dans un monde normal, il n’existe pas une partie de la population possédant des oreilles de chats ou de sourit. On pouvait bien sur rencontrer des fans avec des fausses, ce sujet-là est aussi un autre sujet.

-Cette chose inestimable chez nous donne des possibilités hors normes pour des individus de ta trempe. Et si nous nous sommes capables de la maîtriser, nous qui avons laissé le temps grignoter peu à peu la source de cette puissance, imagine ce que toi, avec cette chose pure et intacte en toi, pourrais faire. Ce n'est pas à un étudiant que nous faisons appel, mais à un Elu.
- En parlant d’Elu, j’ai un prénom ! Donc arrêté de m’appeler Elu ! Si vous avez du mal à le retenir je vais vous le répété : Mana ! M.A.N.A. ! dit-il de manière exagéré en posant un temps de pause entre chaque lettre pour qu’ils puissent tout deux bien comprendre, Une fonction ou une espèce n’est pas un prénom chez nous ! C’est même dégradant d’être appelé de cette façon. C’est comme si moi je vous appeler Rat ou Larbin et toi, Bœuf ou Scientifique ! »

Mana s’arrêta en trouvant ses exemples très misérables. Tout le monde aurait pu trouver mieux en beaucoup moins de temps. Parfois, il devrait tournée sa langue minimum sept fois dans sa bouche avant de prononcer un mot. Il prit une grande respiration en se frottant les cheveux. Tout ceci n’était pas tellement réjouissant. Il n’avait pas envie de quitter son petit monde bien tranquille. Seulement, en agissant ainsi, il donnerait raison à Rat qui pensés son espèces comme centré sur eux même et nombriliste. De plus, il avait déjà donné sa parole, ce qui l’engagé en rien évidement mais, plus jamais l’étudiant ne pourrait se regarder dans la glace sans pensés à ce monde futur et à ses trois protagoniste principaux. Respirant un grand coup avant de reprendre le principal sujet de la conversation :

« Donc j’ai un truc en moi qui vous est indispensable et inestimable, mais c’est quoi précisément ? Je devrais faire quoi précisément ? »

Il soupira en se relevant une seconde fois en se massant la nuque. Son corps semblait tout courbaturé après avoir longuement parlé assis sur cette petite chaise. Ce fut à ce moment-là qu’une femme tapa à la porte. Comment savoir que c’était une femme sans ouvrir la porte ? Grâce au claquement de ses talons assez explicite. Mana ouvrit discrètement la porte. Se plaçant de manière à cachais le rat et ses gadget. Il se retrouva face à une jeune femme à l’allure moyenne. Ce genre de pensés très médiocre lui aurait certainement valut une baffe si la demoiselle était télépathe. La jeune femme était une petite brunette aux petits yeux gris. Maladroite certainement vu ses mains pleine de coupure. Elle fixa Mana surpris ne s’attendant certainement pas que ce soit un client qui lui ouvre l’annexe.

« Oh excusez-moi ! Je ne voulais pas vous déranger ! »
« Pas grave ! »
« Alexia !!! Reviens là p’tit fouineuse !! » Cria une bonne femme en chaire un peu plus loin. Elle avait une choucroute sur la tête signe distinctif d’un membre des cuisines.

La jeune fille fit une courbette rapide avant de repartir comme elle était venue. Mana jeta un regard autours de l’entré inquiet. Il ne remarqua rien d’anormal à part deux verres posés sur une commode de décoration. Mana remarqua son nom, noté sur un petit papier. La jeune fille devait être envoyée par son ami. Elle avait commandé pour eux des boissons aux fruits. Mana avait dit qu’il l’appellerait pour prendre commande. Mais finalement, elle avait dû perdre patience et prendre les deux trucs qu’il aimait bien boire. Il récupéra le plateau en refermant la porte inquiet. S’excusant d’avoir coupé la conversation aux pleins milieux. Posant le plateau sur leurs tables, il donna un verre à son compagnon d’infortune. Puis il prit le second pour commencer à le siroté.

« Bon, comment on va dans votre monde ? Faut que je prenne des trucs ? Je n’ai pas tellement envie de retomber sur votre ami le cinglé dans mon monde ! »

Sur ses paroles, le jeune homme tira une grimace assez explicite. Il pensait à ses deux amis qui devaient encore paniquer. S’ils connaissaient toute la vérité. L’un serait déjà en train de clamer le complot et l’autre ce serait évanouie ou en train d’hurler son incompréhension générale au monde. De plus, il devait se dépêché d’éloigné la menace sinon les médias aller s’en donnée à cœur joie. Il suffirait que deux débiles adorateur du saint téléphone est filmé la scène dans l’amphithéâtre pour que les journalistes crie à l’invasion alien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 102
Age : 21
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Le Cercle   Sam 09 Juil 2016, 23:50

« En parlant d'Elu, j'ai un prénom ! »

Les deux habitants du futur s'attendaient à toutes sortes de réactions paniquées ou exaspérées, mais pas à celle-ci. Boeuf, il n'était pas réellement concerné par la remarque puisqu'il n'avait toujours pas nommé Mana d'une quelconque façon et ne connaissait de toutes façons pas son nom, tourna la tête vers Rat d'un air intrigué tandis que le rongeur se fendait d'une large grimace, rabattant les oreilles d'un air particulièrement agacé.

« Donc arrêtez de m'appeler Elu !, poursuivit Mana. Si vous avez du mal à le retenir je vais vous le répéter : Mana ! M.A.N.A. ! Une fonction ou une espèce n'est pas un prénom chez nous ! C’est même dégradant d'être appelé de cette façon. C’est comme si moi je vous appelais Rat ou Larbin et toi, Bœuf ou Scientifique ! »

Bœuf s'apprêtait à faire noter que Rat et Bœuf étaient justement leur nom mais s'abstint de toute remarque néanmoins, continuant de regarder Rat qui serrait les dents comme si son seuil de tolérance avait atteint la limite. Il se contenta cependant de se relever et de faire quelques pas dans la pièce sans laisser échapper ni un son ni un mot. Visiblement, il n'était pas venu de son bon gré à l'origine. Bœuf se retourna lentement vers Mana, fixant un bref instant le rongeur du coin de l'œil mais décida de le laisser à ses affaires.

« Donc j'ai un truc en moi qui vous est indispensable et inestimable, mais c'est quoi précisément ? Je devrais faire quoi précisément ?
-Ce serait difficile de l'expliquer sans preuve visuelle, nous-même nous avons beaucoup de mal à le comprendre, puisque c'est rare de rencontrer des Elus. Vous êtes le premier que nous avons rencontré Rat et moi, Mana. Coq vous expliquerai sans doutes bien mieux que nous deux pour avoir été témoin des pouvoirs d'un ancien Elu. »

Boeuf fut coupé dans ses explications quand un léger bruit survint. Les deux hommes-bêtes tournèrent immédiatement la tête vers la porte vers laquelle Mana se dirigea. Tandis que celui-ci semblait discuter avec une femme, le bovin tentait visiblement de regarder par dessus son épaule, intrigué par le fait de voir plusieurs représentants de son espèce. Son compagnon rongeur le fixa d'un air blasé.

« Je reste perplexe quant à l'aide qu'il pourra apporter.
-Ne sois pas si défaitiste Rat, je fais confiance aux informations ancestrales que tu as réussis à déniche dans les ruines la dernière fois, et puis Coq n'est pas le seul à penser que la venue d'un Elu est indispensable pour combattre nos ennemis, c'est aussi ce que pense Ch... ?! »

Boeuf s'arrêta soudain, un sourire figé sur le visage. Rat revint vers la table, se penchant par dessus l'hologramme avec un regard terrifiant.

« C'est aussi ce que pense qui ?
-... »

Le bovin se sentait cerné, mais soudain quelque chose fut déposé sur la table : Mana venait de poser un verre de jus de fruit devant le rongeur, détournant son attention de son collègue tandis que l'Elu allait reprendre sa place avec un autre verre. Rat darda tout de même son regard une dernière fois sur les épaules de l'hologramme tandis que celui-ci observait avec curiosité le contenu du verre.

« On en reparlera.
-Ahahahah...
-Bon, comment on va dans votre monde ? Faut que je prenne des trucs ? Je n'ai pas tellement envie de retomber sur votre ami le cinglé dans mon monde ! »

Cette fois-ci, ce fut au tour de Rat d'afficher une mine embarrassée, même si cela se traduisait par un étirement exagéré des lèvres, un froncement incertain des sourcils et un détournement de la tête particulièrement grotesque. Bœuf se frotta l'arrière de la tête avec un sourire désolé et un léger rire.

« Oh ça ! Non, il ne reviendra pas chez vous, il s'avère que Cheval poursuit Rat depuis plusieurs mois maintenant pour le tuer mais il sait très bien que notre ami le rongeur n'a pas l'intention de rester longtemps, n'est-ce pas Rat ?
-Tch !
-Vous aurez néanmoins un pourcentage de chances assez certain de le rencontrer chez nous, c'est inévitable. L'ennemi l'a engagé pour jouer les chasseur de têtes, et Rat est tout en haut de sa liste. »

Rat tapait nerveusement du pied sur le sol, ce qui décida Bœuf à changer de sujet pour répondre au reste des interrogations de Mana.

« Concernant les préparatifs, vous pouvez si vous le souhaitez récupérer des objets, si vous en sentez le besoin. Nous aurons à priori ce qu'il faut pour vous entretenir au cours de votre séjour dans notre monde, mais évidemment nous ne vivons pas comme vous, il est possible que vous ressentiez le besoin d'avoir de l'équipement personnel. Rat me contactera quand vous serez prêts, il vous mènera à un endroit suffisamment discret et j'ouvrirais un portail pour vous ramener là où Rat est parti. C'est à vous de nous dire si je dois attendre vos préparatifs ou si nous partons sur-le-champ. »



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 93

MessageSujet: Re: Le Cercle   Mar 11 Oct 2016, 17:58

Bœuf parlait d’une fois calme en donnant une bonne dose d’information. Une fois sa voix posée. La discussion semblait retomber comme un soufflée. C’est malin, ça me donnait encore envie de manger. Je regardais tours à tours mes deux interlocuteurs. Je pensais à la meilleure solution, à la plus facile sans pouvoir réellement me concentrée dessus. Il fallait que je parte d’un monde dont je connaissais toutes les règles, les méthodes, la manière d’y vivre pour l’inconnu. J’allais laisser derrière moi, mes deux loufoques d’amis, mes camarades, ma famille et mes chips. Tout semblait à la fois très facile, il suffit de partir mais c’est dur de tourner le dos à tout. Je soupirais en venant prendre mon sac. En l’ouvrant en grand, je sortis un carnet qui me servait pour prendre des notes en cour. Enfin, c’était théoriquement le but premier de sa fonction. En réalité, il servait de carnet à dessin, de morpion et de gribouillage en tout genre. Autant dire, j’avais de la place pour trouver quelques lignes où écrire. Je trouvais rapidement un stylo au fond du sac. Evidemment, la trousse ne servait à rien si on oubliée de la fermer.

J’ignorais complètement mes deux interlocuteurs. J’avais fait un signe de la tête pour leurs demander d’être patient. Je pense pouvoir m’accorder quelques minutes de réflexion. Il ne m’en fallait qu’une pour savoir si j’allais rentrer chez moi, la réponse était non. Il m’en fallait deux autres pour choisir ce que je souhaité emporter dans un futur potentiel. Une fois les choses plus ou moins bien ranger dans mon esprit. Je les laissais languir le temps que je note une liste de course. J’ajouter à cotée une autre liste de chose à faire et une dernière que je remplissais à la va vite. Une fois terminer, je pliais ma feuille et déchirée en suivant la pliure. Je ranger la troisième liste dans la poche de mon jeans. Tandis que les deux autres étaient face à moi. D’un coup d’œil, je les relisais rapidement avant d’hochée la tête en signe d’accord à moi-même. Je relevais, ensuite, mon visage vers rat et bœuf. C’est dernier n’avait certainement rien du comprendre à ce que je venais de faire. Et pourtant, tout était très simple. Je laissais un petit sourire ce dessiné sur mon visage. Avec un peu de chance, il ressemblerait à quelques choses.

« J’ai deux trois truc à prendre, mais je n’ai pas réellement besoin de passer par chez moi ! Je peux récupérer la plus part des choses ici ! »

A la fin de ma phrase, je me relevais d’un bon. La plus part des gens auraient certainement choisis de passer par chez eux. Ils auraient eu besoin de récupéré le plus de chose possible pour un si long voyage. Personnellement, je n’en voyais pas l’intérêt. La plus part des affaires qu’on pourrait prendre aurait plus une valeur sentimental qu’une véritable utilité. Autant ne pas s’encombrée d’affaire inutile et de prendre que ce qui a réellement de l’importance à nos yeux. Dans mon sac, je possédé déjà un rechange – toujours sortir de chez soit avec un slip de rechange. C’est une loi qu’on s’oblige rapidement à appliquer quand on squatte plus souvent chez les autres que sa propre maison. Ensuite, je possède un peu d’argent et il ne m’en faudrait pas plus survivre là-bas vu que ma monnaie serait certainement obsolète. Autant dire, il n’y avait pas grand-chose que je pouvais souhaiter emporter. Surtout dans un endroit dangereux où je risquais encore plus de perdre mes affaires qu’à la coutume. Je préféré rien prendre. Dans mon sac, j’avais aussi une sweat pour me tenir chaud ça suffirait. Mais il me manquait toujours quelques choses :
« Je reviens ! »

Il en fallait pas plus pour que je m’éclipse dans la seconde. Je leurs promis de ne pas être long. En sortant, je montais directement dans la réserve. Je connaissais par cœur les recoins de cette boutique. C’était le paradis : une grange d’apéritif en tout genre ! Il me fallut peu de temps pour choisir ce que je souhaité prendre. J’ouvrais en grand mon sac et y fourrait tout ce que j’y pouvais. Biscuit, chip, gâteaux en tout genre, sucre, confiserie, de quoi tenir au moins pour un an. Une fois mon sac plein, je redescendais heureux d’avoir de quoi survivre.

« Rat ? » demandais-je en rentrant dans la petite pièce. « On peut y aller ? »

Je poser mon sac plein la table tout en sortant de ma poche un paquet de TUC préalablement piqué dans la réserve. Je lui avais laissé de quoi rembourser cet emprunt imprévu.
« On part par la porte de service de ce côté, j’aimerais éviter de passer devant la patronne »
En me dirigeant vers la porte, je me mordais la lèvre. L’envie de rentré me prenait les tripes. Devais-je y retourner ? Cette question me torturait l’esprit. Mais non, si j’y retournais, je n’aurais certainement plus aucune envie de repartir. Autant s’en aller …

« J’espère que personne ne nous réserve de mauvaise surprise … » murmurais-je à voix haute en ouvrant la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 102
Age : 21
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Le Cercle   Mer 22 Mar 2017, 00:11

Rat et Boeuf observaient Mana avec attention, semblant très intrigués par ses actes. En vérité, c'était Rat qui portait sur son visage la mine la plus empreinte d'incompréhension du duo, Boeuf avait une lueur de compréhension et de compassion dans le regard : après tout il se disait lui-même scientifique, alors les notes pour les préparations il connaissait cela, sans doutes devait-il littéralement vivre sous des piles entières de notes. Rat, pour sa part, semblait beaucoup plus impulsif ou, pour ainsi dire puisqu'il était presque un animal, instinctif. Il tenta de pencher la tête pour lire ce qu'avait écrit Mana, mais fronça le nez, ne parvenant pas à le lire. Boeuf retint un gloussement.

« L'écriture a bien changé depuis le temps Rat », lui murmura-t-il.

Rat fit claquer sa langue contre son palais en signe d'exaspération, se laissant retomber dans sa chaise contre son dossier tout en croisant les bras, faisant grincer involontairement les pieds au sol ce qui ne manqua pas de lui faire plaquer les oreilles de part et d'autre du visage, ajoutant à son apparent agacement. Boeuf pour sa part regardait derrière lui, dans le vide de la boutique, sans doutes observait-il en vérité quelque chose de son côté du miroir. Lorsque le bruit de déchirement de papier provoqué par Mana pour former trois listes biens distinctes survint, le duo releva les yeux vers Mana dans une coordination parfaite, relevant les oreilles avec un nouvel intérêt.

« J’ai deux trois truc à prendre, mais je n’ai pas réellement besoin de passer par chez moi ! Je peux récupérer la plus part des choses ici ! Je reviens ! »

Sur ces mots, Mana bondit sur ses pieds et sortit par la porte qu'ils avaient emprunté plus tôt. Rat ramena une fois de plus son talon sur le bord de la chaise et son genou contre sous torse, retenant le tout de ses fins bras pourtant marqués d'une certaine musculature particulièrement discrète. Boeuf se tourna vers lui, semblant se pencher en arrière : il devait être enfoncé dans une chaise lui aussi, peut-être une chaise tournante, même si son dossier n'apparaissait pas à l'hologramme.

« Les lieux ont l'air particulièrement confortables de ce côté... De la nourriture en sachets un peu partout, des murs bien solides... »

Rat posa un coude sur la table, laissant son menton retomber dans sa paume de main d'un air désintéressé. Il n'avait pas l'air de voir où voulait en venir Boeuf, aussi celui-ci accéléra-t-il les choses en lançant plus directement le sujet :

« Je crois que Mana ne se rend pas compte de la situation.
-Les Elus ne savent rien de ce que l'on vit, répondit sèchement Rat. Il apprendra à vivre comme nous.
-Tu devrais peut-être lui en parler tout de même.
-Si l'Elu dit ne pas avoir besoin de se déplacer ça m'arrange, plus vite on sera revenu mieux ce sera, y'a beaucoup trop de monde ici.
-Mana. Il s'appelle Mana. »

Le regard foudroyant de Rat fit comprendre à Boeuf qu'il était inutile d'insister sur le nom réel de l'intéressé, il ne semblait pas prêt à l'appeler de la sorte. Le bovin soupira tout en croisant les bras, ses yeux fermés derrière ses élégantes lunettes qu'il remonta légèrement sur son nez, les traits de son visage semblant porter le poids d'une certaine inquiétude alors qu'il parlait d'un ton plus grave.

« Visiblement les individus de ce côté sont plus sensibles.
-Plus faibles tu veux dire, lança Rat en relevant le nez.
-Je parle de réelle sensibilité. Mana se laisse aller au doute, à l'inquiétude, à l'hésitation. Ca n'a rien à voir aux caractères qu'on voit par chez nous. Cela m'inquiète qu'il s'équipe si peu, j'aimerai vraiment que tu lui en parles.
-Et moi j'aimerai vraiment que tu te rendes compte de l'empressement dans lequel nous nous trouvons ! »

Disant cela Rat se releva précipitamment et frappa du plat de la main sur la table. Boeuf resta impassible, le fixant assez froidement. Dans son regard il n'y avait pas de place pour l'accusation, au contraire, il semblait parfaitement comprendre où voulait en venir Rat et acceptait son point de vue bien que le sien soit bien différent. Il soupira, se grattant derrière la tête, et s'exprima en ces termes alors que Mana revenait :

« ... Fais comme tu le sens.
-Rat ? »

Le rongeur quitta son interlocuteur des yeux pour reporter son attention sur Mana qui arrivait alors. Celui-ci posa un lourd sac sur la table sous les regards surpris du duo. Boeuf semblait le plus surpris des deux, regardant le sac qui avait littéralement doublé de volume à ses yeux.

« On peut y aller ? », enchaîna Mana en sortant un sachet de sa poche pour se mettre à grignoter.

Rat eut une grimace en voyant toute cette nourriture alors que Boeuf se mettait à sourire d'incompréhension.

« Qu'est-ce qu'il a mis là-dedans... ?
-T'occupe et cherche où nous ouvrir le portail, coupa Rat en quittant la table.
-On part par la porte de service de ce côté, j’aimerais éviter de passer devant la patronne », décida Mana.

Le rongeur hocha la tête avant de reporter son attention sur Boeuf qui avait tourné la tête et semblait tapoter sur quelque chose. Il réfléchit un instant alors que Mana s'inquiétait à voix haute un peu plus loin au niveau de la porte qu'il ouvrait alors. Boeuf grimaça légèrement.

« Mh, on va se dépêcher d'ouvrir un portail, je crois que Cheval s'impatiente, il est de retour sur mon radar mais tourne principalement au même endroit... Et l'autre ne semble pas loin.
-L'autre ? Tu veux dire...
-Ah ! J'ai trouvé l'endroit ! »

Boeuf avait levé la voix, faisant paraître une grande tension dans son ton alors que Rat se mettait à lever les yeux au ciel comme si le bovin venait de lui faire un sale tour ou une mauvaise blague. L'hologramme du scientifique disparu alors qu'une carte apparaissait.

« Allez vers les égouts, va en direction de la section 337, j'ouvre le portail ici. Il te mènera directement là où tu te trouvais. Ne tardez pas, si mes calculs sont bons il faudra moins de 20 minutes à Cheval pour faire ouvrir un nouveau portail s'il est si impatient que je me l'imagine.
-Ca marche. »

Rat s'empara du bracelet informatique et l'accrocha à nouveau à son bras, s'emparant de son arme qu'il avait laissée à terre tout au long de la discussion, et s'avança à la suite de Mana qui sortait alors. Le rongeur pris les devants, se dirigeant immédiatement vers la plaque d'égout la plus proche : comme le duo se trouvait dans une ruelle à l'arrière de la boutique, personne n'était pas pour remarquer qu'ils ouvraient la plaque et se glissaient sous terre. Rat laissa Mana prendre les devants afin de pouvoir refermer derrière eux, semblant observer tous les recoins comme de peur qu'on les suive. Il partit d'un pas rapide dans les égouts, se dirigeant parfaitement bien dans les couloirs sombres des sous-terrains. Ils finirent par arriver dans une section qui finissait en cul-de-sac. Au fond de celui-ci, un grand portail lumineux s'était ouvert.

« C'est notre porte de sortie, fit Rat qui considérait évidemment ce portail uniquement comme une sortie du monde de Mana. Je passe devant, on ne sait pas ce qui nous attend de l'autre côté. Passe-le d'un pas rapide. »

Sur ces mots, Rat bondit littéralement au travers du portail, arme en main. La lumière se renforça un bref instant, se faisant éblouissante, puis revint à son intensité originelle. Le silence retomba dans les égouts alors que Rat se faisait transporter dans son propre univers...



De l'autre côté du portail, le jour était remplacé par une nuit totale, éclairée par une lune éclatante et des étoiles qui jamais n'auraient pu être tant visibles dans la ville de Mana. Le portail s'ouvrit dans une grande clairière d'une forêt... Juste au dessus d'une source. Rat tomba la tête la première dans l'eau, semblant visiblement surpris par cet atterrissage. Il remonta à la surface immédiatement, battant des pieds pour se maintenir à la surface tandis qu'il portait son bracelet à hauteur de visage.

« BOEUF ! »

Le visage de Boeuf apparu à nouveau, l'air surpris.

« Un soucis ?
-Tu t'es trompé d'au moins UNE RONDE ! »

Boeuf observa les alentours, l'air visiblement désolé, portant sa main derrière sa nuque avec un sourire nerveux.

« Oups... On dirait que je ne maîtrise pas encore le voyage interdimensionnel, haha ! »

Rat lança un regard foudroyant au bovin alors que celui-ci coupait précipitamment la communication, préférant visiblement fuir les réprimandes de son camarade.



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 93

MessageSujet: Re: Le Cercle   Mar 23 Mai 2017, 18:25

On quitter notre sorte de « base secrète » comme des voleurs. Rat enclencha ses petites jambes sur la quatrième vitesse Machinalement, je l’avais suivie à son allure. J’avoue ne pas avoir pris une seconde pour me retourner. Une partie de mon cerveau était hors service, KO part mon imbécilité de ne pas mieux me préparer, ou même d’avoir pris la décision de partie. Au contraire, une autre partie de moi rationnaliser cette idée : de toute façon mes vêtements n’avait aucune capacité spécial et il n’allait pas survivre longtemps. Le reste niveau sentiment, parfum hygiène, j’avais tout sur moi. Soupirant, je me stoppais quand j’aperçus que ma petite silhouette de souris disparut dans un trou. J’aurais tellement aimé qu’il s’agisse d’un terrier de lapin comme Alice au Pays des Merveille. Mais non, moi je n’avais pas le droit au voyage en première classe. Non, moi j’avais le droit au trou humide et puant des déchets de toute une civilisation. En première place pour un nouveau voyage dans les égouts de la ville, ça m’avait manqué depuis la dernière heure. Je regardais d’un air blaser l’endroit avant de soupiré et de m’y glissait.

On marchait pendant une bonne dizaine de minute avant d’arriver à un cul de sac que je qualifierais de « magnifique ». Pourquoi ? Parce que non seulement, il était le truc le moins sale de ce qu’on venait de traverser et aussi parce que j’allais bientôt sortir de cet enfer. Rat bidouilla quelque chose avec Bœuf, quelque chose de bien trop technique pour que je puisse vous expliquer quoi. La conclusion que je peux bien vous expliquer, c’est qu’on final un portail apparut. Rat sauta dedans en me laissant deux consignes avant d’ouvrir le chemin : le premier de le passer d’un pas rapide et le deuxième, c’est que j’avais une option où je risquer de mourir en le franchissant. J’adorais ce genre de jeux, façon roulette russe. Je me posais face à ce passage en réfléchissant une dernière fois. Derrière moi, la possibilité de fuir, de l’autre un monde inconnus qui semblait avoir « besoin de mon aide ». J’en connais plus d’un qui se serait dégonflé et serait retourné pleurée dans les jupes de leurs mères.

Mais étrangement, malgré la peur de l’inconnus et malgré la curiosité d’un nouveau monde, j’avais autant envie d’y aller que de rentré chez moi. C’est peut-être l’idée que vivre un énième jour identique à celui-là (du moins jusqu’à l’arrivée de Rat) me rendez malade…

« Je devrais peut-être faire un discours d’Adieu au cas où … » mes mains attrapèrent des cacahuètes que je fourrais dans ma bouche comme s’il ne s’agissait que de grain de sel « Mais j’ai la flemme, ça changera rien ! »

Mes jambes prirent un élan nouveau alors que je m’avançais dans le portail. Machinalement, mes yeux ce fermèrent et ne se rouvrir que quand la lumière … de la nuit. J’ouvrais les yeux est fut éblouie par les étoiles et cette grosse lune qui semblait se moquer de moi. C’était un lieu qui semblait magique, mais, y avait un gros problème ! C’est que j’étais en train de tomber. Mon premier réflexe fut de regarder ce qui avait sous moi et après d’inspire le plus d’air que je pouvais. PLOUF…

De l’eau ? Trempé … Mes chips, mes cacahuètes !!! Elles vont être trempées ! Nan ! Je peux plus respirée… De l’air ! De l’air ! Me faut de l’air pour vivre !!! vite remonte ! RE.MONTE ! – ceci est un bref résumé de mes premières pensées dans le futur. Je remonte à la surface précipitamment, plus pour retrouver mon petit rat que par peur de me faire croquer les pétons par un monstre inconnus. Enfin, non, j’avais un peu la pétoche de trouver le montre du locknesse dans cette source. J’arrivais près de rat qui semblait s’époumoner contre Bœuf :

-Tu t'es trompé d'au moins UNE RONDE ! »
« Oups... On dirait que je ne maîtrise pas encore le voyage interdimensionnel, haha ! »
Les deux animaux arrêtèrent de se disputé précipitamment, à la fuite d’un des deux participant. Je nagée près du rivage, par réflexe en parlant machinalement a Rat :

« C’est pas vraiment l’atterrissage que j’imaginais ! Je me tournais pour le regardais, c’est combien de distance une ronde ? ! Demandais-je par curiosité.

Je monté sur le rivage. Me secouant un peu avant de surveiller que mon paquet n’est pas subi trop de dommage. Mes chips seront des miettes mais, bon, ce serait bon quand même…
Je regardais Rat avant de demander d’une voix à la fois curieuse et pour une première fois inquiète :

« Des conseils pour vivres ? »

Réflexe avant d’entendre une réponse qu’on peut ne pas aimer ? Une bouché de cacahuète !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 102
Age : 21
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Le Cercle   Ven 25 Aoû 2017, 00:08

« Bœuf ! Bœuf, bon sang !! »

Aucune réponse. Rat se mit à grogner d'un air enragé contre son appareil de communication, mais il n'en tirait définitivement rien, Bœuf ne semblait pas prêt à subir la sanction qui lui était réservée. Fermant le clapet de protection avant de replonger le bras sous l'eau, le rongeur sentant ses jambes fatiguer à force de se maintenir à la surface, il se mit à rejoindre la rive la plus proche. Rive sur laquelle par ailleurs se trouvait déjà Mana qui tentait de se sécher comme il pouvait.

« C’est pas vraiment l’atterrissage que j’imaginais ! »

Rat se contenta de répondre d'un grognement exaspéré, revenant sur terre, puis se laissa tomber à côté de lui pour retirer ses chaussures qu'il vida littéralement de toute l'eau qu'elles contenaient.

« C’est combien de distance une ronde ?
-Mh... »

Bien que la voix de Rat semblait toujours empreinte d'agacement et que son soupir de réflexion ressemblait plus à une grognement, il fit l'effort de formuler dans sa tête une réponse convenable tout en se relevant.

« C'est à peu de choses près la distance entre l'endroit où je t'ai trouvé et l'endroit où nous avons discuté... Fois deux. »

En d'autres termes, entre treize et quatorze kilomètres. Rat retira sa chemise d'un geste vif en se mettant en ronchonner à propos de l'incompétence de son collègue de travail, essorant tant bien que mal le vêtement pour sécher le plus vite possible ses affaires. Il jeta le vêtement sur son épaule pour plonger sa main dans l'a sacoche à sa ceinture, une sacoche de cuir particulièrement discrète qui contenait en vérité la lourde arme à feu qu'il avait utilisé plus tôt au lycée de Mana pour le protéger de Cheval.

« Des conseils pour vivre ? », poursuivit Mana d'un air dubitatif.

Rat tiqua des sourcils comme pour signifier qu'il posait trop de questions, mais ne manifesta pas son agacement oralement, comme s'il s'abstenait de le faire en réalité et se forçait à répondre honnêtement. Il observa un instant le canon de son arme pour s'assurer que l'eau n'avait pas provoqué de dysfonctionnement, ouvrant une forme de réservoir sur le côté de la poignée et fixant l'intérieur avec attention, répondant distraitement :

« La question n'est pas de vivre, mais de survivre. On va passer récupérer des ressources dans un abri près d'ici. Tu sais te défendre ? »

Il referma son arme, la rangea dans sa sacoche et repris sa chemise en main pour la secouer quelques coups dans l'intention de finir de la faire sécher. Son corps pouvait sembler faible sous ses vêtements, mais il était quelque peu effrayant de voir la vérité : son torse était couvert en plusieurs endroits de tâches sombres, des hématomes larges aux couleurs inquiétantes. Il ne semblait pas souffrir pour autant, malgré sa mine constamment exaspérée il se maintenait droit et ses gestes étaient plutôt détendus. Il avait une large marque blanche sur le flanc gauche, du côté duquel Mana pouvait mieux la voir : il semblait que c'était une assez vieille cicatrice, remarquablement soignée mais persistante. Malgré la finesse de ses membres et sa petite taille par ailleurs, le rongeur était affublé d'une musculature certaine au niveau de son torse et de ses abdominaux. Le style de vie qu'il tenait semblait inscrit sur son corps de façon indélébile...

Etant parvenu à débarrasser sa chemise du plus gros de l'eau qui rendait celle-ci inconfortable, il la renfila aussitôt, cachant ses blessures de guerre, puis passa sa main dans ses cheveux châtains qui retombaient de façon épaisse sur son front. Remarquant l'absence de quelque chose entre ses oreilles, il avisa du coin de l'oeil sa casquette qui flottait pitoyablement sur l'eau un peu plus loin. Sans remettre ses chaussures, et retirant ses chaussettes qu'il essora brièvement avant de les enfoncer dans ses chausses, il marcha un peu dans l'eau jusqu'à ce qu'elle atteigne ses genoux puis se pencha pour récupérer son couvre-chef qu'il essora de la même façon que sa chemise plus tôt avant de la remettre sur sa tête et de revenir vers Mana.

« On va devoir être prudents d'ici qu'on atteigne l'abri, avec cette chute je ne peux pas ouvrir le détecteur pour le moment, on ne sait pas du coup sur qui on peut tomber. Quand on arrivera là-bas, Bœuf devrait nous recontacter. »

Il posa alors genou à terre et se mit à remettre ses chaussures, apparemment pressé de partir. Tout semblait se faire dans la précipitation pour Rat : il n'aimait visiblement pas que les choses traînent.



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Cercle   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Cercle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haïti 2007 : la quadrature du cercle ?
» Le Cercle Bilderberg ou le bal des vampires ?
» Entrez dans le Cercle des Fées !
» 7ème cercle de l'enfer - mardi 6 mars, 13h10
» Titres du Cercle d'Or, titre à Ambre.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Evolutive RPG :: Temporaire-
Sauter vers: