Un monde libre qui ce model suivant vos envies et vos personnages
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les Chroniques d'Asgard [Pv. Ans]

Aller en bas 
AuteurMessage
Heathcliff

avatar

E-mails : 207
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Les Chroniques d'Asgard [Pv. Ans]   Sam 23 Déc 2017, 21:56

Malgré les inquiétudes des Hommes face au déclin de l'Environnement, ce n'est pas celui-ci qui les mènera tous à leur perte...

Au cours des siècle, l'être humain a redoublé de capacités pour améliorer tout ce qui pouvait s'offrir à sa disposition : les villes grandissaient de plus en plus, la mode allait et venait entre l'habillé et le déshabillé, les ressources grandissaient et s'amenuisaient sans cesse, et surtout les armes devenaient de plus en plus destructrices mais jamais assez pour satisfaire la soif de sang des États se disputant. Jamais la Terre n'avait vécu si longtemps en Paix pourtant, la seule inquiétude que pouvait avoir les Nations était celle de se faire attaquer par des groupes Terroristes qui persistaient et s'étendaient dans de plus en plus de domaines, gagnant en puissance au fur et à mesure et les forces de l'Ordre en gagnaient. Cependant, la Paix n'est pas éternelle, même si les Nations l'avaient souhaité elles savaient qu'un jour où l'autre viendrait cet instant.

Nombreux furent les hommes appelés au front, mais aucun n'en revint en vérité : la Dispute avait éclaté quand après avoir vu les ressources de nourriture s'amenuiser et revenir et les ressources de bois faire de même, les Hommes s'étaient trouvés devant le dilemme de voir les ressources en eau leur échapper. Si un regard très éloigné pouvait s'attendre à ce que l'eau revienne un jour ou l'autre, et ce le plus logiquement du monde, les Hommes qui se trouvaient directement concernés par cet événement n'avaient pas le recul suffisant pour voir cela et perdirent rapidement confiance en eux. Ce fut la Guerre pour l'Eau, la Troisième Guerre Mondiale. Elle commença en deux points, dans la Pays du Moyen-Orient mais aussi en Amérique, puis grandit pour peu à peu gagner la Russie, l'Inde, l'Asie de l'Est d'une part, le sud de l'Amérique et le Canada de l'autre. La guerre ne mit pas beaucoup de temps avant d'atteindre les pays Européens également, mais à peine eurent-ils mis un pied sur le champ de bataille que la colère des Grandes Puissances était déjà à son Paroxysme.

La Bombe Atomique fut utilisée.

Une fois, puis deux fois, puis trois... On perdit contact avec les États-Unis, assaillis de tous côtés, très rapidement, puis ce fut le tour de la Chine de perdre complètement son Humanité, très vite suivie par la Russie, puis ce fut l'Europe qui fut frappée du côté de l'Angleterre, la France et l'Allemagne, très vite tous les pays du monde furent rayés de la carte et chaque être humain perdit complètement l'espoir. Alors que la télévision existait encore, des images furent diffusées, montrant des hommes et des femmes montant au plus haut des immeubles de leur ville pour se jeter en grand nombre dans le vide, espérant abréger leurs souffrances avant que ce ne soit la bombe qui le fasse. L'espoir s'était échappé de la Boîte de Pandore...

L'Humanité avait été perdue en même temps que l'Espoir, et il ne restait que l'odeur putride de la Bombe Atomique pour servir de compagnie aux futurs morts...

Les Hommes vivaient comme des sauvages dans les restes des villes qui leur restaient, mais la plupart d'entre eux mourraient après quelques jours d'errance. Les explosions se poursuivaient malgré tout, les armes qui avaient été distribuées à tout être humain capable d'en tenir entre leurs mains, que ce soient des vieilles femmes ou des enfants important peu, faisait de chaque jour un combat perdu d'avance pour tenter de survivre, et chaque soir était un instant de répit pour pleurer avant de passer une nuit d'horreur à prier de ne pas être trouvé au fond d'un caniveau par l'ennemi anonyme. Pour tout le monde, c'était la fin du monde, et les quelques tentatives de former des Résistances tombaient la plupart du temps à l'eau. Il y avait bien un groupe de Résistants qui donnaient tout ce qu'ils pouvaient en France pour faire passer les informations et partager les ressources avec les survivants pacifistes, ainsi qu'un groupe de réflexion basé en Corée du Sud qui réunissait les dernières grandes intelligences du monde pour tenter de trouver un moyen de se défendre contre le nuage toxique des bombes atomiques à répétition, mais plus personne n'avait réellement confiance en ces groupes aussi "résistants" furent-ils...

Cependant un jour, au travers des épais nuages rouges qui recouvraient la planète et le ciel de tout le monde, une lumière transcendante parvint jusqu'à la terre, au Nord de l'Europe. Cette lumière éclaira le sol et s'étendit peu à peu dans les Pays Nordiques, faisant cesser les affrontements entre les quelques survivants et lever les yeux vers le ciel dégagé qui s'offrait alors. Du sol poussiéreux tentèrent de sortir des pousses qui à peine atteignant l'air libre se mourraient au contact de cet oxygène putride. Même si la Dispute continuait ses ravages au cours de ces jours qui durèrent à la lumière du jour, beaucoup cessèrent de chercher la mort pour retrouver cette chose qui avait été perdue si longtemps : l'Espoir.

Il fallut plusieurs jours avant que la lumière n'atteigne la mer de tous les côtés des pays Nordiques, puis un soupir parvint dans l'air un peu plus pur de ces terres. Ce n'était pas réellement une voix que les Hommes entendirent, c'était plutôt comme si à cet instant tout le monde savait exactement ce qu'il se passait et le retranscrivait en mots : pour remercier les descendants des Hommes qui avaient été les seuls à croire avec fidélité à leur existence, Odin et les dieux d'Ásgard offraient aux Hommes des Pays Nordiques une seconde chance. Alors, neuf grands Géants s'extirpèrent de leur torpeur au plus profond des Océan et s'élevèrent haut dans le ciel. Frappant dans leurs mains puissantes, ils étirèrent leurs bras au plus loin de part et d'autre de leurs épaules pour former une immense barrière de protection qui enferma toutes les terres et l'air des nordiques.

Cette intervention divine s'était faite juste à temps, car quelques heures plus tard une nouvelle vague atomique finit d'achever le monde, provoquant avec les gaz qui étaient sortis du sol pendant les milliers de jours de souffrance qui s'étaient déroulés une déflagration d'une telle puissance qu'elle engloutit quasiment toute la terre, laissant si peu de survivant qu'elle dévora même les géants et une partie de la terre des Survivants Nordiques...




Il restait assez de place pour que de la poussière renaisse un nouveau Pays parmi les pousses d'Yggrasil qui parsemaient les Nouvelles Terres.

Lorsque les Hommes furent remis de leurs blessures, les Dieux se retirèrent, annonçant que leur oeuvre était achevée et qu'à présent leurs protégés devaient profiter des présents qu'ils avaient reçus. En l'Honneur des Dieux, la Terre Nouvelle fut nommée Ásgard et considérée comme une Terre sacrée qui appartenait aux Dieux et à leurs fidèles. La barrière tomba en neuf jours, de même que les cendre des Géants qui se mêlèrent à l'air d'Ásgard pour l'assainir. Il ne restait plus rien du monde d'avant, les bâtiments avaient été détruits par les guerres et le passage des Dieu avait rendu à Ásgard un visage naturel, verdoyant et plus pur qu'il n'aurait jamais pu l'être sans le passage des Hommes. Pour les Survivants, il s'agissait à présent de rendre hommage à leurs Sauveurs : ils bâtirent une grande cité et œuvrèrent à remercier chaque jour leurs Dieux et à vivre en leur nom.

Mais l'Homme ne pouvait vivre dans la crainte, chaque jour, que les gaz toxique de la planète dévorent peu à peu les frontières de leur Nouveau Royaume. Les Nouveaux Scientifiques se mirent donc rapidement au travail pour découvrir un moyen de purifier les Terres alentours. Ils créèrent de nombreux remèdes qui étaient peu efficaces et pendant bien trop peu de temps, mais jamais ne baissèrent les bras. Après tout l'Homme avait récupéré la seule chose qui était nécessaire à sa survie : l'Espoir. Les Chercheurs et autres Scientifiques s'installèrent aux frontières d'Asgard pour travailler avec assiduité pendant des années et des années durant. Le peu de terre qu'ils récupéraient chaque jour était un sourire de plus sur le visage de chaque, et le peu de terre qu'ils perdaient était une nouvelle raison de se battre avec hargne pour vaincre la mort du monde.

Pour parler de cette Terre en pleine Restauration, les asgardiens choisirent le nom de Dáinn, "Celui qui est Mort", du nom des quatre cerfs qui se nourrissent des feuilles d'Yggrasil, arbre de Vie. Jamais les asgardiens ne s'éloignèrent des terres de Dáinn plus loin dans les terres maudites qu'ils avaient appelé Nibelheim, du nom du pays des morts dans la mythologie nordique. Pourtant, au loin, dans une immense ville détruite par la guerre et à l'air irrespirable par un être humain normal vivaient des survivants. Ils avaient entendu la voix des dieux mais n'avaient pas été épargnés par la dernière déflagration, néanmoins même s'ils n'accordaient pas la moindre confiance en les dieux ils leur devaient leur survie, même si seuls ceux qui étaient restés cloîtrés sous terre avaient pu revoir le jour au travers des masques à gaz qui leur permettaient de survivre quelques minutes à l'air libre. Cette société d'humains sous la modeste protection de Sigurd, héros humain de la mythologie nordique, ne vivaient pas mais survivaient chaque jour, regardant avec mépris les quelques bâtiments d'Ásgard qu'ils pouvaient voir au loin, alors que les asgardiens fixaient avec pitié les décombres de Nibelheim à l'horizon.

Le Présent d'Odin mis plusieurs générations avant de se révéler aux yeux de tous, oeuvre merveilleuse qui leur permettait de vivre et donner vie à leur Nouveau Monde...

Plusieurs générations passèrent à vivre ainsi. La grande Cité d'Ásgard se développa en harmonie avec le Nouveau Monde et les Sciences, plus douce et respectueuse que le précédent monde des Hommes mais aussi plus avancée. Les disputes se poursuivaient entre les différents fidèles, mais jamais sans la moindre conséquence gravissime : dans la mémoire de chacun restait gravée l'Histoire de la Grande Dispute, et chacun redoutait la violence et la destruction avec la plus grande précaution. Personne ne souhaitait revivre toutes ces horreurs, comme si chacun avait participé à ce désastre, tous partageant dans leurs esprits ces images d'un passé de plus en plus lointain. Pourtant il restait difficile de survivre dans ce monde mourant, et les scientifiques commençaient à se lasser de leurs tentatives ratées d'agrandir Dáinn. Nibelheim semblait toujours aussi lointaine, et les plantes qui poussaient autour d'Ásgard semblaient toujours plus malade malgré leurs efforts.

Mais le Présent d'Odin n'avait pas fini de se révéler : un jour naquit un enfant qui possédait des capacités hors du commun. Il fallut quelques temps avant que d'autres comme lui naissent, puis encore. Bientôt, toute la jeunesse possédait des dons incroyables en liens avec des créatures fantastiques de la mythologie, puis une grande partie de la population. Chaque fidèle avait obtenu de son Dieu soutien et puissance, chaque fidèle parvenait à présent à faire de grandes choses dans son domaine. Les Enfants d'Odin, Thor, Loki, Frigg, Idunn, Tyr, Skadi, Máni et Sól, les neuf grandes divinités protectrices du Nouveau Peuple, venaient de voir le jour. À partir de cet instant, les avancées de l'Homme furent de plus en plus rapides : les murs d'Ásgard s'emplirent des mille et une merveilles, les cœurs des asgardiens aussi, et Dáinn avança de plus en plus chaque jour. C'était toujours un si petit pas, mais tellement plus important et assuré que celui des scientifiques.

Bientôt, les Gardiens de Dáinn virent pousser de nouvelles plantes, plus vivaces et étincelantes que jamais. Les eaux empoisonnées se clarifiaient peu à peu pour donner naissance à un nouvel air. L'avancée était laborieuse, mais le résultat était chaque jour un peu plus présent : la Restauration du Monde était enclenchée. Peu à peu, les Gardiens du Monde s'approchaient de Nibelheim, et la découverte des nouveaux mondes était à portée de main. Le premier contact ne serait peut-être pas le plus doux qui soit, mais en Ásgard naquit l'espoir de tendre la main aux sigurdiens. Mais est-ce que les habitants de Nibelheim prendraient réellement cette main ? Cette main étrange d'une Valkyrie, d'un Fenrir, d'un Alfe ?


Description d'Asgard:
 



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Yuna



E-mails : 2

MessageSujet: Re: Les Chroniques d'Asgard [Pv. Ans]   Jeu 25 Jan 2018, 17:24

Yuna était une fille de Skadi, comme l'était ça mère et bien des d'autres avant elle, mesurant 1,50 mètres pour un poids de 48kg. Elle porte généralement un simple t-shirt ainsi qu'un pantalon facilitant ces mouvement pour la chasse, elle as de long cheveux violet arrivant jusqu’à sont dos tendit que quelque mèche aussi blanche que la neige ce trouver en frange arrivant au milieux de sont front, ces yeux était d'une couleur héliotrope, elle était âgée de vingt-trois années et vivait seul après la disparition de ça mère l’année passé. La jeune femme ce balader tranquillement a la recherche d'une petite quantité de provisions avant de partir chasser, elle regarda sur chacune des échoppes des marchants avant de s'arrêter devant l'un d'eux ce qu'il proposer étant tentant sachant qu'elle allait chasser de nuit elle pourrait ce servir de quelques une des ces provision pour appâter les diverse gibier. Elle prit de quoi remplir deux petite sacoche puis elle repartie ayant pris soin de payer le marchand. Regardant le ciel elle vit qu'il lui rester du temps avant de la nuit elle décida alors de ce balader dans les différent quartier pour attendre la tomber de la nuit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 207
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Les Chroniques d'Asgard [Pv. Ans]   Sam 27 Jan 2018, 17:43

« Notre petite chouette est de sortie ? »

Une vois grave, ronronnante et malgré tout joviale, bondissante retentit dans les rues du quartier de Skadi. Les pavés blancs de la cité contrastaient fortement avec la longue robe vermeille de la nouvelle venue : il s'agissait d'une femme de grande taille à l'allure élégante. Son visage ovale, aux yeux ronds pétillants surmontés de longs cils bruns, était encadré de cheveux platine, deux mèches de part et d'autre chatouillant de leur pointe les épaules musclées de la jeune femme tandis que le reste tombait en cascade ondulée dans son large dos jusqu'au creux de ses genoux cachés sous une longue robe dont l'avant effleurait à peine le dessous de ses genoux tandis que l'arrière traînait à terre, cette cascade dévoilant de la dentelle noire épaisse en doublure, assortie à la fourrure qui recouvrait ses bras sous ses épaules et entourait sa poitrine opulente, le tout ornée d'une broche en métal noir. Cette fourrure duveteuse noire se retrouvait également sur son couvre-chef, une chapka non-rabattable élégante et féminine qui enserrait sa longue frange sur son front, frange qu'elle avait dut écarter sur le côté droit pour ne pas gêner son regard.

Physiquement, la jeune femme semblait particulièrement forte : ses bras comme son cou étaient épais, ses épaules carrées, ses jambes athlétiques, et pourtant elle avait la taille fine et les hanches larges ce qui lui donnaient un quelque chose d'indéniablement féminin. Elle dépassait la plupart des personnes qui passaient dans la rue, et pour cause : elle était particulièrement grande. Si ce ne fut encore que par sa taille qui était déjà remarquable pour une femme, elle n'aurait semblé qu'être un mannequin, mais cela dépassait encore plus l'entendement, car elle portait à ses longs pieds courbés des talons hauts. La plate-forme, épaisse de cinq bons centimètres, était d'un noir d'ébène, rattachée à ses orteil de ficelles de cuir noir. L'arrière de l'élégante chausse était formé d'un talon plus haut encore, frôlant les vingt centimètres, légèrement courbé comme un pied de commode et qui aurait donné le vertige à n'importe qui. Pourtant, elle semblait se tenir dessus avec un équilibre inhumain. Pour cause, elle ne marchait pas comme n'importe qui : face à la femme qui aurait apprit à poser son talon sur l'axe le plus équilibré de la chaussure, elle marchait quant à elle sur la pointe de son pied d'une démarche dansante et pourtant assurée. L'avant de ses jambes luisait d'une musculature notable, témoignant de la force qu'elle avait acquise avec une telle démarche, en d'autres termes elle était un monstre d'équilibre.

Elle sourit tendrement à Yuna, arrangeant ses gants rouges courts aux poignets de fourrure noire sur ses grandes mains.

« Toujours aussi solitaire miss Hibou à ce que je vois. »

Malgré la moquerie évidente dans ses termes, elle parlait d'une voix douce et amicale. Il faut dire que cette jeune femme du nom d'Eldrid était réputée comme une grande sœur parmi les servantes de Skadi. Celle qui portait le nom d'une Valkyrie se comportait ainsi envers la plupart de ses compagnes, se moquant jovialement de leurs attributs, non tant pour les rabaisser que par pure volonté de travailler en elle leur modestie, trait de caractère qu'elle trouvait indispensable pour ses compagnes guerrières sous la direction de la géante de Jötunheim. Elle croisa ses bras sous sa poitrine, tournant la tête vers son accompagnateur pour lui adresser un sourire complice. Ce second personnage était bien plus discret que la pimpante Eldrid. Tout aussi grand qu'elle malgré les talons de cette dernière, il donnait l'impression de ne pas se tenir droit. Son visage était tourné vers le sol, légèrement tombant vers son épaule, comme s'il n'osait pas regarder quiconque dans les yeux, même si un œil avisé pouvait remarquer sous l'ombre de son arcade sourcilière que son regard était bien fixé sur Yuna et Eldrid. Dans le paysage lumineux d'Asgard, entre les bâtiments de pierre blanche étincelante, les plans d'herbe verdoyante et le ciel bleu turquoise, il semblait littéralement sorti d'une vieille photo jaunie : sa peau était sombre mais grisâtre, comme s'il était supposé être plus foncé de peau encore mais qu'il restait trop peu au soleil pour préservé toute la teinte de cette peau, donnant cet effet pâle malgré son teint foncé. Cette peau contrastait grandement avec ses longs cheveux blancs, cheveux qui avaient été noués en petites tresses fines caressant ses joues au dessus de son front couvert d'un bandeau noir, et en tresses plus épaisses retroussées vers l'intérieur à l'arrière, réunies par un autre bandeau noir qui les maintenaient soudées au dessus de ses épaules.

Ce contraste n'était pas exactement le seul qui ressortait : s'il portait sur ses épaules exagérément musclées une protection de cuir foncée entourant à peine son cou et dévoilant un tatouage noir descendant sur ses muscles hypertrophiés, s'il n'avait en tout et pour tout comme vêtement qu'un bas bouffant, une sorte de baggy court donnant aux jambes jusqu'en dessous des genoux en forme de poires de couleur de terre cendrée, et des chaussures épaisses en peau de bête, il avait cependant sur ses longs bras musclés deux épaisses protections, comme deux boucliers suivant la forme de ses bras et recouvrant ses mains d'un blanc sablé orné de discrètes runes par endroit, des motifs qui désignaient le dieu Tyr. Il avait l'air dur, le visage glacial sur ses traits carrés malgré son profil élancé presque lupin. Mais le plus étrange chez lui se situait dans deux détails : le premier était composé de deux branches épaisses semblant accrochées à sa coiffure qui ressemblaient à deux bois de caribou ; le second, plus effrayant, était la maigreur maladive dont il semblait être la victime. Malgré son torse développé, ses épaules monstrueuses et ses jambes visiblement tout aussi épaisses d'une musculature travaillée, son ventre semblait creusé de façon inhumaine. Il aurait presque semblé en vérité qu'il n'avait pas de ventre et que son corps ne tenait que sur sa colonne vertébrale.

Toujours aussi impassible, le discret et mystérieux accompagnateur d'Eldrid était un serviteur de Tyr qui passait beaucoup de temps étrangement avec la valkyrie flamboyante, mais peu de gens faisaient réellement attention à sa présence. Eldrid ne lui fit pas subir la torture d'être plus longtemps le centre d'attention, reportant son attention sur Yuna.

« Tu pars toujours chasser seule du coup ? Tu ne t'es pas trouvé de partenaire de chasse depuis le temps ? »



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Yuna



E-mails : 2

MessageSujet: Re: Les Chroniques d'Asgard [Pv. Ans]   Ven 23 Fév 2018, 16:40

Entendant une voix familière la jeune femme ce retourna avec un petit sourire ce doutant déjà de qui l'avais interpeller. Cette dernière était accompagné d'un homme, elle ce rapprocha de la femme avant de lui mettre une pichenette sur le front

Tu as peur que ta petite chouette ne ce blesse grande sœur, je ces me débrouiller seul tu ces mais ces dernier temps j'essaye d'amélioré mes propres capacités si je veux partir avec quelque je doit d'abord connaître parfaitement l'environnement et les plante médicinal si je veux vraiment être une aide pour les autres.

Tendit qu'elle dit ces mots elle baissa les yeux

Pour le moment je préfère rester seul pour chasser je ne veux plus ressentir cette douleur de perdre quelqu'un que j'aime ou apprécie, peut être que dans un avenir proche j'aurai un ou une partenaire mais pour le moment je préfère être la chouette solitaire.

Elle eu un petit sourire a la fin de ça phrase avant de porter sont regard sur l'homme qui l'accompagné puis de nouveau sur la femme

Et qui est ton ami ici présent ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Chroniques d'Asgard [Pv. Ans]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Chroniques d'Asgard [Pv. Ans]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chroniques du Monde émergé
» Les Chroniques de krondor
» Chroniques de la Tour de Laura Gallego Garcia
» Retour d'un p'tit gris ( l'asgard cuistot )
» V.2.0 Les chroniques d'Aaron Knight alias Light.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Evolutive RPG :: Temporaire-
Sauter vers: