Un monde libre qui ce model suivant vos envies et vos personnages
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Vampire x Bandit [Pv. Misu]

Aller en bas 
AuteurMessage
Heathcliff

avatar

E-mails : 185
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Vampire x Bandit [Pv. Misu]   Jeu 07 Déc 2017, 10:50

Jamais une nuit d'été n'avait semblée si froide dans les fortifications du village alors que le vent soufflait sur les chemins éclairés de la lune et des derniers rayons de soleil que les villageois empruntaient avec précipitation pour se rendre à l'abri. La nuit était le domaine des légendes les plus funestes, le royaume des démons et de monstres effrayants que personne n'aurait jamais voulu rencontrer. En ce temps, les événements surnaturels n'étaient pas si rares qu'on le pensait, les sorcières et autres mages étaient intégrés à la société sans qu'on ne se doute de leur présence, dragons et autres créatures fantastiques peuplaient les forêts alentours mais se cachaient des regards curieux, se faisant discrètes et rares... Ainsi le village de Mutisme s'étendait-il au coeur d'une profonde forêt en formes d'ailes de corbeau, la forêt Aile-Noire, seule village du pays à être quasiment coupé du reste du monde et seulement relié aux routes par un petit bras de prairie qui séparait la pointe des ailes de la forêt.

Dans ce village, la plupart des demeures n'étaient composées que d'un rez-de-chaussée ou d'un étage, ainsi seuls les bâtiments principaux dépassaient des hauteurs du village : les auberges avec les deux étages ainsi étaient facilement repérables dans la grand rue, un petit château princier surplombait le tout visible même depuis le coeur de la forêt et enfin l'église ne manquait pas de tirer son épingle du jeu dans un quartier d'habitations suffisamment pauvres. Seules les demeures aux alentours du château, laissant supposer qu'elles appartenaient à des nobles, étaient plus hautes que celles du petit peuple. Le village était à la limite d'être considéré comme une ville en vérité, mais ses fortifications étaient moyennes, et incomplètes, en faisant simplement un village à semi-fortifier et qui profitait de la défense naturelle que se révélait être la dense forêt noire corbeau.

Dans la froideur de la nuit naissante, plus personne ne traînait dans les quelques champs en bordure du village, les chasseurs et bucherons avaient fuit l'orée de la forêt au triple galop, et il ne restait de vivant dans le village que les deux auberges qui se faisaient face. La première du nom de « Au Sanglier Torché », très vivante et bruyante, comportait un petit étage de quelques chambres inconfortables mais une énorme taverne qui restait éveillée une grande partie de la nuit. En face, l'auberge de « Au Cerf-Blanc » proposait une charmante petite taverne où se sustanter le jour durant et un spacieux étage rempli de chambres où les voyageurs dormaient paisiblement. Les tenancières des deux auberges s'étaient entendues afin que la rivalité ne naisse pas entre les deux établissements, le premier ouvrant en début de soirée et fermant tard dans la nuit tandis que le second s'éveillait avec le jour et s'éteignait avec la nuit.

Alors que la nuit tombait, le Sanglier Torché se mettait à gronder de plaisir, tandis que l'aubergiste du Cerf-Blanc balayait les derniers soupirs du jour devant les fenêtre éclairées d'une taverne qui n'abritait plus que quelques clients jouant à un jeu de cartes. Un jeune homme charismatique descendit de l'étage de l'auberge, marchant d'un pas de loup en direction de la table, et se penchant par dessus l'épaule d'un des joueurs lui glissa un murmure à l'oreille. L'homme releva la tête vers lui avec un sourire.

« Je t'écoute.
-Apparemment il y a du mouvement dans la forêt
, expliqua le charismatique personnage avec mystère.
-Ah... Cela faisait un moment que les Corbeaux s'étaient tenus au calme. »

L'homme au jeu de carte sourit paisiblement, mais son interlocuteur semblait plus inquiet. Il releva le nez et observa l'extérieur : dans la nuit tombante, plus personne ne traînait dans les rues de peur de croiser les monstres. Seulement les fous... Et les bandits.



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 169

MessageSujet: Re: Vampire x Bandit [Pv. Misu]   Mer 16 Mai 2018, 21:32

Les bruits de sabot raisonner dans les campagnes isolées. Parmi les champs cultivée, on pouvait voir une diligence protégé avancer dans les terres désolés. Deux cavaliers ouvrait la marche à un carrosse tiré par deux cheveux. La voiture était secouer de toute part. La route avait censé d'être bonne depuis le dernier village qui devait déjà ce trouver loin. C'était un doux euphémise de dire que les routes était mal entretenus en province, il aurait fallut qu'on y construit une route. Enfin, d'après le cocher c'était encore le seul chemin sur pour notre destination. Le carrosse avancée sur un sentier jonché par des nid de poule et des cailloux plus haut qu'un rocher. La marche était plutôt lente si bien que le propriétaire avait proposer plusieurs fois de faire le chemin à cheval directement. Malheureusement, il avait du refuser par question de sécurité. C'était stupide, être aussi lent rendait le transport bien moins sûr. Un soupire s'échappa de lèvres fines, visiblement agacée par se transport peu commode. Les secousses avaient de quoi donner la nausée malgré le confort évidement de la boite où était enfermer les passagers. Ils y avait trois personnes à l'intérieur, une jeune fille pensif qui regardait l'horizon avec un ennuie manifeste. Elle n'avait pas l'air habituée à de longue attente. De plus, elle n'était pas accompagner de la meilleur compagnie qui soit. La demoiselle était posée face à ses deux accompagnateur. Sa place était la plus confortable, deux coussin en plus du siège moelleux sur lequel son postérieur et son dos se reposer. Elle avait aussi l'honneur d'avoir des rideaux à ses deux vitres. De plus, c'était aussi de son côté que ce trouver les deux petit plateau en fer rétractable où était poser deux chandelle. Elle avait tout l'air d'être la propriétaire de la calèche.

En face d'elle se tenait un homme ayant un peu plus de la vingtaine. Son visage était marquée par une certaine sérénité que certaine aurait trouver malsaine. Un petit sourire au coin des lèvres où on ne saurait dire s'il était polie ou moqueur. Il était plongée dans une lecture sérieuse. Ses traits était figée par la concentration. Son regard perçant traversant ses lunettes balayait les lignes d'encre. A ses côté, un garçon dormait contre le rebord de la vitre. Ses cheveux roux de feu  lui tombant sur le visage. Le bout du nez vers l'extérieur dans une position la plus confortable possible. Sa tête basculée au file des secousses, grognant parfois contre la vitre sans le réveiller. Il avait le teint blême avec des taches de rousseur sur les jours et le nez. Parfois tout son visage était visible, dévoilant de vilaine cicatrice. Une avait séparée son sourcille gauche en deux avant de trancher une bonne partie de paupière voir de l’œil. Elle se terminer sur le haut de la pommette. Elle était boursoufflé et d'un rouge pourpre assez violent. Entourée de deux autre griffure, une lui coupant la joue et une autre un bout de la lèvre supérieur . Mieux soignée certainement en vu de leurs couleurs, elle resté enflée. Ce n'était pas la seule marque qui marquer son visage, il était aussi coupée sur le bord de la joue gauche, en partant du nez. Une plait moins vive, qui semblait avoir eu lieu, y a longtemps. Son visage endormis pourtant, avait un certain charme enfantin qui pourrait attendrir plus d'un.

La nuit commencer à tomber, le carrosse n'avait pas encore atteint sa destination. Il n'y avait aucun moyen de faire une escales sur le chemin. Un garde venu frapper à la porte afin d'attirée l'attention des paysagés. On avait déjà fait un long détour pour évité de passer par une forêt maudite. Les passants et les différents voyageur qu'on avait pu interroger sur le passage avait tous parler d'une seule voix. La forêt était l'endroit où ce dissimulée des créatures démoniaque ainsi que des bandits sans scrupules. Seulement, le soucis était que le soleil commencer lentement sa descente vers le crépuscule. D'un commun accord, il était impensable que les voyageurs passe la nuit à la belle étoile. On pouvait ce permettre de perdre le carrosse, pas les personnalités qui avait dedans. Le plus âgée tapa contre la carrosserie pour faire signe au chauffeur de s'arrêter. En quelques seconde, la voiture ralentie pour totalement se stabiliser. Ce fut le premier à sortir. Sa silhouette apparut clairement à la lumière du jour. C'était un homme grand au épaule large. Il avait les cheveux rabattue en arrière avec quelques mèches qui glissait sur le coin de son visage. D'une jolie couleur verte foncée au reflet vert boisé. Son visage avait les traits fin et sec. Ses lunette au rebord sombré était poser sur son nez aquilin. Malgré tout, il avait un regard doux avec ses pupilles verte pomme. Tout son corps était élancée, grand et musclée. Il portée une tenus très sobre. Une chemise complète noir au manche déchirée qui tomber sur un pantalons serré. Un foulard bleu foncée était nouée autour autours de sa taille, serrant la chemise un peu lâche. Il tenait dans ses bras sont sacré saint livre saint. Il donna quelques ordres avant de se tourner vers la silhouette qui venait de pointé son nez hors de la calèche.

D'un geste courtoise, il lui tendu sa main pour l'aidée à descendre. La jeune fille déposa une petite main blanche au ongle parfaitement manucurée dans sa main. S'appuyant à peine pour descendre les deux marches qui la séparée du sol. On aperçut brièvement un soulier noir avec de jolie arabesque argenté dessiné dessus. Le lacet d'un vert bleutée nouée son soulier jusqu'à sa cheville fine. Avant de sortir, elle avait rabattue sur ses épaules une cape et une capuche qui cachait parfaitement sa personne. Son visage resté dissimulée, tout comme sa tenue. La jeune fille lâcha un juron en essayant d'évité la boue de salir ses vêtements. Un garde lui apporta son cheval et l'aida à monté sur la monture. Pendant ce temps, l'homme sombre avait réveiller le plus jeune du groupe. Il sortait tout pénaux avec la mine fatiguer. Les vêtements débrailler bien trop ouvert pour être décent. Ses cheveux roux en bataille était maintenu par un bandeau de toute les couleurs, alors qu'une mèche retomber sur son visage. Sa main gradé son œil droit tout en baillant de façon grossière :

« On est arrivée ? demanda-t-il en cherchant un de ses compagnon à l'aveugle
- Non, on va finir le trajet à cheval, on dormira à l'auberge ce soir ! Répondu l'homme religieux de façon presser en enfourchant son cheval, Aller monte ! »

Il aida son cadet à monté à sa suite sur le cheval. La pauvre bête se fit un peu prier mais remarqua bien vite que son nouveau passagers n'était pas le plus lourd des deux. Après avoir donner les dernières directive, au cocher et au garde qui se retrouver désormais à pieds, le groupe se séparèrent. Les deux cheveux partir au galop vers le village perdu entourée par la forêt d'Aile-Noir. Les bêtes furent poussé pour réussir à rejoindre les portes de la ville avant que le soleil ne touche la terre. La route qui n'avait jusqu'à la était qu'un terrain boueux  se transforma petit à petit en sentier, puis une route. A l'entré de la ville, le religieux mis pieds à terre tout en tenant son cheval par un bout des rênes. Ils avancèrent prudemment dans cette village inconnus sans crainte pour autant de leurs sécurité. Ceux qui était plus à plaindre était s'en doute les pauvres abandonnée sur le chemin. En marchand, il demanda plusieurs fois son chemin pour trouver une auberge où dormir. Une gentille dame lui indiqua l'adresse nommée « Au Cerf-Blanc » qui semblait tout indiquer pour les recevoir. Après avoir fait un petit tour pour trouver leurs chemins. Il arrivèrent à destination. Tout ce transport avait fatiguer les voyageur. Le jeune garçon descendu pour se dépêché de maintenir les cheveux pendant que son ainé aidée leurs passagers mystère à descendre. Les deux individus rentrèrent pour demander le gites et le couverte, ainsi qu'un espace pour les chevaux. Ils arrivèrent dans un espace charment et semblant confortable pour passer la nuit. Il y avait un peu de monde mais aucun semblé menaçant. Pourtant, il garder la silhouette caché contre lui. Il s'approcha d'une charment demoiselle qui semblait s'afferrait à nettoyer l'auberge :

« Bonjour, vous êtes la propriétaire ? Auriez-vous une chambre avec deux lit et un fauteuil s'il vous plait ainsi qu'un repas chaud pour ce soir pour trois personnes ? »

Il la salua et afficha un grand sourire charmeur. Il parla d'un ton courtois. La journée ne semblait pas encore terminer malgré le fait qu'il était arriver à destinations.

« Ainsi qu'un endroit pour nos chevaux ? Je sais, je demande beaucoup sans me présenté, je m'appelle Shun »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 185
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Vampire x Bandit [Pv. Misu]   Lun 18 Juin 2018, 22:44

L'auberge était particulièrement calme à l'approche de la soirée, la plupart avaient quitté les lieux pour rejoindre la taverne du Sanglier Torché. Après avoir franchis la porte, on pouvait très vite apercevoir le bar qui se trouvait sur la droite, derrière la fenêtre sous laquelle le panneau du Cerf-Blanc balançait au gré du vent. Celui-ci formait un angle propre le long des étagères de bouteilles aux couleurs diverses qui cachaient dans un coin une petite porte en bois menant à l'arrière-boutique. Les murs de pierres saillantes contrastaient avec les planches de bois qui composaient le sol mais également la plupart des meubles des lieux : tables et chaises, comptoirs, escaliers, seule la cheminée sortait du lot devant un tapis un peu vieillot mais soigné sur lequel reposaient deux élégants fauteuils que la gérante avait tant bien que mal maintenu en état mais qui s'affaissait sous le poids des derniers clients de la soirée.

Près des escaliers, lesquels se trouvaient juste en face de la porte d'entrée après le bar, une table ronde était occupée par plusieurs hommes qui semblaient jouer aux cartes, sans doutes des clients qui avaient ici leur chambre et appréciaient donc le calme de la soirée pour jouer sans avoir à consommer, mais ce tout en étant assez silencieux pour ne pas gêner les quelques hommes qui profitaient d'un repas tardif ou de quelques fonds de verre sur d'autres tables plus loin dans la salle entre le bar et la cheminée qui couvrait le mur du fond. L'aubergiste balayait paisiblement entre le bar et la première table, ayant visiblement finit la plupart de ses autres tâches. Elle sembla au premier abord surprise quand alors la porte de l'auberge s'ouvrit sur deux inconnus, mais l'auberge étant un lieu de passage régulier pour les voyageurs qui s'arrêtaient dans ce village elle afficha aussitôt un sourire. Il n'en restait que les voyageurs n'étaient pas monnaie courante en ces lieux...

« Bienvenue à l'Auberge du Cerf-Blanc ! Que puis-je pour vous ?
-Bonjour, vous êtes la propriétaire ?
-C'est exact. »


La jeune femme pencha la tête sur le côté avec un sourire chaleureux. Elle était réputée pour son sourire rayonnant et son visage doux. Assez jeune, ayant certainement un peu moins de vingt ans, on pouvait se demander comment une demoiselle aussi frêle faisait pour tenir une auberge en ces lieux, mais c'était sans compter sur l'aide précieuse que lui apportait la propriétaire de la taverne du Sanglier Torché, une propriétaire pour le moins réputée pour ses muscles et sa force de poigne comme de caractère en vérité. La jeune propriétaire du Cerf-Blanc était pour sa part assez petite de taille, étant même plus petite que la silhouette que l'homme qui s'était adressé à elle tenait contre lui, et pourtant elle ne parvenait pas à détailler le visage de celle qui la dépassait de quelques courts centimètres, visage caché sous une épaisse capuche en un tissu élégant. Les voyageurs n'étaient pas courants, ceux qui possédaient des vêtements de cette facture encore moins... Cependant, l'aubergiste ne perdit pas son sourire ni ne glissa de regard indiscret sous le capuchon, se contentant d'observer avec douceur le visage de l'homme qui lui parlait.

Grand, aux traits fins mais néanmoins de stature plutôt forte, il la dépassait largement, mais elle ne faillait pas un instant dans son accueil commercial, ne laissant paraître aucune surprise sur son petit visage rond. Ses grands yeux noisette aux longs cils courbés fixaient ceux verts cachés derrière des lunettes de l'homme, et son grand sourire entouré d'élégantes lèvres rosées restait persistant, égalant par la blancheur de ses dents parfaites le rayonnement du sourire de son client. Elle avait noué ses longs cheveux châtains en une élégante queue de cheval basse à l'aide d'un ruban bleu, et l'épaisse chevelure retombait sur son épaule et coulait sur sa petite poitrine. Elle avait bien peu de formes, mais ses petits seins pointus et ses hanches osseuses ressortant sous sa jupe lui donnaient un charme juvénile et innocent qui avait tapé dans l’œil de plus d'un si bien que nombre de ses clients portaient sur elle un regard attentif et protecteur - presque jaloux et indécent pour certains - alors qu'elle discutait avec l'homme à la chevelure boisée.

« Auriez-vous une chambre avec deux lits et un fauteuil s'il-vous-plait, ainsi qu'un repas chaud pour ce soir pour trois personnes ? »

L'aubergiste pencha la tête sur le côté, soutenant son menton du bout du doigt avec un air interrogateur.

« Deux lits seulement... ?
-Ainsi qu'un endroit pour nos chevaux ? Je sais, je demande beaucoup sans me présenté, je m'appelle Shun. »


La jeune femme eut un léger sursaut et, son sourire étincelant revenant sur ses lèvres, elle secoua vivement la tête et sa main libre - elle tenait toujours dans l'autre son balais qu'elle serrait un peu contre elle comme en signe de légère timidité malgré l'assurance dans sa voix et ses gestes - avec empressement.

« Oh non je vous en prie, vous n'en demandez guère tant ! Ravie de vous rencontrer Shun, je m'appelle Layla, elle sourit tendrement à ses mots et se tournant vers la table des joueurs les interpela d'un signe. Falhen, s'il-te-plait, pourrais-tu m'aider ? »

Un jeune homme était penché par dessus l'épaule d'un des joueurs. Il releva la tête à l'entente de son nom et se redressa, un sourire charmeur se dessinant sur ses lèvres. Il avait une carrure très fine et élancée, d'une souplesse évidente au regard car se tenant légèrement courbé vers l'arrière sur ses hanches larges, il aurait presque eu une carrure féminine pour tout dire si une légère musculature ne pointait pas sous son haut au col plongeant qui laissait ses clavicules comme son ventre dévoilés. Il portait par dessus une veste longue aux manches larges plissées au dessus de ses coudes et de mitaines montantes qui laissait paraître ses longs doigts de pianiste. Son visage était incroyablement fin, tout dans ses traits portait la finesse et l'élégance des plus hautes lignées. Son nez décrivait une pointe  au dessus de ses lèvres fines et claires qui semblaient avoir des commissures toujours relevées. Ses longs cheveux de cendre retombaient partiellement sur son visage, chutant en mèches rebelles de part et d'autre de ses tempes et dans sa nuque ornée d'un tour-de-cou noir, chatouillant ses épaules au dessus de son col de chemise large. Pourtant, sa frange décrivait une courbe élégante laissant paraître ses fins yeux d'une couleur singulière, la couleur profonde et étincelante de l'or. Détaillant un bref instant les deux clients présents, il se rapprocha de Layla de sa démarche élégante ; ses bottines pourtant affublées de talonnettes ne semblaient faire aucun bruit sur le bois, comme s'il marchait sur des œufs, à pas de loup.

« Bien sûr. Bonsoir. »

Falhen étira son sourire à l'encontre des deux personnes présentes, laissant son regard traîner sur la silhouette encapuchonnée. Layla posa doucement sa main sur le bras du jeune homme, comme par réflexe ; il semblait que les deux étaient plutôt proches.

« Ces clients souhaiteraient que l'on mène leurs chevaux à l'étable, peux-tu t'en charger ?
-J'y vais de ce pas. En vous souhaitant un bon séjour. »


Il leur accorda un clin d’œil avant de glisser, toujours du même pas léger, en direction de la sortie. Layla décrivit un détour autour de son comptoir pour se rendre à l'emplacement où ses clés étaient rangées, et notant quelles chambres étaient disponibles elle s'adressa à nouveau aux deux clients auxquels elle adressa son plus rayonnant sourire au terme de son discours.

« Je peux vous donner votre chambre immédiatement si vous souhaitez vous y rendre en attendant que le repas soit près, je sers généralement uniquement dans la partie taverne cependant, mais je pourrais envoyer quelqu'un vous chercher. Un bouillon et un galette, cela vous conviendrait ? »



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 169

MessageSujet: Re: Vampire x Bandit [Pv. Misu]   Lun 02 Juil 2018, 06:19

Shun trouva rapidement réponse à ses besoins. Par chance, il était tomber sur la jeune responsable de l'auberge. La jeune fille c'était tournée vers ses deux nouveaux clients avec un sourire fort ravisant. Elle était toute menue et garder encore des rondeurs enfantines. Shun répondu à son sourire en analysant rapidement son interlocutrice. Il ne fit pas le remarque qu'on aurait dis une petite poupée. Elle était bien coiffé dans des vêtements modeste mais bien coupée qui faisait avantageusement ressortir ses formes. Le regard inquisiteur de certains de ses clients semblait démontré que la demoiselle était sous bonne garde, et elle n'était certainement pas aussi inoffensive qu'elle semblait le montré. Les aubergiste avait toujours une arme sur eux ou derrière leurs comptoirs, c'est bien connus. En tout cas, ce serait le plus judicieux en fonction des clients qui fréquente les environs. On est jamais à l’abri d'un bandit. Il inclina la tête rapidement en signe de respect en présence d'une dame toute reprenant sa conversation. La jeune demoiselle en hôtesse exemplaire se dépêcha de donner suite à toute ses demandes. Elle semblait un peu surprise de la demande concernant les chambres. Pour trois personne, deux lits n'était largement pas suffisant. Mais Shun trouvait rarement le sommeil, et quand il y arrivait toujours de travers ou dans un espace non prévus à cet effet (le plus souvent dans un fauteuil, la baignoire ou dans le placard à couverture).

« Oh non je vous en prie, vous n'en demandez guère tant ! Ravie de vous rencontrer Shun, je m'appelle Layla » elle ponctua sa phrase d'un de ses magnifique sourire qui aurait pu faire fondre la banquise.

Elle interpella une personne dans le coin des joueurs. Rapidement une silhouette se détacha du groupe pour s'approcher du comptoir. Son nom était Falhen, un nom très félin qui semblait lui allait comme un gants. Sa démarche était agile et souple, presque comme s'il flotté au lieu de simplement marché. Il avait une allure frêle pour ne pas dire aussi menue que l'aubergiste, avec les formes en moins. Ses cheveux centre semblait relativement bien entretenue comme ses vêtements qui semblait être plus pratique esthétique tout en restant correctement assortie. Lui non plus n'était pas très grand, Shun se retrouver a avoir une tête minimum de plus que le nouveau venus. La personne derrière lui resta à couvert, pourtant, un léger mouvement de tête semblait témoigné d'un certain intérêt. Elle resta silencieux pendant tout l'échange attirant parfois un regard curieux. Ce ne devait pas être très courant, ni même très polie qu'un étranger cache à se points. Elle ne bougea pas mais semblait rester volontairement dans l'ombre de son accompagnateur.

« Ces clients souhaiteraient que l'on mène leurs chevaux à l'étable, peux-tu t'en charger ?
- J'y vais de ce pas. En vous souhaitant un bon séjour. »


Shun le remercia d'un mouvement de tête sans s'offusque du clin d’œil, il y répondu par un sourire amusée presque complice. La silhouette laissa traînait son regard sur la silhouette filiforme qui s'éloigner. De l'extérieur sa ressemblait plus à une masse noire mouvoir légèrement sur sa droite en direction de la porte. L'aubergiste passa derrière son comptoir pour récupéré une clé à donner à ses invités. Shun glissa sa main vers sa sacoche tout en écoutant la jeune demoiselle :

« Je peux vous donner votre chambre immédiatement si vous souhaitez vous y rendre en attendant que le repas soit près....

Le regard du jeune homme se tourna vers son accompagnateur. Elle semblait le fixé comme pour lui affirmer son accord.  D'un sourire charmeur, il se pencha sur le contenu dans sa bourse. Sa main trifouillant les quelques pièces.

« Je sers généralement uniquement dans la partie taverne cependant, je pourrais envoyer quelqu'un vous chercher. Un bouillon et un galette, cela vous conviendrait ?
-C'est parfait, je pense qu'on restera entre deux et trois jours, puis-je vous payer d'avance ? »


Il déposa sa bourse sur le comptoir avec un grand sourire envers son hôtesse. Il allait récupéré sa clé quand il s'arrêta une seconde dans son mouvement. Il avait oubliée le gamin. Il soupira en se retourna, résigné vers la silhouette. Malgré l'impression qu'elle donnait d'avoir compris son soudain éclaire de génie, elle restait impassible. Il dû se retourner sans faire plus de cérémonie, lâchant un soupire significatif de lacement et de fatiguer.

« J'espère qu'il fera pas de bêtises et qu'il écoutera ce que dira Falhen ... »

Le rouquin avait sursauté comme si le diable lui avait mordu les fesses. Il ne s'attendait pas à ce qu'un étranger apparu devant lui sans qu'il l'entende. Son petit cris magnifiquement viril s’accorde parfaitement avec sa frimousse déconfite. Les chevaux se mirent à s'agiter sous la panique de la tête rousse. Ruminant de désapprobation n'appréciant pas ce faire déranger alors qu'ils s’approuvaient tranquillement. Le plus jeune se dépêcha de les calmés pour évité de déranger les pauvres habitant. D'un geste délicat, il passa sa main le long du museau de l'animal afin de le rassurée. L'empêchant au passage de se décidé à cabré. Les deux bestiau se rassurèrent l'un l'autre en restant à proximité de leurs propriétaire. Le petit se retourna d'un air inquiet vers l'étranger. Il avait fait en sorte de l'empêcher de trop se rapprocher des cheveux. Ne sachant ni d'où il sortaient, ni ce qu'il voulait réellement.

Plusieurs fois, il lui jeta un regard inquiet vers cet inconnus. Enlaçant le cheval presque à lui grimper dessus. Pas un son sortie de sa bouche depuis qu'il était apparut. Dans son esprit fusée les idées les plus saugrenue : est-ce un bandit qui à louché sur les deux magnifique étalons ? Un journaliste ? Un éclaireur pour des méchants bandits. Il tremblait de tout son être en jetant des regards furtif vers la silhouette à ses cotés en répétant dans sa tête : m'approche pas, m'approche pas, m'approche pas !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 185
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Vampire x Bandit [Pv. Misu]   Mer 04 Juil 2018, 11:18

Tandis que Layla finissait d'accepter le paiement d'avance de Shun pour son petit groupe, Falhen arrivait à l'extérieur, de sa démarche silencieuse. Malgré celle-ci, il sembla très vite remarqué : il fallait dire qu'à cette heure de début de soirée les habitants ne traînaient pas vraiment dans les rues, la plupart se dirigeaient directement vers la taverne du Sanglier Torché tandis que les autres rentraient chez eux, aussi il était plus aisé de remarquer quelqu'un qui marchait tranquillement sans but précis ou sans se presser tout simplement. Le rouquin l'avait remarqué immédiatement : il était proche des chevaux quand Falhen arriva vers lui, et poussant un cri de surprise il encouragea les bêtes à paniquer. En vérité, peut-être celles-ci avaient-elles déjà commencé à montrer des signes d'inquiétude à l'approche de l'homme, comme naturellement angoissées par sa présence, mais Falhen resta calme tout du long, croisant les bras devant lui pendant que le jeune homme aux cheveux roux tentait de calmer les étalons. Il observa tout du long les deux chevaux, détaillant leurs capacités, leur robe, jusqu'à la façon dont ils étaient soignés. Il ne pouvait pas dire qu'il n'était pas intéressé par les bêtes évidemment, et son air de réflexion alors qu'il se frottait du bout des doigts le menton en témoignait, mais il ne semblait pas prêt de s'en approcher, laissant ainsi au rouquin largement le temps de calmer les animaux.

Lorsque le jeune homme en eut fini, Falhen rabaissa un sourire engageant à son intention, mais de toutes évidence le garçon était sauvage : méfiant, peut-être légèrement menaçant à l'égard de cet inconnu, il s'accrochait à ses bêtes comme si sa vie en dépendait et dardait sur Falhen un œil de dissuasion. Un œil en effet, car sous un épais bandeau coloré et sous ses mèches rousses rebelles se dessinait une imposante cicatrice qui barrait l'autre. Tout son visage semblait déformé de blessures et balafres peu engageantes. Falhen ne détourna pas le regard : il avait suffisamment vu de blessures bien pires pour ne pas réagir à celles-ci, se contentant d'une légère inspiration à l'idée de la douleur que cette blessure avait pu réveiller. Et, il fallait le dire, sous ces cicatrices imposantes le garçon portait un visage rond qui avait quelque chose de mignon, si bien qu'au lieu d'impressionner Falhen par son regard menaçant il lui donnait plutôt l'impression d'un petit animal paniqué, d'un chiot perdu. Falhen sourit de plus belle, penchant la tête sur le côté avec un léger rire.

« J'ai toujours autant de mal à approcher les bêtes, elles ne m'aiment pas trop. Pourtant j'ai des chevaux aussi. »

Il détourna les yeux du garçon : il ne voulait pas que son regard soit trop insistant à son encontre, et alors qu'il observait à nouveau les étalons il se contenta de fixer le visage des deux animaux, comme ne voulant pas l'inquiéter plus en continuant de constater leurs capacités. Il justifia cela par ailleurs :

« En fait je n'ai pas pu les voir depuis assez longtemps, ils sont dans ma ville d'origine et je n'y ai pas remis les pieds. J'avais deux étalons et une jument, la jument était trop jeune pour être montée cependant. Nous l'avions assez récemment reçue lorsque je suis parti en voyage, elle nous avait été offerte d'un état de noblesse nordique, il semblerait que ces chevaux blancs étaient les seuls qu'ils élevaient. Elle avait les sabots noirs, du boulet au jarret et au genou. On l'appelait à tord un poney, elle avait plutôt petite... »

Il parlait naturellement du palefroi, sans chercher particulièrement à se forcer ou à réfléchir à ce propos. Dans son regard, on devinait qu'il aimait ces créatures équidés. Malgré tout, il préservait sa distance tant avec les chevaux qu'avec le jeune garçon : même si les bêtes semblaient finalement calmées, ce n'était pas le cas du garçon, et il ne voudrait pas provoquer à nouveau une perte de contrôle des canassons. Il se contenta donc de poursuivre son discours sur la lignée de ses bêtes, comme on en discuterait dans les hautes noblesses alors qu'il ne semblait pas bien différent des hommes et femmes de la rue présente.

« L'un de mes étalons venait d'un élevage du littoral nord-ouest, un Norrois. Je l'appelais généralement plutôt le Noiraud, il avait la particularité dans sa robe de n'avoir que la tête noire, jusqu'au poitrail et descendant sur le garrot. Il avait cette tendance à partir à l'autre bout de l'enclos à l'ouverture de celui-ci, je crois que c'est le moment où j'ai commencé à croire que je leur faisais peur. »

Falhen rit joyeusement, toujours aussi tranquille dans sa tenue. Il finit par décroiser les bras et les posa sur ses hanches, l'air décidé.

« Bon, c'est pas tout ça mais il ne faudrait pas laisser ces deux-là au milieu de la rue, la garde serait capable de les réquisitionner, des fells de cette qualité, ils pourraient croire qu'ils leur sont destinés. L'auberge a une bonne étable, tu veux que je te montre où elle est pour qu'ils se reposent ? Je crois que je peux peut-être même t'indiquer les meilleures places, la qualité est une question d'observation ! »

Disant cela, il esquissa un clin d'oeil encourageant, la voix toujours aussi douce et joviale.



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 169

MessageSujet: Re: Vampire x Bandit [Pv. Misu]   Jeu 05 Juil 2018, 16:31

Les deux étalons se calmèrent petit à petit que le gamin les caressaient. Ils s'étaient si rapidement énerver à l'arriver de cet étrange inconnus. Il devait vraiment y avoir quelques chose de pas net. Ça démarche silencieux les avaient peut-être angoisser car ils ont cru à une attaque. Le gamin jetait des petits coups d'oeil vers l’inconnue. Celui-ci, d'ailleurs n'avait pas avancée depuis son arrivée. Détaillant les bestiaux comme des objets de grande valeurs. Il est vrai que c'était des spécimens dans leurs genres. Le premier était d'une robe unis dans un blanc pur. Des sabots noir comme la nuit qui s'accordait avec ses yeux. Il était d'une assez grande taille au garot et semblais parfait pour les courses. L'autre, au contraire avait tout d'un croisés. Sa tailles était imposante, tout en muscles, plus proche d'un cheval de trait que de course. Il avait la musculation d'un cheval de trait mais la forme allongée d'un cheval de course. A l’inverse, il était beaucoup plus colorée, sa robe chocolat se terminer au bout des pattes par des poiles blancs qui tomber sur ses sabots. Ailean arrêta de paniquer en voyant l'étranger restée à sa place. Il se tourna légèrement pour pouvoir le regardait avec facilitée. Une grande partie de son champs de vision étant complètement noir. Ce n'était pas très pratique quand on était dans un village inconnus. Il le fixa longtemps en s'attendant à ce qu'il détourne le regard face à sa laideurs. Mais rien, l'étranger continua de le regardé avant de passé au cheveux, sans jamais faire la moindre grimace. Ce qui était relativement étrange vu comme ses cicatrises crever son visage. L’inconnu qui porter un intérêt beaucoup trop à ses cheveux commença à parler d'une voix calme :

« J'ai toujours autant de mal à approcher les bêtes, elles ne m'aiment pas trop. Pourtant j'ai des chevaux aussi. »

Sa phrase était un doux euphémise vu la réaction des étalons. Il devait ce faire fuir comme de la peste. Les cheveux restèrent sagement près de leurs propriétaires. L'embêtant en lui donnant des coups de museau pour attirée son attentions. L'enfant eut beaucoup à faire en essayant de satisfaire tout les caprices de ses divas. Son oeil détaillant l'inconnu de long en large et en travers en essayant de voire la moindre trâces de mensonges. Mais rien, il semblait réellement parler d'un lointains passer. Son oeil fixa ses yeux qui semblait ce voilé d'un brouillard du passer. Ailean l'écouta religieusement. De toute manière, il ne pouvait pas lui demander de partie et ne pouvait pas laisser les chevaux tout seul. Il n'avait absolument pas confiance en lui. Peut-être parce que les étalons ne ce sentait pas à l'aise en sa présence. Où peut-être parce qu'il semblait s'y connaître trop bien sans pour autant semblait noble. Ailean continua de passer la main le long du museau. Plein de méfiance envers le nouveau venu. Vu qu'il n'était pas nobles, le seul moyen pour qu'il s'y connaissent aussi bien était d'être fils de palefrenier ou encore un voleur. Seulement, il ne pouvait pas le dire aussi clairement que ce qu'il était en train de pensés.

« En fait je n'ai pas pu les voir depuis assez longtemps, ils sont dans ma ville d'origine et je n'y ai pas remis les pieds. J'avais deux étalons et une jument, la jument était trop jeune pour être montée cependant. Nous l'avions assez récemment reçue lorsque je suis parti en voyage, elle nous avait été offerte d'un état de noblesse nordique, il semblerait que ces chevaux blancs étaient les seuls qu'ils élevaient. Elle avait les sabots noirs, du boulet au jarret et au genou. On l'appelait à tord un poney, elle avait plutôt petite... »

Ailean l'écouta avec attention, trouvant sa bizarre qu'un gamin de son âge est accès à autant de cheveux et d'une aussi grande écurie. Il n'en possédé aucun évidement, mais il avait assez fréquenté les nobles pour savoir des choses aussi basique que les meilleurs écuries et les meilleurs tailleurs de tel ou tel ville. De plus, il n'était pas un voleur pour avoir eu un cadeau de nobles. Il était complètement perdu. Un noble ne l'aurai pas aborder avec autant de naturel. Enfin, un si mais pas un parfait inconnus d'un endroit qu'il ne connaissait pas. Cet homme était entourée de mystère ou plutot, c'était le gamin qui était trop curieux. Il l'écouta attentivement sans ce rendre compte qu'il faissait attention à chacun de ses mots. Ailean dessina un timide sourire en s'imaginant devoir abandonner ses deux superbes étalons. Il serait certainement très triste pour un long moment, en train de se demander ce que deviennent ses amis. C'est vrai qu'il ne parler pas beaucoup, les cheveux eux n'ont pas besoin du tout de parler pour ce comprendre. C'était tellement plus simple. L’inconnu continuer de parler naturellement comme si c'était des amis de long date. Étrangement, Ailean qui était paniquer depuis un moment commença à se calmer au file des paroles. Malgré le fait qu'il était toujours intrigué par cet étrange personnage qui était apparue comme par magie. Se méfiant toujours un peu de ce qu'il pourrait faire, mais vu qu'il ne s'approcher pas des chevaux. Il lui accorda le bénéfice du doute :

« L'un de mes étalons venait d'un élevage du littoral nord-ouest, un Norrois. Je l'appelais généralement plutôt le Noiraud, il avait la particularité dans sa robe de n'avoir que la tête noire, jusqu'au poitrail et descendant sur le garrot. Il avait cette tendance à partir à l'autre bout de l'enclos à l'ouverture de celui-ci, je crois que c'est le moment où j'ai commencé à croire que je leur faisais peur. »

C'est étrange comme l'inconnu semblait vraiment sincère en parlant de son passer. Il continuée d'une voix douce en parlant tranquillement. Ailean aurait pu dire qu'il n'en avait rien à faire de toute façon, vu qu'il ne le connaissait pas. Mais, c'était au moins le moyen de se sociabilisé. En rentrant, au moins il aurait plein de chose à racontée. Et vu qu'il n'allait certainement pas lui demander son prénom, chaque détail qui pourrait prendre permettrai à sa mémoire de ce souvenir de lui. Rien que le fait, que les chevaux ne l'aimais pas ferait un bon point de dépars. Après y avait la marche de félin, une origine inconnus et une forte possibilité pour être un vilain voleurs. Ailean devrait en informé Shun au cas où même si accuser quelqu'un sans preuve n'était pas une chose à faire. Un rit franc le secoua d'un seul coup, le gamin releva son regard vers son étranger. Il souriait comme un bienheureux. Ailean papillonna des paupières surpris, ne se rendant pas bien compte de ce qui le faisait rire à ce point. Pourtant, l'étranger semblait heureux ? Le rouquin laissa ses lèvres se tordre d'un fin sourire incontrôlée. C'était étrange de voir quelqu'un rire de la sorte. Il le regarda reprendre son sang froid en quittant sa position neutre :

« Bon, c'est pas tout ça mais il ne faudrait pas laisser ces deux-là au milieu de la rue, la garde serait capable de les réquisitionner, des fells de cette qualité, ils pourraient croire qu'ils leur sont destinés. L'auberge a une bonne étable, tu veux que je te montre où elle est pour qu'ils se reposent ? Je crois que je peux peut-être même t'indiquer les meilleures places, la qualité est une question d'observation ! »

Le gamin le regarda pendant quelques seconde droit dans les yeux. Le clin d’œil l'ayant fait bug. Ce n'était pas le genre de chose qu'on lui faisait habituellement par gentillesses. C'était peut-être pour l'invité à parler vu qu'il semblait attendre une quelconque réponse de sa part vu son visage avenant. Mais Ailean resta silencieusement muet. Ses lèvres cherchèrent même pas à formuler quelques choses pour lui faire comprendre que c'était peine perdu. Sa tête acquiescer simplement pour signifié son accord même s'il n'était pas réellement rassurée. Il aurait tellement préféré que Shun vienne prendre sa place. Il serait tellement plus utile avec Misu. Ils se seraient enfermer dans la chambres jusqu'à l'heure du repas. Seulement, Shun ne semblait pas vouloir apparaitre à la porte pour venir le sauver de cette situation. Pas que la compagnie de l'étranger l'inquiété outre mesure, mais ne pas savoir ce qu'il était vraiment et le fait de ne pas pouvoir parler ne le rassurée pas. Surtout que rien ne prouvait qu'il pouvait lui faire confiance. D'un autre coté, il allait pas rester devant l'auberge jusqu'à la tomber de la nuit. C'était complètement stupide même pour lui. Il détacha les deux animaux en faisant attentions à maintenir les rennes entre ses mains. Évitant d'en confié à la charge à l’inconnue. Ailean espéré qu'il comprennent que c'était son seul moyen pour affirmé son accord. Malgré le fait qu'un des deux étalons était dans son angle mort, il faisait en sorte d'avancé un peu plus sa main afin de voir au moins le bout de son nez.

Ailean marcha tranquillement en cherchant à comprendre la signification de sa dernières phrases. Il avait compris que son étranger était étrangement douée pour repéré les choses ayants de la valeurs. Sa connaissance sur les équidés était prouver vu son long discours. Il espéré seulement qu'il ne l’emmènerait pas dans un endroit où il se ferait attaquer. Quoi que, il avait l'air honnête. Ailean regarda du mieux qu'il peut autour de lui pour détaillé la route à prendre sur le chemin du retours. Laissant toujours ses pensés courir sur cet simple phrase. Pourquoi dire une telle phrase ? C'était pas vraiment logique. Il avait rapidement compris que cet étranger était envoyer par l'aubergiste, du moins le croyait-il. Les cheveux avaient besoin d'un endroit propre pour se poser avec de la nourriture pour se refaire de long voyage. Ailean ne souhaité pas que des gardes viennent les prendre. Il pourrait pas leurs expliquer à qui ils appartiennent et n'imaginait pas la colère de la principale intéresser si il rendrait lui apprendre que des gardes avaient récupéré ses étalons. Un frisson lui parcourus l'échine, inquiet à cet mauvais idée. Ils arrivèrent près d'une annexe de la petite auberge. Ailean remarqua qu'elle était petit bien relativement bien construite. Les chevaux pourraient se plaire. Ils n'avaient pas fait de caprice en suivant l’inconnue. Ailean laissa tomber son regard vers l'étranger. Toujours ses questions dans la tête. Qu'est-ce que c'est compliquer un déménagement...
Au loin, une ombre l'observé avec attention, près à intervenir au moindre accros. Il avait déposer son colis dans la chambre en ayant charger l'aubergiste de l'y conduire en sécurité, le temps qu'il reviennent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff

avatar

E-mails : 185
Age : 22
Localisation : Dans mes vêtements aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Vampire x Bandit [Pv. Misu]   Jeu 12 Juil 2018, 16:29

Le garçon semblait perdu. Il ne remuait pas d'un poil, Falhen eut un doute pendant un instant sur le fait qu'il fut vivant. Peut-être était-il sourd ? Non, de toute évidence il avait tendu l'oreille à ses paroles, puisqu'il ne l'avait pas toujours regardé directement et malgré tout était resté tourné dans sa direction. Le brun releva un sourcil lorsqu'il le vit bouger les lèvres sans qu'un son en sorte. Peut-être... Etait-il muet ? Ce serait bien moins étonnant, et pour avoir une connaissance dans ce cas en vérité Falhen se sentait beaucoup plus à l'aise de penser ainsi. Lorsque le garçon finit par hocher la tête, il lui sourit, rassuré : c'était un bon début, un geste suffisait pour la communication à dire vrai. Concrètement, s'ils se connaissaient un peu mieux, un regard suffirait, Falhen comprenait naturellement par un regard la plupart des pensées de ses proches ou même de ses collègues, peut-être pourrait-il parvenir à ce niveau avec le jeune homme ? Ce ne serait pour lui déplaire.

Après cette timide confirmation, le garçon pris ses deux bêtes, en faisant passer une plus à l'avant pour garder son oeil dessus, et s'avança vers Falhen. L'homme aux yeux d'or lui sourit de plus belle, puis fit volte-face : lui montrer son dos permettrait de lui faire gagner confiance en lui, après tout de la sorte il se montrait complètement vulnérable à toute attaque et ainsi soumis au bon vouloir de celui qui le suivait, il lui montrait de la sorte qu'il ne se montrait pas agressif ni prudent à son propos et qu'il ne lui était donc aucunement rival ou ennemi. D'un pas tranquille, tendant l'oreille aux sabots des chevaux, il avança dans une ruelle le long de l'auberge. Le duo contourna le bâtiment, avançant quelques secondes avant d'arriver à un bâtiment collé à l'auberge à l'arrière. Une écurie qui aurait pu contenir une demi-douzaine de chevaux, peut-être une dizaine en les serrant un peu, accueillait les visiteurs à portes ouvertes. Dans les lieux, sur un étalon se reposait près de l'entrée. La bête s'éveilla soudainement à l'entrée de Falhen, le surveillant avec prudence : une fois de plus l'animal sembla méfiant à l'égard de l'homme, mais celui-ci l'évita soigneusement pour ne pas le faire paniquer. Il mena son rouquin d'accompagnateur au bout de l'écurie, le plus loin possible de l'entrée, et lui indiqua deux emplacements, à un emplacement près des derniers. La paille était tendre, le foin odorant, une humide fraicheur s'élevait des points d'eau réservés. Falhen se tourna vers le roux.

« Et voilà ! Ces deux emplacements ont récemment été nettoyés, Layla - l'aubergiste - m'a demandé de m'en charger ce matin alors je peux t'assurer qu'ils sont parfaitement propres. Et si tu as la moindre plainte tu sauras qui venir pincer. »

Il accorda un autre clin d’œil au garçon, cette fois-ci taquin, pour soutenir sa plaisanterie. Il se doutait que le gamin ne viendrait jamais se plaindre à voix haute auprès de lui au vu du mal qu'il avait à ne serait-ce que lancer un simple oui, au mieux peut-être murmurerait-il quelque chose, encore faudrait-il qu'il ait une voix ce dont Falhen doutait fortement à cet instant. Il mima donc le fait de se faire pincer pour appuyer la plaisanterie qui n'en était pas tant une : si le garçon venait lui faire ceci, il comprendrait vite son erreur, un moyen de communication comme un autre. Il lui fit signe de s'approcher en s'enfonçant un peu dans le box, évitant un imposant tas de foin visiblement là pour compléter les besoins des bêtes, et que certains avaient dû utiliser comme lieux de repos à en voir les formes enfoncées qu'il y avait dans le mont végétal. Il présenta proprement au garçon tout ce qu'il avait fait pour l'emplacement, comme un habile vendeur, semblant surtout soucieux d'avoir fait de son mieux pour les chevaux ; il n'avait jamais pu s'en occuper lui-même dans sa jeunesse et faisait de son mieux aujourd'hui pour en être digne.

« J'ai réussi à convaincre Layla de mettre quelques pommes de côté pour les bêtes, si tu en as besoin. Elles ont leur coût mais... Je dois avoir quelques pièces dans ma sacoche pour compléter si tu veux. Je ne paierai jamais pour un autre homme, mais pour un cheval pourquoi pas ? »

Il rit comme un enfant. En ce monde, c'était chacun pour soi, cependant Falhen appréciait de tendre la main à l'occasion pour des intérêts communs, et les chevaux étaient réellement son intérêt principal. Il passa sa main sur les emplacements les plus prudents pour atteler les chevaux sans les déranger dans leur sommeil, et en profita pour indiquer d'un geste où le garçon roux pourrait ranger les selles des équidés, tout en lui glissant un murmure à propos des outils pour les soigner s'il avait du temps pour lui ; sans doutes le garçon était-il l'écuyer des deux autres voyageurs à en voir son affection pour les animaux. Il se redressa par la suite, contournant les chevaux pour ne pas les angoisser en restant trop proche de l'endroit où ils allaient se reposer, et se mit en direction de l'entrée.

« Au fait, je m'appelle Falhen. On me surnomme parfois le loup alors... Bah, je suppose que si tu fais ça à Layla elle comprendra. »

Avec un clin d’œil amusé et une langue légèrement tirée, comme se moquant de lui-même, il mima des oreilles au dessus de sa tête, sans doutes les oreilles dudit loup.

« Quoique, on pourrait confondre avec gros chat... Enfin, si c'est lui qui descend il comprendra vite que c'est moi qu'on attendait et m'appellera, haha ! »

Falhen porta sa main à sa nuque, se frottant l'arrière du crâne en riant. Il se redressa, ramenant à nouveau ses mains sur ses hanches en une pose tranquille, visiblement très à l'aise si ce n'était trop à l'aise. Ses yeux dorés détaillaient le visage balafré du garçon. Il restait parfaitement insensible à ses marques, il n'avait aucun mal à voir en dessous le visage naturelle du garçon, ce n'étaient pas deux ou trois cicatrices dont une seulement rougeâtre qui allaient le traumatiser, et ce malgré la propreté de sa propre peau de porcelaine soignée autant que celle d'une femme de noblesse. Il porta une main à son visage, son doigt caressant sa propre joue, alors qu'un pétillement naissait dans le coin de son œil, dans un air de réflexion.

« Mmmh... Je suppose... Qu'il ne faudrait mieux pas que je demande ton nom ? Mmh... Tu sais peut-être écrire ? Ou alors il faudrait que je demande à l'homme charmant aux yeux verts qui t'accompagne ? J'adorerai faire connaissance mais... »

Il se gratta la joue, ses yeux fixant le sol avec une pointe de déception et un sourire triste. Ce serait compliqué dans un dialogue à sens unique en effet... Il écourterait volontiers les discussions, cependant il lui fallait une base de connaissance pour cela. Vraiment pas évident...



Feat. "Wizard" from Dot Kareshi.
Duck Partisan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academie-pokemon.wowjdr.com/
Misu

avatar

E-mails : 169

MessageSujet: Re: Vampire x Bandit [Pv. Misu]   Dim 15 Juil 2018, 09:54

L'étranger ouvrit la porte de la petite étable. Il n'y avait qu'un seul cheval qui ne semblait pas apprécier la venu de cet huluberlue. Il devrait vraiment pas être un amis des équidés pour avoir toujours ce genre de réaction. Ses étalons commençaient tout juste à s'habituer, tournant parfois fort la tête pour vérifié que cet homme ne les approchaients pas. L'étable était assez grande pour faire circuler deux cheveux le long de l'allée principale. Les box était correctement ordonnée avec assez d'espace entre pour évité que les cheveux s'attaque entre eux. Ailean sourit malgré lui, content de voir que les cheveux ne dormirait pas dans la crasse d'une vieille grange. L'inconnus présenta deux box large, côte à côte, pour accueillir ses étalons. D'un regard inquisiteur, il vérifia la propreté du lieu. Même si l'inconnu justifié qu'il l'avait nettoyer ce matin. Il n'arrêté pas de parler, semblant véritablement adorée les cheveux pour pouvoir en faire un long monologue. Peut-être espéré-t-il qu'à force, le gamin lui réponde. Ailean habillement habitué à géré deux monture en même temps se dépécha de les installées. Il attacha celui près de son oeil valide. Il allait rentré le second qui avait transporter deux voyageur au lieu d'un. L'inconnus commença à mimée des actions pour renforcée ses dires. Malgré son oeil en moins, son champs visuel était étrangement large. Vu qu'il ne parlait pas, il faissait attention à tous ce qui l'entouré. La réaction de l'étranger l'amuser un peu. Tout en guidant le cheval dans son box. Il referma la porte derrière lui. Il se plaça de façon a voire toujours l'autre étalons en face. D'un geste habille, il libéra l'animal du arnée et de sa selle.

Le garçon continua de blablatté en donnant plusieurs indications intéressante. L'endroit pour ranger le matériel était relativement important. La trousse de soin était un véritable plus. D'un geste doux. Ailean caressa l'étalon avant de quitter son box pour s'occuper de son collegue. De la même façon, il récupéra le cheval,le fit rentré, le libérant des différents instrument pour la monture et le laissa tranquille. Le foin était de bonne qualité. Il demanderait plus tard à Shun de payer pour leurs donner des pommes s'il était d'accord. Son oeil retomba sur la silhouette de son étranger. Il avait une manie de faire des clincs d'oeil qui mettait mal à l'aise. En vrai, il avait peut-être tout simplement un tic. Ailean hocha les épaules en sortant. Silencieusement, ses mains attrappèrent le mord pour vérifié l'état. Il fallait le nettoyer pour évité que les germes s'accumule, mais ce qui l'inquété réellement était un mauvais coup de dent qu'avait fait unn des étalons sur le fer. Il devrait demander à un palvrenier de venir s'occuper d'eux. De toute façon, leurs fer avait besoin d'être changer. Il alla les passer sous l'eau. L'étable avait différent sceau d'eau. Ailean pris un peu d'eau dans uns sceau vide pour les nettoyers. Une fois les mord propre. Il alla les rangers au emplacement indiquer par son guide personnel. D'un pas relativement rapide, il fit des allées retour entre les box et la salle de rangement. S'occupant de ranger les selles, de nettoyer les tapis avant de les faires correctement séché. Il fit tout ça en écoutant attentivement ce que lui disait son inconnus.

« Au fait, je m'appelle Falhen. On me surnomme parfois le loup alors... Bah, je suppose que si tu fais ça à Layla elle comprendra. »

Ailean le fixa un long moment, trouvant le surnom peu approprié. En plus, Falhen était ridicule à essayer de mimé un loup en faisant des oreille avec ses mains. Mais, le rouquin était relativement touché de le voir autant se demené pour essayer de l'aider. C'était assez rare pour en profité un peu. Il continua de parler en partant sur des détaille que le gamins avait du mal à comprend. Une personne dans son entourage devait être surnomée le chat, ce n'était pas un surnom très classe par rapport au Loup. On imaginait directement un paresseux aimant la chaleur et les bien fait de la sièste. Ailean se saisie de plusieurs brosses avant de rentré dans le box de l'étalon le plus proche de la sortie. Le cheval avait déjà commencer à boire dans un des sceau à sa disposition. Il ne fit aucun geste brusque en sentant le gamin se mettre à ses côté. Il fit en sorte d'être relativement tranquille quand la brosse se posé sur son pelages. Sa main allant dans le sens du poile. Les cheveux était proprement tondu en plus de leurs poiles fin d'été. Il n'y avait pas grand chose à brosser, mais les chevaux adoré ce faire chouchoutter. Surtout après une grande course. Le rouquin prennait son temps, pas vraiment présser à l'idée de rejoindre les deux autres. Au bout d'un long monologue, Falhen semblait se fatiguer à discuté dans le vide. Il devait être résigné à l'idée de ne pas avoir de réponse quoi qu'il puisse dire. Sa main s'arrêta de brosser, il allait encore être seul...

« Mmmh... Je suppose... Qu'il ne faudrait mieux pas que je demande ton nom ? Mmh... Tu sais peut-être écrire ? Ou alors il faudrait que je demande à l'homme charmant aux yeux verts qui t'accompagne ? J'adorerai faire connaissance mais...
- Il s'appelle Ailean ! » ricana une voix derrière Falhen.


Ailean sursauta en passant son petit visage en dehors du box pour voir la personne qui venait de parler. Ne s'attendant pas à entendre son nom dans l'étable. Shun était posé de façon négligé contre la porte d'entré. Il semblait être là depuis un petit moment. L'homme en noir avait trouver un endriot correcte pour les regardait. Il n'avait pas faire trop de bruit en rentrant. Attendant le bon moment pour intervenir dans la conversation. Tout son dos épousé parfaitement la forme de la porte. Les bras croisés sur sa poitrine en tenant sa religieuse bible entre les mains. La tête un peu sur le coté en direction des deux autres garçons. Un grand sourire moqueur sur les lèvres alors qu'il fixait un moment le rouquin avant de reporter son attention sur Falhen :

« T'as du courage pour essayer de le faire parler ! C'est pas trop compliquer ? » Demanda-t-il sur un ton très ironique.

Le prêtre haussa les épaules en venant lacher sa bible d'un bras. La tenant toujours fermement de l'autre. Sa main libre venait se graté la tête. D'un même signe d'embara que Falhen plus tot :

« Il est pas muet mais, refuse de parle quand ce n'est pas moi ou la personne qui nous accompagne ! Il soupira, son ton avait une point de reproche envers le gamim, mais repris d'un ton plus léger, peut-être que si tu lui écrit, il se motivera à te répondre, personne n'a encore essayer ! » Il se mis à rire en imaginant la scène.

Le gamin ne ce fit pas prier pour disparaître derrière l'étalon, rougissant sous les moquerie du prêtre. Ce n'était pas de sa faute, il n'y arrivait simplement pas à dépasser cette barrière. Il se dissimula en passant dans l'angle mort de ses deux interlocuteur. Shun soupira, comme un père dépasser par les bétises de son enfants. Ailean n'était pas farouche comme gamin mais, s'obtinée dans le mutisme. Quoi qu'il arrive, rien ne le faisait parler. Shun se tourna vers Falhen avec un magnifique sourire. Lui adressant un regard d'excuse pour le gamin. D'un autre coté, Ailean avait fait un effort sans courire dans la direction opposé à celui qui avait essayer de lui parler. Ses yeux vert pétillèrent d'une lumière de remerciment. Fixant le visage fin de son interlocuteur. Il avait parfaitement entendu le jolie compliment que ce dernier lui avait fait.

« C'est bien la première fois qu'on me dis que je suis charment ! Merci pour le compliment ! » fit-il avait un splendide sourire charmeur et un clin d'oeil.

Shun se décala de la porte pour se redresser. Il s'amusait à taquiner le jeune homme qui c'était occuper de son gamin à sa place. Il avait laisser la troisième personne entre les bons soins de l'aubergiste. De toute façon, il c'était assuré qu'elle soit correctement installée dans sa chambre avant de venir surveiller le gamin. Elle n'allait pas faire de catastrophe pendant le peu de temps où il la laisser seule. C'était pas facile de devoir géré deux enfants en même temps. En tout cas, il espéré que le miroire l'attirerait assez longtemps pour l'occuper.

« Ne tarde pas Ailean ! Elle va être de mauvaise humeur sinon ! » soupira-t-il en regardant pas dehors l'étable, le soleil disparaître lentement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vampire x Bandit [Pv. Misu]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vampire x Bandit [Pv. Misu]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» Cherche bannière vampire counts (Fantasy)
» Rosen Vampire
» Quel est le role d'un presume bandit au sein de la CND?
» The Vampire Diaries

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Evolutive RPG :: Temporaire-
Sauter vers: